Récit de la course : Trail du Verdus - 35 km 2009, par alain

L'auteur : alain

La course : Trail du Verdus - 35 km

Date : 25/10/2009

Lieu : Thezac (Lot-et-Garonne)

Affichage : 774 vues

Distance : 35km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

Le récit

 

Un nouveau plat au menu du Verdus ! Le plat de résistance de 35 km, je n'ai pu y résister a y goûter, le parcours superbe entre le Fumélois et le Tournonnais est très appétissant !

Après avoir pris le bus et discuter pendant tout le trajet avec des coureurs, nous voilà rendu au départ du château de Bonaguil.

Bonaguil, signifie « La Bonne aiguille » en occitan, Mais cette aiguille là n'a pas eu besoin de nous piquer les fesses pour nous motiver a courir.

Comme de vrais gamins, la trentaine de coureurs ne tarde pas au départ pour aller gambader dans les forêts de châtaignier, mais le terrain n'était pas trop mouiller pour faire flic flac avec les flaques d'eau formées par les pluies de ces derniers jours. Le terrain était ce qu'il faut, suffisamment souple pour accueillir confortablement chacune de nos foulées.

Le départ se fait sur sur une cadence assez tranquille, on descend du bourg pour passer devant le lavoir et s'attaquer à la 1ère côte, on est toujours grouper quand un concurrent se détache de nous pour prendre de l'avance, il va nous préparer les glaçons pour l'apéro de ce midi !

Je reste assez zen, je me dis qu'il faut rester cool jusqu'à Saint Vite, La course ne fait que commencer les 15 derniers km et je m'étais donné une allure footing de prêt de 12km/h pour garder suffisamment de jus et je suis à 12,5 de moyenne !

Km 3, je joue a Dracula ! Mon nez se met a saigner, je laisse couler sans m'en préocuper, bien que le goût du sang qui glisse dans la gorge est assez déplaisant !

Km 4/5, le petit groupe se déchaîne et s'étire, je garde ma cadence, je ne m'en occupe pas. Je me sent un peu seul, le parcours est superbement bien signalé et les allez retour des VTT est assez motivant, on ne dira jamais assez merci a tout ces bénévoles !

J'entends un coureur derrière moi, je garde ma cadence, bien qu'elle est difficilement régulièrement entre les faux plat descendant et montant. J'espère que le coureur qui me précède me rejoint assez vite pour pouvoir se tenir compagnie, mais hélas il stagne et ne me remonte pas !

Traversé de Fumel splendide, la ville est restée assez discrète dans notre course nature ! Traversée du pont, on longe le Lot entre le Fumélou et le Liboussou, des images magiques nous est offerte par les milles couleurs de feu qu'offre l'automne.

On arrive déjà sur Saint Vite, j'ai gardé mon allure que je m'étais promis, le coureur qui me précédais ma enfin rejoint, Tout seul c'est bien mais a deux c'est mieux !

Saint Vite, une bonne petite halte pour reprendre du poil de la bête, quelques abandons de coureurs sont signalés. Le coureur qui était avec moi est déjà partis.

Je repars, la course ne fais que commencer, bien que l'on a encore pas trop de côtes autour de Saint Vite.

J'ai un coureur en point de mire et j'avoue que c'est assez motivant, allez chercher... Dur dur quand on sait qu'il grimpe mieux que soit !

Je fais plus ou moins l'élastique derrière, Ravito du km 25, j'arrive, il repars, c'est rigolo...

Je prends le temps de me ravitailler d'un petit gel, les 1er du 22km me dépasse a grande allure, ben diou, çà décoiffe ! L'allure d'un 22 et d'un 35 est vraiment différents !

Km 28 environ, l'une des dernière grande difficulté, une longue montée, et là, l'écart se creuse, je ne vois plus personne...

Km 30, je reprends du bon poil, je sent comme un 2ème souffle, mes jambes répondent davantage, j'allonge ma foulée, je me dis que devant ils sont loin mais bon autant essayer...

Il me manque tout de même de l'entraînement, je sens que sur ce finich les muscles ont du mal, quelques sorties longues supplémentaires dans mon entraînement aurait été mieux.

Mais je me dis que je ne suis pas a plaindre quand je vois devant moi un concurrent qui apparemment n'a plus du tout du jus.

Allez, j'allonge un peu plus, fichtre que çà fait du bien de dérouler, j'ai l'impression que çà défait mes jambes qui commençaient a s'alourdir !

Tandis que je dépasse ce concurrent dans la dernière montée avant d'arriver dans Thézac, je me dis déjà finit mais content tout de même de franchir la ligne !

Alors je dis Merci, merci et encore merci a tout ces bénévoles de nous avoir préparé une si belle course.

Je suis sûr que ce nouveau plat au menu aura du succès dans les prochaines éditions. A consommer sans modération.

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !