Récit de la course : Trail du Pays de Sully - 42 km 2006, par L'Castor Junior

L'auteur : L'Castor Junior

La course : Trail du Pays de Sully - 42 km

Date : 11/6/2006

Lieu : Rosny Sur Seine (Yvelines)

Affichage : 4674 vues

Distance : 42km

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

15 autres récits :

La der' des der' ?

La der' des der'...

... avant la prochaine bien sûr ;-o).
Nous étions 4 JDM à nous élancer ce matin au départ du Trail du Pays de Sully ( http://site.voila.fr/csmrathletisme/indtrail.htm ), quatrième épreuve du Challenge X'Trem Trail IDF 2006 ( http://challenge.xtremtrail.free.fr/ ). Jean-Pierre Evan s'y rendait par ses propres moyens, tandis qu'Yves Langard venait passait nous prendre à la maison - rendez-vous fixé à 7h00 - pour gagner le fin fond des Yvelines, aux alentours de Mantes.

Arrivés sur place vers 8h00, Yves gare la Langard'mobile, et nous passons retirer nos dossards. Déjà plein de têtes connues : les grandes familles du trail en IDF sont bien là (ASR Trail, l'AESN78 et la doublette Trail91-Mondeville Trail Aventure). Plusieurs concurrents aux visages connus également : Bruno Guerniou, Géraldine Leroy, ainsi que quelques UFOs dont j'ignore toujours les noms... De toute façon, la famille de l'ultratrail est très chaleureuse, mais compte un nombre relativement limité de membres. En tout cas, chaque course est l'occasion de se retrouver avec le plus grand plaisir, et c'est déjà une raison suffisante pour y participer.
Mya et Bamban, de courseapied.net, et capog, emmanueltri, exo, PAT95 et ranchin de Kikouroù sont certainement là, mais je ne les connais (a priori) pas. Une prochaine fois peut-être ?

Après deux passages aux toilettes (des séquelles de la fête de rue trop arrosée d'hier midi ?), nous nous rapprochons de la ligne de départ, pour un dernier briefing. Apparemment, la distance a été raccourcie d'un km (voire...), mais le dénivelé positif cumulé est passé de 1.000 m à 1.200 m (gasp !). Afin de mettre de mon côté toutes les chances de terminer au plus vite, avant les grosses chaleurs du milieu de journée, je me place immédiatement sur la ligne de départ, au milieu des "grands" de la discipline (Jean-Claude Blum, Patrice Denis (le mari de Christine Denis-Billet, ou Bruno Guerniou). Ca fera de bons lièvres ;-o).

9h01 : le départ est donné à coup de pistolet (une première pour moi), et ça part vite, très vite (trop vite ?).
Patrick Caillault, de Mondeville Trail Aventure, part comme une fusée. S'agissant du rival (en toute amitié et dans le plus grand respect mutuel) de papa sur le classement V2 du Challenge, je me glisse dans sa foulée, avec le désir très sournois de lui passer devant pour le ralentir au maximum (niak, niak !!!). Plus sérieusement, sur la Farouch', il avait tourné sensiblement à mon rythme, et je me dis qu'il peut être intéressant de profiter de son expérience remarquable et de sa connaissance du terrain.

Le parcours nous emmène, après un passage au dessus de l'A13, directement dans la Forêt de Rosny, par des chemins qui s'apparentent parfois à peine à de simples sentes. Les noms des parcelles et des chemins laissent rêveur : le Clos Brocard, le Terrier de l'Epine, le Chêne Ragot, le Carrefour du Gouverneur, les Trois Frères, la Frênaie d'Apremont, les Houlettes, le Carrefour Henry, le Terrier de la Ressource et la Vallée des Prés, la Ferme des Huit Routes, les Monts Rôtis, le Carrefour Berri, le Mont du Désert et la Borne Versée, le Carrefour Bayard et les Quarante Arpents.
Le parcours nous emmène ensuite dans les Bois de la Vallée des Prés et de la Houssaye, en passant par l'Aventure (sic) et plusieurs passages à travers champs.
Le retour dans la Forêt de Rosny nous emmène vers la Tortue (re-sic) et le Fond de Charbon, et nous quittons définitivement cette forêt par la Route du Revenant (je suis bien content en tout cas d'en être revenu !), en enjambant à nouveau l'A13, un pont plus loin...
La dernière surprise agréable du parcours se situe dans les Buissons, petite zone boisée en bord de Seine, où se trouve un magnifique belvédère. La redescente sur Rosny s'effectue à travers champs, et nous regagnons le point de départ, l'école des Baronnies, par les ruelles de la ville.

Le soleil et la chaleur accablants m'ont convaincu de prendre un short échancré et un TS sans manche, ainsi qu'une saharienne, et de remplir mon camel bak avec 2 litres d'eau minérale. Je ne le regretterai pas pendant toute la course...

Patrick et moi restons dans un mouchoir (tantôt lui devant, tantôt moi) sur une quinzaine de kilomètres. Il me lâche définitivement dans une descente (ce n'est décidément pas mon fort), et vole vers l'arrivée loin devant (il me mettra finalement 10' dans la vue...). Tant pis pour papa ;-o)

C'est à ce moment là que, juste après avoir expliqué à un coureur qui me demandait comment je connaissais la distance parcourue, mon GPS décide de faire des siennes. Impossible de retrouver le focus avant le ravitaillement du 20 km. Damned !

Les montées et descentes, parfois très raides, ainsi que les virages à 15° s'enchaînent à un bon rythme (environ 11 km/h), avec toutefois de forts ralentissements de ma part dans les descentes les plus abruptes. C'est dans une telle descente que Sonia Semmad, qui fréquente le forum courseapied.net et, accessoirement, a remporté le 16 km d'Auffargis et le 38 km du Trail des Cerfs, et la quatrième place féminine du Marathon de Sénart (son premier !), me dépasse.

Elle chute peu après, mais les messieurs qui courent à son niveau, qui l'ont vue tomber, continuent leur course comme si de rien n'était (nous ne jouons pourtant pas pour les meilleures places...). Carton rouge !! Je la rejoins au ravitaillement des 20 km, où, comme à celui des 10, je bois comme un trou le cola et l'eau fournis par des bénévoles aux petits soins. C'est à ce même ravitaillement qu'un grand gaillard, que j'ai vu marcher depuis quelques kilomètres, cherche le chemin le plus court vers le départ. La chaleur a fait sa première victime.

Nous repartons avec Sonia, et nous ne nous quitterons plus vraiment, toujours à quelques dizaines de mètres au plus l'un de l'autre. Drôle de petit bout de femme : originaire de pays du soleil, elle n'aime pas pour autant la chaleur, qui vient s'ajouter à un rhume récent, un entraînement allégé depuis plusieurs jours et des troubles digestifs pour la brider un peu. Sans celà, elle aurait pu sans difficulté me "scotcher" sur place. Ses difficultés du jour réduiront d'ailleurs sa lucidité au point de la faire chuter à nouveau, derrière moi. Je me propose de l'aider à se relever, mais elle s'en sort très bien toute seule, et reprend, malgré la douleur, son rythme vaillant.

Les chemins à travers champs et en lisière de forêt nous font immanquablement souffrir, et les points d'eau rajoutés in extremis par l'organisation sont particulièrement bienvenus pour rafraîchir les épidermes et les gosiers. On en vient presque à adorer les passages dénichés par le traceur du circuit en dehors même de tout chemin, avec une vitesse de progression ramenée parfois à celle connue en course d'orientation ;-o)

Le passage au ravitaillement du 30ème km, en 2h50', est, pour moi, un cap assez difficile. C'est là que la course commence réellement, et j'ai la désagréable impression que la chaleur m'a déjà vidé de toute énergie. La lassitude me gagne et le rythme s'en ressent. Je marche parfois même sur du plat, et je m'imagine mal pouvoir mener l'aventure à son terme. Mais, la perspective de passer, si je marche, encore plus de deux heures dans ces conditions me convainc que, quitte à puiser au plus profond de moi, je n'ai guère d'autre choix que de courir le plus possible, chaque kilomètre couru, même à 9 ou 10 km/h, me rapprochant bien plus rapidement de l'arrivée.

C'est bien cette volonté, paradoxale, qui me permettra de venir à bout de cette course, la plus difficile pour moi à ce jour. Je repense au Raid 28, au Marathon de Paris, à la Farouch', aux 12 heures de Bures, ou même au Trail du Parc du Gâtinais (mon premier ultra), mais il me semble que toutes ces courses ont été pour moi de la rigolade par rapport à la difficulté du jour.

Heureusement, les bénévoles, courageux eux aussi (ils subissent la chaleur comme nous) nous renseignent peu à peu sur la proximité de l'échéance. "Plus que 4 km" dit l'un, un km avant qu'un autre nous en annonce "encore 4 à 5". On ne peut leur en vouloir (c'est grâce à eux que nous pouvons courir), mais j'avoue que c'est toujours un peu crispant...

Finalement, les bénévoles présents sur le belvédère aux environs du 40ème km nous donnerons les premiers chiffres exacts, certifiés : plus que 2 km (bon, OK, pour une course de 42 km, c'était facile ;-o) ). En tout cas, ça permet de relancer un peu la machine, d'autant plus que les maisons de Rosny sur Seine sont enfin en vue.

Je parviens même à dépasser un ou deux concurrents, et termine au "sprint", les 800 derniers mètres bouclés en 3'36", soit 4'33" au km.
J'ai donc bouclé les 42 km (à peu près, mon GPS m'ayant lâchement abandonné sur ce coup) et 1.200 m de D+ (idem), en 3h56'57", 26ème au scratch et 14ème SH. Ah, s'il y avait comme à Bures une catégorie Senior 1 (- de 30 ans), je serais même premier de cette catégorie ;-o). Apparemment, la folie de l'ultra démarre surtout après la trentaine, voire la quarantaine (Fred, un avis là-dessus ? ;-o) )

Patrice Denis a emporté l'épreuve en 3h10'06", devant l'habitué de Mondeville Jean-Claude Blum (3h14'37") et Vincent Menu (3"16'09"). Tous trois sont V1...

Je me précipite aux toilettes pour me passer la tête et les jambes, et les bras d'ailleurs également, sous l'eau, et apprécie vraiment la bière frâiche et le sandwich que me propose Sandra, l'épouse de Rémy Mercier.

Sonia termine 1', mon père 6' et Yves 25' après moi. D'interminables discussions nous occupent les uns et les autres pendant de longues minutes encore, et nous ne quittons les lieux, toujours sous un soleil de plomb, que vers 14h45', peu après l'arrivée de Jean-Pierre Evan.
La douche à la maison fait évidemment le plus grand bien et, je réalise avec grand plaisir que je n'ai aucun bobo particulier (pas de douleur articulaire ou musculaire, ni frottements douloureux dûs au sac ou au short). Seuls les ongles des orteils déjà bien amochés par mes derniers ultras, continuent à faire grise mine. Ca leur passera lorsqu'ils tomberont ;-o)

En tout cas, après avoir enchaîné 272 km en compétition depuis début avril, je m'accorde deux mois de "repos" bien mérités, et ne reprendrai qu'à la Via Romana le 13 août. D'ici là, quelques courses d'orientation au programme, ainsi que le Trophée Picard début juillet, et des "balades" sportives dans les Alpes (initiation à la haute montagne avec le JDM et Tour de l'Oisans OFF avec Mathias, webmaster de Kikouroù, Serge, webmaster de courseapied.net, et Nicolas, un autre doux dingue).

L'Castor Junior


Image satellite du parcours (via SportTracks).


A la tienne Bruno ! Le pauvre a accumulé tous les soucis du traileur aujourd'hui : chute, corps étrangers dans les chaussures, perte du dossard, perte d'un bidon... Cela ne l'a pas empêché de terminer aux portes du podium.


La table d'arrivée, avec une Martine Napolitano visiblement ravie d'être dans la boîte ;-o)


Rémy Mercier qui veut me piquer mon appareil pour une sombre histoire de droits d'auteur. Ah, j'vous jure, mettre l'ASR Trail 78 en boîte est un véritable challenge ;-o)


Certains, comme Sandra avec son pantalon bleu, se cachent même sournoisement dans le flou...


Yves et papa se moquent du photographe. Bouhhh...


Sonia, qui a remporté brillamment la course malgré ses difficultés du jour...


Géraldine Leroy et un ami.


Philippe Feutry, organisateur du Trail des Cerfs, et Maurice Le Ruyet, d'ASR Trail 78. Maurice, qui avait prévu de ne pas courir, s'est finalement aligné au départ du 17 km et empoché au passage la 2ème place. Ca laisse rêveur...


Chantal Lopez, de Mondeville également, deuxième féminine du jour en 4h00'14".


Patrick Caillault, 2ème VH2 en 3h45'39" pose devant le chronomètre qui égrène inexorablement les secondes. Il est déjà 14h10, soit midi heure solaire, et les derniers concurrents ont vraiment du mérite.


Jean-Pierre Delhôtal et Martine, personnages incontournables du trail en Essonne... et en Mauritanie ;-o) Rendez-vous en 2007 ?


Jean-Pierre Evan en termine, et va au moins tripler son nombre de points au Challenge ;-o) Chapeau bas l'ami !

6 commentaires

Commentaire de ejp posté le 12-06-2006 à 08:42:00

Bravo pour ta performance, ton recit et ta verve. personnellement je ne suis plus capable de faire le meme chrono que sur plat, mais peu importe. J'ai beaucoup apprecie le parcours, et il me semble avoir bien gere ma course, malgre la chaleur. Je reconnais qu'etant prudent, je n'ai pas trop souffert. Ton GPS est plus performant que le mien, car il me semble avoir rate une bonne partie en sous bois, mais ta trace me permettra de faire des comparaisons. A l'arrivee, je suis alle me restaurer, et puis j'ai vu que tu n'etais plus dans le coin. En tous cas voir des visages connus a l'arrivee est tres reconfortant. A bientot.

Commentaire de ejp posté le 12-06-2006 à 08:48:00

Il faudrait que l'on puisse supprimer les commentaires farfelu, ou pouvoir les corriger. En effet, je voulais dire, je suis incapable de faire le meme chrono que toi, meme sur du plat. En tous cas je me suis fait plaisir et c'est l'essentiel.

A la prochaine

Commentaire de Le Bulot posté le 12-06-2006 à 11:58:00

bonjour,
félicitation je suis bien loingt de vos perfs , je fini 122éme en 5h30, le soleil m'a complaitement scotché . Pourtant bien parti avec un rythme raisonnable pour finir en 4h30 (mon objectif car c'est ma 1er année et mon 2éme trail) Du début au 30éme pas de probléme mais au 32 plus rien mais alors rien du tout je ne pouvais plus respirer et j ai mis 1h30 pour 5km !!!!!
Félicitation à vous et à bientôt , sportivement
ranchin

Commentaire de l'ourson posté le 12-06-2006 à 16:00:00

Bravo !...Tu as toi aussi réussi à me pourrir à distance de 10 secondes !!! ......avec, il est vrai, 10 km de plus à faire que moi la semaine dernière à Ambazac ;-))))))
Encore bravo, reposes toi bien maintenant car tu dois attaquer ce 2ème semestre dans de bonnes conditions pour finir en beauté à la Saintélyon !

L'Ourson_Saintélyon_itou_;-)

Commentaire de totoche58 posté le 13-06-2006 à 02:06:00

Toujours aussi complet et pertinent avec un ton agréable ....Cours encore plus ça me fera d'autres CRs à lire ...A bientot et merci

Commentaire de PAT95 posté le 13-06-2006 à 11:15:00

Bonjour,

Merci pour ce très beau CR. J'ai expérimenté la chaleur et ai ressenti la même lassitude morale sur cette course particulièrement difficile. Félicitations pour ta course et ton temps.
En fait, nous nous sommes rencontrés avant le début de la course; je discutais avec ton père de notre bout de chemin commun au trail des cerfs mais je ne savais pas que tu étais le castor junior. Au plaisir de lire quelques uns de tes CR et de te voir sur d'autres courses.
Mon temps : 4h34 position 77eme.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !