Récit de la course : Off - Week end d'initiation à la Haute Montagne - Ascension de la Petite Fourche 2006, par L'Castor Junior

L'auteur : L'Castor Junior

La course : Off - Week end d'initiation à la Haute Montagne - Ascension de la Petite Fourche

Date : 9/7/2006

Lieu : Vallorcine (Haute-Savoie)

Affichage : 3793 vues

Distance : 13km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

4 autres récits :

Mes premiers 3000 m ...

Le réveil
Après une nuit courte mais paisible (toujours aucun symptôme du mal aigu des montagnes ! Il faut dire que nous ne sommes "qu'à" 2700 m), c'est l'heure de déjeuner. Sur la recommandation d'Olivier, je me passe de chocolat chaud et opte pour un bon thé chaud, bien plus sûr. Le pain promis la veille en échange de notre abstinence au dîner est difficile à trouver sur les tables. Je hais décidément le surbooking... Heureusement, les petits jeunes au service, qui se démènent et n'ont pas la vie facile, m'ont bien rempli ma thermos d'un litre de thé, qui pourra être appréciable dans la journée. Petit brossage des dents à l'eau glacée (seule habitude quotidienne d'hygiène que l'on peut préserver dans ces refuges), puis c'est l'heure du départ vers les sommets.
L'ascension vers la Petite Fourche
L'objectif de cette première sortie au-delà de 3000 m est évidemment de tester les réactions de chacun à cette altitude, mais aussi et surtout de mettre en pratique les enseignements reçus la veille lors de l'école de glace.
Volonté de montrer que je suis capable du meilleur ? Euphorie causée par l'altitude ? Toujours est-il que je me sens beaucoup plus à l'aise que la veille sur ces satanés crampons, et l'ascension se déroule sans heurts.


L'Aiguille du Chardonnet au lever du soleil.


Le Mont Blanc caressé par l'aurore.


Vue sur le massif des Aiguilles Rouges : le Buet est à droite, à l'arrière plan dans les nuages derrière les Aiguilles Rouges. A gauche, le col du Brévent. (Merci ƒred !).

Notre groupe, mené par Olivier, est constitué de deux cordées composées de Frédérique, Alain, votre serviteur, Emmanuelle, Kloug, Damodile, Anne-Marie et Gilles, et vise la Petite Fourche (un passage rocheux très court sur la fin) tandis que l'autre, mené par Fred, vise l'Aiguille du Tour, plus difficile avec un long passage rocheux et davantage d'escalade).


Notre cordée à l'arrêt. Kloug en a profité pour prendre une photo compromettante...


Les fourmis qui montent vers l'Aiguille du Tour.


Au loin à gauche, notre destination : la Petite Fourche.


Alain, éteins ta frontale !


Le versant nord de l'aiguille d'Argentière (merci gazet).


Kloug, réveille-toi !!!


Bon, Alain, tu deviens pénible avec ta frontale ;-o)


Vue sur la vallée et le massif des Aiguilles Rouges.

Nous progressons tous sans réelle difficulté, jusqu'à la dernière ascension glaciaire, assez abrupte, où le vertige d'Emmanuelle se rappelle à son bon souvenir. Gilles, secondé par Olivier, arrivera néanmoins à la remettre en confiance, et elle repartira vers le sommet glacé.


La dernière ascension glaciaire avant la Petite Fourche à gauche.


Bain de mousse et mer de nuages ?


L'Aiguille du Tour.


Une Aiguille (?).


Toujours l'Aiguille du Tour.

En revanche, la voie vers le sommet rocheux est assez inquiétante pour les débutants que plusieurs d'entre nous sommes, et Kloug, Damodile, Frédérique et Emmanuelle préfèrent rester en bas, Frédérique renonçant finalement à la vue d'un passage serré qui cause apparemment des problèmes à un alpiniste italien lors de la descente.
Alain et moi, les deux parfaits novices de l'équipe, devont vraiment nous faire violence pour achever les derniers mètres qui nous séparent du sommet, avec notamment un contournement, en véritable escalade, de la roche, sans grand chose de bien solide sous nos pieds...
Néanmoins, le résultat est à la hauteur de l'effort, et la vue, notamment sur le Cervin, est splendide. L'altimètre indique plus de 3515 m. Un nouveau record personnel !


Vue plongeante sur la mer de nuages et les îles sommitales.


Anne-Marie au sommet de la Petite Fourche. Ne jamais oublier de protéger ses lèvres du soleil ;-o)


Alain, aussi heureux et fier que moi d'être monté jusqu'au sommet !


Vue sur l'aiguille Purtscheller??? (merci gazet)


Les Alpes, côté italien, avec la dent reconnaissable du Cervin.

La redescente sur Vallorcine
Nous retrouvons nos camarades en bas de la zone rocheuse, et tout le monde profite du thé chaud du refuge (je savais qu'il ferait du bien ;-o) ), puis nous redescendons tranquillement vers le refuge. Nous trouvons sur le chemin l'autre cordée, et tout le monde décide de décramponner à l'approche de la zone neigeuse.


Toujours la Petite Fourche, prise à la redescente.


Aurélie et Olivier, photographiés par Gilles lors de notre jonction avec l'autre cordée.


Le temps se couvre sur l'Aiguille du Tour. Il est temps de redescendre...

Aïe : la neige n'étant décidément pas mon élément, je prends beaucoup de retard. Heureusement que nous ne sommes plus encordés. Un dernier adieu au refuge, qui ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, puis c'est la redescente, difficile au départ sur la zone neigeuse.
Tout va beaucoup mieux dès que nous retrouvons les sentiers des vaches (quoiqu'un peu cahotiques), et Aurélie et moi filons vers l'arrêt des "oeufs" retrouver Fred qui, en alpiniste chevronné, est descendu en un éclair. Olivier, resté derrière, ramène le reste de la troupe quelques minutes plus tard, et nous redescendons vers Vallorcine boire un verre bien mérité, avant de retrouver le gîte à Argentière.
Alain ramène alors Pierre-Olivier et Caroline, qui ont leur train à 20h00 à Chamonix, puis nous nous mettons en quête d'un grand écran pour suivre la finale tant attendue de la Coupe du Monde de football.
Las, nous ne sommes pas à Paris, et les seules possibilités qui s'offrent à nous sont les différents bars et restaurants, généralement très enfumés.
La troupe se pose dans un des restaurants français, et suit la première mi-temps au milieu de la fumée et des effluves de fondue. Je préfère pour ma part profiter du paysage, et m'installe sur un bac à fleurs, les yeux rivés sur le Mont Blanc au loin, et ne suis le match qu'au rythme des (deux) hurlements hystériques de la première mi-temps.
La nuit tombant, je décide de regarder quand même la seconde mi-temps, et profite de la terrasse d'un restaurant anglais pour ce faire. Incroyable : le commentateur d'outre-manche semble avoir choisi son camp, et salue toutes les attaques, nombreuses, des hommes en blanc sur le terrain. Mais, n'étant pas un inconditionnel du ballon rond, je préfère m'éclipser à la fin du temps règlementaire (la perspective d'assister à des prolongations puis, le cas échéant, à une séance de tirs au but, ne m'enthousiasme guère : je préfère me reposer avant l'épreuve du lendemain...).
C'est donc lorsque mes camarades de chambrée rentreront que j'apprendrai le résultat de ce dernier match. Beau parcours quand même. Attention cependant, dans chaque camp, à ne pas oublier le respect de l'adversaire...
Suite au prochain épisode ;-o)
L'Castor Junior

6 commentaires

Commentaire de totoche58 posté le 20-07-2006 à 00:21:00

Après la vitesse , l'endurance , voila notre castor junior qui grimpe qui grimpe mais jusu'ou .Vais m'acheter un téléscope un jour il finira bien sur mars . Très belle photos et beau cr . Bonne continuation à toi.

Commentaire de Régis Cahn posté le 20-07-2006 à 08:46:00

On n'arrête pas un Castor dans sa course !!!
Merci pour ce récit !

Commentaire de l'ourson posté le 21-07-2006 à 23:04:00

Tout simplement magnifique !
L'Ourson

Commentaire de Gadou 42 posté le 24-07-2006 à 11:33:00

Après la journée d'initiation ,ton C R est encore plus sympa ! BRAVO !

Commentaire de akunamatata posté le 25-07-2006 à 23:25:00

superbes photos!

Commentaire de agnès78 posté le 20-02-2007 à 21:37:00

Je viens de tomber sur ton Cr par hazard...
Cédric, elles sont magnifique ces photos! MERCI
bises
agnès

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !