Récit de la course : La Roger Frison-Roche 2006, par Geronimo

L'auteur : Geronimo

La course : La Roger Frison-Roche

Date : 14/7/2006

Lieu : beaufort sur doron (Savoie)

Affichage : 1875 vues

Distance : 35km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

8 autres récits :

Le récit

Dans la voiture qui redescend vers Beaufort, les montagnards me parlent des changements qu’ils ont du subir depuis toutes ces années : on appelle cela le progrès pour certains, une évolution qui ne va pas forcément dans le bon sens pour d’autres. C’est vrai que la vie en montagne est différente, les paysages aussi : la-haut, en désignant les résineux, auparavant, il y avait beaucoup plus de terres exploitées, des bêtes, des exploitations… aujourd’hui la forêt gagne du terrain, c’est particulièrement visible quand tu compare deux photos à 20 ans d’écart.

Pourtant pour le profane que je suis la montagne reste belle, belle et difficile pour le trailer que je suis. C’était ma première course de montagne, une vraie, une rude, une qui n’a pas grand-chose à voir avec mes trails de Normandie : 2500 m de dénivelés positifs, 35 kms… De quoi savoir ce que l’on vaut, de quoi se sortir les tripes parce que la montagne ne fait pas de cadeau, ou bien tu passes… ou bien ça casse.

Sur la place de Beaufort on était une petite centaine au départ du long parcours.

"BEAUFORT SUR DORON : LA COOPERATIVE AGRICOLE"


J’inaugurai mes bâtons et sagement, je me plaçai dans les dernières positions. Quand le serre-file (en montagne apparemment il y a toujours un organisateur chargé de fermer la marche, pas question de laisser les participants se perdre dans la montagne) a demandé d’où l’on venait, j’étais le seul à ne pas citer un pays montagneux. Je n’ai pas vu son sourire –normal il était derrière moi- mais j’ai bien senti qu’il avait compris que pour moi ce ne serait pas une partie de plaisir… il n’avait pas tort !
J’étais venu pour voir, et bien j’ai vu !
On gagne de suite de l’altitude et arrivons au Pechard (1070m) en côtoyant de nombreux chalets ou les habitants non seulement nous applaudissent mais bien souvent nous proposent à boire. C’est au Pechard que Roger Frizon Roche venait passer ses vacances et les habitants savent ce que représente l’effort physique.
Nous accédons ensuite au barrage de Roselend (1976m) par un chemin pentu ou les pauses commencent à succéder aux pauses. Le paysage est extraordinaire et ce sentiment de s’intégrer dans le décor prend ici un sens.



"LE LAC ET BARRAGE DE ROSELEND"


Nous redescendons un peu… mais pour mieux regrimper ensuite et rejoindre le col du Pré (1702m) suivi de la Roche Pastire…(2113m) un rocher au sommet du quel nous pouvons admirer le Mont Blanc, la Pierra Menta et bien sur en contrebas le barrage de Roselend.
GRANDIOSE …
C’est en redescendant vers le barrage de St Guerin que je sens une main sur mon épaule. C’est un ultra de la montagne, un concurrent qui n’aurait jamais dû être là mais qui s’est trompé de chemin. Nous conversons sur les courses qu’il a déjà effectué, 3 fois l’UTMB, et encore inscrit cette année, sans compter toutes les autres courses de montagne. Pour sur nous ne jouons pas dans la même catégorie mais pour mieux discuter il prend mon rythme, celui du campagnard à la montagne.
A St Guerin gros ravitaillement. Je me sens bien, les jambes tirent un peu, normal pas loin de 2000 m de dénivelés dans les pattes…
Après un kilomètre de plat (incroyable mais vrai) une troisième difficulté : la montée sur Rognoux. Je ne sais pas combien j’ai mis de temps pour grimper la haut, ce que je sais c’est que j’arrive au sommet après 5h30 de course, que je suis dernier (certes les prédecesseurs ne sont pas a des kilomètres devant moi mais le moral en prend un coup).



"LAC ET BARRAGE DE ST GUERIN"



Le serre file qui n’a cessé de m’encourager pendant toute la montée m’explique que le dénivelé de la course est maintenant derrière moi (2300m). Les montagnards du point de contrôle me félicitent quand je leur dis que je viens de Normandie et me proposent, si je le veux, de redescendre avec eux sur Beaufort.

Nous mettrons ½ heure pour redescendre au lac, là ou est garée leur voiture, à un rytme de montagnard en descente, le pied sur et tout en souplesse. J’en profite d’ailleurs pour m’étaler lamentablement, mais sans bobos.

Et bien voilà, j’ai voulu voir la montagne, j’ai vu… autant le dire de suite elle a un goût de reviens-y, mais après y a voir tiré quelques enseignements :
- pour commençer un trail de montagne avec moins de dénivelé aurait suffi. La distance compte double en montagne par rapport à la plaine.
- Il faut s’habituer à être le dernier, surtout sur un terrain qui ne vous est pas familier et pour lequel vous ne vous êtres pas particulièrement entraînés.
- Allez-y sans crainte, rien que les paysages valent le déplacement, que de merveilleux souvenirs !!!





"MAISON TRADITIONNELLE A ARECHES"

6 commentaires

Commentaire de troll posté le 27-07-2006 à 10:46:00

Bravo pour ton CR, tes superbes photos mais surtout pour ton humilité, tu as raison ça valait le déplacement.

Commentaire de Kiki14 posté le 27-07-2006 à 12:01:00

Bravo Géronimo pour ton récit plein de vie et d'humour
a te lire on comprend que t'as du souffrir et en plus avec les photos que tu nous fait admirer tu devait en avoir le souffle coupé ....!
merci ça donne envie d'y aller ...comme ça tu seras plus dernier...!!!

Commentaire de LToro posté le 28-07-2006 à 11:47:00

Bravo Géronimo et merci pour ce CR.

Etre le dernier d'un trail a cela de bon, c'est que tu discutes avec le serre fil et que tu peux participer au débalisage (voui voui, je l'ai déjà fait :-) )
Puis les rencontres que tu fais dans ces moments sont vraiment trés agréables.
Sur route, tu aurais eu l'ambulance de la croix rouge :-( (moins motivant car beaucoup plus bruyant... voui voui, j'ai aussi donné pour ça)

merci pour les photos
et bon courage pour le prochain trail de montagne.
L'Toro_habitué_des_dernieres_places.

Commentaire de LToro posté le 28-07-2006 à 11:49:00

Bravo Géronimo et merci pour ce CR.

Etre le dernier d'un trail a cela de bon, c'est que tu discutes avec le serre fil et que tu peux participer au débalisage (voui voui, je l'ai déjà fait :-) )
Puis les rencontres que tu fais dans ces moments sont vraiment trés agréables.
Sur route, tu aurais eu l'ambulance de la croix rouge :-( (moins motivant car beaucoup plus bruyant... voui voui, j'ai aussi donné pour ça)

merci pour les photos
et bon courage pour le prochain trail de montagne.
L'Toro_habitué_des_dernieres_places.

Commentaire de cèd73 posté le 01-08-2006 à 08:02:00

salut geronimo,
t'aurais du tabler sur quelque chose de moins difficile, car dans le coin ont est tous d'accord sur le fait que cette course est particulièrement corsée. Mais bon, qui peut le plus, peut le moins ! L'essentiel c'est que tu ne soit pas dégouter de la montagne....^^
Bon courage pour la suite,, come on ! geronimo,
ced73

Commentaire de Le Bulot posté le 27-11-2006 à 13:57:00

encore bravo , le clasement ne compte pas tu en as eu plein les yeux, tu as fait des rancontres, tu en as profité n' est ce pas cela le plus interressant ???

ce faire plaisire et " un bon bol d'aire "

le bulot

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !