Récit de la course : La Corrida Pipaisienne 2006, par guirlande

L'auteur : guirlande

La course : La Corrida Pipaisienne

Date : 6/8/2006

Lieu : Pipaix (Belgique)

Affichage : 595 vues

Distance : 10.28km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

La Corrida Pipaisienne

Chacun sait et je ne me prive pas pour me mettre la pression moi-même (coucou Louis fine) que Pipaix est une course importante pour moi.
Malgré une très forte fatigue aux alentours du Floc et la canicule de ces dernières semaines, je pense m'être bien préparé. Je sais des derniers entraînements que je serai bien ce dimanche et ne me prive pas pour le dire histoire de moi aussi mettre la pression.
J'avais prévu, une fois n'est pas coutume, un départ sur des chapeaux de roue, avec un objectif de 13' au 3e (pour 13'27" l'année dernière), gérer au mieux jusqu'au 7e, accélérer dans le faux plat gérer la bosse du 9e et à bloc jusqu'au bout. Je me disais aussi que Pascale (Delem) et Pascal (Quivy) seraient de bonnes balises pour voir où je me situais.
Je crois qu'au moins une demi-douzaine de coureurs m'ont pris comme une balise. PhilippeP, Eddy Mahieu qui me cherchera apparemment durant la course, les frères Lejeune, Pascalito, Louis fine...
Ainsi que l'année passée, j'avais prévu de partir fort devant pour éviter ce que j'estime être un goulot après 500m, par ailleurs, je sais que certains me cherchent donc je passe en mode furtif héhéhé. Je vois Ophélie et Jean-François dans les parages de qui j'étais en début de saison et comme je pensais partir très vite et bien voila un tempo qui devrait être trop vite pour toute la course mais pour le départ....
Le départ est lancé et même depuis le 5e ou 6e rang, je dois me faufiler pour garder le contact avec les lièvres. Il me semble qu'on va vite mais la foulée me semble bonne ainsi que le souffle, passage au 1e en 4'09" (4'22" l'année passée) euh pas trop mal ça, je reste dans les roues mais je sens qu'il va me manquer un petit qqch pour accompagner car Ophélie parle tranquillement avec Jean-François pendant que moi je souffle enfin soit la première bosse est gérée et le 2e est passé en 4'12". On remonte et là je la joue raisonnable en laissant partir mes compagnons. On passe le 3e en 4'18" et je me fais une double réflexion que cela fait 47" de moins que l'année passée mais surtout 20" de moins que l'objectif le plus ambitieux. Par ailleurs, j'étais un peu surpris de n'avoir vu que le Renard de Calenelle me remonter mais à cette allure... Quant au Renard quand il a la tête il est plus fort et il le sait. Je n'essaie même pas car je vais me casser les crocs.
Entre-temps nous sommes passés sur la place où dans un premier temps maman et ma soeur m'encouragent et dans un deuxième temps mon épouse. Je ne les entends pas encourager qqn dans mon dos c'est que ça doit être bon.
Revenons à nos moutons et aux 4e et 5e que je sais plus piégeux qu'il n'y parait. Je gère au mieux en restant à la limite du rouge et continue à voir d'assez près (50-100m) mes deux lièvres ce qui me fait penser que je continue à bien tourner. 4e en 4'21", 5e en 4'37" (euh pour ce dernier ça me parait lent mais je me rappelais aussi de l'année passée où je m'étais fait la même réflexion et avais remonté la moyenne sur la fin) soit 21'39" (22'36" l'année dernière).
Une fois passé le ravito, je me dis qu'on monte légérement et ensuite c'est au mieux jusqu'au faux plat du 8e 4'43" et 4'27" à ce moment là. Ouille ça me semble bien lent et je commence à souffrir. Je pensais avoir relancé dans la descente mais...
Au bas de cette descente vers le 7e, ce qui devait arriver arriva et Pascalito me dépasse. Je dois mordre et je m'abrite en lui disant que je travaillerai dans le faux plat. En vue de la chappelle l'écart se creuse, 1m, 2m, 5m et je me dis que c'est foutu. A ce moment je ne sais si Pascal m'attend ou s'il lève le pied en vue du faux plat mais je le recolle quasi instantanément.
Par ailleurs on dirait que mon coup de bambou est un peu passé. Environ au tiers de la côte, je prends un relais et on passe au 8e en 4'40". Mon avantage sur l'année passée est alors passé de 57" à 41" mais avec la tactique de course suivie je crois que c'est normal. On m'avait dit que Pascal n'aimait pas trop suivre un train et effectivement ce n'est qu'après un très court relais qu'il me repasse en essayant d'accrocher le groupe de Bernard Wauquiez, ce sera peine perdue.
Sur le haut du faux plat, je reprends un relais quasi aussi court que le premier et nous virons sur la gauche avec un 9e km en 4'33". Pascal me fait signe de gérer, ben ça tombe bien c'était mon intention, je reste persuadé que la bosse sèche du 9e doit être gérée pour relancer les chevaux ensuite. Pascal me prend 10-15m dans cette côte et dès qu'on a franchi son sommet je reviens très vite. Pascal me lance un "bien joué" que je prends comme ayant trait à ma gestion mais qui en fait sera (et je le verrai dans son résumé) la capitulation du Colosse.
Très vite je reprends le relais pour remettre du rythme et essayer d'emmener Pascal. Malheureusement sans vraiment changer de rythme, je le sens qui décroche derrière moi et passe le 10e en 4'13" et les 300 derniers mètres en 1'03" soit pour les derniers 2300 mètres 3" de plus que l'année dernière.
Résultat 45'21" (4'24"/km) 171/485 664 points et 37" de mieux que l'année passée.

Tout d'abord un ENORME merci Pascal qui m'a littéralement pris sur son dos au moment où ça allait le moins bien (et ces sensations sont confirmées par les temps de passage) et vraiment désolé de l'avoir lâché au train sans que cela soit mon intention. J'ai d'ailleurs vraiment accéléré uniquement au moment où je me suis rendu compte que ça n'irait plus pour Pascal.
Les conclusions sont que je suis évidemment enchanté de cette course, excellente pour la première fois depuis bien longtemps.
Outre cela, c'est aussi la première fois depuis longtemps que mes prévisions et mes sensations en semaine étaient justes. J'avais encore dit la veille que je serai bien mais je ne savais pas que ce serait à ce point.
Un tout grand bravo aussi à Stefan qui, malgré pour moi une excellente course, ne finit qu'à une vingtaine de secondes, à Louis fine pour son retour, à Eddy pour sa belle course malgré la semaine de moisson et à tous mes Amis adversaires qui aujourd'hui ont vu mon dos mais qui je le sais, vont aussi travailler pour qu'il en soit autrement à la prochaine course et ça c'est très chouette de pouvoir lutter très amicalement.
Deux petits bémol cependant, mon coup de barre des 6-7 km mais qui est je pense explicable par la tactique et le fait que je sois juste dans la mauvaise partie d'un peloton de 40 personnes devant moi en 1' avec la perte de points que ça suppose mais là je pinaille.

Rendez vous maintenant à Wodecq course à propos de laquelle je me pose plein de questions mais ce sera pour plus tard.

1 commentaire

Commentaire de Kiki14 posté le 07-08-2006 à 15:59:00

Merci Guirlande pour ton haletant...!!....récit .... et BRAVO pour ta performance....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !