Récit de la course : La Corrida Pipaisienne 2005, par guirlande

L'auteur : guirlande

La course : La Corrida Pipaisienne

Date : 7/8/2005

Lieu : Pipaix (Belgique)

Affichage : 1087 vues

Distance : 10.14km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

Corrida Pipaisienne

Une fois n'est pas coutume c'est jeudi dernier que je commence la narration de la corrida pipaisienne.
Déjà depuis Thimougies que j'annonçais à notre petit reporter que la corrida ferait partie de mes objectifs. Diable que le temps passe vite. Pour rappel j'avais terminé vivant alors mais en 6'42"/km!!!!!
Dès lors malgré le fait que ce n'était pas prévu dans le planning d'entraînement, je me décide à aller reconnaître le parcours de Pipaix jeudi dernier et suis rejoint par tonton et marraine Oliv et Manu, par le V6 aux Rayban Sebe, le joggeur à la CBR PhilippeP et la fine family. Bien m'en prit car effectivement il est important de connaître un parcours quand on veut modestement et suivant son niveau y briller.
Vendredi soir, pâtes et dodo 21h30 (après deux jours de folie au boulot), samedi midi, pâtes, samedi soir, pâtes et samedi soir malgré l'insistance de certaines de mes adversaires, non je ne boirai pas une bonne bière mais bien de l'eau pétillante, n'insistez pas. Evidemment depuis que j'annonce cet objectif, on me taquine mais bon c'est de bonne guerre.
Samedi soir, après un bowling bien agréable, je reste coincé devant le foot et vais me coucher mais ne trouve que difficilement le sommeil. M'enfin, comment peut on être nerveux pour viser un modeste 4'40" et une moitié de tableau (càd dans l'anonymat du peloton). Non en fait, je sais que l'entraînement va payer (merci Nostradamus) mais si malgré ça j'étais dans un jour sans. Je crois que je ne me suis pas encore habitué à ne plus passer par la fenêtre dans les courses.
Dimanche, éveillé avant le réveil et vite avaler quelque chose avant 7h15. Je cherche de la confiture dans le frigo mais n'en trouve pas. Qu'à cela ne tienne, trois petits sandwiches avec une tranche de fromage sans beurre feront l'affaire. Douche et puis une World Cup 2002 (la Belgique championne du monde vous en doutiez). Durant ce temps, j'avale aussi un litre d'eau agrémenté d'un soupçon de Teisseire pour compenser le sucre que je n'ai pas pris. Et puis sur le coup de 9h10 départ vers Pipaix accompagné de mon épouse et de notre chien. Je déteste être en retard mais malgré cela je devrais faire patienter Louis fine quelque peu pour lui confier mes impressions d'avant course ainsi qu'il me l'avait demandé (lire par ailleurs). Je croise certains habitués de l'ACRHO et fait quelques foulées d'échauffement sur le dernier kilomètre de la course et retour au départ. Les sensations ne sont pas top mais je crois que ça devrait quand même passer. Objectif du jour: descendre sous les 4'40" (voir approcher les 4'30" mais cela je le dis à demi-mot car ça devrait rester un rêve pour l'instant). Le départ me surprend un peu et ainsi que je l'avais prévu, je démarre vers l'avant du peloton pour éviter les goulots des 1500 premiers mètres que j'estimais relativement étroits. Premier km en descente prévu à 4'30", il sera avalé en 4'22". Les km 2 et 3 étaient prévus vers les 4'40" car légérement bosselés, je passe en 13'27" (4'29") au 3 avec les puls qui sont déjà depuis 1 bon km au dessus des 95%. Il fut un temps où j'aurai inmanquablement explosé à cette allure cardiaque mais je sais (ou plutôt je me doute) que ça devrait passer. Bon OK pas de panique, on va garder un bon rythme de croisière jusqu'au 5e et récupérer quelque peu. Passage au 5e en 22'36" (4'31"). Entre-temps Mika Lejeune, qui se planquait à quelques 20 mètres de moi m'a rejoint vers le km4. Au 6e Mika qui souffrait un peu jusque là, augmente la cadence et ainsi que je l'avais dit je ne le suis pas car je sais ce qui nous attend encore après et qu'il s'agira d'encore pouvoir mettre une dent dans les 3 derniers. Il se rendra vite compte de cela et lèvera le pied. Nous arrivons dans le long faux plat et le vent souffle quelque peu. Je lui dis de se mettre derrière moi et qu'on va se relayer. A ce moment je sens que je suis quelque peu plus fort (mais chapeau à lui pour son mental d'acier) car je prends environ deux tiers du faux plat à un rythme assez soutenu. Passage au 8e en 36'12" (4'31"). On continue à se parler et je l'encourage à rester avec moi. Passage à la bosse du 9e, on la gère ensemble, il y aura encore moyen d'accélérer après. A ce moment je commence à allonger et à accélérer le rythme, de plus en plus vite. J'attends encore Mickaël en face d'Axa car je voudrais terminer avec lui mais il n'a vraiment plus de jus. Arrivée en 45'58" (4'32"). Ainsi que Didier Duvivier et Xavier Wauquiez m'en ont fait part, il me semble également que la distance est supérieure à celle annoncée car 9'46" pour 2140m à l'allure à laquelle j'ai été (de surcroît majoritairement descendant) me semblent très lents. Mais bon peu importe cela reste superbe, magnifique, bien au delà de ce que je pouvais espérer. Le tout rehaussé d'une 174e place et de 632 points!!!!!
C'est 14"/km de moins que le Floc, mon meilleur résultat jusque là. C'est 18" de moins (Maubray) qu'il y a deux mois et le début de mon changement d'entraînement. Le prochain objectif sera Stambruges où j'espère approcher les 5'/km (voir moins mais n'allons pas trop vite).
Merci à Mika pour son soutien, merci à mon "coach" (ouhhh je me faire en"guirlandé" il aime pas ça), et merci à mon épouse Nathalie pour ses encouragements et RDV à bientôt pour de nouvelles aventures.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !