Récit de la course : Tor des Géants 2015, par FOREST Alex

L'auteur : FOREST Alex

La course : Tor des Géants

Date : 13/9/2015

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 1153 vues

Distance : 321km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Je ne ferai pas de CR du Tor cette année, mais voici quelques-uns de mes meilleurs souvenirs 2015 (il y en a eu plein d’autres évidemment) :

- Tradition oblige, je passe la nuit précédant le départ dans la maison de Sénateur Jean-Mi. Cette année, Luca dort avec moi, pas de problème, les maisons de Jean-Mi sont grandes. Et comme il pleut, on s’installe comme en 2013 contre la paroi de Dolonne pour rester au sec. Une super nuit, bercé par la pluie, je vais dormir comme une marmotte (il faut dire que je n’ai pas beaucoup dormi depuis 3 mois).
Le dimanche matin, en repliant les maisons, Luca trouve une frontale. C’est la frontale de nuit de Jean-Mi, celle qu’il a cherché tout l’été (souvenez-vous, à la Sky Race, Jean-Mi courait avec une frontale de jour puisqu’il avait perdu celle de nuit). Enorme fou rire avant le départ.

- Tout le col de l’Arp, jusqu’à la Thuile, et même la 1ère moitié de la montée au Passo Alto, je parviens à suivre le rythme de Luca. Alors bien sur on papote, on rigole, on raconte plein de conneries. Et je place régulièrement des accélérations, je répète à Luca que le Tor se joue avant la Thuile. Il faut toujours écouter les conseils des Sénateurs.
Enfin dommage, je n’ai pas pu suivre Luca plus longtemps.

- Lundi 7h, fin de la 1ère neutralisation de la course, je quitte Rhêmes en tête en compagnie de Sénateur Claude. Bon pas longtemps, Claude monte beaucoup trop vite. Mais je parviens à rester dans les 1ères positions dans la montée du col Entrelor. Enfin jusqu’à la neige. Ou plutôt la glace. Les 200 derniers mètres de dénivelé sont complètement verglacés. Et comme je n’ai jamais de batons, impossible de tenir debout. Alors je vais terminer l’ascension d’Entrelor à 4 pattes dans la neige. Un moment mémorable !

- Mardi 19h, il pleut et j’arrive à Goillas, comme en 2014. Je retrouve Chiara et toute sa famille. Pendant que je déguste quelques parts de tarte aux prunes, Chiara m’explique que cette année avec le nouveau règlement les organisateurs ont interdit aux coureurs de dormir ici, et même ce ravito sauvage est normalement interdit. Quoi ??!! Mais j’en ai rien à foutre du nouveau règlement ! Je suis ici pour manger, dormir, et passer un bon moment avec des amis, alors les commissaires de course peuvent passer, je saurais les accueillir. Et je file dormir un peu, je demande à Chiara de me réveiller à l’heure du repas.
Chiara me réveille pour manger vers 20h. Le repas est un délice, comme toujours : pates haricots en entrée, patates saucisses et fromage frais (au piment) en plat principal, et une crème maison en dessert.
Et pour bien digérer, un verre de limoncello. Et c’est à ce moment là que les "commissario di gara" arrivent. Ils notent mon dossard, me rappellent le nouveau règlement, mais reconnaissent que certains points de ce règlement sont ridicules. Ils finissent donc par partir, sans même boire de limoncello.
Bon, bah moi je retourne dormir 2h.
Vers 1h mercredi matin, après 6h de pause, il faut repartir. C’est sur que j’ai foutu une grosse pression à la tête de course, parce qu’avec mes 6h d’arrêt interdit, je vais certainement gagner le Tor.
Enfin, vivement 2016, pour passer d’autres merveilleux moments ici.

- Mercredi 11h30, il pleut toujours, j’arrive chez Ulrich à OberLoo. Je m’installe à l’intérieur pour déguster ses ravioles maison et ses délicieux fromages.
Dehors, 2 musiciens accueillent tous les coureurs. En ressortant, Ulrich leur demande de me jouer la Marseillaise en l’honneur d’un Sénateur Français. Ambiance de folie ! Merci Ulrich.

- Mercredi 20h30, j’entre au refuge Crest, je m’installe à table, et j’appelle les organisateurs pour leur demander d’arrêter la course, histoire que je puisse manger et dormir tranquillement. Non, non, je déconne, ce n’est pas moi qui ai décidé d’interrompre définitivement la course. C’est une pure coïncidence, mais la décision d’interrompre la course a été prise pile au moment où j’ai pointé à Crest. Du coup, je me suis empressé d’aller réserver un lit, puis je me suis mis à table et je me suis régalé avec le délicieux ravito proposé.
J’ai passé une excellente nuit, et quand je me suis réveillé vers 8h, j’ai appris que la course était définitivement arrêtée.
Evidemment, déçu de ne pas arriver à Courmayeur, surtout que c’est toujours dans les 100 derniers kms que je reprends le + de place, et avec ces conditions meteo, j’étais probablement parti pour faire un top 100. Mais la décision de l’organisation était la bonne, on ne joue pas avec la vie, et puis je commençais à en avoir marre d’avancer sous la flotte.

- Samedi 19 septembre, il Tor Alternativo :
Avec Luca, Clelia et Daria, nous nous rendons à Merdeux chez le Geant Fulvio. L’Espagne est déjà là, représentée par SenaTor Oskar, accompagné d’Oscar Perez, double vainqueur du Tor et quelques autres amis. Mauro est là aussi. La polenta est en train de cuire, on attendait plus que nous pour passer à table. Les meilleurs fromages du monde sont ici également. Et pour bien apprécier tout ça, c’est à boire qu’il nous faut ! Oui, de l’eau du St Bernard, cette eau que les montagnards parfument avec du genepy, cette eau dans laquelle les myrtilles apprennent à nager.
90° d’alcool, ça réchauffe !
Mauro nous raconte des histoires, toutes les langues se mélangent, italien, espagnol, français, on y comprend plus rien mais on est mort de rire et c’est bien ça le principal !
Le Tor Alternativo, le meilleur moment du Tor !

5 commentaires

Commentaire de Renard Luxo posté le 26-09-2015 à 23:00:35

On sent bien le Sénateur briscard au travers de ce "mini"-récit : savoir où s'arrêter, qu'y manger, et dormir combien de temps ... ? Bravo à toi Alex, même amputé ce Tor était une fois de plus hors-normes !

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 27-09-2015 à 13:07:45

Bien qu'étant incapable de participer à une telle folie, j'avoue que des CR comme le tien pousseraient volontiers au crime!!! Marcassin-Mercantour avait bien insisté sur ce qu'on peut trouver en chaleur humaine et boustifaille sur le TOR , et je comprends aisément qu'on supporte avec bonheur le statut sénatorial malgré l'épreuve que ça représente ;-)

Commentaire de philkikou posté le 28-09-2015 à 06:45:26

En lisant ton récit je découvre qu'en fait le TOR ce n'est qu'un simple parcours gastronomique !!! Avec comme devise : Avant de déguster de bons repas avec un bonne ambiance chaleureuse, vous allez déguster !!!

Bravo, chapeau à toi...

Commentaire de samontetro posté le 28-09-2015 à 08:46:42

Quelle belle aventure que tu nous racontes là! Très chouettes moments de course.

Commentaire de arsim25 posté le 28-09-2015 à 13:21:36

Excellent résumé de cette "course". Le règlement devrait être adapté aux objectifs des coureurs...ou un règlement spécial sénateur! En tous les cas, un Tor sans malatra, c'est pas vraiment un tor, il manque un truc. Enfin bon, c'était super de se voir un peu.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !