Récit de la course : 24 heures de Saint Laurent du Pont 2006, par LtBlueb

L'auteur : LtBlueb

La course : 24 heures de Saint Laurent du Pont

Date : 23/9/2006

Lieu : St Laurent Du Pont (Isère)

Affichage : 1553 vues

Distance : 162km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

Premier voyage en Circadie

Avril 2001, la ML du Zoo est en pleine effervescence ; l'un de ses plus illustres représentants, un certain Papy Ming, est en tête des 24h de St Fons à une moyenne de près de 10km/h ; alors que je viens à peine de terminer mon 2nd marathon, courir 24h me semble à ce moment quelque chose de tout simplement incroyable, inimaginable... Au final, notre Papy national, ayant oublié de boire , ce qui est bien le comble pour l'inventeur des AAB (Appel à Boire), finira 2ème à quelques encablures de la barre mythique des 200km... Cet aventure, pleine de suspense et d'émotion aura, en ce qui me concerne, été la source première d'une longue série d'épisodes qui m'améneront peu à peu à vouer une grande admiration et un profond respect envers les circadiens... De là, à me présenter au départ d'un 24 heures, il y a un pas que j'ai mis longtemps à franchir, préférant gravir lentement les marches, jusqu'au...



Samedi 23 Septembre 2006, Saint Laurent Du Pont (Isère)

Pas encore très concentré sur l'événement, j'arrive à la bourre sur les lieux de la course, situé à 40' de mon domicile ; le temps de saluer l'Antilope, le Bourrin, le Troll et le Lapinos déjà sur place, de me mettre en tenue il est déjà temps de se rendre sur la ligne de départ située, devant la mairie, en dehors du circuit ; mes affaires de rechange sont à 150m du circuit au fond du gymnase, mon ravito n'est pas placé sur le tracé du parcours, bref au moment du départ, 11h, je suis atteint d'une soudaine prise de tête... réalisant sans doute que c'est d'un 24h qu'il s'agit ... et non de la Foulée des Chataignes du village local ;-)))) (je précise que je n'ai rien contre la Foulée des Chataignes ) J'arrive ici riche des nombreux témoignages de coureurs de 24h, et peut être quelque part ai-je déjà ainsi fait la course dans ma tête...Lorsqu'on m'a demandé, quelques jours plus tôt, quel était mon objectif, ma réponse fut 160km...j'ai failli ajouter "mini" rêvant de m'approcher de la barre mythique des 168km (4 marathons). En fait avant même de réussir cet objectif kilométrique, je me satisferais déjà de pouvoir appliquer la stratégie que j'ai choisie...



Stratégie

---------

Avant de décider d'une quelconque tactique, je relis l'excellent article de Léonard, la recette du Quatre Quarts Breton, paru dans Ultrafondus il y a 2 ans...Premiere étape de cette tactique, partir très doucement, aussi je me donne comme objectif d'être à moins de 50km après les 6 premières heures. Le deuxieme quatre quart sera couru moins vite, via une augmentation des temps de repos et de marche. Lors du 3eme quatre quart, mon objectif sera avant tout de rester en piste et de ne pas céder à la tentation du sommeil. A ce moment, inexperimenté sur ce type d'épreuve, j'envisage de courir le 4ème quart plus vite que le 3ème...arfff on y reviendra



1er Quart

----------

Donc me revoilà en piste à St Laurent Du Pont parmi 62 inscrits en solo (dont 8 féminines) et 8 équipes de relais à 6...Partir doucement, j'ai dit, parti doucement, je suis ... Au coté de l'Antilope et du Bourrin, je termine le 1er tour à quasi l'arrière du peloton... Un peu de manutention histoire de placer ma caisse de ravito du bon coté des

barrières, de facon à pouvoir me ravitailler sans détour...Après

quelques tours courus au côté de l'Antilope, mon système de fixation de dossard fais des siennes et je fais un 1er A/R jusqu'à mon sac de facon à récupérer des épingles à nourrice.. L'une de mes premières surprises est de constater que de nombreux coureurs vont beaucoup plus vite que nous ; parmi ces coureurs, beaucoup me sont familiers et ont dejà couru à St Nazaire en 12h ou plus...Au bout d'1 heure, j'ai parcouru 8km, et la plupart des coureurs m'ont déjà doublé 2 voire 3 fois, soit une vitesse moyenne de 10.5 à 11.5km/h. Cette situation ne m'émeut guère en fait et je suis juste curieux de voir combien de temps ils vont tenir à ce rythme...Certes je suis un tout petit peu en deça de l'allure moyenne prévue sur ce premier quart , mais je préfère garder le même cap plutot que de risquer tout perdre en accélérant...d'autant plus qu'il commence à faire chaud , très chaud . Les prévisions météo ayant prévu en début de semaine, un week end gris et pluvieux, j'ai apporté une garde robe conséquente ...qui passera le week-end dans mon sac ; les prévisions de la veille s'étaient révélé plus rassurantes mais n'avaient pas prévu une telle chaleur (29°C à l'ombre, 35°C au soleil). Perso ce "beau" temps neme plait guère et je m'étais pris à espérer des conditions plus rudes.



En ce début d'après midi, il faut donc très très chaud et c'est un

véritable coup de poignard pour tous ceux qui ont choisi un rythme un

peu trop rapide . Ainsi à partir de la 3ème heure de course, hormis le

top10 et les inlassables relayeurs, les allures moyennes des coureurs

baissent fortement ; je n'aime pas la chaleur mais mon allure faible (7 tours soit 8km/h) ainsi qu'une hydratation soutenue (1/2 verre toutes les 5 minutes) me permet de limiter la casse et de préserver mes forces pour plus tard. Chacun est impatient de voir le soleil se cacher derrière les montagnes pour gagner un peu de fraicheur... Profitant des tours qui s'égrenent, j'ai progressivement ramené le contenu de ma caisse de ravito vers le camp de base du Zoo. Pendant ce 1er quart, ma progression s'effectuera ainsi par palliers de 2 tours : à la moitié du 1er tour, je bois un 1/2 verre de coca en marchant (environ 15"), puis à la moitié du 2nd tour , je bois un 1/2 verre d'eau gazeuse en marchant environ 15", enfin à la fin du 2nd tour je m'arrête 1' au "stand" où je bois un 1/2 verre de caloreen ... et ainsi de suite...

Après 4h de course, je fais un crochet pour engloutir une assiette de

pâtes, la faim commencant à se faire sentir et me rappelant qu'il n'y a pas eu de repas à midi ;-) Je repars, l'estomac un peu chargé , mais j'ai un appareil digestif en béton et ca se tassera rapidement...

A 17h après 6 heures de course, j'ai effectué 42 tours, soit 48 km et je suis donc pile poil dans l'objectif de prudence que je m'étais fixé...

Le Zoo fait bonne figure , avec dans l'ordre le Troll à 45 tours, le

Lapinos à 43 tours et l'Antilope à 39 tours (je m'en souviens ; c'est le sms que j'ai envoyé au Dingo ;-) ) le Troll a l'air bien et semble solide ; le Lapinos après un départ prudent mais néammoins plus rapide que ma pomme, semble montrer quelques signes de lassitude ; quant à l'antilope, je la sens bien à quelques encablures derrière moi ; on court grosso modo à la même allure et je dois à ses arrêts réguliers les 3 tours d'avance, qui me valent de sauver mes oreilles à ce moment là ;-)) L'antilope s'étant jurer de tailler les oreilles en pointe de tous ceux qu'elle pourrira, reviendra t'elle bredouille de sa chasse de St Laurent ? ;-))





2nd Quart (17h-23h)

-------------------

Résumé de l'épisode précédent : A 17h après 6 heures de course, j'ai

effectué 42 tours, soit 48 km et je suis donc pile poil dans l'objectif de prudence que je m'étais fixé...



En démarrant ce 2ème quart, je m'efforce de conserver le même rythme de croisière ; la chaleur a joué un "sale" tour à tous les participants et même si j'ai été prudent, je ne me sens déjà plus très frais...le pire serait de profiter de la baisse de température relative pour s'emballer.

Je décide de casser la monotonie du parcours en ajoutant une petite

difficulté : rédiger un sms en courant au Dingo avec les positions de

quelques acteurs du jour ;-))) immanquablement c'est le moment qu'ont

choisi le Toutou et GéLesBôMollets pour venir jouer les supporters ;-))

et donc il sont MDR de me voir tourner avec un téléphone à la main ;-)))

ce qui durera 3 tours, vu que les infos sont sur le grand tableau situé sur la ligne d'arrivée et que je n'ai pas envie de me poster 10' à faire le reporter de luxe ;-)) Bref la fin de journée approche, la douceur fait place à la chaleur et je m'efforce d'aligner les tours selon le même tableau de marche, ce que je parviendrai à faire grosso modo jusqu'à la fin de la 8ème heure... moment où les jambes commencent à se faire dures, alors que j'ai tout juste passé le 60ème km. Ca ne va pas être évident ((-:

En cette fin de journée plusieurs "locaux" sont venus jouer les

supporters : Gilbert, présent depuis le matin et qui aura passé une

grande partie des 24h sur place, Les2Michels, organisateur des 100km de ST Nazaire, Michel Cercueil, etc ...

Courir, marcher, avancer, s'arrêter, redémarrer, encourager, grimacer,

résister, insister, rebondir, continuer... autant de phases par

lesquelles il me reste près de 15 heures à passer ;-))



Le Troll a adopté peu ou prou une allure identique à la mienne ; quant

au Lapinos, il passe de plus en plus de temps au stand, ce qui n'augure rien de bon... Dans la 10ème heure, j'effectue un long arrêt en cuisine ou je savoure un bol de soupe (très très chaud le bol de soupe) et un morceau de St Marcellin : slurpppsss ;-)) Relancer la machine lors d'un 24h est toujours un challenge, même lorsque l'arrêt n'excède pas une dizaine de minutes. Néammoins, requinqué, je me remets en piste alors que la nuit est maintenant tombée, avec toujours à l'esprit l'objectif de m'économiser au maximum...Les 2 heures suivantes me permettent d'ajouter 15km au compteur .

Il est 23h, les 42km effectués dans ce 2nd quart me permettent de rester sur les bases de mon objectif. Ce cap de la mi course est important psychologiquement : au lieu de compter les heures effectuées, on ne peut alors s'empecher de compter les heures qui restent...et 12h me paraissent alors une infinité...





23eme Quart (23h-5h)

-------------------

S'il y a un élement que je n'appréhende pas trop sur ce 24h, c'est bien

la nuit... et je m'imagine passer le cap du sommeil sans trop

d'encombres. Je fais alors un détour par le gymnase pour me changer et

endosser ma tenue de noctambule : collant long, maillot manche longue

kikourou, lecteur mp3 chargé à bloc avec 8h de musique...je m'allonge 5'

et je repars dans la foulée... Le Zoo a perdu l'un de ses vaillants

coureurs, le Lapinos ayant préféré rejoindre ses pénates, pas vraiment

emballé par le 24h. Le Troll et l'Antilope continuent comme si de rien

n'était...J'aligne 3 tours consécutifs pour dérouiller la machine, puis

je reprends mon rythme régulier, entrecoupé d'un arrêt marche au

ravitaillement et d'un vrai arrêt au stand "Zoo" tous les 2 tours, stand

où je bois réguliérement l'équivallent d'un verre de caloreen et où

j'essaie de faire un ou 2 étirements (il m'est de plus en plus difficile

de me relever depuis la position accroupie). Les périodes de marche se

sont allongées et les 7 tours/heure du début de course (8 km/h) se sont

transformés en 5 tours par heure (6km/h). Après 13h30 de course, je

passe le cap des 100km au compteur ; il me reste donc une dizaine

d'heures pour faire les 60km restants... Sur le circuit, le nombre de

coureurs a diminué sensiblement,certains ayant à priori choisi de se

reposer quelques (?) heures ; de mon côté, je peine à relancer après les

pauses ou les périodes de marche ; néammoins je suis à ce moment

persuadé que la stratégie de la régularité (vitesse aussi constante que

possible, arrêts prolongés à éviter) doit être payante par rapport à la

stratégie "dent de scies" de certains coureurs qui vont plus vite mais

disparaissent assez fréquemment pour des arrets prolongés...Vers 2h

(soit 15h de course), je retourne en cuisine et commande une soupe de

pates, que je vais consommer en marchant tranquillement sur le circuit

(trop chaude !!)

Puis, au beau milieu de la nuit, l'apparition du Toro et de la Vachette

est une divine surprise ; ca vaut tous les "gels coup de fouet" du monde

;-))) Le seul truc que je connaisse qui ait la double propriété sucre

rapide / sucre lent ;-)). Décidément je ne verrai jamais le Toro en

plein jour, et cette rencontre est dans la lignée de la précédente

(transmission du témoin à Gap pour Franchir II... à 4h du matin ;-)))

Après un passage difficile psychologiquement (vers 2h du mat) , je suis

alors de nouveau dans une bonne phase en alternant bien les périodes de

course et de marche et en limitant la durée des arrêts au stand, poussé

par les tubes qui rugissent de mon MP3 ; ces bonnes sensations se

concrétisent puisque de 3h à 5h du matin, j'effectue 13 tours , autant

que la 1ère féminine et uniquement devancé par le futur 1er au scratch...



38 km parcourus lors de ce 3ème quart, 128km au total, je suis en train de toucher du doigt mon objectif...

Le Troll s'est éclipsé au coeur de la nuit pour aller piquer un somme

dans le gymnase ; quant à l'Antilope, hyper régulière, et soutenu par un Bourrin, super assistant, elle en a profité pour s'installer à la

deuxième place du classement féminin et je ne vois pas qui pourrait l'en priver ;-)



4ème Quart (5h-11h)

-------------------

Résumé de l'épisode précédent : 48+42+38, soit 128km je suis en train

de toucher du doigt mon objectif...L'antilope est solidement ancrée à la 2ème place...



Dans mes prévisions (théoriques) d'avant course, j'avais prévu de courir le 4eme quart plus vite que le 3ème (je me comprends ;-))) Et bien la lassitude qui me prend et m'accable à 5h du matin , me fait fortement douter du bien fondé de cette théorie ;-)))

Pendant 2h, je vais ramer sec en attendant le lever du jour et en

espérant un coup de fouet qui me permettrait de repartir ; vers 7h, les premieres lueurs apparaissent derrière les contreforts de la Chartreuse, si proches ; le beau temps de la veille a laissé place à un temps couvert et un ciel noir , d'où tombe par moment un crachin automnal ; il fait à peine frais mais je file quand même au gymnase enfiler un coupe vent... l'arrêt même très court qui m'a amené à sortir du circuit qqs minutes, m'a fait du bien, et je repars pour quelques tours en arrivant même à courir, ce que je n'avais plus fait depuis 5h du matin...

Ca ne dure pas très longtemps, à chaque passage au stand, je mets de

plus en plus de temps à me relever et repartir ; j'effectue un dernier

détour par les "cuisines", pour avaler une soupe... je suis innondé de

pensées négatives, j'ai mal partout ; même la marche désormais commence à me faire mal (au dos)... A 3h de l'échéance de ce 24h, il me reste

15km à effectuer pour atteindre les 160km...Quasi autant que ce que je

viens d'effectuer à l'arrache en 3h...Je récupère mon téléphone dans mon sac et tout en marchant écoute/lit les messages/sms qui m'ont été

laissés depuis le départ. Ca me donne du baume au coeur, un SMS du Dingo , qui me conseille d'en garder pour le sprint final, m'arrache même un sourire ;-)

A chaque tour effectué, je ne peux m'empêcher d'effectuer le compte à

rebours, plus que 11 , plus que 10... Désormais incapable de courir, je sais que jusqu'au bout je n'aurai aucun répit, et qu'il me faudra

tourner jusqu'au dernier instant. Je repense aux 4 dernières heures de

la Cromagnon avec la Tortue, à la pêche qu'on avait eu, et là

franchement c'est plutot la lente et longue agonie du coureur de grand

fond...Je me surprends à raler, jurant et répétant que c'est le 1er ...

et le dernier essai sur le double tour d'horloge , et qu'on ne m'y

reprendra plus ;-)) La plupart des coureurs est revenu sur le circuit, y compris le Troll ;-) A une heure de la fin, il ne me manque que 4 tours (soit ~5km) ; la bonne nouvelle, c'est qu'en marchant je le "ferai" ; la mauvaise nouvelle, c'est qu'il va encore falloir marcher pendant 1h alors que je serais bien allé piquer un somme ((-:

A 30' de la fin, j'entame un dernier tour, une dernière fois je passe

devant le ravitaillement de l'arrivée, virage à 90° sur la gauche pour

s'engager sur la piste en cendrée du stade, 250m de piste avant de filer via un petit "raidillon" caillouteux vers la sortie du stade, je frole une derniere fois la ballustrade en prenant le virage à gauche vers l'unique section de bitume (50m), qui se prolonge en lègère descente sur un chemin, nouveau virage de 90° à gauche, passage entre stade de foot et stade de rugby, virage à gauche...là gros coup de fatigue, je m'arrête, m'étire et repars avec l'antilope, le bourrin et le troll qui me rejoignent.. virage 90° à droite sur chemin en gravillons direction le ravitaillement n°2, virage à gauche coincé entre 2 haies d'arbustes, retour à proximité du stade d'athlé, légère montée via un chemin en "S", dernier virage à gauche , nosu rentrons sous la tente de l'arrivée, passons devant le tableau de passage, le pointeur annonce une dernière fois mon numéro de dossard... ca y est c'est (presque) fini ;-))



La tradition à St Laurent Du Pont veut que le dernier tour soit effectué de facon groupée ; ainsi les coureurs sont bloqués sur la ligne d'arrivée entre 5' et 10' avant l'arrivée et le tour d'honneur (donné en cadeau par l'organisation) est amorcé lorsque tous les coureurs ont été "capturés"... j'attends sur la ligne en discutant avec 2 coureurs locaux, membres des équipes de relais, puis tout le monde, coureurs, organisateurs, supporters, spectateurs effectuent ce tour en marchant, moment sympathique qui conclut ses 24h de convivialité... l'antilope qui est allé au bout d'elle même fait peine à voir, soutenu par son Bourrin... (un grand coup de chapeau à toi Laurence !)



Quelques Chiffres

-----------------

* Kilométrage par période de 6h :

48 - 42 - 38 - 34 (total 162km)



* Vitesse par tranche de 2h :

8 - 8 - 8 - 7.5 - 7 - 7 - 5.75 - 5.75 - 7.5 - 5 - 5.75 - 5.75

(vitesse moyenne 6.75 km/h)



* Aliments/boissons ingurgitées :

- 6l de caloreen

- 2l de coca

- 4l d'eau gazeuse

- 2l de thé

- 1l de soupe

- 3 assiettes de pates

- 1 sandwich au jambon

- 3 ou 4 bananes

- plusieurs poignées de raisin sec

- 1/2 saucisson

- 2 tubes de sporténine



* 9ème au scratch . 8ème au classement homme. C'est un résultat inespéré pour un 1er 24h , résultat à relativer en considérant que la France de l'ultra ce même week-end était à Millau





Conclusion

----------



L'ambiance : je m'attendais à trouver une ambiance conviviale ainsi

qu'une grande solidarité entre les coureurs ; je n'ai pas été décu par

tous les mots sympas échangés ; peut être aura t'il manqué à St Laurent quelques coureurs d'exception courant après un record inaccessible, poussés par le public, encouragés par les autres coureurs pour faire monter un peu la pression dans les dernières heures...



L'organisation : je m'apercois que je n'en ai pas dit grand chose

jusqu'à présent et c'est un tort ; d'abord l'organisation est constituée de connaisseurs ; comment pourrait on organiser un 24h pour la 11ème année consécutive sans être parvenu à tel niveau de connaissance de l'ultra ? à noter que l'un des "chef-organisateur" fut l'organisateur de feu "Le defi mondial de l'endurance" (ultra triathlon du Fontanil)

Ensuite, l'organisation est conviviale, 141 tours, et autant

d'encouragements (allez phil, allez philou, allez fifi, etc..) de la

part de l'équipe du ravitaillement n°2 ; enfin l'organisation est

dévouée/familiale/collective, comment ne pas l'être pour entourer les

coureurs pendant tout un week-end ; de ce point de vue elle me fait

penser à l'équipe de Michel Queste à St Nazaire les Eymes...



Allure/stratégie : si c'était à refaire, je partirais peut être un tout petit peu plus vite, vu que je ne suis pas persuadé qu'entre 8 et 8.5/9 km/h, la fatigue musculaire soit supérieure (pour ma pomme)... J'avais cité en début de cr, l'article de Marcel Milin sur la gestion d'un 24h en 4 quarts ; il est amsant de constater que pour un total de 162km, notre ami Léonard donnait la répartition de kms suivante : 48, 43, 38, 33 ;-)) Bref partir un peu plus vite, semblerait rimer avec viser 170km ;-)



Gestion de la course : Avant de découvrir ce qu'était un 24h, je n'avais jamais couru plus de 18h...Coincidence ? il se trouve que je pense avoir bien géré pendant 18h ; par contre, sur les 6 dernières heures, je n'y étais plus du tout ni mentalement (bon ok je n'étais pas au plus bas vu que je suis resté sur le circuit) ni physiquement (les tranches de course furent très rares)... Sincérement, je ne m'attendais pas à ce que cela aussi dur...Bref il m'a manqué 6h, histoire de faire un NS entre 3ème et 4ème quart et de venir chatouiller les 170km...



Préparation : inscrit à l'insu de mon plein gré ;-)), harassé par la

chaleur de Juillet, les 7 semaines d'entrainement incluant reprise et

montée en charge, ne m'auront permis que d'arriver avec un compteur

total à 310km, soit 45km en moyenne-semaine, semaine la plus chargée à

S-1 avec 68km...Un peu juste pour ambitionner plus que les 160km que je m'étais fixé...



Les amis : leur présence fut un support indispensable ; sans eux, je ne me serais même pas inscrit ;-)) Qu'ils aient été coureurs (Antilope, Bourrin, Troll, Lapinos) ou supporters (Gé, Toutou, L'Toro, La Vachette, Gilbert, Les2Michels, MichelC, Dingo, Zèbre, Libellule, Chamois, Tortue, Shadock, André...) , je leur dois d'être allé au bout...



La Suite : certains m'ont entendu dire (c'est donc que je l'ai dit ;-) "plus jamais ça" . Avec le recul, je ne peux pas être aussi catégorique et il n'est pas impossible que je retourne faire un tour sur le double tour d'horloge, à la condition d'être mieux préparé... Il est possible également que dans un moment de lucidité, je décide que ca n'en vaut pas la peine ;-)) Bref, à suivre...



Voilà, fin du 3ème tome, c'est fini...Merci d'avoir tenu jusque là ;-)



L'Blueb

4 commentaires

Commentaire de eric41 posté le 13-10-2006 à 12:32:00

Bravo Philippe pour ce premier 24 heures.
Belle gestion mais malgré cela rien est acquis sur le tour de l'horloge.
J'espère bien me lancer en 2007 et j'aurais en mémoire ta course.
Merci.

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 30-11-2006 à 23:57:00

Comment suis-je passée à côté de ce récit ? Ca aurait été trop dommage !
Quel joli compte rendu, comme si on y était !
Et, vraiment, félicitation pour la performance, assez exceptionnelle
pour la novice que je suis.

NoNo_admirative...

Commentaire de Stéphanos posté le 05-01-2008 à 10:07:00

bravo à toi
super récit,
étant internaute débutant, et préparant le 24h de st FONS 2008,dans 84 jours exactement je consulte les archives de kikourou.
Ton experience devrai m'aider,et elle est une source de motivation,je te remercie et te souhaite une trés bonne année ainsi qu'une bonne préparation pour ton prochain 24heures -(à st fons j'ai cru comprendre) donc à trés bientot

Commentaire de Estive 73 posté le 19-09-2009 à 21:58:00

Récit sympa et...instructif.
J'espère faire, enfin, mon 1er dans 6-8mois (StFons ?) alors je bouquine. De +, j'ai découvert cet après midi que les 24h de StLaurent, c'était... en ce moment !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !