Récit de la course : Saintélyon 2006, par menez29

L'auteur : menez29

La course : Saintélyon

Date : 3/12/2006

Lieu : Saint Etienne (Loire)

Affichage : 2603 vues

Distance : 68km

Matos : Chaussures Trail salomon, Socks trail, Garmin 301, ceinture 1 bidon, corsaire asics, "marcel" Odlo, maillot ML Patagonia Midweight variable knit.

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

Le récit

Saintelyon 2006
Relais 2 Ste Catherine / Lyon

Il est 1h00 du matin, lorsque le bus nous dépose Monique, Jean-François et David à Sainte Catherine, après une petite heure de route en provenance de Saint Etienne.
Depuis cette année le ravito de Ste Catherine ne se trouve plus au centre du village, mais à l’extérieur, afin que la population puisse dormir sur ses deux oreilles.

Petit retour en arrière.

Après 3 heures de TGV, il est 16h15 lorsque nous sortons de la gare de St Etienne. Bruno Gaccio, l’un des créateurs des Nuls, est une des premières personnes « connues » que nous croisons Il n’est pas venu pour la SaintéLyon, mais pour assister au match de la 16ème journée de championnat de France :St Etienne-Lorient.
Par le tram, nous nous rendons en centre ville. Nous passons là le restant de l’après midi.
Le centre ville est animé par un marché de Noël, et nous assistons à la retraite aux flambeaux, pour la fête de la Sainte barbe, patronne des mineurs. En tête de cette procession, la fanfare locale, suivi de 4 mineurs portant une statue de la vierge, lampe acétylène sur le casque, avant de nous rendre chez le fils de Claude, un des partenaires de Jean-Marc au MDS (Marathon des sables), pour une lasagne party. Au menu : taboulé, lasagne et plateau de fromages St Nectaire et GAPERON (fromage à l’ail et au poivre).

22h30 il est temps de se préparer, tout le monde s’affaire très « professionnellement »!!!!

Il est 23h45 lorsque les coureurs des équipes relais 2, 3 et 4 prennent le départ, dont parmi eux, Jean-Marc P., mon co-équipier et Fabrice B., 1er équipier du Team CAP, composé de Franck M., 2ème relais, Monique B., 3 ème relayeuse et Patrick U. 4ème et finisseur.

1h45, les premiers relayeurs descendent la colline permettant de rejoindre le stade en stabilisé, légèrement trop humide. La température, malgré l’altitude de 700m et l’heure avancée de la nuit, est presque douce. C’est décidé, je porterai 2 couches et mon corsaire pour ce deuxième relais.

Il est 2h/2h15 lorsque les premiers coureurs solo et équipe à 3 arrivent par la gauche pour se rendre à la table de ravitaillement, pour ne pas se mélanger aux relais à 2 et à 4 coureurs. Tous les dossards à 1 chiffre sont là, bien groupés. Cela fait maintenant 2h30 que Jean-Marc est parti de St Etienne et il ne devrait pas tardé a en terminé avec son relais, malgré sa cheville encore fragile.
Vers 2h20/2h25 je me met en place dans la zone prévue. Les relayeurs étant tellement nombreux à attendre, que le passage est des plus étroit.
2h35, Jean-Marc surgit, je l’appelle et l’attrape par le bras.
Nous mettons un peu à l’écart pour la transmission de la puce.
2h37, je pars. Après une traversée rapide de Sainte Catherine, nous attaquons la première bosse, à peine 100m de dev+. Le chemin rocailleux n’étant pas très roulant, il n’est pas facile de doubler, d’autant plus que les coureurs sont encore nombreux,. Après 5kms, la première descente arrive. Abrupte et étroite, il n’est toujours pas facile de doubler et je profite des portions plus large pour le faire. La seconde bosse arrive, la pluie également son apparition, fine et pas très forte. J’espère ne pas avoir à la subir jusqu’à l’arrivée, car je n’ai pas pris de vêtement de pluie. La pente s’accentue avant le ravitaillement de St Genoux ou nous sommes bien accueillis. 1mn d’arrêt, un thé chaud, 2 biscuits et c’est reparti. La fin de la montée se fait dans le brouillard ce qui réduit beaucoup la visibilité. J’éteins ma frontale, et miracle, ma vision devient bien meilleure.

Je repars, direction Soucieux en Jarrest situé -300m plus bas. Le brouillard est toujours présent, et la pluie toujours aussi fine continue de tomber. Le peloton s’étire de plus en plus et le bitume alterne avec le tout terrain. La descente d’environ 12kms est roulante et je boucle cette étape en 45mn. Je n’arrête pas de doubler, je me sens super bien. Dans le dernier kilo, j’encourage une jeune fille pressée d’en terminer. Elle finit dans ma foulée, me remerciant de mon support. J’arrive à Soucieux sans soucis, la moitié de mon relais étant derrière moi. Beaucoup moins de coureurs 3mn d’arrêt, 1 thé chaud, pain d’épices et biscuits et c’est reparti.
Cette nouvelle étape de 11.5kms me mène à Beaunant, via Le Garon et Chaponest me prend 1h05. A 4h du matin les rues de soucieux sont désertes, les seules personnes que je rencontre pour nous encourager sont les bénévoles assurant la sécurité sur le parcours et de temps en temps un insomniaque. Au beau milieu de la campagne une animation musicale surprise nous encourage. Je profite toujours des descentes pour doubler. Les lumières de Lyon nous indiquent la direction à suivre.
Les rues de Beaunant descendent vers le ravito. J’arrive à la station « speddy », il n’y a vraiment pas foule…. 3mn pour le dernier plein, je suis toujours au thé chaud et biscuits.
C’est reparti pour les derniers 11kms.
A peine 200m effectué, que le dernier mur apparaît. Pas question de courir dans cette dernière bosse, 120m~ de dev pour 1km. Je la monte à grand pas. Au milieu de la bosse, un jeune emmitouflé dans son duvet, musique rock à fond nous encourage du fond de son coffre ouvert. Au sommet de Ste Foy les Lyon, nous sommes maintenant dans les faubourgs de Lyon, c’est parti pour 2kms de descente. La descente n’est pas très rapide à mon goût. Je n’ai pas l’impression d’être aussi efficace que dans les précédente. Après un passage d’escaliers, je débouche sur les bords de l’Yonne ou du Rhône. Au GPS il me reste environ 6kms. Je sens que ces kms vont être long. En effet, ces kms avec d’un coté le fleuve, et de l’autre des hangars, sont monotones et interminables. Au loin des lumières semblent nous indiquer l’arrivée, mais les quais font brusquement demi tour. Nous poursuivons sur le quai où sont amarrées des péniches. Les radars lumineux clignotent avec le passage des coureurs devants les péniches. J’évite de justesse, la « décapitation », en me baissant au dernier moment, un câble d’amarrage tendu et n’étant pas signalé, me barre la route.
Au 37ème km, ayant un coup de moins bien, je pousse un jeune avec qui on se double et redouble depuis la dernière descente, à se mettre dans ma foulée. Je me motive en le motivant. Nous croisons de plus en plus de « civils » qui nous encouragent. L’arrivée ne doit plus être loin. Dernier tourne à gauche, plus que 500m, les oriflammes rouges matérialisent l’arrivée. J’accélère, il n’est pas question que le jeune me passe avant la ligne. Top, je passe l’arrivée de Gerland. 3h43mn50s, je ne suis pas mécontent d’avoir finit.

Jean-Marc est là, douché, frais comme un gardon.

Super ambiance que ce soit au départ, sur le parcour ou à l'arrivée.

Résultat de notre team:

73ème sur 277 en 6h34mn57s





2 commentaires

Commentaire de Coach Cyril posté le 14-12-2006 à 19:00:00

Super!tu t'es fais plaisir c'est l'essentiel....
Bonne perf!!

cyril

Commentaire de béné38 posté le 14-12-2006 à 19:04:00

Sympa ce récit sur un relais à 2.
Bravo pour votre perf ! Alors l'année prochaine en solo ?
Béné38

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !