Récit de la course : La Flassanaise 2007, par riri51

L'auteur : riri51

La course : La Flassanaise

Date : 14/1/2007

Lieu : Flassan (Vaucluse)

Affichage : 1394 vues

Distance : 23km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

4 autres récits :

la flassanaise

Dimanche 14 Janvier 2007, 10 jours après une sortie longue de 7h (cf : CR sortie off Sainte-Victoire 2007 d’akunamatata « un vrai chef d’œuvre »), me voilà au pied du Mont Ventoux, pour disputer « La Flassanaise ».

Il s’agit de mon deuxième trail dans le Vaucluse, en janvier dernier, j’avais participé au trail des fontaines. Il faisait froid, et par endroit, il y avait de la neige !!! Aujourd’hui, il fait environ 10°, et le soleil est de la partie.

C’est en short et tee-shirt manche longue que je m’apprête à me rendre sur la ligne de départ. Auparavant, j’ai le plaisir de retrouver Véro (Troll) et Joël (Forest 1473), de leur présenter Gaëlle, mon épouse (qui participe à son premier trail le 9 km, « elle ne sait pas encore que sa course va vite tourner au rocambolesque !!! » lire le CR du 9 km de Pierrot34).




Gaëlle (dossard 395) en pleine séquence de « jardinage » sur le 9 km (photo pierrot34)


9h30, le départ est donné, le parcours du 23 km comprend une boucle de 9 km, puis une autre de 14 km.

Après 500m de goudron, nous prenons sur la gauche un chemin forestier, très caillouteux, montant vers une monotrace. Celle-ci est assez technique, parsemée d’embûches (cailloux, branches, racines…) et longue d’environ 2 km.

Ensuite nous débouchons sur un chemin très pentu. Je suis en compagnie de la deuxième féminine (elle vient de me rejoindre) et je m’octroie le droit de marcher un peu (environ 20m).

Puis nous arrivons au premier ravitaillement, je ne m’arrête pas, je suis parti avec le porte bidon (1 bidon, 1 gel Maxim 3 doses et un gel overstim’s red tonic en cas de coup de pompe !!!).

Depuis le départ je m’hydrate régulièrement, environ 2 gorgées toutes les 10 minutes (j’ai mis une pincée de sel dans mon eau et je prends 2 fois par jour, depuis 10 jours, deux pastilles de Décramp, afin de limiter le risque de crampe. cf mes CRs Sainte-Victoire, Signes et Marseille/Cassis).

A présent nous attaquons une courte descente technique, je suis au sein d’un groupe d’une dizaine de coureurs. Dans le passage le plus périlleux, l’organisation a mis une corde afin de limiter le risque. Cela n’empêche pas « la deuxième féminine» d’aller faire un petit tour dans le décor (heureusement sans gravité).

La descente devient rapidement plus roulante, mon GPS indique des pointes à 20 km/h. Après 3 km dans cette combe nous sommes à présent en vue du village. Je passe en 43’ au 9 km, sous les encouragements de mes parents et de mes deux enfants (Que du bonheur !!!), déjà 403 m de dénivelé positif effectué (et non pas 280m comme l’indique la brochure d’inscription !!!).

Arrive le deuxième ravitaillement, je m’arrête pour remplir mon bidon. Cela me fait malheureusement perdre le contact avec le groupe « deuxième féminine ».

Je me retrouve seul, je prends une dose de gel maxim, puis j’attaque la longue montée de la combe de Canaud (jusqu’au 3ème ravitaillement).

Cette combe va me paraître interminable, nous évoluons (nous, car 3 coureurs m’ont rejoint) à l’ombre, j’ai froid !!!. Au bout de 2 km de montée, je commence à alterner 45’’ de course / 5’’ de marche, tout en gardant le contact avec le groupe.

La troisième féminine nous rattrape au ravitaillement, où je m’attarde un peu (je fais remplir mon bidon, mange des raisins secs et 2 carrés de chocolat).

Je repars en compagnie d’un jeune de Meyreuil qui coince un peu également (nous échangeons quelques mots, cela redonne le moral !!!).

Malheureusement, « Meyreuil » décroche, de mon côté la forme revient. A présent, j’attaque un véritable mur, je suis à environ 1 km du « sommet ». Je fais l’effort, en marche rapide pour recoller au groupe « Troisième féminine ».

Une fois la jonction établie, je prends une dose de gel maxim. Je reste avec ce groupe jusqu’au 4ème ravitaillement (cela me permet de récupérer un peu).

Le groupe s’arrête, pas moi, j’enchaîne. Je suis au point culminant de la course 1050m « la Chapelle st-Jean ».

J’attaque la longue descente, sur chemin, ramenant vers Flassan (environ 7 km). Je descends vite, mais volontairement, j’en garde un peu sous la semelle (7 km de descente j’appréhende pour mes jambes…).

Sur les 4 premiers kilomètres de cette descente, 2 coureurs vont me doubler. Arrive le dernier ravitaillement, mon bidon est encore bien rempli, je file sans m’arrêter.

Tout en maintenant mon allure, je m’aperçois que je commence à rattraper des coureurs. Dans cette deuxième partie de la descente, je vais reprendre environ 10 coureurs, dont les 2 qui m’ont doublé tout à l’heure.

Je parviens même à rentrer sur la deuxième féminine (je ne pensais pas la revoir avant l’arrivée !!!) et à la dépasser avant de rejoindre la portion goudronnée qui ramène au village.

A présent je suis sur le goudron, l’arrivée est toute proche, dernière difficulté du parcours : le petit raidillon dans Flassan (Il fait mal aux jambes celui-là !!!). Puis deux virages à gauche et je franchis la ligne d’arrivée en 2h 04 ‘22’’ (60ème/362), mon GPS indique 1370m au lieu des 950m donnés par le prospectus !!!

Ensuite je me dirige vers le ravito (pain d’épice + verre d’eau). Puis je pars en trottinant à la rencontre de Joël et Véro. Malheureusement, je n’ai pas la chance de les croiser. (Véro me donnera des nouvelles par téléphone un peu plus tard, elle termine sur le podium dans sa catégorie, FELICITATIONS !!! et son homme Forest 1473 termine aux alentours des 2h25, un mois après les 24 heures de Vallauris, CHAPEAU !!!).

Puis, je retourne à la voiture, m’étire et quitte à regret cette superbe petite commune nichée au pied du Ventoux.

Bilan : Personnellement, je préfère les parcours plus variés, avec plus de sentiers et surtout plus techniques (ici les sentiers et chemins sont surtout cassants). De plus, la combe de Canaud à cette saison est un peu triste et très fraîche !!! Enfin au niveau des paysages, le fait d’être souvent dans des combes nous empêche de profiter de superbes points de vue. Mais ce trail m’a permis de découvrir un village que je ne connaissais pas, d’effectuer une course sans crampe, et enfin de réaliser un chrono au-delà de toutes mes espérances pour une reprise.

Merci aux organisateurs et à tous les bénévoles. Mon CR se termine, A+ et je l’espère à bientôt sur les chemins et sentiers de France et de Navarre !!!

2 commentaires

Commentaire de akunamatata posté le 16-01-2007 à 14:01:00

beau CR Riri !
à bientot sur la galinette

Commentaire de joy posté le 16-01-2007 à 18:23:00

A ba voila le riri51 est au top pour un debut de saison.
Bravo et bonne continuation a toi grand guerrier du ventoux

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !