Récit de la course : Les Aventuriers du Bout de Drôme 2008, par Stéphanos

L'auteur : Stéphanos

La course : Les Aventuriers du Bout de Drôme

Date : 10/5/2008

Lieu : Crest (Drôme)

Affichage : 2292 vues

Distance : 100km

Matos : asics trabucco
camelback addidas 2l

Objectif : Pas d'objectif

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

64 autres récits :

Le récit

Les aventuriers du bout de la Drôme 

100 Kms     -     4800 m D+

  

Qui osera……

 

En début d’année, je ne retenais que 3 courses principales (24H de St Fons- 85Kms ultra trail de l’Aubrac- les Templiers), afin de m’y préparer au mieux. Mais voici que fin avril, ayant bien récupéré de mon 24H en demi-teinte (voir CR), l’envie de participer à une des nombreuses courses du mois de mai est grande. Le choix se porta sur ce 100 kms que Maria (ema) gagna l’an dernier, et dont je n’ai eu que de bons échos. Le hic : comment faire pour l’englober dans ma préparation, tout en gardant une certaine logique et pour être compris par mon entourage, afin de ne pas passer pour un fou? Surtout que mes expériences précédentes n’ont pas été très concluantes. Si je pouvais évité une nouvelle déception, ce serai pas mal !

J’ai trouvé, je m’inscris à ce 100 Kms en n’ayant que pour objectif de le terminer. J’envisage même de le faire en rando-course avec mon ami Alain (Khanârdo). Ayant peu de temps pour m’entraîner, cela me fera une superbe sortie, histoire de s’habituer au sac à dos (je viens de la route) et à la chaleur, en vue de l’Aubrac. La semaine avant le jour J je me prépare quand même comme pour un grand événement. Au cour de cette semaine, je sens bien que plus les jours passent et plus mon objectif change malgré moi. Je ne comprends pas de trop ce qui m’arrive. Secrètement je suis passé à un autre objectif : celui de faire la course le mieux possible. Faudrait peut-être que j’aille voir un psy ?

Jeudi 8 mai : je suis en repos, je bosse un peu chez moi tout en m’octroyant des pauses ‘kikourou’ où je parcours les CR concernant ce 100 kms, qui me fait de plus en plus rêver.

Vendredi 9 mai : réveil 4 h une journée de boulot qui se terminera à 17H. Quelques derniers achats, préparation des sacs, repas, 22H30 coucher, 23H dodo !    

Samedi 2 H 20 oups ! je n’ai pas entendu le réveil ! Je me dépêche, douche, p’tit dèj, je me met en tenue prenant soin de ne rien oublier. 3H20 départ de la maison, pas de temps à perdre pour rejoindre Crest. 4H05 j’arrive pour un départ à 4H30 ouf ! Je récupère mon dossart, je salue tout le monde dans la précipitation, débriefing de jack, l’organisateur. Juste avant de partir, on fait la photo Kikourou je vois Alain qui ma demande ce que je fais : sa course à lui ou la mienne ? Bien embarrassé je ne sais toujours pas quoi lui répondre. 4H45 : départ de Crest, tout va bien, je suis dans les derniers, pas d’affolement, la course sera longue, très longue. Je discute beaucoup, j’écoute tout en faisant attention où je mets les pieds. En effet, sortis des petites rues de Crest, nous sommes rapidement dans les chemins grimpant pleins de cailloux et de racines. J’essaye de ne pas rester seul, afin de ne pas me perdre. Le levé du jour est superbe. J’ai trouvé un rythme qui me convient, accompagné d’un jeune Kikou : Bibiche, de son prénom : Romain. Je le croyais espoir, il a en réalité 25 ans !   Viendra ensuite un plus ancien qui restera un moment avec nous. Je découvrirai à l’arrivée qu’il est V2. Nous formons un bon trio. Quelques autres coureurs nous accompagnent brièvement.

Premier et deuxième ravitos, nous voyons Maria (ema), Matthieu (thunder), accompagnés de Jack,  qui nous encouragent avant de monter à leur poste. Maria insiste bien sur le fait que la course commence à Saillan (km64). Jusque là nous n’avons rien fait : 1000m de D+ en 25 kms. Une promenade histoire de nous chauffer les jambes. Nous attaquons la montée au pylône, un peu plus de 800m de D+ sur 9 kms. Ca se passe bien. Dans la descente avant Combone, je serai obligé de laisser filer mes deux compères, car je sens les crampes arriver. Ils veulent m’attendre mais je leur dis de continuer leur route en leurs souhaitant bonne chance et peut-être à plus tard. Les paysages sont magnifiques, nous en prenons pleins les yeux.

Combone : 3ième ravitos., je retrouve mes collègues prêts à partir. Moi, je souffle un peu, prends mon temps pour bien me ravitailler ‘15 mns d’arrêt’ petit coup de fil à Séverine pour l’avertir de ma position. Je galère avec mon camelback . Ayant trop chargé l’autre compartiment, j’ai du mal à replacer la poche d’eau. (1 tiers coca, 1 tiers eau gazeuse et 1 tiers de boisson énergétique). Je le vide complètement pour remettre la poche correctement et le recharge ensuite. Bref la gestion du sac : pas terrible, tant pis, je n’en fais pas de cas. Patrick (samontetro) arrive quand je repars à la poursuite de mes 2 compagnons. 13kms sans grande difficulté.

 4ième ravitos : Mirabel. Phildeval est là pour nous encourager. Je ravitaille 5 bonnes minutes, les crampes sont moins présentent, je gère. Je rattrape mes 2 compères dans une belle montée avant Saillan. Mais nouvelle grosse descente et réapparition des crampes qui me ralentissent fortement…

5ième ravito : Saillan, 64 kms effectués ; beaucoup de monde, encouragé par Martine et Christian (Badgone), Isabelle, podologue, je m’assoie, je refais mon sac, je prends 1 g de

doliprane, du Magnésium, vitamine C et anti-oxydant. Le tout arrosé d’une bière et oui Badgone est là ! Je déconne avec lui, il me raconte je ne sais quelle bêtise.  Un arrêt d’un quart d’heure qui me fait du bien. Le soleil tape, je me passe la tête sous la fontaine, m’asperge les bras, les jambes et c’est reparti. Je sais ce qui m’attend, plus de 1000m de D+ en 6 Kms, la partie la plus dure de cette course.  Sorti de Saillan, je passe Jean Luc (Pio) qui est assez régulier, jamais loin de moi, soit devant ou derrière. Je cours, je rattrape Romain et l’invite à poursuivre avec moi, mais il éprouve le besoin de souffler un petit peu à l’ombre. Je lui souhaite bonne chance pour la suite. Je sais que je le retrouverai à l’arrivée, il a la caisse le ‘môme’. Je m’engouffre dans le pas de la motte, un mur, une chose est bien : c’est ombragé. Je grimpe, je passe d’immenses barbecues, qui s’avèrent être d’anciennes charbonnières ‘ils ont du s’amuser pour les monter là !’. Je me rappelle du CR de Matthieu (thunder) « un pied devant l’autre » je me le suis dit mainte et mainte fois. J’arrive justement en haut ou il attend et nous pointe. Je prends quelques minutes pour souffler, le remercie de son bénévolat dans une telle organisation. Il  me fait part qu’il ne peut courir actuellement : fracture de fatigue. La hantise de chacun de nous. Je lui souhaite un bon rétablissement ainsi que beaucoup de courage. Je continue à grimper, appréciant le panorama, les mots me manquent…

Ou la la que c’est dur… J’arrive à la « Laveuse » ou se trouve Maria (ema). Je suis cramé, les dents serrées, très marqué, j’ai puisé dans cette montée ! Mais heureux d’en être là à cette heure-ci. Pleins de kikous sont là, crient, m’encouragent, me mitraillent. Tandis que le V2 avec qui j’étais dans la première moitié du parcours repart, moi, je dois récupérer. Je trouve un petit arbre afin de mettre les jambes en l’air pour les étirer. Maria s’improvise kiné, et entame un massage de récupération efficace. Pendant ce temps, je souffle et me relâche un maximum. 10 mns plus tard, c’est reparti. Je sais que j’ai fait le plus dur et qu’il me reste à bien gérer mes 30 derniers kms, surtout la descente dans la combe, magnifique, mais véritable casse-pattes. Juste avant cette difficulté Jean Luc(Pio) me double,je ne le reverrai qu’à l’arrivée, s’envolant littéralement. Je descends prudemment, mes appuis n’étant pas très sûr. Ce serai dommage de se blesser maintenant, d’autan que les crampes reviennent.

En bas, 6 ième ravito, km 80. Je n’oublie pas de m’alimenter, chocolat, cacaouètes…Je refais le plein du camel et en route. Je relance la machine dans les portions ou l’on peut courir, jusqu’à une dernière grosse montée que j’aborde au mieux. Qui dit grosse montée, dit grosse descente, sacré Jack !!! il en a fait des bornes pour dégoter un tel parcours.

 7 ième et dernier ravito j’apprends que je suis 8 ième, un peu surpris je me dis qu’il y a du avoir quelques abandons.  Je fini tranquillement en courant quand je peux, je marche dans les côtes. A la sortie du centre équestre: traversée de petits ruisseaux, où l’on ne peut faire autrement que de passer dedans. Je me dis que c’est pour nettoyer les chaussures afin de ne pas salir l’espace Soubeyran. (Sacré Jack) Un quad m’ouvre le chemin : ça sent bon, je vais bientôt en voir le bout (vous aussi, de mon récit !). Lorsqu’à   1km5 de l’arrivée, le gars m’averti qu’un concurrent revient fort derrière moi, à environ 200 m. Je ne me retourne pas, et prend à mon tour  mes jambes à mon cou, oubliant que je vient de faire 99 kms. Je fini comme un bolide, à 12 ou 13 kms/H, voire plus. L’arrivée est impressionnante, chargée d’émotion. Interviewé à chaud, je rends hommage à tous les kikous qui m’ont encouragé par leur présence à Crest ou derrière leur ordinateur.

 

…vaincra

 

Fin

 

Je m’apercevrai bien plus tard après la douche que je termine 1er senior en 14H05. Cette première belle victoire, inattendue, je la dédie bien entendu à une personne disparue, qui aurait été sûrement parmi nous en ce superbe week-end. Je n’en dis pas plus, un très bel hommage lui a été rendu et je crois qu’elle était présente dans tous les esprits à Crest.

Cette victoire je la dois surtout à 2 copains devenus amis depuis Alain (Khanârdo) et Franck (Francki), qui m’ont entraîné dans cette aventure, en me faisant découvrir la plus dure partie de ce parcours lors d’une belle balade fin janvier. Mais je vous garanti que de grimper au trois becs et descendre par la combe après 70 kms, c’est quelque chose !  Je la dois également à Maria pour ces précieux conseils.

 

Et que dire du lendemain avec le marathon, plus le Semi qui a suivi, le repas d’après course: une énorme tablée de kikous. Je ne peux tous les citer de peur d’en oublier…La fin d’après-midi chez Alain (merci Pascale),le resto dimanche soir ;d’énormes bons moments inoubliables qui n’ont pas de prix. VRAIMENT UN GRAND MERCI A TOUS.

14 commentaires

Commentaire de eve posté le 17-05-2008 à 21:46:00

très beau CR.....pour cette course quasi improvisée!

BRAVO! il fallait le faire !!!!!!!!!!

Commentaire de vial posté le 17-05-2008 à 22:37:00

bravo steph
tu as su très bien gérer le physique et le mental
admiration et respect
et un podium avec ce premier essai chapeau

Commentaire de kikidrome posté le 17-05-2008 à 23:14:00

Bravo Steph, je suis super heureuse pour toi et j'ai pris un grand plaisir à lire ton récit. Te traiter de fou ? hi hi hi, je fus la première ici même sur kikourou à le faire... mais tu dois me connaitre maintenant, c'était un "il est fou" amical et admiratif ! Objectif Aubrac maintenant !
Encore bravo
kiki

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 18-05-2008 à 08:24:00

Bravo pour ta victoire qui n'était pas évidente quand on pense à l'état dans lequel tu étais là-haut ! Quelques photos auraient donné une idée de la mesure de ton exploit !

Commentaire de Lolarun posté le 18-05-2008 à 12:51:00

Quelle superbe course Steph.. je n’en reviens jamais à chaque fois que je lis le récit de ce genre d’exploits, je n’en crois pas mes yeux.. mieux avec des photos dit le lutin, peut être, mais connaissant la région, mon petit nid d’oiseau à moi, pas besoin de clichés pour suivre ton rêve de fou éveillé, et sans cliché on se concentre peut être mieux sur la portée et la mesure de ton exploit à toi ! vraiment un grand, très grand bravo.

Lola.

Commentaire de phildeval posté le 18-05-2008 à 16:27:00

Super ton récit,comme ta course
Il ne te reste plus qu'à renouveler ta perf a l'Aubrac
A bientôt...

Commentaire de Mustang posté le 18-05-2008 à 16:28:00

Bravo Steph pour cette perf, très impressionné quand je t'ai vu à la laveuse puis repartir grâce aux bons soins de Maria!

Commentaire de béné38 posté le 18-05-2008 à 21:11:00

Tout pareil que les normands, quand je t'ai vu grimacer là-haut. Maria et ses petites mains de fées a eu raison de tes crampes, et quelle arrivée triomphale. Trop fort !
Bravo pour cette belle victoire particulière.
Béné38

Commentaire de samontetro posté le 19-05-2008 à 13:59:00

J'ai essayé de faire un bout de chemin avec toi en début de parcours mais t'es vraiment trop fort! Et cette place de 1er senior le confirme! Quelle course! Chapeau!

Commentaire de ptijean posté le 19-05-2008 à 20:28:00

Merci pour ton cr, ça me permet de voir la course autrement,je veux dire ,faite par les avions à réactions qui en générale sont déjà coucher quand j'arrive.
Bravo à toi pour ta victoire et ta simplicité
A+ Ptijean

Commentaire de Françoise 84 posté le 20-05-2008 à 11:07:00

Encore bravo à toi pour cette magnifique course!! A la prochaine...!!!

Commentaire de Khanardô posté le 20-05-2008 à 15:03:00

Quoi ? Hein ? Que quoi que ? On parle de moi ?
C'est me faire beaucoup d'honneur Stéf' que de dire que tu me dédies cette victoire ! Il ne t'a pas échappé, je pense, que tu arrives cinq heures (cinq heures !) avant moi ?
Je m'en doutais dès le matin, au moment de cette question "ta course ou la mienne ?", je savais que tu finirais sur le podium...

Bon, maintenant, les 3 Becs, on y retourne quand tu veux, j'ai d'autres trucs à te montrer ! Mais on ira à MON allure, en compète tu vas bien trop vite pour moi !
Alain

Commentaire de Jerome_I posté le 21-05-2008 à 12:33:00

Super ton CR et toutes mes félicitations pour ta course. A bientot

Jérome

Commentaire de jymm posté le 23-05-2008 à 19:08:00

bravo !!! à se rencontrer sur ....la prochaine

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !