Récit de la course : La Forestière de Saint-Alban - 9 km 2008, par vial

L'auteur : vial

La course : La Forestière de Saint-Alban - 9 km

Date : 24/5/2008

Lieu : St Alban Les Eaux (Loire)

Affichage : 1438 vues

Distance : 9km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

la petite forestière 2008 courir dans le roannais

LA PETITE

 

Après un résultat rassurant sur le trail organisé par l’ENSP de St Cyr Au Mont d’Or le vendredi 16 mai (école des commissaires de police) je pouvais enfin envisager ma participation sur la forestière à St Alban les Eaux (42).

Non que ma dernière participation en août 2007, sur un circuit durci pour les championnats de France Montagne ne m’effraie, mais compte tenu d’une reprise un peu fragile, je décidais de m’inscrire sur la petite forestière (8,900 km). Laissant le soin à Mysterjoe de représenter kikourou sur la Grande Forestière (18,300 km).

Ayant co-voiturer avec ma grande sœur, et donc priver de ma voiture, je m’apprêtais à rejoindre en échauffement la ligne de départ distante d’environ 1 km de la maison natale, lorsque le portable sonne : Mysterjoe est bien là, au retrait dossard.

Quelques foulées plus tard, je retrouve Mysterjoe et son fan club.photographe en la personne de madame et de sa fille.

A un peu moins d’une heure du déparr on complète l’échauffement en bavassant avec Mysterjoe, afin de parfaire la parité, équilibrant la bavardise réservée habituellement aux femmes….

Brisant une première ligne impressionnante jaune et bleue, aux couleurs de l’AMAR, club local de Renaison (pays du trail Odlo couru en avril) je me glisse en première ligne, panachant avec mon maillot ATSCAF rouge, la ligne  bariolée aussi par le rouge et blanc du CAR club roannais co-organisateur de l’édition Championnat de France.

Un dernier petit échauffement pour Patrice MASCI grand organisateur à l’origine de la course : courir vers la moto de tête pour doter le pilote d’un gilet fluo : élément indispensable pour la repérer dans la verdure de la côte roannaise.

17h 30 : Coup de pistolet pour un départ commun des deux courses et ça démarre très fort. Nous quittons le parc des Eaux Minérales pour une légère côte puis plongeons par une petite route ombragée vers le stade,début d’une première boucle nous ramenant dans le bourg.

3mn 35 s au premier km derrière une vingtaine d’enragés, sûr que le moteur va chauffer ! Bien que la météo soit bonne, pas trop chaud bien que de vilains nuages menacent aux environs. La première montée vers l’entrée du bourg stabilise le groupe, et au deuxième km la vitesse est déjà tombée à 3.50 au km. Passage devant l’église, on pique à droite, pour trouver à droite toute un petit raidillon : maintenant c’est le domaine du sentier, des sous-bois. Le manque de prépa commence déjà à se faire sentir et la pente augmente après le 3ième km. La surprise est un peu plus loin. Le paquet de tête s’étire un peu plus et j’aperçois un peu en avant Patrice MASCI engagé sur la grande forestière qui avance plutôt bien. Les soucis de l’organisation n’ont pas entamé sa détermination. Quant à Mysterjoe il doit aussi en baver derrière moi, parti sur la grande forestière, après avoir tester la petite en 2007.

Première descente rapide en sentier, je reste prudent derrière les précédents car plus avant nous attend la cascade. Encore une montée régulière et au km 4.5 la moto nous abandonne. Une moto ça ne sait pas monter des escaliers de géant : nous si…..Une sacrée grimpette de 40m sur 60 m de longueur qui avait calmé les ardeurs des meilleurs en août 2007, à passer 2 fois. Mais cette fois-ci nous n’avons droit qu’à une part de dessert…La grimpette de la cascade est derrière nous, la cascade continue de descendre et nous de grimper encore après une petite descente pour répit. Répit ? non car il faut relancer pour la suivante, la grimpée continue dans les bois, avec petits passages de la Montouse qui s’engouffre dans les « gorges du désert » que nous venons de monter. Gorges du désert pour nous aussi car le deuxième ravitaillement est là pour nous rafraichir au km 5.100. C’est le point de séparation tout droit pour la grande, « demi-tour  droite » pour la petite, au son d’une musique militaire égrenée par la fanfare locale. Maintenant nous voilà entre nous « les petits joueurs ». Ca grimpe toujours en direction de « Saudet » le point culminant de notre circuit et je lâche une ou deux places. Nous sommes trois et je reconnais un gars du CAR, le questionne sur sa catégorie « V2 » me répond-t-il en me précisant qu’outre le troisième larron de l’AMAR, juste devant nous file aussi un V2 du club de la « Forezienne ». Je sens que ça va donner, tout en pensant que je suis en reprise, annonçant à mon voisin que « chic chic on va se tirer la bourre » car il semblerait que le petit paquet que nous sommes pourrait former le podium V2 avec un « couillon « à l’arrivée….Une belle descente de 600 m que je reconnais et je mets les gaz « Dré dans la pente » et je laisse l’AMAR sur place. L’AMAR ne se marre plus, mais le CAR touche au but proche de l’arrivée, et s’accroche tout en lâchant un peu du lest. Dernière montée vers Chatelus et le CAR recolle : Conclusion nous CARracolons derrière la « Forezienne » qui file, tel « l’Arlésienne » toujours trop loin devant. Dernière descente en sentier caillouteux et je mets de nouveau les gaz : c’est un peu chaud mais ça passe avec encore une bonne avance sur mon poursuivant CAR. Car maintenant c’est le bitume, petite montée au cimetière, plongée sur le bas du village : ça tape derrière, encore une paire de bonnes vielles chaussures trails bien bruyantes et un grand gaillard brun me dépasse et un autre plus jeune : je paie mon manque d’entrainement des dernières semaines, pas de vitesse dans les pattes et je sais que le gars du CAR ne va pas manquer de me planter dans le faux plat montant du village. Dieu ne m’écoute pas car devant l’église le CAR me laisse sur place (me reste plus qu’à rentrer à pied j’ai loupé le car !!!). Une dernière petite pression pour lui sur la descente raide dans le parc, craignant une tentative de retour par une descente d’enfer, mais je n’ai plus envie de me battre, au risque de voir revenir une blessure qui m’a laissé tranquille aujourd’hui. De toute façon vraisemblablement 3ième V2 et de bonnes sensations.

Le classement confirme 3ième V2 derrière à 3 s du copain du CAR, au détriment du coureur de l’AMAR qui n’a pu nous tenir car en reprise sur sciatique (lui aussi !!) Mais moi je suis en cours de guérison et c’est plutôt encourageant pour aller sur le trail à Béné.

25ième au scratch en 41mn54s, mais 8,630 km au GPS, contre 8,900 km annoncé : Je le jure bien que sur mes terres je n’aie pas coupé par un petit sentier secret !!

Petite récup d’un km pour filer aux douches (bien chaudes) et une bonne rincée à la sortie. Pendant que l’on reste prudemment à l’abri des bâtiments, certains sont en train de se faire arroser copieusement par trois averses de suite : nous sommes bien à St Alban les (grandes) Eaux !!

Retour au parc d’arrivée, où je retrouve Mysterjoe, tout juste arrivé avant la grande lessive.. M’excusant de ne pas avoir tenu ma promesse d’aller l’encourager sur les derniers km de la course. J’en avais le temps mais pas la météo !

Mysterjoe attendra une hypothétique photo d’un podium kikourou, malgré sa fille grelottante (père indigne !!). Mais déception de mon concurrent direct : seul le premier de chaque catégorie de la petite forestière : Mince alors à quoi ça sert de s’être arracher les tripes sur les derniers km. C’est le sport accepter de courir pour le plaisir et pas seulement pour la gagne, même si on se prend vite au jeu.

Alors si vous voulez vous prendre au jeu de la Forestière, pourquoi pas un rendez-vous kikourou en pays roannais : une course le samedi en fin d’après-midi ça laisse du temps pour faire la fête le soir non ?

Avec l’espoir qu’une vingtième édition verra le jour, Patrice MASCI souhaitant lever le pied après des années à tout gérer quasiment seul le stress de l’organisateur. Mais il semble qu’une relève collective soit possible, pour notre plus grand bonheur.

En tout cas merci à tous les bénévoles et plus particulièrement à Patrice pour un balisage impeccable et un circuit aussi varié.

 

4 commentaires

Commentaire de titifb posté le 26-05-2008 à 07:13:00

Bravo Michel pour ce CR plein d'humour comme je les aime. Quelle course ! Bon, c'est sec de ne récompenser que les 1ers de chaque catégorie; surtout quand on voit comment certains se sont arrachés pour une 3e place !
Au plaisir de te revoir Michel et merci pour ce souvenir des France dans ton village natal...

Commentaire de mysterjoe posté le 26-05-2008 à 14:25:00

bravo michel, un beau récit ponctué d'humour :-D
content que tu ne soufres plus de ta sciatique et que tu ais pu faire une bonne course malgré la difficulté et le temps . la prochaine fois, la photo du podium sera meilleure, pour sur t'aura laisser les autres sur place ;-D .
j'espere que le repas d'aprés t'as été agreable, et j'ai hate que l'on repartage le plaisir d'être sur une même course.
récupere bien et bonne chance pour le trail à béné.

Commentaire de chtigrincheux posté le 26-05-2008 à 15:35:00

Les célèbres douches de St Alban ou j’ai eu un coup de soleil dans les yeux l’été dernier
Que de bons et doux souvenirs. Un terrain comme tu en raffole, comme c’est agréable d’être bien chez soit.
Porte toi bien mon ch’ti pote

Commentaire de Gibus posté le 26-05-2008 à 16:36:00

Salut Michel
Beau récit CAR bien raconté
Belle course toute en gnack

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !