Récit de la course : La Montée de Saint-Nizier - 13.5 km 2008, par Génep

L'auteur : Génep

La course : La Montée de Saint-Nizier - 13.5 km

Date : 15/6/2008

Lieu : Seyssins (Isère)

Affichage : 1676 vues

Distance : 13.5km

Objectif : Se défoncer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Championnat de France de Montagne Seyssins / St Nizier

Championnat de France de Montagne

Seyssins – St Nizier, 12,5 km, 1 100 D+

 

Ce dimanche 15 juin se déroulait le Championnat de France de montagne entre Seysssins et St Nizier.

Cette date et cette course faisaient parti de mes objectifs premiers, ce ne sera que ma deuxième course en montée sèche mais j’adore ce type d’effort.

 

Notre club (CMI) sera le plus représenté de l’hexagone avec près de 50 coureurs : nous mettons de la couleur dans le peloton !

 

Avant la course :

Je me sais en forme, le test VMA me la prouvait tout comme chacune de mes dernières sorties. Le seul doute est un coup de fatigue survenant la semaine avant la course. En même temps, j’ai augmenté la charge en vue de notre duo au Grand Duc et surtout en vue du Défi  de l’Oisans.

 

J-1 : Footing avec Sandra très cool avec un cardio qui m’indique 46 debout avant le footing. C’est plutôt bon signe.

La veille de la course, je regarde le profil, les secteurs plus roulants, etc…

Notre reco réalisée la semaine dernière va nous aider à mieux gérer la course.

Sommeil difficile à trouver, j’ai hâte d’y être, nuit pas top mais c’était prévisible !

 

Jour J :

Je rejoins à 7h15 les collègues au stade, Sandra me rejoindra sur la course au niveau du tremplin (j’ai de la chance d’avoir quelqu’un qui me suit !). El Pedro nous mène à Seyssins, ambiance déjà décontracte.

 

Arrivée sur place à 8h environ, c’est bien calme, on récupère nos dossards que Rémi a mis de côté. Tout le monde se retrouve, le CMI est en force tant en nombre qu’au niveau de l’ambiance.

D’ailleurs, on nous regarde parfois comme des extra terrestres !

 

9h30 : départ des filles et des jeunes, Lucie va sûrement cartonner tout comme Alexandre, l’ultra polyvalent très doué.

 

C’est l’heure pour nous de s’échauffer (à partir de 9h à vrai dire) notamment en côte sur le départ.

Le départ, parlons-en ! Il est balisé dans le superbe parc de la mairie de Seyssins, un vrai départ de cross !

 

10h : nous sommes sur la ligne, après les fous rires, la tension est montée, on se souhaite bonne chance.

 

 

 

 

Pan ! Un départ ultra rapide pour une telle course avec ses difficultés. Nous sommes bien aux France, tous les spécialistes sont là.

 

Je me retrouve vite assez loin et je sais que ça va vite se frotter dans le parc puis dans le premier sentier étroit. Pas loupé, les coureurs sont tendus, chacun se fait sa place.

Extrait : « tu vas pas me pousser dans les orties,non ! ».

A part ça, les traits sont déjà tirés et le souffle court. Ce départ est dur à gérer et ce pendant 2,3 km.

 

Je reste quelques mètres derrière Nicolas, très bon coureur qui vient de faire 34 min sur 10 km.

Je reviens sur lui à partir de l’ancienne voie de tram, c’est d’ailleurs ici que je commence à être bien dans ma course et que je passe devant Nicolas.

 

Je gère ce secteur en sachant ce qu’il y a derrière.

Je remonte doucement, Rachid et Maurice sont déjà hors de vue mais ils sont intouchables !

 

La pente jongle entre 6 et 15 % et le souffle avec.

J’utilise parfois la marche rapide dans les secteurs plus pentus et courts pour relancer derrière.

 

A chaque ravito, un coup d’eau rapide et des encouragements !

 

J’entends un souffle fort qui me dit quelque chose. En effet, c’est Salah, un coureur avec qui j’ai finis la Montée d’Ezy quelques semaines avant.

 

Nous arrivons dans le secteur des Arcelles : la course se joue ici pour moi si l’on n’est pas frais.

C’est un grand huit avec de courtes buttes très raides et des relances, ça fait vraiment mal aux cuisses !

 

Je remonte ici mais nous sommes un petit groupe qui s’accroche bien, c’est motivant.

Fin des Arcelles pour déboucher sur le secteur du tremplin, je reprends mon souffle, je lève la tête, je vois le tremplin et surtout la foule et le bruit. Premiers frissons !

 

Avant ça, il faut passer ces montées très dures et courtes dans un secteur de sable, je vois Bernard (un de nos coachs) qui m’encourage.

 

Cette fois, le tremplin est là. Je commence par les marches comme à la reco, cela nous avait semblé être la meilleure solution.

Mais avec le rythme effréné de la course et le (super) boulot de débroussaillage, je vais vite à gauche pour prendre la pente en herbe.

 

 

 
 


 

 Droits des deux dernières photos :Vupourvous.com

L’ambiance est là, nous sommes 5,6, mains sur les cuisses, grimaçant, s’arrachant pour avaler ces derniers mètres de dénivelé

Ca restera vraiment comme un gros moment, les gens nous aident à nous surpasser.

 

A la sortie des dernières marches, Rémi et son fan club sont au top !

Un coureur me dit d’ailleurs que j’ai bien de la chance avec tous ces « Allez Benoît » !

 

Une fois cette grosse étape franchie, nous payons tous notre effort car cela continue de monter derrière pendant environ 300 m.

 

Je vois Sandra, je marchais, je m’efforce de courir, ça me fait du bien et je sais que la descente est juste derrière. Elle m’encourage et prend des photos.

 

Ca y est, nous basculons, la première pente est là, je l’entame doucement comme tous, les cuisses sont en feu !!

Ensuite, c’est une descente sur piste forestière large et roulante.

 

On envoie fort ! Nous prenons enfin à gauche pour descendre droit sous le téléski, les cuisses se font ressentir, je vais assez vite mais un coureur descend à bloc et me double.

 

Je me reprends, je vais pas perdre une place si près du but, je lâche les chevaux, virage à gauche à bloc et derrière ligne droite où nous faisons à trois un sprint endiablé !

 

 

Résultat : 103 ième en 1h13 min 58 (le champion de France s’impose en 59 min devant Julien Rancon, un altiligérien bien connu ), content de ma course, de cette superbe épreuve, d’avoir goûté à cette ambiance à part malgré la nervosité ambiante qui montre bien l’importance de l’évènement.

 

Nous redescendrons ensuite sur Seyssins pour les podiums et la raviole party.

 

Superbe journée avec le CMI, la montagne, ça vous gagne !

 

PS : les photos arrivent

5 commentaires

Commentaire de Coach Cyril posté le 17-06-2008 à 11:10:00

Excellent Benoit !!! Merci de ton CR !!

Je reconnais vraiment le parcours !!

Dur dur chez moi hein !! ça grimpe !
En tout cas vu ton temps tu as vraiment bien progressé depuis la 1ere fois que je t'ai vu à la Saintélyon !!!
Ta eu le temps de compter les marches du tremplin ?? mdr !!
Tu es passé tellement vite juste avant d'entamer la piste forestiere que j'ai à peine eu le temps de te voir !

a bientot,
Au plaisir
Cyril

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 17-06-2008 à 12:42:00

Super course et beau temps

merci pour le CR très détaillé

A plus sur une course

adrien

Commentaire de agnès78 posté le 17-06-2008 à 15:03:00

merci pour ce superbe récit à suspens! Un grand BRAVO pour ta course! ça donne vraiment envie!
Récupère bien
bises et à bientôt
agnès

Commentaire de Nicolas_tri posté le 17-06-2008 à 15:52:00

Tu as été impressionnant, bravo !

Ps : 34' tu arrondis méchamment :)

Commentaire de pedro38 posté le 17-06-2008 à 21:55:00

sont pénibles tous ces nouveaux CMIstes super-bons! Vous nous poussez à la retraite!
Bravo pour ton CR toujours détaillé.
A +
Pedro38

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !