Récit de la course : Trail de Noël - parcours repli 2008, par BOB MORANE

L'auteur : BOB MORANE

La course : Trail de Noël - parcours repli

Date : 14/12/2008

Lieu : Ollioules (Var)

Affichage : 1045 vues

Distance : 17.3km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

24 autres récits :

"KIKOUROULLIOULESQUE"

                                            

 La 9° édition du trail de noêl  organisé par le Trail Club d’Ollioules a permis aux trailers de boucler l'année 2008 par une course a caractère festif et même folklorique si l'on en juge par l'accoutrement du jour des désormais célèbres DJ de la Crac Team du massif de l’étoile (DJ Gombert et DJ Les Pins).

 Malgré des conditions météorologiques apocalyptiques, nous étions une bonne quarantaine du Marseille Trail Club (Mais T'es Cinglé !) sur 740 participants a nous retrouver à la remise des dossards. Il est a souligné que le trail de noêl fait partie du challenge interne 2009 du MTC. 

Pour la première fois j'allais tester la formule équipe de 2 avec mon partenaire du jour Riri 51 bien connu sur Kikourou, également membre du MTC mais aussi et ne l’oublions pas « coach de Joy » et organisateur du challenge international Imoucha (Ste-Victoire).

10 minutes avant le départ l'organisation nous annonce que par mesure de prudence le parcours est volontairement raccourci: le 25 kms / 1400 m D+ serait «amputé» de 5 kms… 

9h35, le départ est donné du centre d'Ollioules quelques instants après que la foudre se soit manifestée violemment au dessus de nos têtes comme pour nous prévenir que la partie d'aujourd'hui n'allait sûrement pas être facile... 

Notre objectif temps de 2h45 sur le parcours initial par temps Clément (Ballad..) se retrouve donc complètement faussé, mais notre tactique de course est simple et ne varira pas d'une épingle à dossard (gracieusement fourni par l'organisation) malgré la réduction de la distance. 

Richard connaissant le parcours et bien meilleur descendeur que moi sera le capitaine de route et mènera l'allure, donnera le tempo, en se basant sur sa connaissance du parcours et sur son cardio (voir CR d’Akuna http://www.kikourou.net/recits/recit-6766-trail_de_saint_cyr_-_25_km-2008-par-akunamatata.html grand maître de la gestion de course)

le but du jeu étant de ne pas trop s'enflammer sitôt le départ donné (Riri « régulateur » des départs de Bob) ainsi que sur les portions roulantes, et de « gérer » dans les montées sur le premier tronçon de façon a en garder  « sous la semelle » pour pouvoir attaquer  « à tombeau ouvert » dans les descentes (mamamia!!!) et notamment dans la partie finale, vaste programme élaboré par de fins tacticiens…

Par 3 fois j'aurais fait l'effort pour recoller à la foulée de Richard (heureusement que je n’avais pas de cardio…) : la première après que quelques coureurs se soient intercalés entre nous sur un single à la faveur de franchissements de quelques marres d'eau plus profondes que des pédiluves de piscines, une autre fois dans une cote ou j’ai un peu serré qui a suivi une portion roulante sur laquelle j'avais pris les devants en soutenant durant quelques minutes une allure certainement trop rapide (mauvaise gestion + petit coup de boost après assimilation suite a ingurgitation d’un gel) et une dernière fois suite a une accélération foudroyante et surprenante  de Richard dans le dernier single de descente ! il venait en effet juste de réaliser que l'arrivée était toute proche (3 kms) alors que moi je la croyais sur une base de 20 kms de course au total encore a 6 kms ! 

Quand à Richard il a du recoller 1 seule fois juste après l’unique ravitaillement ou j'ai « feinté » l'arrêt, cela m'a permis de récupérer un peu en trottinant gaiement, sifflotant entre les flaques...pendant que Richard discutailler tranquillos avec les bénévoles…(les seules quelques secondes de décompression dans cet enfer de course…)  

Mis a part ça l'entente s'est avérée quasi parfaite et on a pu envoyer et par la même occasion reprendre pas mal de concurrents comme nous l'avions prévu dans les descentes malgré la boue, les flaques, les roches glissantes, les bourrasques de vent et la grêle qui a un moment donné a rendu la visibilité assez difficile (idéal pour rester concentrer et ainsi pouvoir préserver sa vie…)

Tous ces éléments réunis, ajoutés à l'opportunité d'avoir pu faire équipe avec un excellent descendeur et d'avoir ainsi du suivre son sillage, rendant obligatoire une prise de décision rapide pour garder le contact principalement dans les dépassements, le choix de la bonne trajectoire ainsi que des meilleurs appuis possibles m'ont  je pense enfin permis de passer un cap (a confirmer) dans cette « spécialité » certainement la plus importante de la discipline sur des courtes distances avec dénivellé, du moins celle qui peu permettre de creuser les écarts les plus grands quand on hésite pas a « s’envoyer ». 

1 seul raté, mais 1 magnifique « hors piste » très discret  lors d'un dépassement hasardeux suite a une ouverture certainement trop belle sur la gauche d’un single! ou j'ai pris le zig alors que les autres coureurs Richard compris partaient tous dans le zag...  grâce une maîtrise de trajectoire quasi miraculeuse et quelques sauts de rochers et d'arbustes voire même d’arbres (là je m’emporte un peu…non juste un petit peu…) je parvenais non sans mal a revenir dans le zag.

  

Le final s'effectuera dans Ollioules ou nous avons traversé une bonne partie du centre ville après avoir

dévalé en surfant à 18 km/h une rue assez pentue accompagné d'un torrent d'eau de pluie. 

Après avoir gravi 2 séries de marches d'escaliers nous avons franchis la ligne d'arrivée en 2 heures et 31 secondes à la 43° place à 8,61 km/h de moyenne, une arrivée à 3 (bras dessus bras dessous) avec Phiphi qui faisait équipe avec Mickael (à la pousuite de Mickaêl, lui-même à la poursuite de Phiphi !) Phiphi l’opportuniste qui après nous avoir doublé sur le plat en nous gratifiant d’un petit coup d’intox dans son dépassement a réussi a accrocher le « bob(n) » wagon dans les descentes infernales

 

 

Un grand merci principalement a tous les bénévoles présents sur le parcours, je dois avouer que si ce jour là je n'étais pas aller courir, je serai certainement tranquillement rester sur mon canapé à la maison à regarder télé foot en prenant l’apéro, comme quoi les traileurs savent rester raisonnables quand il le faut...   

Car aujourd’hui c’était plutôt… comment dire… 

KIKOUROULLIOULESQUE !!!!!!!!  

 

A bientôt pour de nouvelles aventures...  

BOB MORANE

5 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 01-01-2009 à 09:19:00

Merci pour ce kikoureske récit , c'est ki faut s'y accrocher au RIRI quand il est en forme!!
A la prochaine

Commentaire de RogerRunner13 posté le 01-01-2009 à 16:22:00

Merci pour ce récit et dommage que le beau temps n'était pas de sortie ce jour là.

Commentaire de akunamatata posté le 04-01-2009 à 12:43:00

bien vu Bob, l'ombre jaune n'avait qu'a bien s'accrocher pour vous suivre!

Commentaire de DJ Gombert posté le 05-01-2009 à 12:42:00

Félicitations pour cette performance, au moins toi tu ne t'es pas transformé en éponge, quoique suite à mon arrivée plus tardive, je ne t'ai pas trouvé, mais bon ... présomption d'innocence.

Bonne année 2009.

Commentaire de riri51 posté le 05-01-2009 à 13:23:00

Merci jean marc pour ce récit et pour avoir partagé avec moi ce grand moment de trail. A + Poto!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !