Récit de la course : Marathon des Comrades 1994, par GAD94

L'auteur : GAD94

La course : Marathon des Comrades

Date : 1/6/1994

Lieu : Durban (Afrique du Sud)

Affichage : 1559 vues

Distance : 89km

Matos : Certainement une des éditions des COMRADES les plus chargées
d'émotion. Un moment de partage vécu par tous les "camarades" avec la complicité de tout le public.




Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

COMRADES 94

Par quel cheminement extraordinaire ai-je pu me retrouver au départ des COMRADES 94 au mileu de 14000 cinglés ?
L'histoire commence en 1989 avec l'invitation de Jean Marc BELLOCQ, reconnu comme un des meilleurs ultrarunners mondiaux. Jean Marc vient et parmi les coureurs ultra invités se montre le meilleur en arrachant une extraordinaire 3e place dans la course "down". Depuis aucun coureur français n'a fait mieux. En acceptant de courir en AFSUD les invités rompaient l'embargo "sportif" international et se sont exposés à des sanctions à leur retour.
L'adjudant SCELSI fut"interdit" de course par le Ministère de la Défense: il déclara forfait sur la ligne...
PRAET le belge recordman sur 100 km fut suspendu ainsi que le N°1 espagnol, CATALAN.
BELLOCQ fut radié "à vie" dès son retour en FRANCE. Aussi, l'organisateur des "France 100 km" en 1990 inscrivit
BELLOCQ sous un faux nom. Jean Marc et moi avons couru côte à côte toute l'épreuve. J'étais fort dans les côtes et lui semblait faciles dans les descentes. Je lui pris la main pour franchir la ligne ex-aequo. Jean Marc grand seigneur ralentit juste avant.Me voilà champion de France, honoré d'être resté en sa compagnie. Commentant cette course sur"VO2", je m'élevai contre la radiation injuste de J.Marc, privant la France de sa "locomotive" ULTRA.
En Septembre 1990, Jean Marc retrouva sa licence, explosa le record de MILLAU réalisa et porta le record de France à 6H26' à AMIENS. En Avril 1994 , par plus de 25 °C, je gagnai facilement en 6H42' les 100 km de ST VIT, ce qui me valut l'invitation de l'IAU pour être membre de l'équipe internationale des 100 km invitées par les Sudafs dans leur épreuve. Jean Marc me conseilla de rester patient et de construire ma course la 2e partie car le départ est souvent suicidaire et le niveau exceptionnel. Cela se décantera bien après le 50e me dit-il.
Rappel des circonstances/ L'équipe internationale invitée une semaine à DURBAN en 1994 est la suivante:
-SANTALOV Champion du monde plusieurs fois et recordman russe (6H22')
-VUILLEMENOT record de France en 6H30'35sec (93) et recordman mondial vétéran
-Peter CAMENZIND recordman suisse 100 km et invaincu en courses de MONTAGNE
-Don WALLACE (voisin de chambre) Recordman australien en 6H29' sur 100 km :rigoler:
-Charlie DOLL Vainqueur des COMRADES 1993 et recordman d'Allemagne en 6H29'
Denis GACK (record 6H38'49sec) remplaçant MOORE (GB:6H38') blessé

LA COURSE:
-DURBAN, une des avenues principales, sur la ligne avec les 14000 autres coureurs . Il est 06H00.
La foule égrène les dernières secondes et crie: c'est le départ!
Au moins 300 "athlètes" à la foulée fluide et légère squattent les avant-postes à 17k/m facile. Je me sens petit .
Je repense à Jean Marc: être prudent.
Au 15e km, avalant de longs faux plats à 15,5 k, je décide de réduire cette allure-piège
On annonce Vuillemenot parmi les premiers
Les ravitaillements de la course: tous les 2 km au moins 100 bénévoles représentant communes, associations, entreprises distribuent main tendues ravitaillements liquides en pochettes souples (énergétique d'1/3l)
Plusieurs brumisateurs sont disposés sur la chaussée, portiques entoilés de 20 m très raffraichissants. SUPER!
Surprise: je vois SANTALOV au 35e km au ralenti avec son copain MASSARIGHIN inscrit en open. Ils sont partis
trop vite. Ils m'encouragent: solidarité ULTRA oblige. Je continue à remonter facilement les intrépides du départ
Au 50e km, je me trouve en 50e place environ. Au 75e km, la fameuse colline de POLLY SHORT se profile: je suis 19E, à son sommet, déchainé, je passe en 14e position.
La course est électrique depuis le départ. On nous annonce que Nelson MANDELA, élu depuis quelques semaines, suit la course en direct. On parte de 2 millions de spectateurs. La foule, en continu, crie et chante depuis le départ. Dans les collines zouloues, de nombreux enfants et adultes m'accompagnent en courant un bref
instant en criant "GO AHEAD". Un brouhaha indescriptible se crée au sommet de chaque colline avec la foule
massée là pour soutenir les coureurs. Les minibus garnis de journalistes passent et repassent, les motards avec
cameraman viennent à nous à tout instant, et l'hélicoptère nous rappelle à chaque instant que l'épreuve est re-
transmise en direct. A présent, la foule hystérique ne se contente plus de "youyous" mais nous crie
"GO,GO,GOLD MEDAL". En effet dans les faubourgs de PIETERMARITZBURG, je suis 12E. Deux places encore à
conquérir pour obtenir la fameuse gold medal tant convoitée par l'élite. . Juste avant le stade je double MATTHEUS, le vainqueur 92 déclassé. Je finis 9E sur les talons de mon copain MSUTU, vainqueur 92, avec qui
j'avais sympathisé au Mondial de 100 km en 1993. Nous semblons être destinés à couper la ligne ensemble...
Que dire encore; la perf, la médaille d'or, dire au micro du ministre des sports "black" de MANDELA " le symbole
de cette journée, ,c'est de pouvoir progresser chacun grâce à l'autre, ldans le respect et la convivialité que les
coureurs connaissent bien. Les ondes positives de mon épouse d'origine d'origine africaine m'ont sans doute aidé
à me battre pour cette médaille. Tout est dit, cette médaille est éminemment symbolique.
GAD94

* Le mythe des COMRADES est partout, y compris dans mon couloir, tel
ce masque zoulou que j'ai acheté dans un village visité 2 jours avant la course avec l'équipe invitée , en compagnie de nos accompagnateurs.
Après la traditionnelle danse zouloue qui nous fut présentée (celle
que Johnny CLEGG interprète) avec les phases où le pied frappant le sol s'adresse aux dieux pour une supplique,on nous demanda si quelqu'un voulait adresser une prière aux dieux. Seul, je m'avançais et demandai alors de favoriser le destin pour obtenir une gold medal.
Je leur fis une petite offrande. Ce village à mi-parcours me revint
bien vite en mémoire après la course. Je m'arrangeai pour retrouver ce village zoulou, remercier les danseurs qui m'étreignirent. En souvenir de cet instant, je ramenai alors de là-bas ce masque sculpté énigmatique qui depuis, accroché dans le couloir, m'observe,impavide.
Quand à Jetman MSUTU, entre nous seules quelques secondes au Mondial 93 de TORHOUT, bis repetita 3" derrière lui à PIETERMARITZBURGS. A chaque fois on a réblé cela au sprint. 161, balle au centre. Même
rythme,convivialité, goût identique pour la bière que le "perdant" offrit de bon coeur. Un vrai CHTI ZOULOU. Bruce FORDYCE, MR COMRADES
sortit de sa semi-retraite (4 ans sans compét) pour participer à
l'évènement en 94, lui qui fut la star anti apartheid par excellence
en 1983 avec sa victoire, son record, et son brassard "noir" et réalisa une bonne 16e place. Tout un peuple s'était mit à rêver à l'impensable^: une victoire ou un podium. Fritz VAN DER MERWE, record
woman et légende de cette épreuve se joint à Bruce pour m'offrir
un sympathique autographe, avec un grand sourire et de sincères féli-
citations, en se moquant gentiement des french policemen. Je me doute
qu'ils savaient l'anecdote de la radiation de leur ami JM BELLOCQ ET
de l'épisode cocasse des France de 100 km 1990. Ces autographes ont
la valeur de l'estime que je leur porte, ils figurent au côté de celui très amical de Hailé GEBRESSILASSIE (qui lui aussi me félicita) recueilli sur le site du MONDIAL d'athlé 2003 à PARIS.
* SALAZAR me sembla plutôt froid et peu disert. Il avait gagné, rempli son job pour son sponsor NIKE : gagner. Je sus plus tard que seul le PROZAC, de son propre avis, lui avait permis de supporter l'entrainement et les efforts pour revenir au plus haut niveau. La notion de dopage sportif au PROZAC est unanimement admise aujourd'hui dans le monde scientifique.

_________________
LA LIMITE EST EN TOI

11 commentaires

Commentaire de LtBlueb posté le 09-01-2009 à 23:07:00

Enorme , tout simplement énorme ce témoignage !!!

Merci à toi d'avoir dompté l'outil kikourou en 2 temps / 3 mouvements !!!

Commentaire de Jerome_I posté le 09-01-2009 à 23:35:00

C'est le premier récit que je lis de l'année et suis loin d'ètre décu, quel petit bout d'histoire de notre sport....

J'ai rencontré en Juin dernier Roland Vuillemenot, après les 100km du passatore à Faenza, en Italie. On a bu une bonne bière ensemble à minuit à une terrasse après mon premier 100km... En lisant après son palmares je me sentais tout petit... Et de nouveau en lisant ton récit!

Jérome

Commentaire de agnès78 posté le 10-01-2009 à 08:17:00

merci denis...

Commentaire de CROCS-MAN posté le 10-01-2009 à 09:07:00

MAGNIFIQUE, Monsieur!
Merci pour ce récit.

Commentaire de canard49 posté le 10-01-2009 à 09:18:00

Super intéressant !!
Quand on a la possibilité d'écrire une partie de l'histoire de la CAP c'est vraiment grandiose, merci beaucoup pour ce récit captivant.
Alexandre

Commentaire de fanfan59 posté le 10-01-2009 à 16:50:00

Très joli récit qui dégage le respect que tu as envers les gens que tu cottoies. L'accueil qui t'a été réservé est amplement mérité. J'ai eu le plaisir de faire ta connaissance (certes courte étant donné le climat) aux 6 heures de Marchiennes et mon souhait est vraiment de te revoir bientôt pour discuter plus longuement. Chapeau bas pour ta performance. Fais de gros bisous à ton p'tit gars de ma part. Bonne année à toi et ta famille. Françoise.

Commentaire de DJ Gombert posté le 10-01-2009 à 17:02:00

Ce n'est pas un récit, mais un bout d'Histoire !
Merci de nous avoir offert cette pépite !

Sala kahle !

Commentaire de epicure78 posté le 11-01-2009 à 16:17:00

tout simplement ... merci
superbe!!

Commentaire de ouster posté le 03-02-2009 à 09:24:00

Merci d'avoir partagé cet expérience hors du commun avec nous.

Heureux d'avoir fait ta connaissance hier soir.


Commentaire de calimero posté le 03-04-2009 à 21:55:00

Une course mythique abordé non pas avec un esprit de conquérant mais comme un instant magique vécu avec humilité avec tous les habitants de ce pays!

Chapeau bas monsieur pour tout ce que vous avez fait et cequ'il vous reste à faire!

Bravo encore et merc pour ce fabuleux récit!!!

Commentaire de chtigrincheux posté le 29-05-2009 à 17:50:00

L’hiver par grand froid j’ai offert un bol de soupe à un être tout aussi humain que moi.Sans savoir "qui" tu était et après tout qu'importe.
Au plaisir de croiser ta route de nouveau mon ami

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !