Récit de la course : La Marche au Clair de Lune 2009, par PhilKiKou

L'auteur : PhilKiKou

La course : La Marche au Clair de Lune

Date : 24/10/2009

Lieu : Bourg De Peage (Drôme)

Affichage : 1473 vues

Distance : 50km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

*** QUAND "LA MARCHE AU CLAIR DE LUNE" DEVIENT "LA COURSE SOUS LES ETOILES"

  
***Citations sur le site de La Marche au Clair de Lune :
   *Qui est plus utile, le soleil ou la lune ? La lune, bien entendu, elle brille quand il fait noir, alors que le soleil brille uniquement quand il fait clair.
Georg Christoph Lichtenberg
--------------------------------
   *Avec une femme, l'amitié ne peut être que le clair de lune de l'amour.
Jules Renard  Extrait de son Journal 1887-1892
------------------------------------------------------
   *La rêverie est le clair de lune de la pensée.
Jules Renard Extrait de son Journal 1893 - 1898
-----------------------------------------------------
   *Un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu'au clair de lune et qui, comme punition, aperçoit l'aurore avant les autres hommes.
Oscar Wilde
-----------------------------------------------------

   Comment a germé dans mon esprit et dans mes mollets la "Marche au Clair de Lune" ? …
1° élément déclencheur : Phildeval à l'arrivée de La Ronde de Crussol, qui me parle de sa prochaine participation à cette marche.... en courant (en test pour la SaintéLyon, ça me donnerait presque des idées...), ce qui a l'air d'intéresser Alain, mon collègue d'entraînement...
  Du coup, je jette un oeil sur leur site, ainsi que sur Kikourou, où Rodo26 ne dit que du bien de l'organisation... Chabeuil ne se passe pas trop mal, la météo est bonne, ..c'est décidé en milieu de semaine : ce sera la fièvre du Samedi soir à Bourg de Péage !
   700 participants, je prends les devants, et nous arrivons à 20h20 au Gymnase du Vercors (vue un quartier de Lune en voiture: ce sera le seul). C'est pas l'effervescence, calme plat... pas de bousculade pour l'inscription (12€ et un T-shirt), on retourne tranquillement se changer au parking devant le gymnase (avantage d'être là de bonne heure), et changement de tenue, en écoutant le foot à la radio (les Verts ont perdu contre Valenciennes) :-(
  Coté tenue, après quelques hésitations, tant pour la tenue que pour les chaussures vu la différence de terrain annoncée, j'opte finalement pour une paire de trail Lafuma (au bout du rouleau), 1 bas long, 1 maillot manche longue Raidlight + 1 coupe-vent que j'ai mis au départ, mais vite quitté dès le 1° km, pour ne plus le remettre de la nuit, tellement la nuit est douce !
   21h. : on file dans le gymnase où cette fois-ci ça grouille de randonneurs, en voyant de ci de là quelques dizaines de coureurs.

  
   21h40 : on quitte les tribunes pour s'approcher des portes de sortie,

   

à coté du stand de dépistage du cancer du sein. On se place pour une fois  plutôt aux 1° loges pour ne pas gêner les randonneurs.

  

Ce sera l'occasion de saluer et connaitre Rodo26 et Racapuche, et de retrouver Phideval.

  

  22h. Apparition de Mathias.....et ouverture des portes ! Traversée d'un stade, et les 700 inscrits rejoignent la ligne de départ. Mme le maire, après quelques mots d'encouragements donne le départ.

      

Même derrière la voiture qui ouvre la course, ce n'est pas un départ sur les chapeaux de roues, chacun part à son rythme pour les 20-22 premiers kms de plats. Direction plein Sud : Mathias file devant, et je précède Rodo26 et Racapuche qui préfèrent en garder sous la semelle.
Je sens qu'Alain a des fourmis dans les jambes, il fait les premiers kms avec moi, mais voyant que, comme Jeff, je ne suis pas tout seul, il file avec 2 autres coureurs.
   D'autant plus qu'il est rassuré par l'efficacité de sa nouvelle lampe qui éclaire bien. L'occasion de parler de mon "test" éclairage : ayant des lunettes, je n'ai pas trouvé la bonne formule avec la lampe au front. Du coup, je fais un test en portant celle-ci au niveau du sternum (ce qui m'éclaire devant mes pieds), avec en complément une lampe torche pour éclairer les panneaux fluo. Essai transformé, avec 2 bémols : ma lampe "frontale-stomacale" n'éclaire pas grand chose, et ma lampe torche ne marche plus avant ....Marches ;-(  .Un peu d'inquiétude pour la partie trail, car nous ne sommes pas très nombreux en plus...  
   Après avoir parcouru les 10 premiers kms en 54'30 (5'27"/km), je fais la route avec un coureur qui a perdu sa chaussure...Etourdi ?? Non, mais son sac à dos s'est ouvert, et une de ses chaussures a chu.. Heureusement les organisateurs ont récupéré cette chaussure baladeuse en solo, ce qui rassure mon compagnon de route : sa paire de pompes (neuves) n'aura pas une fin funèbre et solitaire (qu'une chaussure, c'est pas le pied, à moins de se lancer dans la course à cloche-pied)....Moins une, et il perdait la 2°, vraiment à côté de ses pompes, "ce grand noir avec une chaussure en moins" !!!
   Carrefour sécurisé par des bénévoles et des voitures avec gyrophares, bien balisé avec des flèches fluo, c'est du sérieux et bien rodé cette marche ! Marches est en vue à l'Est, mais nous faisons pas mal de Zigs et de Zags pour arriver à ce village par la 1° montée du parcours (1h49').

   

Ravito copieux, où les bénévoles nous accueillent en "éclaireurs" allumés , en attendant le "Peuple Randonneur".

  
   Mauvaise surprise en revoyant Mathias à ce ravitaillement, avec une douleur aux fessiers gauches. Il se pose la question "Stop ou Encore", après cette partie plate et bitumée, et avant la partie trail... Je le laisse en plein discussion avec la 1° féminine (connu lors du Défi de l'Oisans) et saurai qu'après une tentative avec Racapuche, le "boss" est reparti avec Rodo26 qui s'est arrêté aussi au 1°ravito.
   Je retrouve à la sortie du ravito mon compagnon de route. Passé le 20° en 2h10' (6'30"/kms) et pas trop de souvenir jusqu'au village de Barbières :

     

c'est beau un village la nuit! Surtout celui-ci, avec ces belles falaises à la sortie du village. Quelques promeneurs nocturnes nous saluent, avant d'attaquer le pied du Vercors.
    Point physique : toujours cette douleur "aine- hanche- extérieur genou" supportable, mais toujours là. Je buvais et m'alimentais régulièrement en alternant barre et coup de fouet, entre les ravitos.

   

Même si le Tourniol est ouvert, nous bifurquons et quittons enfin le plat pour nous mettre en mode "marche".

 

Mon compagnon de route, prend les devants sur le sentier montant avec un rythme plus rapide que moi. Je vois là-haut en balcon quelques lumières furtives qui ne sont pas des étoiles filantes, mais me donnent une idée du parcours...

   

Quelques maisons, une fontaine, et me voilà à mon tour sur ce sentier en balcon, dominant la vallée, avec les "lumières de la ville", et même des villes au loin. Je me pose 2' au détour d'un sentier, pour apprécier ce silence, cette belle nuit étoilé, avec ces " ombres du Vercors" impressionnantes et belles, des montagnes de L'Epenet et de Musan, avec les célébres Rochers des 2 Soeurs et plus au nord le Pré de 5 Sous : un coin que je ne connais pas beaucoup et qui doit valoir une visite de jour.
   Je reprends mon bonhomme de chemin en franchissant un col (Col de la Sambie ? vers 7-800m.)  , avant de plonger sur la Combe d'Oyan,

 

prochain ravitaillement proche de Rochefort-Samson, dans un camping. (28kms-3h30-7'30"/km)
   5-6 coureurs (dont certains qui viennent de me passer dans la descente) sont en mode "pause", avec encore plus de bénévoles. Ils nous disent que le 1° coureur est passé depuis pas mal de temps, avec un arrêt express au stand, version Formule 1.  Le temps de se faire pointer, de se poser 5', se ravitailler en eau, boire du chaud, voir la 1° féminine arriver sous les applaudissements, et je repars dans la nuit en attaquant le 2° pied du Vercors.

 

Du sentier bien balisé, j'essaie d'éviter toutes les chausses-trappes avec ma lampe qui ne brille pas par sa luminosité.
   Nous devons être à nouveau vers 700m. d'altitude (montagne de Morettet)  lorsque nous descendons vers Beauregard Barret que je vois en contre bas (30 kms-4h20-8'40"). 4-5 coureurs me passent, dont la 1° féminine qui a un bon rythme, et que je ne reverrai qu'à l'arrivée. A chaque coureur qui me passe, je regarde si ce n'est pas Phildeval ou un autre Kikou, mais j'apprendrai après la course qu'il s'est arrêté au ravito précédent avec d'autres coureurs de son club.
   C'est par des chemins et en passant par le Col d'Alexandre que je rejoins le 3° ravito à Meymans (38kms-5h25-8'33"/km). Pointage, et toujours le même rituel, avec un point physique avant les 12 derniers kms : douleurs aine-hanche-genou stationnaire, mollet et cuisse fatigue musculaire normale, je repars donc en m'étant fait passer par Racapuche, à l'insu de mon plein gré (Juste un pointage pour lui). J'attaque cette dernière partie, avec un regain de forme, et la hantise d'avoir 12 kms de bitume à avaler, ce qui serait plutôt indigeste !
   Heureusement les organisateurs ont eu la bonne idée de trouver quelques sentiers et surtout des chemins qui sont pour moi plus agréables. A 2 reprises, je suis sur le point de faire un tout droit et de louper le changement de direction, surtout à cause de la fatigue, mais je suis aussi moins vigilant par le fait d'être habitué à un balisage tip-top.
Je prends quelques hectomètres d'avance sur 2 coureurs (c'est bon pour le moral) à l'approche du péage autoroutier et du 45° kms (6h34' - 8'45"/km) (qui n'est pas loin du 45°  parallèle non plus). Un des deux coureurs me rejoint, et nous finirons ensemble, d'un accord tacite, les 5 derniers kms interminables dans les faubourgs et lotissements de Bourg de Péage. Un moment d'incertitude sur la bonne direction : c'est plus facile de ne pas se planter à 2 ! Nous retrouvons le parcours de l'aller, identique au retour sur les 2 derniers kms : ca sent bon l'écurie, ou plutôt la hall du Vercors.

 

Ca y est, nous voilà sur le stade : pas de tour d'honneur, on tire tout droit, pour retrouver les 3 organisateurs qui nous pointent (7h05/50kms-8'30"), félicitent et nous demandent notre avis sur le parcours, le balisage, etc.

  
  Echange avec Alain arrivé depuis 45', je retrouve aussi mon compagnon de route des 20 premiers kms, ainsi que la féminine croisé à 2 reprises. 5 h du mat', j'ai des frissons, je change l'heure (4 heures, heure d'hiver) et quitte les lieux fatigué, mais pas cassé. Après quelques jours, les instants galères ou un peu monotone s'estompent, et reste en mémoire les moments les plus marquants. Nous laissons la place aux 200 autres coureurs ou randonneurs qui vont en terminer avec le parcours complet (216 exactement). Côté résultat, anecdotique, car c'est une rando, mais quand même : 1° Olivier Bourgeois en 5h50, 2° Joël Wagner (74 ans), 3° Claude Duchier, et 1° féminine Christelle Milhal.
   Expérience sympa, peut-être à renouveller  l'année prochaine coté Romans et Drôme des collines.

4 commentaires

Commentaire de Mustang posté le 02-11-2009 à 17:34:00

sympa de nous avoir narré cette sortie originale

Commentaire de phildeval posté le 04-11-2009 à 16:38:00

Alors cette sainté tu la fais ou pas ? Toujours excellent tes cr.
Ps: dur we Stéphanois au foot

Commentaire de racapuche posté le 07-11-2009 à 22:09:00

Super CR !
et merci pour les photos, qui permettent de revivre cette trés trés sympathique course.
En espérant tous nous y retrouver l'année prochaine coté romanais ...

Commentaire de rodo26 posté le 04-12-2009 à 15:27:00

Salut Philkikou

Beau CR, avec ses photos qui montrent bien l'ambiance. Bravo pour ta rando.
L'année je repars pour finir cette fois.
A l'année prochaine....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !