Récit de la course : Trail du Caroux - 30 km 2010, par oc12

L'auteur : oc12

La course : Trail du Caroux - 30 km

Date : 18/7/2010

Lieu : Mons la trivalle (Hérault)

Affichage : 917 vues

Distance : 30km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

13 autres récits :

Trail du Caroux - 30 km

Après l'expérience amère de Font Romeu (...), due au mauvais temps mais pas que (re-...), me voici au Caroux, sous le regard des grandes aiguilles que nous grimpions autrefois, pour ce trail dont on m'a toujours dit de me méfier!!!

En plus c'est la première fois que j'utilise les bâtons (que j'ai achetés la semaine avant pour la modeste somme d'un prix ASTRONOMIQUE (mais ils vont bien!)...

Bref, levé tôt à Millau, petit déjeuner laborieux (d'ailleurs je suis preneur de tous renseignements possibles sur les repas d'avant et surtout de pendant la course car je suis inscrit à l'Endurance Trail, et d'après de nbreux cr, ça se réalise avec les jambes, la tête, mais beaucoup aussi avec la capacité de s'alimenter presque jusqu'au bout), quand au  repas d'après je me suis régalé pour ce trail (à comparer avec Ft R. mais j'arrête, je fais une fixette sur ce trail de Font R. qui ne pourra que s'améliorer). 

Je prend soin de me mettre bien dernier sur la ligne de départ mais y a un gars qui recule chaque fois que je recule encore, donc si vous m'avez suivi, je pars avant-dernier. On est parti pour l'embouteillage de la passerelle avant le sentier des Gardes: je dois à la vérité de dire que j'ai triché (dès là!) donc je plonge dans les bartas, saute les rochers sur 100m, passe la source d'eau ferrugineûeûse et me retrouve sur l'autre rive (je me justifie en disant qu'à mon âge on ne peut plus faire la queue...). On attaque les Gardes qui est notre Tourmalet, et dont nous sommes les Schleck et Contador! Alors là, incroyable comme les bâtons sont une aide plus qu'appréciable. Sur le plateau aussi finalement ils m'aident aussi alors que je pensais à priori qu'ils allait me gêner...

A un moment, je me perds en étant attiré par une magnifique cascade sur des dalles rocheuses... Tant pis pour moi, il y a ce qu'il faut de balises, mais il faut quand même avoir les sens "Hauts Cantons", ce sens du Caroux que Jo Fraissinet un peu grâce à qui nous sommes tous là traduisait ainsi : "Le massif du Carrroux s'adrrresse à des grimpeurrrs complets, ce qui ne le sont pas se complèterrront en se cassant la gueule!!!".

Je double beaucoup (en fait sans me vanter je descends pas mal, et avec les bâtons, je suis Luc Alphand...), dans les côtes je le prend BEAUCOUP plus tranquille.

Le paysage est grandiose: ça va sans dire mais ça va encore mieux en le disant, les saucisses du ravito sont bonnes et en plus, contrairement à ce qu'on m'a dit à Millau, les chênes verts et les grands châtaigniers nous apportent pas mal de fraîcheur. Je discute avec un coureur belge, puis avec un triathlète d'Orléans  que j'ai rejoint, un gamin de 32 ans (!) dont le rythme va m'aider grandement dans la dernière côte. La traversée finale est un peu longuette, mais elle nous fais accéder au tobbogan final où je me régale en pensant aux boissons rafraîchissantes de l'arrivée. Bon j'ai oublié beaucoup de passages de la course, mais le fait est que je me suis régalé, d'autant plus que les jambes étaient au RV et merci aux bâtons...

Certes je comprends que pour par exple D. Vierdet L. Klein et tous les bons, y avait des endroits où quand on court très vite, on peut vite louper un embranchement... Mais bon...

L'athlète russe Véra m'a bien fait rire et beaucoup ému aussi, le commentaire de Laurence Klein était très pertinent et le vainqueur du pays avait l'air "trop cool", surtout quand son père lui a dit qu'il avait les canoés à décharger (je suis sûr qu'il afait le 30 bornes pour se reposer...).

Excellente organisation, excellent repas, très bon speaker (parce que je ne sais pas si vous savez mais il en existe de toutes sortes et d'ailleurs j'en connais même un très sympa qui a des difficultés de prononciation...)

On sent l'implication d'un pays et de ses habitants (même les jeunes, Cyril n'a pas l'air bien vieux!), un trail positif dont le seul risque serait d'être victime de son succès et d'attirer trop de monde!!! Une bouffée d'air frais dans un été où l'actualité sent fortement le pourri...

Bon, allez, on se retrouve tous le 8 août chez "Fretless" au Viala du Tarn pour un Trail des Puechs 35 km certes moins technique mais vraiment naturel!!!

4 commentaires

Commentaire de mic31 posté le 22-07-2010 à 11:14:00

Belle analyse, j'avais juste trouvé le repas meilleur l an dernier. Mais quel parcours, quelle beauté (même en allant vite).
Fais gaffe au Trail des Puechs, ça monte sérieusement aussi. Et puis si tu arrives la veille, c est la fête au village et les bières tombent dru.

Commentaire de Tomcat posté le 22-07-2010 à 15:13:00

Merci pour le récit, plein d'humour. J'ai pris moi aussi énormément de plaisir sur ce parcours et je suis bien d'accord avec toi : les chênes et les châtaigniers ont été nos meilleurs alliés par cette magnifique journée.

Commentaire de laulau posté le 22-07-2010 à 22:32:00

merci pour ce récit d'un amoureux du Caroux !
Moi aussi, j'ai fait pas mal de voies Frayssinet dans ces gorges d'Héric ou ailleurs...des voies jamais faciles où il fallait souvent aimer l'engagement !

Commentaire de Yvan11 posté le 22-07-2010 à 23:28:00

Merci pour le récit !
Ayant dû avancer mes congés d'une semaine, je ne serai malheureusement pas là au Viala.
Mais les occasions ne manqueront pas je suis sur de siffler à nouveau quelques bonnes bouteilles entre collegues !
Remember la gnole du Père Moustache !
A une prochaine !

yvan

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.24 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !