Récit de la course : Saintélyon 2005, par le_kéké

L'auteur : le_kéké

La course : Saintélyon

Date : 4/12/2005

Lieu : Saint Etienne (Loire)

Affichage : 4088 vues

Distance : 68km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

Le récit

Matériel
--------
Chaussure trail NB
Veste Raid light MP+ (super)
Collant + T-shirt manche longue Addidas
2 paires de chaussette (une fine et une un peu plus épaisse)
Frontale Myo XP
+
Sac avec tout un tas de fourbis inutile que j'ai laissé au 20eme à mon assistance
L'année prochaine si je reviens, un porte bidon suffira avec le reste dans les poches de la veste.


Préparation
-----------
Après une année de course à pied bien remplie une dizaine de courses dont le marathon de Paris et le trail de Faverges) la décision de tenter la saintélyon pour finir l'année en beauté.
Cette saintélyon est pour moi l'occasion de dépasser pour la première fois le marathon que je n'ai d'ailleurs atteint qu'une fois.
L'entrainement ne fut pas assez intense pour différentes raisons (coupure voyage de noce aux seychelles mais on va qd meme pas se plaindre et activité professionnelle nécessitant des déplacements à Paris)
Enfin bref j'arrive le jour J avec le sentiment de n'etre pas forcement pret pour courir ce genre de course, et que ça risque d'etre extremement dur.
Mais comme d'hab j'y vais, et on risque d'en chier mais j'aime ça finalement.

Avant la course
---------------
Cool j'ai réussi à faire la sieste dans l'aprem car j'ai quand meme pas mal de sommeil en retard.
Vers 19h je vais chez Christophe et Michèle ainsi qu'un collègue à Christophe.
Michèle et sa soeur que nous retrouverons sur la route va nous suivre tout au long du parcours et nous encourager, aider, photographier.
Merci à elles car les retrouver à chaque ravito fut une précieuse aide surtout vers la fin.
Nous faisons la route de Grenoble à sainté et vers 22h on arrive dans le hall de départ déjà copieusement plein.
Je retrouve Philippe et Bruno déjà là depuis de nombreuses heures.
Doucement mais surement l'heure du départ approche, on fait quelques photos et après le départ des relais on se dirige vers la ligne de départ pour se positionner dans les dernières lignes.

La course
----------
Saint-Etienne – Sorbiers : 7 kms
================================
Départ minuit.
La consigne est de partir tranquillement pour une fois.
L'objectif que je me suis fixé est modeste et réaliste, pourquoi pas 9h. Mais l'objectif réel est d'arriver au bout.
La chose que l'on peut dire c'est qu'on n'est pas les seuls à avoir mis la sainté à son programme cette année.
Ce la fait beaucoup de monde.
On se met en queue de peloton.
2mn apres le coup de feu on passe la ligne
On était 5 sur la ligne de départ, mais au bout de 1 ou 2km je vois que les 3 autres partent beaucoup trop vite pour moi alors je les laisse partir et on reste à 2 avec Christophe.
Cette première partie permet de s'echauffer tranquillement, on traverse une zone industrielle. Pas besoin d'alumer la frontale c'est bien éclairé.
Les premières sensations sont pas terrible, je me sens lourd et la machine a du mal à démarrer.
On croise déjà 2 personnes sur des civières surement une chute ...
On commence à sortir de la zone industriel, la pente augmente. On commence à marcher et le premier ravito arrive.
Temps de parcours : 52mn

Sorbiers – St Christo : 9 kms (16km)
=============================
Premier ravito, du monde mais c'est pas la cohue.
On s'arrête un petit peu histoire de boire et de manger un truc. Pendant toute la course les arrêts aux ravitos seront plutot prolongés.
La route commence à monter plus sérieusement et on commence à atteindre enfin des chemins.
Dès qu'on sent que ça monte, la marche est de rigueur, qui veut aller loin...
Bonne nouvelle les chemins ne sont pas du tout gras et bien roulant.
Toutes ces frontales au loin devant, derriere c'est magnifique.
Tout le monde est concentré sur sa course et sa trajectoire, pas beaucoup de discussion.
En tout cas quelle belle nuit, je pense que la saintélyon avec la pluie ça doit être histoire.
En plus on a le vent dans le dos.

Temps (St Christo) : 01:56:37 position : 1486 (merci la puce)

St Christo – Moreau : 7 kms (23km)
===========================
Le ravito a St Christo c'est un peu la cohue. Michèle nous indique qu'il y a un deuxième ravito plus accessible.
Le ravitaillement passé, les premiers doutes commencent à m'envaillir.
On a même pas fait 20 bornes et j'ai déjà mal aux cuisses.
J'ai même pas fait 1/3 du parcours !!!!!!!!
Et j'ai la sensation que c'est pas gagné cette histoire.
Des pensées d'abandon commencent à m'envahir. Le problème c'est que ça fait des semaines que je parle de cette sainté autour de moi. J§e me vois bien arriver lundi et dire à tout le monde, "jai fait 25km et j'ai abandonné"
C'est impensable, alors on se secoue un peu les miches et on arrête de penser aux km restants.
En plus j'ai mal au bide, tout va bien quoi.
Je réfléchis que j'ai pris un sac qui pése une tonne pour rien, je décide de le laisser à Michèle et sa soeur qui nous suivent tout le long du parcours (encore merci à elles)
Bon c'est pas très sport par rapport à ceux qui n'ont pas leur assistance perso mais trainer ce sac pour rien ...
SI je me souviens bien, descente un peu merdique fini par nous ammener à Moreau.

Temps (Moreau) : 2h52mn

Moreau – Ste Catherine : 7kms (30km)
=============================
A ce ravito je laisse mon sac.
Je mange du salé, le sucré ne me fait plus du tout envie.
Le mal de ventre s'estompe, chic.
Je regarde le profil et je vois qu'en fait une bonne partie du dénivelé a été avalé et que s'annonce une grande partie de descente.
Cette partie est un vrai plaisir, le moral remonte. Comme quoi la descente c'est moins fatiguant que la montée, surtut sur bitume.
On se rapproche de la mi-course.
Je trouve qu'une chose très dur quand on fait du long c'est de réfléchir à la distance qui reste à parcourir.
Je pense qu'il faut essayer de faire abstraction de cette donnée.
Ne penser qu'à atteindre le prochain ravito.
En plus comme il y en a très régulièrement...
Le ravito de Ste catherine arrive bien vite, c'est le temps min entre 2 ravitos.

Temps (Ste catherine) : 03:30:39 position : 1369

Ste Catherine – St Genoux : 7 kms (37km)
=================================
Une partie qui ne m'a laissé pas beaucoup de souvenir. Des partie de bitume qui succédent à des boux de chemin pas trop techniques.
Une chose est sure dès que c'est un peu technique (montée ou descente sur chemin) je gagne des places, par contre sur le bitume j'ai plutot tendance à me faire doubler.
On arrive enfin à un ravito apres une bonne petite cote.
Le ravito est dans une tente ou il fait un froid de canard.
Je prends une peite reserve et je vais m'assoire dehors un bon moment. Je commence à être bien creuvé.
Il commence à faire bien froid et il est temps de repartir.
Temps (St Genoux) : 4h43mn

St Genoux – Soucieu : 9kms (46km)
================================
La montée apres le ravito permet de se réchauffer. Il est 5h de mat.
C'est dans cette partie que le marathon est passé.
La je suis vraiment dans la nouveauté.
Je suis content de dépasser cette barrière, je pensais qu'il y aurait une petite pancarte mais rien n'indique que la distance est dépassé.
Heureusement j'ai mon GPS qui m'indique l'evolution en km de la course car on peut pas dire qu'on voit beaucoup d'indications kilométriques.
Content de voir l'avant dernier ravito. Les lumieres de Lyon sont de plus en plus proche, c'est maintenant de plus en plus sur je vais y arriver.
A ce ravito je trouve un banc pour m'assoire au chaud. Je change de chaussettes et de T-shirt.
La pause s'eternise, on est bien au chaud mais quand il faut y aller. Encore un peu de soupe et on y va.

Temps (soucieu) : 05:49:30 position : 1256 (merci la puce)

Soucieu – Beaunant : 11kms (57km)
=================================
Cette partie est pour moi la plus dur. Je suis pas bien du tout.
En plus c'est 11km c'est la distance la plus longue entre 2 ravitos.
Je me souviens d'une partie dans un bois qui doit être sympa de jour.
On traverse un petit pont sur un ruisseau et après une bonne petite cote.
C'est dans cette cote que j'ai un grand coup de barre.
C'est la aussi que je commence à avoir mal au genoux.
Après reflexion j'ai du mal géré l'alimentation dans cette partie de la course pas assez bu ni mangé.
D'ailleurs au ravito de Beaunant j'ai dévoré.
Le ravito enfin atteint je prends une reserve de victuaille et je vais m'assoire dehors.
Michèle et sa soeur sont au petit soins avec moi (encore merci l'équipe d'assistance)
La soeur de Michèle me propose un petit massage des jambes, ça me fait enormément de bien.
Je sais pas combien de temps je suis resté à ce ravito (10mn - 15mn ???)
En tout cas j'ai retrouvé pas mal de force, je devais vraiment être sous alimenté.
Temps (Baunant) : 7h40

Beaunant - arrivé lyon palais des sports 11km (68km)
===================================================
Bon maintenant c'est sur je vais y arriver, sauf si je me fais renverser par une voiture.
Les jambes sont horriblement dures, surtout les cuisses.
Par contre contrairement aux trails que j'ai plus l'habitude de faire les mollets sont intacts.
J'attaque la fameuse montée Ste Foix. C'est raide mais ça passe sans problème dès qu'il faut marcher plus de problèmes.
Par contre la douleur au genoux droit commence à être très forte dès que je passe en mode course.
Bon ben tant pis on finira en marchant, je suis plus à 1/2 heure près.
D'ailleurs en marchant d'un bon pas je perds pas tant de place que ça par rapport aux foulées bien raides des coureurs qui m'entourent.
Le décompte des km commence à apparaitre.
C'est long un km ...
Dans la descente vers Lyon on rencontre des escaliers, alors ça c horrible. Mon genoux n'est pas d'accord.
Il faut arriver à descendre des escaliers avec une jambe tendu, pas facile.
C'est dans cette partie que je reçois des coups de fil. Les gens normaux se reveillent.
Comme je marche pas de pbm pour faire la causette le temps passe plus vite.
Aller on arrive au panneau lyon, ça y est j'ai fait sainté-lyon il reste plus qu'a atteindre l'arrivée.
On rejoint les quais, vent de face pour finir.
Moi je m'en fous je marche alors le vent ne me dérange pas trop. Quesque c'est long un km quand on marche.
Enfin le dernier kilo je retente de courir un petit peu, j'espere que personne ne filme car sinon j'ai droit à vidéogag, séquence l'homme qui courrait sans plier les genoux.
Enfin je passe la ligne d'arrivée dans le palais des sports, quelques spectateurs encouragent la fin de poloton.
Je retrouve Christophe qui m'a mis plus d'1/2 heure en 15km comme quoi finir frais ça doit faire gagner pas mal de places mais moi perso ça m'est jamais arrivé.

Temps (final) : 09:29:50 position : 1296


Apres la course
===============
Comme tout le monde j'ai vraiment mal aux pattes.
Les escaliers sont une torture.
Une bonne douche, un peu deg apres qq milliers de personnes mais l'eau est encore chaude.
Cool on reçoit un T-shirt avec Saintélyon finisher ainsi qu'un boooo diplome.
Le repas a un peu de mal à passer.
Le voyage de retour sans passe sans trop de soucis mais personne ne dort pour que Michèle ne s'endorme pas au volant.
Il faudra attendre le jeudi pour que les courbatures disparaissent completement.

Conclusion
----------

Positif

- Organisation bien rodée, bénévoles au petit soin. Pour une organisation avec autant de participants moi je trouve que c'est bien.
- Pas parti trop vite, et j'ai doublé des gens la plupart du temps, et c'est mieux ainsi
- J'ai dépassé le marathon mais on ne s'improvise pas 'ultra-coureur'
- Courir de nuit c'est quand même qq chose de magique.
- La nuit blanche passe sans pbm

Négatif

- Il y aurait un peu moins de participants ça serait peut être mieux
- Beaucoup le dise sur kikourou, mais c'est vrai que beaucoup de paricipants sont des porcs.
Les gobelets apres les ravitos, je pense que c'est crade mais ils vont surement être ramassé par qq de bien trop gentil, par contre les gels par terre sur les chemins tout le long du parcours là faut pas exagérer.
C'est quand même pas compliqué de mettre ça dans une poche et de le jeter au ravito suivant.
On le dit sur chaque course mais là on a atteint des sommets ...
- Les coureurs qui se pleignent aux ravitos, qu'il n'y a pas de coca, pas de machin, pas de truc sur des bénévoles souriants qui passent une nuit blanche à les servir.
Après faut pas s'etonner de ne plus trouver de bénévoles (heureusement il y a une majorité de coureurs sympas et respectueux mais je pense que certaint devrait peut être faire un peu plus de bénévolat pour comprendre certaines choses)
- La douleur au genoux n'a pas complement disparu 2 semaines apres j'espere que ça va s'arreter.

Merci à ceux qui m'on lu, n'hésitez pas à laisser un petit commentaire ...

A bientôt et merci kikourou


L'image du parcours grace à mon GPS, un peu de php et la NASA

Les temps au km

Toute l'equipe avant le départ

Moi même au 1er ou 2eme ravito

6 commentaires

Commentaire de Fab69 posté le 17-12-2005 à 19:07:00

Et bien d 'après ma puce mes temps intermédiaires sont 1h53, 3h30 et 5h48 c est dire que l on a du se croiser pas mal , d'autant plusse que j'étais à Beaunant à ....7h40. J'ai par contre eu la chance que mon corps me laisse tranquille sur la fin de parcours me permettant de finir juste sous les 9 heures ( si ca peut te donner une idée du temps que tu as perdu dans ce dernier tronçon )
Fab69

Commentaire de peno38 posté le 17-12-2005 à 20:58:00

Pas mal le CR Philou.
Bon, de te lire cela donne nevie d'y aller ... peut être l'année prochaine.
Il y a un petit manque dans ton CR, j'aurai bien vu une petite photo de toi à l'arrivée avec ton super bonnet Sainté-Lyon :)
Philippe.

Commentaire de riri51 posté le 04-05-2006 à 20:01:00

Merci pinston pour ton CR et bravo, rendez vous sur la ligne de départ en 2006!

Commentaire de L'Castor Junior posté le 04-08-2006 à 09:35:00

Salut Philippe,
J'arrive après la bataille, comme d'hab, mais je tiens à te remercier du CR : ça me conforte dans l'idée que c'est vraiment une course à faire.
Tu y retournes cette année ?
Ce serait, enfin, l'occasion de se croiser en vrai ;-o)

Commentaire de Tortue géniale posté le 11-10-2006 à 11:28:00

Sympa Piston pour ton commentaire de course, je compte bien m'en inspirer pour cette année !
Biru.

Commentaire de al27 posté le 23-10-2006 à 21:51:00

Bonjour Pinston,
J'adore les CR qui disent tout ce qu'on peut vivre sur une course(le bon comme le douloureux). J'espère dans quelques temps réaliser un exploit de ce genre (car s'en est un). Je viens de terminer mon premier marathon et j'ai revécu quelques sensations par ton récits (y compris les coureurs crades ou débiles)
A plus,
Al 27

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !