Récit de la course : Ultra Trail de Côte d'Or 2012, par toto38

L'auteur : toto38

La course : Ultra Trail de Côte d'Or

Date : 2/6/2012

Lieu : Marsannay La Cote (Côte-d'Or)

Affichage : 570 vues

Distance : 105km

Objectif : Faire un temps

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

21 autres récits :

UTCO: une course à faire!

Pourquoi l’UTCO ? Parce que c’est en Bourgogne, mon pays d’origine où sont encore mes parents, et que j’ai envie de faire du long en vue des 24h de Grenoble. Et j’en ai marre des petites distances sur piste ou route. J’ai envie de long !!!

RDV est donc pris. Quelques jours auparavant, il tombait des cordes, mais nous allions avoir chaud, très chaud : grand beau temps estival attendu. Il va donc falloir être vigilant. En plus de ma poche à eau, j’ai pris une gourde pour pouvoir m’arroser abondamment. J’essaierai aussi une nouvelle recette de ravito : adieu les sandwichs jambon-beure et vive les patates au four !! Le tout arrosé de fraises tagada enrobées de pâte d’amandes…Sourire

Enfin, le profil est particulier : que des petites bosses, de vraies montagnes russes. Il va falloir être prudent et ne pas s’emballer pour ne pas courir dans les montées que ne paraissent pas fortes mais où on laisse du jus. Ça va changer de notre Vercors bien aimé.

Le départ est à 4h. Je réveille mes vieux parents qui m’emmènent à 2h, ils faisaient une tête ! Mais ils étaient ravis de goûter à l’ambiance d’un trail…

Sur place, je retrouve Anne, Tidgi, le loup… et on s’observe, personne n’a trop d’objectif. En fait, j’en avais un, ou plutôt 2 : le premier, vu le profil, je pensais pouvoir le négocier en 11h (c’te blague) et le second, c’est de faire dans les 10. Mais je n’en parle pas, je ne veux pas qu’on me mette la pression et je peux me tromper. De toute façon, je resterai sur mon rythme et je ne me ferai pas influencer…

4h10, le départ est donné. C’est toujours sympa de partir à la frontale, les Km sont avalés rapidement et je trouve que ça part vite. Je lève la patte et LELOUP me rejoint. On restera un bon moment ensemble. Mais ensemble on fait le yo-yo, lui étant plus rapide en ôte et moi plus rapide sur le plat. On discute tranquille et on sera ensemble jusqu’au 25° Après le ravito, je suis parti juste devant, et je ne le reverrai malheureusement plus… Au ravito au 25°Km, je pointe 45°. Bon OK. Vu l’heure, non seulement je serais en retard, mais en plus si je continue comme ça, je ne serais pas dans les 10… Tant pis, mais il faut gérer. La course n’a pas commencé, il faut GERER !!!

C’est ce qui me frappe : après ce ravito, je trouve les coureurs fatigués. Pourtant il nous reste 80 bornes à faire. J’en parle aussi à un coureur (on  ne se  lâchera plus jusqu’à l’arrivée) qui trouve cela étonnant aussi. Il faut surtout bien s’arroser. À chaque lavoir, je fais un crochet, je remplis ma gourde et je m’arrose complètement, de la tête aux pieds. Ça fait un bien fou !

Arrive le 2e ravito solide du 50°. J’arrive plutôt frais, On me signale que je suis 28° ! Incroyable. C’est vrai que j’ai eu l’impression de doubler des gars mais pas à ce point !

 

Première erreur de parcours au 57° : on devient un peu fatigué, moins alerte et dans une descente, je loupe une balise. C’est con, pourtant le chemin était sympa, une grande descente rapide, bien cool. On se retrouve à 6 avec Amandine, la première féminine. Demi-tours, on repart, 10 minutes de perdues. Je n’ai pas l’impression d’avoir perdu des places…De ce moment à quasi l’arrivée, on aura Amandine et moi à peu près le même rythme. On se motive à donf, je lui dis que sa place est assurée, elle me briefe sur la fin de parcours qu’elle connaît bien…

 

Bref, on repart, toujours un groupe de 4 : Amandine, Hervé, Denis et moi. On s’observe et on fait attention à l’autre.

 

Après le ravito liquide su 66, je repars plus vite que le tiercé et je me retrouve seul devant. C’est bon, les jambes tirent un peu mais rien de catastrophique. Et là, pareil qu’au 57, je tire un tout droit. Je m’en aperçois au bout de quelques minutes, je fais demi-tours, mais les 3 poursuivants sont maintenant devant…De nouveau une boulette !!

J’arrive sur une route forestière. Je finis par les reprendre, Amandine attend le long de la route ??? Qu’est-ce qu’il se passe ? Elle doute car elle non plus n’a pas vu de balise depuis un certain temps. On se rassure mutuellement et on continue, jusqu’à ce qu’un bénévole nous informe d’un débalisage sauvage et qu’il faudra prendre plus loin à gauche, qu’il n’y a pas de balise pendant quelque temps. Chouette : avec tous ces chemins de traverse, si on ne se perd pas, on aura de la chance.

 

Finalement, avec un peu de craintes, on s’engage dans un chemin et on finira par retrouver ces balises. Merci les forestiers !!!

Gros coup de pompe au 76. Le parcours est toujours roulant, bien que plus technique, mais on peut quand même envoyer en dehors de ces foutues combes. Et c’est ce que font les 4 compères qui me laissent sur place. Je m’arrête, reprend une énième fois des patates et des tagada, je marche en attendant que ça passe. En bas d’une combe, je suis tellement à plat que je m’assoie quelques minutes. Mais il faut repartir. Jusqu’au 82, c’est dur !! J’arrive finalement au ravito, je me ravitaille de jus de tomate (bonne idée les GO) et la forme fini par revenir. On m’annonce que je suis 87 au général ! Incroyable ! Cela veut dire qu’il y a eu beaucoup d’abandon et que j’ai gratté des places aux ravitos. Je partirai après les 3 coureurs, de toute façon je serais dans les 10.

 

Peu après, je rattrape Amandine. Apparemment c’est elle qui maintenant est fatiguée. On se motive, et j’arrive à relancer, mais je me fais littéralement déposer par  le 9°. Merde alors, je n’ai rien vu venir ! Et il enchaîne. On discute tout juste, je lui dis que je le laisse filer, que je suis cuit. Il me dit que la forme va revenir. Et il a raison !! Je suis maintenant 10°.Toujours dans le top ten comme je me l’étais fixé.

 

Au 90 c’est le ravito. On m’annonce que les  coureurs ne sont pas loin, que je pourrais sans doute les rattraper. Qu’ils sont aussi cuits que moi. Chouette. Je retrouve Amandine, on repart de plus belle. Rapidement, le terrain est un long single très tendre sur les crêtes, où les appuis sont faciles. La forme est là, d’autant qu’on devant les derniers du 45 qui me servent de lièvre. Je finis par laisser Amandine et je rattrape Hervé.Ils s’accroche à moi, mais je bleuffe en accélérant un peu, de crainte qu’il s’accroche trop fort. La guerre psychologique commence !! Hop, une place de gagnée, je reviens à la 9eme Chacun pour soi maintenant, la course aux places commence. Chouette, il lâche. Je peux calmer un tout petit car il reste quand même 12 km (plus d’une heure) et que la forme peut repartir aussi vite qu’elle est venue.

Un bénévole m’indique qu’ils ne sont pas loin. Je me surprends à dévaler les 2 dernières combes à fond, en doublant les 45 dans le pierrier. Ils sont bien sympas, ils se poussent et me laissent passer, préviennent les coureurs devant de se pousser. Ça me boost carrément… En bas d’une combe, on m’annonce 7km, qu’ils ne sont pas loin. Mais je n’arrive pas à les rattraper. Merde !! D’un coup, j’en vois un. Je fonce sur lui, je le double et je finis par rattraper le 7° à 3km de l’arrivée. C’était celui qui m’avait déposé me disant que la forme allait revenir. Je lui souhaite bon courage et je fonce. Je n’ai plus peur maintenant de me perdre, il y a pas mal de coureurs, je peux leur faire confiance.

C’est topissime. Je regarde derrière, il n’y a pas de poursuivant. Je suis trop content de ma course et comme sur la diagonale, je savoure ces quelques dernières minutes. Je passe la ligne en 13h17, 2h de plus que prévu mais 6° scratch et 3° de ma catégorie.

Je m’excuse auprès du speaker de lui avoir vidé ma gourde sur la tête à l’arrivée, mais étant organisateur, il l’avait bien méritée !

arrivée

arrivé&e arrivée

Pour résumer : course superbe. Les ravitos très bien fournis et très bien organisés,

À mon sens, un peu trop de bitume (vite oubliés sur la fin) et surtout des ravitos en eau trop éloignés.  Il y en avait pourtant tous les 10-15km environ, mais c’est long à nos vitesses, et on a beaucoup transpiré ! J’ai trouvé aussi qu’on ne passait pas assez dans les vignes et Dieu sait si elles sont nombreuses ! En revanche, les nombreux passages en sous-bois nous ont pas mal épargné de la chaleur…

 

Pas de problème de balisage, les 2 endroits où je me suis paumé étaient bien signalés, j’étais juste dans le gaz et crevé, et à chaque fois, c’était sur des grandes voies en descente. Donc de ma faute. Ils ne sont pour rien dans le débalisage sauvage et malheureusement, cela arrivera toujours.

 

Le parcours est excessivement technique. Il faut être prudent dès le 5° km dès la première bosse et s’économiser jusqu’au bout. Cette course ne pardonnera pas les erreurs. Il faut se connaître, connaître ses limites. Du début à la fin, le parcours est fait de relances, de descentes, de montées…Il est donc très rapide. Et la seule chose qui ralentit sont les combes techniques. Quelqu’un qui a la pêche peut réellement aller très vite, on le voit par la claque que le premier m’a mis : plus de 2 heures !

 

Ce trail n’en n’est qu’à la 2EME édition, il va faire mal dans les années qui viennent et je pense qu’on n’a pas fini d’en parler…

 

4 commentaires

Commentaire de tidgi posté le 04-06-2012 à 23:08:07

Quel warrior ! Bravo pour cette superbe perf en tout cas. Tu nous avais caché tes objectifs ;-)) Respect l'ami.
On t'annonce 45° au km25... mais en comptant les relais : je n'ai jamais été au delà de la 20° place à priori et tu étais bien loin devant moi.
J'étais aussi avec Amandine mais autour du 30°km, elle m'a déposé ensuite...
Et pour le débalisage sauvage, tout pareil vers le chemin forestier mais visiblement moins pénalisé que vous (croisé l'organisateur bien énervé à ce moment là).
Dac avec toi pour les ravitos eau...

Merci pour ton récit bien détaillé, et encore bravo !
A une prochaine ?

Commentaire de a_nne posté le 05-06-2012 à 09:16:06

Bravo pour ta course et ta 6ième place, chapeau !
Pour moi le but était bien affiché, arriver :-)
J'ai également souffert de la chaleur, et de ses fameuses combes...
Au plaisir de se voir sur une autre course !

Commentaire de fulgurex posté le 07-06-2012 à 11:56:40

j'espère que l'an prochain, on aura le temps de parler sur le parcours ;)
n'hésite pas à faire signe si tu viens voir tes parents, on ira faire un tour dans les combes
bravo pour ta course

Commentaire de LtBlueb posté le 10-06-2012 à 16:38:56

chapeau toto : toujours aussi fort !!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !