Récit de la course : Trail de Faverges Icebreaker - 42 km 2012, par ThomasL

L'auteur : ThomasL

La course : Trail de Faverges Icebreaker - 42 km

Date : 9/6/2012

Lieu : Faverges (Haute-Savoie)

Affichage : 940 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Revanche sur 2011!

Ce matin du du 9 juin 2012, le moral est au beau fixe au départ du maratrail de Faverges 2012. Il faut dire que JC et moi gardons un souvenir humide de l'édition 2011, que nous n'avions même pas pu boucler: il pleuvait tellement que l'organisation avait supprimé la montée de la Sarve pour une bonne partie du peloton. JC avait beau m'avoir vanté la beauté du parcours, je ne me rappelle que de brouillard, de torrents furibonds et de ruisseaux dans lesquels il fallait courir.

Bref en 2012, juste avant le départ, le speaker nous annonce fièrement que l'organisation de la course a tenu sa promesse: beau temps sur la course. Seul hic, les chronométreurs sont manifestement resté sous leur couette, car à 7h30, heure du départ, il ne sont toujours pas là, malgré les appels désespérés du speaker. 
 
A 7h35, le départ est enfin donné. Ca part très vite devant, mais il ne faut pas se laisser embarquer, car nouveauté 2012, certains coureurs font la course en relais et peuvent donc se permettre de monter dans les tours dès le début. Assez vite je me sens bien dans ce maratrail. Pas de pression, je l'aborde comme une course de préparation au gros morceau de l'été 3 semaines plus tard: trail du tour des Glaciers de la Vanoise (73km/3800D+ le tout au dessus de 2200m). Mais les jambes sont là, et je sens que j'ai de la marge pour courir sur les faux plats, chose que j'avais toujours évité sur du long jusque là. JC qui en 2011 était devant moi est ce coup ci derrière moi, peut être moins préparé, l'animal ayant réussi à se prendre un poteau de télésiège en pleine vitesse quelques mois auparavant (11 fractures des côtes quand même...).
 
Le sentier forestier de la Sambuy grimpe raide. Petit coup de moins bien avec un début de point de côté (serais je parti trop vite?). Mais rapidement tout va mieux. A la sortie de la forêt, nous sommes dans un cumulus, donc pas de vue, mais au moins il ne pleut pas et la température est idéale (et de toute façon j'ai de la buée sur les lunettes). J'attaque le dernière montée et arrive au sommet de la Sambuy en 2h30 soit une demi heure de moins que l'année précédente. Cameron est en haut à bloc sur les encouragements et sur les photos (qu'on n'a jamais reçu, monsieur envoyant en priorité aux filles qu'il a pris en photo sur le parcours et dont il a récupéré les adresses mails à l'arrivée). Le pauvre est en mode rando supporter alors qu'il était arrivé 11è sur la course en 2011: infiltration des genoux oblige... Je me lance tranquille dans la descente sachant bien qu'en tant que coureur des plaines je ne suis pas assez préparé pour allumer comme un avion du 74.
 
Une demi heure plus tard je suis au ravito, porté par les percussions d'un groupe de samba de la Sambuy, arrêt express et je repars illico. Je suis au top sur l'alimentation (c'est nouveau), et arrive à manger en petites quantités toutes les heures. Je m'accorde un petit arrêt ''renokage'' express des pieds, sentant l'ampoule arriver. Le ciel s'est dégagé et le panorama sur l'épaule de Chaurionde est magnifique. En 1h10, les 5km et 800m de deniv sont avalés, et je peux attaquer tranquilou la descente depuis le sommet. Quel changement par rapport à 2011, la descente en lacet dans le pierrier sous une superbe paroi rocheuse est galvanisante. On rentre à nouveau dans la forêt, et j'arrive à la Maison Forestière large sur la barrière horaire et plutôt frais malgré les 30km et 2100m de denivelé cumulés. On attaque la dernière montée sur la Sarve. Cela ne semble pas terrible, juste 500m de D+ sup, mais elle devient brutalement très raide. Là premier vrai coup de moins bien, les jambe n'arrivent plus à avancer. C'est à ce moment que réapparrai Cam, tel le lutin moyen qui tape des sprints pour poser l'appareil photo en mode retardateur et revenir pour se faire prendre en photo avec moi... N'importe quoi ;) Evidemment ça marche je ne pense plus aux jambes d'autant plus qu'on arrive aux chalets de la Sarve. Nous y sommes accueillis à coups de corne de brume par les bénévoles du check point. Ils ont l'air bien en forme, et nous proposent du ''jus de miel''. La bouteille est quasi vide, et me rappelle fortement celles qu'on trouve du côté de l'Ecosse.  Je préfère leur laisser, il reste 10km et 1000m à descendre, ça serait ballot de se prendre un sapin dans un lacet... Du haut de la Sarve la fameuse vue dont me parlait JC est magique: le bout du Lac d'Annecy surplombé par la Tournette, superbe.
 
La descente sur Faverges est ''grasse''. Le sentier forestier est devenu une piste de boue, et devient carrément étroit le long de la paroi. Il faut redoubler d'attention d'autant plus que ça tombe raide en aval et qu'après 6h de course je suis moins lucide. Ca commence à tirer vraiment dans les quadri, mais la caisse est là et j'arrive a avancer à un bon petit 10km/h ce qui me change de mes fins de course habituelles. Au loin j'entends l'orchestre de samba made in Hot Savoie, qui m'annonce que l'arrivée est proche. Cela me booste et j'arrive à courir jusqu'au bout. Franchissement de la ligne d'arrivée des 42km et 2700D+ en 6h46, le sourire aux lèvres.
 
J'ai vraiment eu l'impression d'avoir passé un cap sur cette course. Gestion parfaite à mon niveau de l'effort et de l'alimentation. Cela me donne un gain confiance énorme pour aborder le TGV, 3 semaines après... Trop peut être? Suite dans le récit du TGV 2012... (http://www.kikourou.net/recits/recit-13450-le_tour_des_glaciers_de_la_vanoise-2012-par-thomasl.html)
 
Remerciement spécial à Gabriele, notre hôte qui nous a reçu royalement autour d'un barbecue post course . Gabriele récemment Annécien, est un Sicilien que j'ai eu la chance de rencontrer sur la superbe course en étape qu'il organise sur les volcans Siciliens (Etna, Stromboli...). Mieux qu'un compte rendu, vous pourrez voir une petite vidéo que j'y ai faite en caméra embarquée: 
Si cela vous tente, allez sur http://www.volcanotrail.it/ et vous en saurez plus sur les incroyables courses que Gabriele organise!

2 commentaires

Commentaire de camel posté le 23-07-2012 à 08:21:45

Haha !!

Bravo pour ta course et bien sympa ton récit Thomas ... je suis content d'avoir pu monter sur quelques beaux sommets pour vous encourager toi et JC, ça m'avait fait bien plaisir de courir un peu avec vous !

Tu exagères quand même un peu (bcp) Monsieur pour les "filleS" ... il te faut une petite leçon sur l'usage du pluriel ;-) Mais j'ai compris ta tactique, essayer de me mettre dans l'embarras pour me faire bouger pour les photos !! (je t'ai quand même envoyé d'autres entre temps comme tu sais ...) Okay en tout cas ça marche, prépare-toi et ta boite mail :-)

Avec hâte d'y aller courir ensemble bientôt.

a+

Cam

Commentaire de ThomasL posté le 23-07-2012 à 08:59:48

merci Cam: tlorain@noos.fr hehe :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !