Récit de la course : Saintélyon 2012, par djlaulau1

L'auteur : djlaulau1

La course : Saintélyon

Date : 2/12/2012

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 842 vues

Distance : 70km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

Saintélyon 2012

SAINTELYON 2012

02/12/2012 à 0h

RUNNING RAID NOCTURE

70KM

 

J’avais oublié que ça pouvait être difficile… SI difficile, si douloureux

 

Bon, Olivier, tu vas pouvoir dormir tranquille, voici ce que tu attendais avec tant d’impatience, le résumé de ma course de samedi soir !!!!

J’espère que vous ne m’en voudrez pas de vous avoir fais patienter 24h de plus, mais je n’avais pas le courage hier (dimanche) d’écrire ce compte-rendu habituel. Tu vois, Ludivine, à 14h, hier, je n’étais pas en train de l’écrire, je n’étais même pas sous la douche, je franchisais juste la porte de ma maison, car on est rentré de Lyon un peu plus tard que ‘’prévu’’.

Donc, ce week-end, comme tous les 1ers week-ends de décembre, avait lieu la traditionnelle Saintélyon, un Running Raid Nocturne qui se court entre St Etienne et Lyon, mais pas par l’autoroute, routes nationales ou autres départementales… non non non, par les petites routes et chemins du Jarez et des monts du Lyonnais. Le parcours (70km, 1500mD+, 1900mD-) passe par les villages de St Christo en Jarez, Ste Catherine, Rontalon, Soucieu en Jarrest, Chaponost, Beaunant et enfin Lyon. Le point culminant de la course se situe à 865m d’altitude, altitude où la météo peut avoir son rôle à jouer, nous verrons cela plus tard.

Pour ma part, c’est ma 3ème participation (en 3 ans) à cette épreuve, après celle de 2010 (avec Denis) avec la neige et les -13°/-15° (finisher en 9h47m), 2011 (avec Karl, Steph B et Fred) 7° et la boue (finisher en 8h26m, et aussi ‘’problème’’ de red-bull), nous voici sur celle de 2012 avec mes 2 compères de la 6000D de fin juillet, j’ai nommé Steph B et Fred, et les 3 petits nouveaux dans le monde de l’ultra, c'est-à-dire Jean-Paul, David et Moussa, qui ont terminé il y a 15 jours leurs 1er marathons !!!

Ben oui… il y a 2 semaines, j’étais (enfin on était) sur le Marathon du Beaujolais Nouveau, et là, on se retrouve sur la Sainté. C’est la 1ère fois que je tente d’enchaîner 2 grosses épreuves coup sur coup. Je voulais me tester, voir ma réaction, celle de mon corps, de mon mental. Avant d’éventuellement essayer d’autres épreuves plus difficiles que celles-ci, il faut d’avoir voir si ça passe ou ça casse !!!

A la suite du marathon, les séances d’entrainements se sont réduites, j’ai fais uniquement 3 sorties en 2 semaines, de toute façon, le gros de l’entrainement doit être fait, si c’est pas le cas, c’est qu’on est pas prêt, et c’est pas maintenant qu’on va le faire !!!

 

Oupsssssssssssssssssss, j’ai oublié… j’ai oublié de parler de nos girls !!!! et oui… dans le team SRT, on a aussi des filles… et qui courent !!!! et oui, ça existe !!! pour certains machos, je dirais que les filles ne sont pas faites uniquement pour faire du ménage ou de la vaisselle, repasser du linge ou nettoyer les vitres, non non non, elles peuvent aussi courir !!!!! ben nous, on en a 2 (2 filles les pervers, à quoi vous pensiez d’autre !!!) : Gaétane et Delphine. Et ces 2 charmantes demoiselles sont inscrites sur la ‘’petite’’ : la Saintexpress, c'est-à-dire la course qui va de St Catherine à Lyon. Je dis ‘’petite ‘’ car elle ne fait ‘’que’’ 44km, c'est-à-dire 2 kilos de plus qu’un marathon !!!! et ben elles sont méga fortes, nos girls, car elles ont finis toutes les 2 en 6h38m, ensemble, avec un grand sourire, et quand je les ai vu au Palais des Sports de Gerland, elles étaient ravies de leurs courses, et qu’elles se sont ‘’éclatées’’, que c’était super bien. Je ne peux malheureusement pas vous raconter leurs courses, je ne l’ai pas vécu, et je ne peux pas raconter ce que je ne vis pas, je ne suis pas écrivain.

 

Le jeudi d’avant la course, on se retrouve une nouvelle fois au resto pour notre traditionnelle ‘’SRT pasta party’’, tous les participants ne sont pas présents, et même d’autres personnes du Team ne sont pas venus et on préféré s’entrainer, n’est-ce pas Karl et Xavier ???

Le vendredi soir, énième repas pour moi avec… oh… des pâtes… quel hasard !!!

J’essaie de me veiller tard avec l’espoir de me réveiller tard le samedi matin, et c’est raté, j’me couche à minuit, et réveil à 6h, je larve jusqu’à 7h30, et pis j’me lève, de toute façon, je pourrais pas dormir plus. Rendez vous à 10h30 à Vienne avec Fred, on monte une voiture à Gerland pour le retour du lendemain.

 Je tente une sieste l’après-midi, méga grosse de 40mn, ben tant pis, on dormira mieux dans 24h !

Je commence à préparer le repas, la pasta party (encore, je sais) d’avant le départ se fera chez moi, avec en invité spécial, Denis…ben oui, il nous faut bien un chauffeur pour l’aller, et vu qu’il court pas en ce moment (cause blessure), il faut bien qu’il serve à quelque chose !!!

Stéphane M (vous vous souvenez…’’Allez Stéphane’’ du Marathon du Beaujolais) m’amène sa frontale en rechange, on ne sait jamais, au cas où (n’est-ce pas, Denis) !!!

Le repas se passe bien, on n’a pas spécialement un gros appétit, mais il faut se forcer à manger, c’est notre carburant !!! D’ailleurs, j’ai pas mon amie, ma petite boule de dedans mon ventre qui est toujours là avant les courses… bizarre, bizarre…  je me sens même pas stressé, je suis serein : soit je suis prêt, soit je suis inconscient, soit ces défis ne me font plus peur… je ne sais plus quoi penser !!!

 

21h, c’est l’heure du départ :

 

 

 

Et on monte dans le minibus (et oui, on a encore loué un minibus !!) et nous voilà partis. Un petit son de AC/DC nous porte jusqu’à Sainté, on entre dans Parc Expo, un monde de fou, on se dirige au même emplacement qu’où on était l’an dernier, et on se change. Les habituelles questions d’équipement de Stéphane  arrivent, Quesque je mets, 2 ou 3 couches, quelles chaussures, gants ou pas, cuissard ou short ???? une vraie gonzesse, ce Steph !!!!

Les traditionnelles questions du transit intestinal font aussi leurs apparitions, tu vois, Claudine, y a pas que moi que ça travaille ces choses là !!! on se ‘’pose’’ tous la même question : maintenant ou plus tard, j’ai déjà pas pu avant, après ça risque d’être compliqué !!!! ils ont tous en mémoire mes ‘’ennuies’’ de 2011 !!!

Bref, il ne fallait pas zapper ce chapitre, ça faisait longtemps que je parlais plus de mes cacas, et mes supportrices me le réclamait, voilà c’est fait !!!!

Pour ma part, question équipement, c’est vite fait, pour éviter de trop me poser de question, j’ai amené qu’un seul équipement possible, une seule paire de shoes, comme ça, un problème de moins. 10 mn de repos, Ipod sur les oreilles, U2 bien évidement, je fais un peu le vide, j’essaie de penser à ma course, et voilà que JP et David veulent déjà emmener leurs sacs dans les camions de consigne !!!! En ‘’ancien’’, je leur dis qu’on va y aller tous ensemble, sinon on va pas se retrouver ensuite. Donc on emmène nos sacs, changement dans le système habituel, ce ne sera pas des bus qui seront chargés d’emmener nos affaires à Lyon, mais des camions porteurs + remorques avec des étages à l’intérieur… il y a 7 camions remorques !!!!! On se fait déjà remarqué avec nos cornes de diable sur la tête.   on se dirige ensuite dans le hall où se trouve le village expo, on fait un tour… et un petit arrêt aux toilettes où il y a plus la queue (sans jeu de mot) aux toilettes masculines que féminines… je renoncerais au dernier moment à la  vue du réceptacle débordant, et me contenterai d’un petit pipi (passage encore destiné à Claudine).

Bon allez… on déconne plus, il est l’heure, 23h35, il faut se rendre dans nos sas de départ. C’est aussi une des nouveautés de 2012, on se ‘’range’’ par sas de départ en fonction de la durée estimée de la course, pour Fred, entre 5 et 7h, et pour tous les autres, on opte pour le sas 7/9h. Avec Stéphane, nous espérons faire aussi bien, voir un peu mieux que l’an dernier, c'est-à-dire moins de 8h30, mais cette année, il y a 2km (et 300m d+) de plus.

 

 La pression commence à monter, le speaker fait de plus en plus de bruit, les frontales commencent à s’allumer, il fait -3° et pourtant la température se fait de plus en plus chaude. 23h55… putain… Quesque j’fous là ???????????????????

La musique démarre, U2 light my way, ça me fous les frissons encore un peu plus, et c’est le bang !!!!!! ça y est, on y est, ma 3ème Saintélyon démarre maintenant !!! on se tape dans les mains, on se souhaite bonne course, je pense beaucoup à nos 3 néophytes de l’épreuve qui ne savent pas dans quoi ils se lancent, mais ils vont bientôt s’en rendre compte !!! Je pense aussi très fort à Denis qui m’avait accompagné en 2010, et aussi à Karl, qui m’avait ‘’porté’’ jusqu’à Lyon en 2011.

On marche jusqu’à l’arche, on ne peut pas courir de suite… ben oui, y a pas que nous sur cette course, on est 12000 inscrits, dont 6000 en solo !!!!

Les 1er kilos se font à bonne allure, je suis devant avec Steph et Moussa, mais JP et David ne sont pas loin.

6ème kilo, on se retourne, et on ne voit plus nos 2 compères, ils ont du trouver que l’on allait trop vite.  7ème kilo, plus de Moussa, il nous dira plus tard que notre vitesse était un peu trop rapide pour lui, on se retrouve donc tous les 2 avec Steph, et il me dit : ‘’et ben mon Laulau, on va s’la faire tous les 2 !!!! ‘’

Première côte, ça passe bien, on est dans Sorbier, l’an dernier, j’arrivais pas à courir dans cette montée, et là, ça passe super bien, je suis même surpris, c’est de bon augure pour la suite, je suis vraiment bien !!!!

On attaque les 1er sentiers, tout va bien, il commence à apparaitre ça et là quelques traces de neige.

Et ensuite, en direction de St Christo, tout change, ce n’est plus quelques traces de neige, c’est de la neige, et il commence à en avoir pas mal, mais ça va.

On atteint St Christo, 1er ravito (km16) en 1h41m. La neige a ralenti notre progression, on sait déjà que pour faire comme l’an dernier, ça va être chaud.

On passe le panneau 20 en 2h20, on a mis 40mn pour faire 4km !!! Là, les ennuis commencent, ça devient vraiment compliqué !!! Entre 40 et 50 cm de poudreuse, une monotrace de 50cm de large, impossible de doubler sans prendre des risques, la ‘’progression’’ se fait, mais lentement. Le froid se fait ressentir, on est sur un plateau, au point culminant de la course, avec un petit vent du nord qui nous titille le flanc gauche, il fait environ -6°, ressenti -10°, et je commence à avoir froid.  On passe au 25 en 3h10, soit 5km en 50mn !!!!!!!! et ben mon Steph, notre objectif, on sait tout de suite où on peut se le mettre !!!! Je suis pour la plupart du temps devant, je ‘’mène’’ l’allure, et Stéphane me suit tranquilloux.

On s’approche de Ste Catherine, 2ème ravito (km28), je sens que celui-ci va être le bienvenu, mes jambes commencent à me faire mal, me ravitailler me fera le plus grand bien. Je me ravitaille correctement, pâte de fruit, biscuit, banane, et coca.

Quoi ??????????????  toi, tu bois du coca ??????????????? ben oui, pour ceux qui me connaissent vraiment bien, je ne bois jamais de coca, j’aime pas c’truc, et ben sur mes courses, je me suis mis à boire de ça, et j’en bois même beaucoup !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! et alors, y a que les imbéciles qui changent pas d’avis !!!!!!!!!!!!

On repart du ravito, et ce que je croyais être passager ne l’ai pas, j’ai un GROS coup de mou : plus de jambe !!!!!!!!! j’arrive plus à avancer, j’arrive plus à relancer, Steph passe devant, et se retourne tout le temps pour voir où j’en suis. Sur marathon, on parle toujours du mur, le fameux mur du marathon que l’on ressent entre le 28 et 32, et ben je viens de le prendre dans la gueule, la seule différence, c’est qu’il m’en reste 42 à faire, et là, j’me dis que ça va être franchement méga dur !!!!! Je me dis de tenir jusqu’au prochain ravito (km 36, moitié de la course) et ensuite on verra.

On y arrive tant bien que mal, mais maintenant, en plus des jambes que j’ai plus, mon mental est resté avec mon moral au ravito précédent !!! j’ai plus rien, ni dans les jambes, ni dans la tête. Il me reste que mon Steph qui lui est franchement bien, il me met 10m dans la vue toutes les 3 foulées. On passe le 36 en 4h45 (petit rappel, il est 4h47 du matin), tout va pas bien !!!! c’est de plus en plus dur !!!

Pleins de choses me viennent, me reviennent dans la tête, mon mental et mes jambes ne vont pas, mais je continue de courir. Une boule commence à se former dans ma gorge, quelques picotements commencent à se faire ressentir dans mes petits yeux, craque pas, Laulau, c’est pas l’moment, faut tenir.

Il y a toujours de la neige, mais moins, et maintenant par contre, c’est de la glace qui s’offre à nous, et la glace, et ben ça glisse… si si j’vous assure, ça glisse. Une première buche pour moi dans la descente du bois d’Arfeuille, sans dégât, on voit aussi sur les côtés des gens enroulés dans leurs couvertures de survit qui attendent les secours car ils viennent de se faire mal, et ça, ben, ça fout un peu les flippouilles, j’ai pas trop envie de me blesser, Goury il aimerait pas trop !!!!! hein Goury qu’c’est vrai ??????

Stéphane est tellement bien, je lui dis de partir, de pas m’attendre, de faire sa course, il refuse et veut m’attendre.

Une nouvelle petite tuile me tombe dessus, dans un chemin, ma cheville se fait la malle, se tord, mais heureusement ne craque pas. Mais je sens quand même que ça va être un petit point négatif de plus.

Nous continuons en direction de Soucieu, km47, avec 2 nouvelles portions du parcours, c’est sur ces portions qu’il y a les 2km de plus, qui sont situées dans des portions nature, et c’est mieux, avant le parcours passait uniquement par la route avec une longueeeeeeeeeeeeee descente de 11km. Mes jambes et mon moral ne veulent toujours pas faire la course avec moi, je continue sans eux, et je sais qu’à Soucieu, il y a les bus pour les abandons, et je me mets à penser de plus en plus à cette hypothèse. Je reçois à ce moment là un texto de Fred qui nous dit qu’il est contraint à l’abandon à Soucieu sur avis médical, et ‘’qu’il devient notre plus grand fan’’. Et paf… re-coup dans la gueule !!! ça me mine pour lui !!!!

Et je sens encore cette p… de boule dans la gorge, ces picotements du nez, quelques larmes commencent à couler… putain Laulau, craque pas, craque pas, c’est pas le moment, ça va l’faire !!!!

Une invitée surprise fait son apparition à 6h pile poil…………….  la neige… il commence à floconner !!!

On arrive donc à Soucieu en 6h26, on voit Fred dans l’infirmerie, il a vraiment pas l’air au top, et j’ai l’impression que son moral est aussi bas que le mien. On se ravitaille, banane, biscuit, saucisson, pain, fromage, et coca !!! et on repart, il faut tenir jusqu’au prochain, jusqu’à Beaunant… allez, on lâche rien, il nous en reste que 23 !!!! Heureusement que mon Steph est là, il me soutient, il me lâche pas, je l’aime !!!

Et là arrive la 2ème… ma 2ème buche… sur du goudron, la route est mouillé et le froid à fait son œuvre : de la glace, et je glisse sans rien pouvoir faire, tombe sur la hanche droite, les 2 concurrents derrière moi me tombent dessus, on se relève,  et je sens déjà que ma hanche va être un énième handicap pour moi. Le cuissard n’a rien, mais je sais que dessous, ça a rayé le vernis !!!

Beaunant arrive enfin… putain, on vient de faire 11km depuis Soucieu, on a mis 2h !!! Je pense à Denis qui était venu nous attendre ici l’an dernier, et ben non, pas de Denis, dommage, j’aurais bien aimé voir ta bouille !!!

On se ravitaille encore, solide, et liquide… du coca, et on se lance à l’assaut de la montée des aqueducs, 1,5km dont un passage à plus de 20%. Même en marchant, Stéphane va bien plus vite que moi, il est méga bien, je lui redis de partir, il re-refuse, pourtant, il n’est reste plus que 11, je sais que je finirais, seul ou pas, dans la souffrance, mais je finirais.

Les 10 derniers kils se font au mental, pourtant, je l’ai pas, ni les jambes. Mais on progresse, Stéphane court, me prend un peu d’avance, ensuite se met à marcher, moi je le rattrape en trottinant, on court un peu ensemble et il reprend de la distance, je le rattrape, etc, etc on continue tout doucement.

On rentre dans Lyon, montée St Laurent (@Karine), on voit le panneau 5km, on va l’faire, la grosse boule dans la gorge est encore plus grosse, les yeux me piquent, les larmes coulent sur mes joues… allez Laulau, craque pas, craque pas, c’est presque fait.

La Saône, les quais, panneau 3km, dur dur, on lâche rien, à chaque passage de kilo, quelques larmes, mais on tient bon. Panneau 2km, je vais rentrer dans une distance que je n’ai jamais faite, et oui, j’ai jamais fait plus de 68km. Panneau 1km, encore une tuile, mais pas pour moi… Steph ne peut plus courir, une grosse douleur à l’orteil, il me dit ‘’y a quelqu’un qui m’a coupé l’orteil ‘’, il peut à peine marcher, donc je le double et je pars, je le laisse là !!!!!! nannnnnnnnnnnnnn, c’est pas vrai, il m’a aidé tout le long, j’peux pas faire ça !!! il essaie de relancer, ça tient tant bien que mal, on entre dans le parc de Gerland, il reste 600m, quelques sanglots viennent m’empêcher de respirer, les yeux, le nez, tout me piquent, les larmes coulent, mais on y est !!! panneau 400m, 200m, le palais des sports apparait,  je réveille un peu les gens présents :

‘’ bonjour Mr dame, un peu d’enthousiasme, s’il vous plait, un peu de bruit et d’applaudissement nous ferait le plus grand bien. Merci beaucoup ‘’

On entre dans le palais des sports la main dans la main, on franchi la ligne, HEUREUX !!!! putain, on l’a fait !!!!! la 3ème pour moi, la seconde pour Stéphane.

Fred, Gaétane et Delphine sont là, ils nous applaudissent des tribunes. On se congratule avec Steph. ON A FINI

On sait par texto que JP et David sont environ 12km derrière nous, mais aucune nouvelle de Moussa.

On récupère nos tee-shirts Finishers (qui sont assez vilain d’ailleurs), on boit une bière, on va chercher nos sacs vers l’un des … combien y a de camions ???? qui a suivi ??? qui peut répondre ????? 7 camions !!! nos sacs sont posés par terre, sur le sol trempé, il y a une fine pellicule de neige dessus, ça fait toujours plaisirs, le prix de l’inscription est de 72€ /personne et l’organisation est pas foutue de louer 4 tentes pour mettre les sacs à l’abri !!!

Bref, on rejoint les autres, on se change, mon jean est mouillé, chose énormément apprécié après une course comme celle-ci.

On attend nos potes qui eux sont encore sur la course, les textos du reste du Team commence a arriver, Moussa fait un entrée dans le palais des sports, tout heureux, il finit en 10h40. Il monte nous rejoindre, et ne tarit pas de merci merci, tant il est heureux de l’avoir fait !!!! Jean-Paul et David arrivent un peu plus longtemps après, ils finissent à midi, ils ont mis 11h55m, mais ils ont finis !!!!

Feu flamme, JP, feu flamme !!!!!

Pour ma part, j’ai (on a) fini en 10h05(on est loin des 8h30 espérées), classé 1853 sur 4024 arrivants, environ 2000 abandons.

Et je dis encore à Stéphane un grand

 

Merci.

 

 

Retour à Estrablin à 13h45, douche, bonne douche, petit repas, et petite sieste avant l’arrivée de mes petits.

Voilà, j’ai voulu voir ce que c’étais de faire 2 grosses épreuves en 2 semaines, j’ai vu !!!! surtout que 2 semaines avant le marathon, nous avions fait avec Karl et JP une sortie de 30km, ce qui fait au total 140km en 3 sorties en 1 mois, sans compter les autres entrainements.

Pour info (je dis ça pour les filles), j’ai perdu 1.5kg pendant la course… mais ce soir il était de retour !!!

Lundi, au boulot, c’était un peu compliqué, démarche de canard à qui on a coupé les 2 pattes, pas trop envie de parler, les traits encore tirés de la veille.

 

Je le redis une fois, ne voyez aucune prétention à ce compte-rendu, j’ai juste envie de faire partager cette aventure à ceux qui veulent le lire, et je sais que certains apprécient énormément.

PS : pour info, je viens de finir ce texte, on est lundi soir, le lendemain de l’arrivée de la Saintélyon, il est 00h50, on est donc même mardi matin !!!!

 

 

ET ENCORE MERCI STEPHANE

 

 

retrouvez mes autres récits de course sur mon blog :

http://laulautraileur.over-blog.com

 

 

2 commentaires

Commentaire de Jean-Phi posté le 23-09-2013 à 13:51:01

Sympa ton CR. Manque le crochet au flore afin de saluer la gente kikouresque pour qu'il soit parfait.
Tu as l'occasion de te rattraper cette année, on t'y attend !

Commentaire de djlaulau1 posté le 23-09-2013 à 20:41:05

merci de ta visite, je n'étais pas encore inscrit sur Kikourou quand j'ai écrit ce récit, je me rattraperais cette année ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !