Récit de la course : Le Castor Fou - 23 km 2014, par caro.s91

L'auteur : caro.s91

La course : Le Castor Fou - 23 km

Date : 14/6/2014

Lieu : Vauhallan (Essonne)

Affichage : 1224 vues

Distance : 24km

Matos : Speedcross 3

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

22 autres récits :

4 ans après, retour sur le Castor Fou

Castor Fou 2014 : Le retour en course depuis 2010

 

Eh oui, cela faisait 4 ans que je n’avais pas couru le Castor Fou. Blessée et bénévole en 2011, toujours blessée en 2012, encore blessée en 2013, (mais photographe avant l’énorme orage), il y a quelques semaines, lors de la course du Sanglier à Cerny, j’avais vu Pierre-Yves Deroche, l’organisateur qui  m’avait demandé de venir. J’avais alors répondu que je courais la semaine qui précédait les 43km du trail d’Angers et que tout dépendrait de ma faculté de récupération.

 

Finalement le trail d’Angers s’étant bien passé, après 4km de décrassage le mardi, j’avais pris la décision de venir courir. Le jeudi les jambes étaient encore lourdes mais les 8,6km étaient bien passés.

 

Samedi, j’arrive donc à scooter vers 17h à Vauhallan. Il y a déjà beaucoup de monde. Je suis déjà en tenue sous mon gros blouson de motarde ! Arriver au départ sera long, non pas du fait de la distance à parcourir mais plutôt du fait des discussions. Entre les ex collègues de boulot, les Kikous (Patfinisher), les connaissances de Vauhallan, les collègues de boulot, les amis du club d’athlétisme et de triathlon de Palaiseau, les amis de Mondeville, ceux du chronométrage (AOCHS), et d’autres encore, j’ai le plus grand mal à déposer mon sac à la consigne et à partir m’échauffer. Je rencontre encore mes copines et concurrentes de la course. Elles ne me croient pas quand je dis que je vais rester en dedans sur ce Castor après les 43km de mon trail d’Angers. Sourire

Je finis donc par m’échauffer un peu et à ma grande surprise je ne ressens pas de douleurs dans les jambes. Aurais-je correctement récupéré ?

 

Cette année le départ du 12 est séparé de celui du 24km. Eh oui, un km de plus que l’année dernière.

A 18h15 les 400 concurrents du 12 s’élancent après la Joelette des Dunes d’Espoir.

A 18h20, quand je vois le flot de coureurs, je décide de me placer devant ou presque. Sourire Sandra part comme une balle. Je ne tente pas de la suivre, je me décide simplement à essayer de gêner le moins possible les autres coureurs. Je suis alors en 4’30 au km malgré la montée du départ. Je doublerai une concurrente au 1er km et me retrouve ainsi en seconde position. Petit à petit je me positionne à mon rythme, c’est-à-dire un petit 12km/h sur le plat, la vitesse que j’avais la semaine dernière à Angers sur le plat aussi (mais sur 43km). On me dépasse de tous les côtés, surtout en descente mais en montée aussi, et sur le plat. Bref, je vais moins vite que les autres Bouche cousue et je n’ai pas envie d’accélérer. Il en est de même quand une fille me dépasse et que celle que j’avais dépassée au 1er km me double aussi. Je vérifie mon allure, elle est inchangée. Je me fais petit à petit larguer sans que cela ne me trouble.

A ce moment-là de la course, j’aurais pu accélérer, mais je sais que derrière le plus difficile reste à venir. Au premier ravitaillement, malgré un arrêt express, je me suis faite larguer, les 2 concurrentes ayant zappé le ravito ! Mais dans les champs je les vois pas très loin. Insensiblement dans le faux plat des champs, je vois que la première des 2 commence à s’échapper alors que moi je reviens sur la seconde. Peu avant Favreuse, je ferai la jonction. Quand je me rapproche trop, elle repart mais je reviens au train. Ce manège dure 3 ou 4 fois et un peu avant la piste cyclable je la passe tout en l’encourageant à me suivre.

Enfin nous arrivons dans les zones que j’aime bien, celle des bois et de la boue. Sourire Ca s’étale bien devant moi, et je me retrouve coincée dans le single track bien boueux. Je n’ai pas envie de faire un effort inutile pour dépasser les gars qui vont moins vite. Ce serait trop d’énergie gaspillée et je sais qu’ensuite nous aurons pas mal de montées et de descentes. Donc je patiente, et quand une occasion se présente, je grapille une place ! Et puis une occasion plus franche se présente, avec un faux plat descendant dans les bois. Le sentier est un tout petit peu plus large, je mets une bonne accélération et passe les 3 gars devant moi, mettant aussi un coup psychologique à ma suivante qui ne peut suivre mon rythme. Je me retrouve maintenant seule 3ème. Après ces accélérations, il me faut ralentir pour gérer correctement les courtes montées et descentes qui se succèdent… Vers le 16/17ème km je ne suis pas au mieux, je sais que j’ai le 43 du dimanche précédent dans les pattes et je passe en mode gestion, sans prise de risques. Mais après le 2ème ravito, la carburation revient petit à petit. Je ne me fais plus beaucoup dépasser, voire je reprends des places sur le plat. C’est maintenant le retour vers Vauhallan avec une nouvelle succession de casse-pattes. Au 21ème alors qu’enfin on a un peu de visibilité sur ce qui se passe derrière, je juge que j’ai une avance suffisante et que sauf chute, je devrais conserver ma 3ème place. Je rentre à un rythme moyen, je ne veux pas risquer la blessure.

 

C’est donc sans (trop) forcer que je finis la course, marchant dans la dernière côte, malgré les encouragements du public. Au final 2h16min56sec, 140ème et 3ème F.

Mais ce que je ne savais pas c’est que derrière moi, la bataille faisait rage et une minute après les autres filles passaient la ligne au sprint. Les derniers km avaient été avalés à fond !

 

 

Une bonne sortie au final, avec un début de course plus roulant que précédemment, et une deuxième partie nettement plus technique et ludique pour moi. La séparation du départ a été une bonne chose pour les coureurs du 24km, un peu moins pour les coureurs du 12 qui faisaient une boucle différente au départ et se sont retrouvés dans le trafic du 24… A reconduire en optimisant le parcours et l’écart entre les 2 courses !!!

 

Bonne ambiance dans la zone départ/arrivée avec un orchestre, et pour les spectateurs une retransmission vidéo avec des images prises dans les bois au km16. Merci aux bénévoles !

 

Maintenant place au Off des Ponts de Paris mardi 17 soir et dimanche 22, ce seront les 15km des Foulées des Laveuses au Coudray-Montceaux, une course où je serai présente pour faire la fête en petite tenue !!! Clin d'œil 

Ensuite, je bascule sur les entraînements « montagne » et « ultra » en vue du GRP 120 et ses 7000m de D+/D-.

 

Caro

 

 

4 commentaires

Commentaire de patfinisher posté le 17-06-2014 à 00:03:10

Montée en puissance.... beau récit... l' échéance grp120 et ses 7000D+.... whaou ! De tout coeur avec toi pour cet obj magnifique... à bientot sur le terrain off où In ;-)

Commentaire de caro.s91 posté le 17-06-2014 à 08:04:09

Bravo Pat pour ta perf de samedi et celle de dimanche. :)

Commentaire de Jean-Phi posté le 17-06-2014 à 13:38:58

Le retour en forme de Caro est confirmé ! Bravo pour cette belle 3° place (presque) sans faire exprès !

Commentaire de caro.s91 posté le 17-06-2014 à 13:45:09

Merci Jean-Phi, il me reste 2 mois pour maintenant me préparer un peu à la montagne !!! :) Ca sera autrement plus difficile pour moi. La distance ne me fait pas peur mais le cumul avec le D+/D- si !!! :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !