Récit de la course : Festitrail d'Autrans - 24 km 2014, par El Tamanoir

L'auteur : El Tamanoir

La course : Festitrail d'Autrans - 24 km

Date : 6/12/2014

Lieu : Autrans (Isère)

Affichage : 780 vues

Distance : 24km

Matos : Mes pompes de trail bleues. Mon Buff Cross des Chataignes 2011.
La veste de la corrida de Sassenage 2014 en sous-couche

Objectif : Se dépenser

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

10 autres récits :

Neigera neigera pas ?

C’est la question que se posent tous les inscrits au Festitrail en ce début décembre. L’année passée, les conditions avaient été fantastiques avec un grand ciel bleu sur un tapis blanc. Cette année, Mère Nature en a décidé autrement , et c’est dans les nuages du Vercors qu’on monte avec Guillaume, Philippe et David ce samedi 6 Décembre.

Quelques jours plus tôt, j’avais reçu un coup de fil de l’organisation. Une charmante voix féminine voulait s’assurer que j’étais en forme et que j’allais bien venir… Non en fait c’était pour me rappeler que je n’avais toujours pas payé mon inscription… Ah oui c’est vrai ! Très bon suivi des inscriptions ! 

Arrivés au gymnase bien comble, on récupère le dossard, un tee-shirt et une fiole de potion magique. L’étiquette indique « Augmente la puissance , Plus de force, plus de puissance…. » J’hésite à la garder pour les longues soirées d’hiver, mais priorité oblige, j’ouvre la bouteille et la bois cul-sec. Je ressens immédiatement les effets et sens ma V02 max grossir à vue d’œil. En regardant de plus près la bouteille de 50cl, je lis : « Boire tous les matins 15ml, ne pas dépasser la dose journalière recommandée »… Aie… Je m’empresse de boire une douzaine de thé chauds pour diluer ce qui gargouille dans l’estomac en espérant échapper au lavage intestinal…

Mais c’est bientôt l’heure du départ, et on trottine vers le centre du Village. Bernard the Creq’s est là en grande forme. La place du village est pleine à craquer.

 

On assiste ensuite à un spectacle de cinéma muet : Le speaker et l’organisateur donnent des infos surement super intéressantes, mais on n'entend rien….

 

 

Je rencontre Stéph the Girk’s, bien motivé par le 15 Km. En fait, on est moins de 200 sur le 24...

 

 Quelques minutes plus tard, un signal invisible fait démarrer le peloton..

Ca part super vite comme dans une corrida, on traverse le village pour se diriger vers le tremplin, et là ça commence à ralentir, on monte les zig zag en file indienne en marchant tels une troupe de sherpas. Ca redescend dans la forêt, puis on revient vers le village où de nombreux spectateurs encouragent les coureurs. C’est reparti sur les pistes de ski de fond avec le vent du nord en pleine face… Dur dur…

On rejoint la montée de Gève. Cette année, le couloir étroit de neige s’est transformé en gorge minérale. Ca monte bien plus vite et on peut se doubler. On arrive à la jonction du 15 et du 24 km où se dresse une terrifiante porte horaire ! Je vois les battants se fermer lentement mais inexorablement sur les pauvres coureurs qui avaient prévu de faire un trail tranquille. Pourquoi une barrière horaire me demanderez-vous ? Il suffit de lire l’article 3 du règlement :

«Portes horaires de course : 
 Une porte horaire de passage au kilomètre 8,6 (point de séparation des deux parcours) est définie par l’organisation. Toute évolution sur le grand parcours après cette porte horaire sera faite sans dossard (retrait par les organisateurs) et sous la responsabilité unique du coureur. Les coureurs devant bifurquer seront classés sur le petit parcours. 
- Pas de neige : 11h45 fermeture du parcours 30 km

- Neige : 12h00 fermeture du parcours 24 km »

Donc pourquoi une barrière horaire me demanderez-vous ? Ben c’est clair pourtant, non ? Le règlement, c’est le règlement ! Et on ne rigole pas avec les règles, comme le précise l’article 1 :

"Conditions de participation
Pour participer au FestiTrail, il est indispensable :

- d’être pleinement conscient que le rôle de l’organisation n’est pas d’aider un coureur à gérer ses problèmes et que pour une telle activité en moyenne montagne la sécurité dépend de la capacité du coureur à s’adapter aux problèmes rencontrés ou prévisibles."

Bref, mieux vaut ne pas rencontrer un ours ou tomber dans une crevasse….

Arrivés sur le plateau, on continue sur le pistes de ski de fond jusqu’au deuxième ravitaillement. Les paysages sont grandioses, enfin seraient grandioses si on pouvait les voir….

 

 Point de vue sommital

De temps en temps je dépasse un coureur ou me fait dépasser. Toujours ce vent d’Est qui nous arrive en pleine face…
Vu les conditions on est tous pressés de rentrer et je me réjouis à l’avance de la bonne douche chaude qui nous attend.

La descente est différente de l’an passé et emprunte plus de single tracks dans la forêt.  Certains passages se sont transformés en toboggans bruns, et je m’étale la tête en avant dans un raidillon tel un pingouin sur la banquise… Plus de peur que de mal, et je remets ça 500m plus loin… Allez, il faut que je gère mes problèmes et que je m’adapte...
Je reprends donc la course vers ma douche chaude, avec toujours avec ce vent de sud qui nous arrive dessus…

Mais les kilomètres passent vite, et on rejoint Autrans puis l’arrivée sur la place.
Après un petit arrêt au ravitaillement, direction le gymnase pour la douche chaude tant attendue… Isma est là et a fait le chemin depuis la Matheysine.
Je ne me décourage pas devant la queue de 20 personnes qui attendent, et prend ma place dans la file… Là je discute en caleçon avec mon voisin, et on échange nos impressions de courses. Lui aussi aurait bien aimé courir 30 km… La queue rétrécit progressivement (surement un effet du froid ambiant) et j’arrive enfin aux douches chaudes, qui se révèlent… froides. Encore un problème à gérer sans l’aide de l’organisation et auquel il faut s’adapter….

Après m’être tant bien que mal débarrassé de ma couche de boue, direction le gymnase, où je retrouve Philippe et Guillaume qui n’ont pas osé affronter les douches. Une assiette de ravioles (chaudes) et  un verre de bière (fraiche) me réconcilient avec le Vercors…

Je croise avec plaisir Serge Puppet’s, venu courir sur le 15 Km.

Je m’attends à assister à la remise des prix, mais cette année elle a lieu à 16H30 dans une autre salle. Dommage….
David nous rejoint (après avoir forcé la porte horaire au grand dam du règlement…) engloutit son repas, et on redescend sur Grenoble.

Brefs, impressions partagées pour cette édition 2014. Incontestablement un succès vu le nombre de participants, mais la recherche de notoriété et de prestige ne se fait-elle pas au détriment de la convivialité ?

Un grand bravo aux nombreux bénévoles qui ont assuré malgré des conditions météo pas faciles.

5 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 24-12-2014 à 20:15:26

Ah ben il a fini par venir ce récit, vieux manoir!!!
Bon, cette course, j'en ai jamais entendu du bien... Pourtant il y avait The Girk's et The Creq's !
Merci pour l'analyse du règlement, on se croirait à l'ice break tour ultra fucking autrans :-)
Joyeux Noel!!!

Commentaire de El Tamanoir posté le 25-12-2014 à 10:31:11

Merci mon Boukinou !

Je me rends compte que mon récit est un poil moqueur, mais bon les organisateurs ne sont au final pas responsables de la météo... Quant à l'esprit Team, oui il est là...C'est plutôt éloigné de l'esprit Saucisson, mais après tout pourquoi pas, il en faut pour tous les goûts ! Et on ne peut que saluer les efforts réalisés par des dizaines de bénévoles qui cherchent à faire vivre un événement local.

Bref, joyeux Noël à tous les coureurs !!! (et les autres aussi) :-)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 25-12-2014 à 13:19:30

J'aime bien quand tu dis "mon boukinou" :-) :-) :-)

Commentaire de the dude posté le 29-12-2014 à 18:19:59

Je sais pas pourquoi mais rien qu'au ton du récit je la sentais bien arriver la douche froide :0)
En tout cas bravo pour avoir eu le courage d'affronter le blizzard.

Commentaire de samontetro posté le 30-12-2014 à 14:16:40

Moi aussi j'ai été surpris de cette remise des prix si tardive et si éloignée du site de la course. En voisin, je suis rentré prendre une vrai douche chaude chez moi ;-) avant de revenir! Mais au moins cette année ils ont récompensé toutes les catégories même s'il manquait du coup beaucoup de monde sur les podiums... J'aurai aussi aimé faire le 30 vu l'absence de neige, pour l'avoir reconnu il y a quelques temps, le passage au bec de l'Orient est splendide! Joli récit en tous cas, très représentatif de ce que j'ai ressenti sur ce trail.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !