Récit de la course : Saintélyon 2017, par HipsterRunner

L'auteur : HipsterRunner

La course : Saintélyon

Date : 2/12/2017

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 742 vues

Distance : 72km

Matos : Trabuco
Fenix 5
Tout le reste (Décathlon, même la frontale)

Objectif : Faire un temps

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

496 autres récits :

SaintéLyon 2017 : Holiday On Ice dans un congel'

Caro et moiBonjour,

 

Tout d'abord, cette SaintéLyon fut la première pour moi. Et je ne la regrette, presque, pas...

 

Episode 1 : Je suis inscrit

J'ai participé à cette SaintéLyon grâce, ou plutôt, à cause, de ma société qui de part leur participation au challenge Rhône Alpes, permettait à ceux qui voulaient,de la faire. Donc, suite à mon EcoTrail 80km, j'ai décidé avec 2 de mes collègues d'y participer. Un des deux l'avait déjà fait l'année dernière. Pas de pression, j'y allait serein, préparation pas trop mal avec pour commencer, le marathon de Tours. Tout vabien.

On scrute la météo et on voit que le temps se dégrade. On rigole avec le fait que ce sera une SaintéLyon épique ou, une "vraie" SaintéLyon pour les puristes.

 

Episode 2 : Direction l'enfer glacé

 

Ma femme m'emmene à la gare avec, sur le chemin, la récupération de l'un de mes 2 partenaires de course. Il se dit fébrile alors qu'il l'a déjà faite. En fait, je porte pas trop attention, j'aurai dû en fait.

Nous arrivons à Lyon Perrache via un Tchouc Tchouc en 4h30. Restaurant trouvé qui servait des pâtes et enfin, direction la Halle Garnier.

Nous faisons notre tour et allons chercher nos dossards dans la salle dédiée aux entreprises. Le luxe, tables, fruits, pates de fruits,café etc... J'aurai dû me douter que c'était pour nous mettre en confiance.

Ici, nous discutons avec Tony Moulai (qui finira 4eme au scratch), qui nous expliquera comment travailler les cuisses si on habite dans une région plate comme la notre. Par rapport à son résultat, je vais prendre ses conseils à la lettre.

Direction enfin Saint Etienne, encore à ce moment, dans la joie et la bonne humeur.

 

Episode 3 : H-3

Nous arrivons avec un buffet déjà prêt. Ici, nos collegues qui ont réalisé la 180 pour une association "La Locomotive" nous accueille. Nous echangeons un peu sur les conditions de la course. C'est à ce moment là que je commence à prendre conscience de la chose. Nous allons nous reposer quand on voit C. Chaverot emmitouflée dans son manteau et bonnet mais, souriante.

Je dis à mes collegues que je veux faire une photo avec elle. Ils me disent de ne pas la déranger, car elle a surement autre chose à faire. L'entraineur de l'equipe de France de Trail m'entend ronchonner contre eux et me propose d'aller la voir. Merci à elle, d'ailleurs, c'est surement cette photo avec moi qui lui a permis de remporter la course chez les feminines  ;0)

 

 

Et avec le Coach :

 

On nous positionne devant la meute, juste derrière les élites (La Classe). Par contre, nous savons qu'il va falloir tartiner un peu pour éviter de se faire marcher dessus.

 

Episode 4 : Départ - Saint Christo (Qu'est ce que je fous là!!)

Bon, le plan de course était assez simple, je suis mon partenaire de course sur la première partie plane, après j'aviserai, puis, je passe sans m'arreter Saint Christo car beaucoup de monde. les premiers kilos sont trop rapides et je signale rapidement que je ne suivrai pas le rythme de ce fait, au 7,5km, je lache mon partenaire pour partir sur une allure plus correct pour moi (4'40/km compliqué à tenir sur 72km). Il fera d'ailleurs 7h58 au final, Bravo!!

Dès les premières grimpettes et la neige et le froid  me font vite dire que je serai mieux sous ma couette comme l'est ma femme. Je m'hydrate, en prenant bien soin de souffler dans le tube de ma poche d'eau pour eviter que ça gèle. Merci pour vos CR, très enrichissant, sauf quand on perd la lucidité...

Je traverse Saint Christo en prenant quand même un de mes gateaux mis dans mon sac.

Epidode 5 : Saint Christo - sainte Catherine (C'est l'enfer ici!!)

Perso, il faut le dire, je subis cette course depuis le début, et l'arrivée à Sainte Catherine n'arrange rien. Un gars tombe en face de moi et me trempe mes chaussures et le bas de mon bas de Trail. Je sens que le melange Bouillasse neige n'aideront pas pour la suite. Je prends de la soupe (plutôt bonne d'ailleurs) et essaye de manger des tucs. je repars sans envie..

Episode 6 : Sainte Catherine Saint Genou (On se reveille maintenant)

Le départ se fait sur les mêmes bases puis la descente du signal et là, c'est la patinoire. Je me rends vite compte qu'il n'y a pas de méthode magique sauf eviter les pierres noires. J'ai vu des gamelles de fou, un gars porté par 2 traileurs à cause de sa cheville et moi-même, je suis tombé sur le dos. Merci mon sac et ma poche à eau. Il est vrai que pendant 15mn, j'ai vérifié qu'elle ne fuyait pas.

On arrive en bas du signal et là, Je sens un boost dans le mental, l'energie. Je me mets à courir à un bon rythme, même en montée. Pas de problème de jambes, respiration ou autre, je vole. J'arrive à saint Genou remonté comme jamais. J'ai la patate et je vais tout déchirer!!!!! 

Je vois un gars qui a des problèmes de bide, plié en deux. Je me dis les boules, il reste encore 30km, ça va être dur pour lui...

Episode 7 : Saint Genou - Soucieu (On Fire!!!)

Passé Saint Genou, je tire un peu d'eau dans ma poche avant de repartir, rien. Merde, j'ai oublié de souffler dans la pipette quand je courrais. Quel débilosse!!! Pas grave, je repars après avoir essayé de réchauffer le tube. C'est mort...  Je rattrape du temps et des places, je ne cours pas, je vole. Même rythme jusqu'à Soucieu. Une fin "in the nose" dans ma tête. Trop facile!!! Soucieu approche!

Episode 8 : Soucieu - Chaponost (et là, c'est le drame)

Je repars de Soucieu la tête remplie de rêves et d'espoir hors, la réalité est plus brutale. Mal de ventre 2 km plus loin. Obligé d'alterner marche et course. Adieu rêve de gloire (à mon niiveau, sous les 9h). Je sens le parcours du combattant et.... Ce fut le cas. Chaponost en ligne de mire.

Episode 9 : Finisher et fatigué

Je repars de Chaponost sans m'arreter car je sais que ça va être compliqué. J'avance comme je peux, je cours quand je peux et je marche quand je n'ai plus le choix. Courbé car impossible de rester droit. Enfin Lyon, enfin le pont Raymond Barre qui, en fait, n'est pas encore ce pont... Je me suis fait avoir, heureusement qu'on arrive à la fin quand même.

Je passe l'Arche en 9h44, fatigué, mal aux bras à cause de la crispation des descentes avec verglas et heureux d'en avoir terminé. J'ai eu froid, j'ai eu peur, enfin bref, j'ai fait une "Vraie" SaintéLyon comme disent les puristes.

Je vais chercher mon maillot (bof,bof au passage), douche, on mange un peu et on repars dans mon plat pays en Indre et Loire avec des images et des frontales plein la tête. Peut être j'y retournerais, ou pas... En fait si, il faut!!!

5 commentaires

Commentaire de Davide posté le 06-12-2017 à 14:54:49

Du coup tu nous tease avec les conseils de Moulai et tu nous dis rien?? ;)

Commentaire de Arclusaz posté le 06-12-2017 à 15:00:42

Alternance de moments d'euphorie et de galères ; c'est ça la course de fond. Tu as fait une vraie SaintéLyon, c'est sur mais faut revenir....

Commentaire de vits posté le 06-12-2017 à 15:17:14

Bravo, tu es finisher d'une SaintéLyon qui restera dans les annales ! J'ai eu le même souci que toi avec ma poche à eau : un seul oubli de souffler dedans et ce fut le gel (dégel seulement à Soucieu avec la chaleur du gymnase ... Entre temps plus d'eau, sauf aux ravitos !)
Pareil, c'est quoi le secret pour "travailler les cuisses si on habite dans une région plate comme la notre" ???

Commentaire de centori posté le 06-12-2017 à 17:12:08

Pareil, c'est quoi le secret pour "travailler les cuisses si on habite dans une région plate comme la notre" ??? <== j'habite dans la plaine de CAEN, donc zero dénivelé. je m’entraîne sur une côte de 30m de dénivelé. je monte - je descend ! 1 départ toute les 2'30 réglé comme du papier à musique. mon record 2017: 36 montées et descentes. objectif 2018: 40 ! ça marche pas mal.

Commentaire de HipsterRunner posté le 06-12-2017 à 17:33:43

Bonsoir,

alors il m'a dit qu'il fallait faire toutes les semaines :
20mn de running
Des changements de pieds sur banc ou flexion avec une barre avec poids
20mn de course

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !