Récit de la course : Trail Ubaye Salomon - 42 km 2018, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Trail Ubaye Salomon - 42 km

Date : 5/8/2018

Lieu : Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence)

Affichage : 651 vues

Distance : 34km

Objectif : Pas d'objectif

17 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un Bouk sur le parcours "ELITE" mais pas "ELITE"


Un Bouk sur le parcours "ELITE" mais pas "ELITE"


Mmmmmh


343ème course, 9ème participation au Trail Ubaye Salomon, 3ème sur le parcours adulte « ELITE » (on verra qu’il porte bien son nom) en ce dimanche 5 août 2018.


Un an que je regarde le tracé de cette course depuis mon trône (toilette !!!).


 

Et encore une configuration inédite, cette année est présent NORUAS, mon challenger numéro 1 au DTTN 2018. Mais, sympa, il compte m’accompagner…

 



En tout cas, par rapport à 2017 je ne suis absolument pas stressé ? Pourtant je suis blessé, je ne cours quasi plus depuis le Trail de Serre-Ponçon (3 juin dernier), mais voilà, sans doute l’expérience et la connaissance de ce tracé que j’adore font que ça va.

 

Briefing classique d’Aimé, où l’on apprend que suite aux risques d’orages, les BH sont avancées de 30 minutes. Oui, car ça fait 6 jours qu’il pleut en fin de journée ici, on a bien vu d’ailleurs hier soir comme ça a bien pété. Et ce dimanche, on a entendu 13h, puis 14h, et finalement ce serait pour 11h… Alors qu’il fait si beau !!

 

Moins stressé cette année !



On démarre donc Rue Manuel, classique, on est en queue de peloton, puis c’est la classique digue de l’Ubaye avant d’arriver au Golf, j’encourage un type au practice puis me retourne… Mais ??? Il ne doit rester que 20-30 coureurs ? Je me re-retourne mais oui c’est bien ça !! Pourtant on tourne à 10-11 km/h c’est pas non plus ridicule…

#Bouk-pas-élite 1

 



On remonte la digue du Bachelard maintenant, je repense à la chute du type en 2017, mais surtout j’ai pas de cannes, pas de souffles, vivement la montée vers Baume Longe… Je croise d’ailleurs mes grands-parents à Uvernet-Fours et le leur en fait part… Sachant ce qui nous attend !! Et pourtant l’analyse GPS montrera que je suis allé aussi vite qu’en 2017… #Bouk-vraiment-pas-élite 2

 

A Uvernet 1er ravito, Alain est là, fidèle au poste, je lui dis « Rdv au Sauze !!! », je crois pas si bien dire………


 


Enfin on attaque la montée !

Noruas mène l’allure, il connait cette partie (2015), un groupe de 3 trailers bien sympas nous passent on peut enfin déconner !! On colle au train mais ils partent petit à petit

 

Moi je commence à revivre, même si j’ai bien mal au bide, et c’est en arrivant à la Cabane de Badieu (haut lieu de ma carrière de trailer – 08/2013) que je décide de faire ma pause technique…


 


CA VA BEAUCOUP MIEUX !

Je repars juste devant un gonz ‘, et là, LE MALAISE : pratiquement jusqu’à Baume Longe, BAUME LONGE, je ne reverrai personne, ni derrière, ni devant. Ca ne m’est jamais arrivé en 9 éditions, à croire que je suis en entraînement…

Je passe Coulengiou qui est toujours aussi loin !

Puis le fameux passage le plus vertical de la course, où je passe une randonneuse que je reverrai par la suite.

 



Fin de la première ascension, je reprends 3 coureurs et voici BAUME LONGE, Noruas est au sommet à discuter mais semble repartir, « BOUUUUUUUK », le mec de devant « Og putaing tug m’ag exploség ung tympang » !

 

La Grande Séolane là-bas 


Arrêt photo mais tout ce petit monde est reparti… Je n’en reprendrai qu’un dans la descente (sur 4, oui oui). A noter que le sentier a été sécurisé par endroit.

 



Villard d’Abas, ravito, « ah on est mieux que l’an passé » (TROMBES D’EAU), remplissage des bidons et miam miam avant d’aller attaquer la remontée vers le Col de Cloche. Un mec est pas bien au-dessus on voit les secours partir (finalement ce sera hélico !), on croise des gens qui descendent (crampes, blessure et… « fainéant » -authentique-), mais nous on y va, passage par la Maison des Fleurs toujours aussi accueillante, on grimpe donc… Non sans avoir passer un concurrent qui me fait « vas-y Bouk !!! »… Mais pas à un super rythme. Je demande à Noruas si ça va mais c’est le « ça va sauf que j’ai un coup de chaud », bon, le trail, c’est des cycles… Mais je m’inquiète un peu de la barrière horaire, même si la jolie météo me fait espérer qu’ils ont annulé leur avancement…

 

Magique ce village de Cloche... Pour la visite touristique demandez le Bouk


Nous voici dans Cloche je fais la connaissance d’un breton sympa, puis enfin le Col et là je relance ouf il repart aussi !! C’est qu’on a 30 minutes pour aller jusqu’à la BH ça va faire vraiment vraiment short.

 

Autre différence avec 2017, peu, très peu de coureurs du 23 kms, j’en déduis qu’on est en retard (ou que le niveau s’est élevé aussi sur le format 23 kms ?).

 



Allez on arrive au coup de c** avant le ravito, j’accélère et en reprend plein, arrive tout sourire devant les bénévoles :

« Bonjour, alors cette BH » (il me montre sa montre) « bah c’est midi ! » (autre bénévole) « oui ça fait 4h », (moi toujours sourire) « non mais je suis frais là, j’attends mon pote, c’est ma 9ème vous pouvez pas me faire ça », « regarde derrière y’a le gars du PGHM qui ferme grouille-toi » je remplis mon bidon quand même dare dare et pars en sprintant dans la montée du Chapeau non sans entendre le talkie (Aimé ?) « ca fait 4h vous arrêtez les coureurs du 42 », DE JUSTESSE LE BOUK

 

Et quand même, « Oh quel est ton dossard », « 183 », notez-le mais je vais vous dire un truc je vais vous faire une remontada…

 



Et ça ne rate pas, 1ère chenille de 4 personnes, je double le 1er « tiens je te laisse la dernière place », « non non ils ont noté que c’est toi ! », je file à un bon pas de montagnard, plus loin c’est un coureur qui ne cesse de s’arrêter « faut jamais s’arrêter ! », « oui mais je souffre du manque d’oxygène », « hé on est à 1800 là !! »

 

Suite de la grimpée, on s’élève… Et là je dois avoir 15 gus aux fesses, tandis que devant y’a UN bleu hyper loin (pour la blague, je ne le reprendrai jamais… et on en rira au 34ème kil ensemble).

 

Voici la première barre rocheuse, déception il n’y a pas le photographe, voici le dernier vallon et le dernier raidard où là tout le monde est en mode zombie… Ca passe et me voici en haut !!

SOMMET !

C'est la guerre là-bas !!!


Les gens du PGHM parlent au talkie « orages focalisés sur Larche et la Bonnette », puis m’invite à partir au plus vite vu que ce qui nous attend, hum…

 

Descente toujours un peu pénible dans cette partie avant la remontée vers le Col de Gyp. Je fais un arrêt devant la bénévole qui, sympa, me donne son eau gazeuse (encore merci). Surprise, le photographe est en fait à cet endroit, je m’excuse d’arriver si tard… !

 



Col du Gyp les deux comparses d’avec moi font une pause, je trace… Me revoici dans le Vallon de Fours, plus trop de difficultés, hormis une : la SONO est en marche, on entend les éclairs comme pas possible !! Mais dans mon modèle ubayen, ce qui tonne là-bas ne viendra pas vers nous… Puisque le temps vient de l’ouest normalement.

 

Hélas juste sous le Col de Fours il se met à pleuvoir, je dis à ma comparse « t’inquiètes, tu vas voir que dès qu’on rebascule dans le vallon de Barcelo y’aura plus rien », je la laisse prendre un relais (derrière ça revient !) et on arrive au Col de Fours.

 



« Bravo d’être ici mais vous n’irez pas au bout malheureusement »

OH NON

« La course est neutralisée à 14h au Sauze »… Et il est 13h55… Et il y a 4 kil de descentes, je vous laisse calculer…

#Bouk-pas-élite

 



Entretemps les mongols du DTTN me tél mais ils sont bourrés donc je raccroche… Je vois aussi le SMS de Noruas qui est donc bien arrivé. Et du coup je m’interroge, est-ce qu’ils laisseront passer quand même et laisser les gens finir ? Non parce que là il tombe rien, et je me remémore que 2011 course sous la pluie du début à la fin, 2015 et 2017 pluie pendant plus d’1h…

 

En tout cas comme ça je discute avec ma blonde, mais son dos la fait souffrir, et d’un coup je la vois plus. Je pousse quand même, histoire de pouvoir écrire ici même que PERSONNE ne m’aura repris depuis les Alaris jusqu’à la fin de course.

 

Surtout que devant, toujours mon bleu… !

 



Enfin j’arrive à proximité du Sauze, horreur ils sont 3 à mes trousses je termine donc mon 34ème kilomètre en dévalant un peu, et le « comité d’accueil » en bas me recueille et barre mon dossard en s’excusant, loin de polémiquer je sors un « il faut respecter l’orga », et leur souhaite bon courage avec les râleurs !

 

Au ravito je re salue Alain « tu as vu, je suis bien là », 6h30 de course.

6h30 et il restait 8 kil.

Et j’étais encore bien… Comme si la machine « savait » qu’elle était partie pour 8h. Ou encore la montée tranquille à Cloche m’a épargnée.

Je positive en me disant que c’est loin d’être les plus intéressants de la course. Mais quelle sensation étrange que ce goût d’inachevé. Cependant, psychologiquement, ce n’est PAS un abandon, ma statistique de zéro abandon tient toujours, qu’on se le dise !!!

 

Rendez-vous donc en 2019… En mode « élite » cette fois !

 

 





17 commentaires

Commentaire de Corne de chamois posté le 08-08-2018 à 09:32:42

Seul le travail paye.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 08-08-2018 à 15:09:18

On dirait la fougue

Commentaire de Benman posté le 08-08-2018 à 13:42:27

Bon et le vegan, tu l'as bouffé?

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 08-08-2018 à 15:09:50

Oui mais l'année sportive n'est pas terminez

Commentaire de Trixou posté le 08-08-2018 à 17:48:05

Non c'est pas un abandon c'est juste un DNF.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 08-08-2018 à 18:17:23

Euh, en tout cas J'AI PAS ABANDONNE !!!

Commentaire de Trixou posté le 09-08-2018 à 18:39:41

T'as juste pas fini (dans les temps)

Commentaire de Trixou posté le 09-08-2018 à 18:41:01

Signé Trixou_le_relou hé hé ...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 09-08-2018 à 18:47:31

J'AI PAS ABANDONNE !!!

Commentaire de Albacor38 posté le 09-08-2018 à 12:02:13

Le Bouk n'a peur de rien !
Sans entrainement vélo PAF le col du coq
Sans entrainement trail REPAF le trail Ubaye Salomon
Respect !
En tout cas voilà un récit qui éveille de très bons souvenirs...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 09-08-2018 à 12:06:58

PAF ma conserve :* :* :*
Je pensais à toi tout à l'heure : je me disais que si je vais faire la Bonnette dimanche tu vas me vénérer !!!

Commentaire de Albacor38 posté le 09-08-2018 à 12:09:52

Je vais être vénère oui ! :)

Commentaire de Arclusaz posté le 13-08-2018 à 22:43:33

le Bouk c'est pas une chèvre.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2018 à 16:35:21

Mêêêêêêêêê

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 16-08-2018 à 19:18:29

Ç'eût pu être pire, ils a auraient pu neutraliser la course pour cause de foot comme aux Passerelles.
Le Bouk n'abandonna pas, le Bouk tint !
Mieux qu'au foot, le Bouk marque.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 16-08-2018 à 20:02:43

Mon doux Lutin,
J'ai bien vu/lu tes mésaventures sur les Passerelles... Et en suis désolé :(
Je vais pas en rajouter d'ailleurs...
Pour l'Ubaye ma foi même si c'est difficile (j'avais les cannes cette année !) il faut respecter la décision du directeur de course surtout après tant d'orages d'affilée en soirée dans la vallée. Il aura suffisamment de râleurs à gérer !
Et puis je verrai l'arrivée en 2019 !

Commentaire de Jean-Phi posté le 20-08-2018 à 14:54:08

moi je note que tu as respecté la modération de l'orga et ça c'est louable mon bon bouk !!!
Point tu n'abandonnas cette fois mais en 2019 tu recommenceras et termineras

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !