Récit de la course : Saintélyon 2018, par BouBou27

L'auteur : BouBou27

La course : Saintélyon

Date : 1/12/2018

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 541 vues

Distance : 81km

Matos : inov8 Roclite 290
Veste Raidlight Shell Evo
Haut chaud Raidlight Wintertrail M
Sous couche Columbia Midweight Stretch M
Stoots Marapi

Objectif : Terminer

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

Nuit de boue

Je me suis inscrit à la SaintéLyon dès l’ouverture des inscriptions. Pour cette année 2018, je voulais enfin faire ce dont j’avais envie, mais que je ne m'autoriserais pas: faire des trails long. Je ne voulais pas aller trop vite, et en rester sur des 40/50km pour cette année, mais, alors qu’à l’origine la STL ne m'attirait pas trop, je me suis inscrit pour voir en me disant que cela serait une bonne étape entre un 40km dans les Alpes suisses en Août 2018 et un 80 l’été 2019, la STL n’ayant pas un gros dénivelé.

Donc voilà. Depuis 9 mois, dans mon calendrier j’avais à la journée du 01/12 inscrit “STL”.

Le début d’année se passe relativement bien, même si sur les trails de plus de 30km, j’ai du mal à la fin (Crampe à la Robert le Diable 30km, mal aux pieds  à la VVX 43 km). Et je fais, en Juin, sur un coup de tête un 12h avec une marque à 100,3 km, mais avec une genre de tendinite du releveur à la cheville droite. Je passe le mois de Juillet à faire presque 0km. Je reprends doucement en Août et fait un 47km dans les Alpes Suisses, ou les 20 derniers km sont très dur pour moi avec beaucoup de marche. Le mental, et aussi la cheville qui a bien morflée dans les descentes.

Je n’arrive pas à reprendre l'entraînement. A part les 2 sorties hebdomadaire de 10km avec les collègues du boulot, rien. Sauf 2 courses: le Trail des Rois Maudit (53km / 2200mD+) et Vendée Trail (45km / 700mD+) avec toujours des difficultés après 30km et la cheville qui morfle, même si à la TRM la fin a été mieux.

Bref, tout cela pour dire que je n’étais pas très confiant, en partant vendredi de ma normandie, de réussir à boucler cette SaintéLyon ce soir là: pas beaucoup d'entrainement et des doutes sur la cheville.

Mais j’ai l’avantage d’avoir eu une journée de repos gratos (ou presque…). Je ne vous refais pas toute l’histoire. Le mieux est de relire le fil (http://www.kikourou.net/forum/viewtopic.php?f=19&t=40213&start=920#p1031590)

J’arrive au Flore vers 19h30 (le samedi donc…) et mange avec Poucet et sa team (désolé, je n’ai pas retenu les autres noms) et me présente au stand Kikourou qui veulent me voir…

Je file vite ensuite dans la salle de repos ou je somnole. Tout le monde s’agite dès 22h. J’attends 20min de plus avant de m’activer et suis dans la zone de départ vers 22h45. Zone dans laquelle j’attendrais 1h30 avant de partir en écoutant 4 fois les mêmes consignes par le speaker. L’hommage au traceur est tout de même émouvant.

Il commence à pleuvoir avant le départ. Je suis content d’avoir acheté une nouvelle veste de pluie pour remplacer une vieille dkt à 40€.

Le départ est donné et je pars doucement. L’objectif étant de terminer. Je marche dès que ça grimpe un peu, même sur le bitume avant d’arriver sur les chemins.

Mais je commence à avoir bien chaud et j’ai peur de beaucoup trop transpirer. J’ai une sous couche manche longue, un haut chaud manche longue et ma veste de pluie.Je m’arrete un peu abriter derrière un mur pour enlever mon haut chaud et cela va beaucoup mieux.

J’arrive à Saint Christo en 2h30. Ma cheville est déjà un peu sensible, mais sinon, tout semble aller bien. Il y a eu quelques sentiers sympa ou l’on peut admirer la fille des frontales derrière. Mais le ravitaillement est un enfer. J’arrive a avoir une demi tasse de thé et 2 pattes de fruit et je repars vite fait.

Je commence à refroidir pas mal avec le vent et des passages à découvert.

La charnière de ma frontale lâche et ne peut tenir que vers le haut ou vers le bas. Je profite un maximum d’avoir toujours du monde autour de moi pour profiter de leurs lumières.

Je suis épaté par le nombre de spectateur qui sont présent au milieu de la nuit, sous la pluie, pour encourager, voir réchauffer quand ils ont allumé un grand brasier qui fait du bien. Mais le moral n’est pas au beau fixe et je me dis que si la pluie continue, cela va être difficile de finir.

A Sainte Catherine (4h52), j’arrive à avoir une soupe, et c’est tout. De toute façon j’ai encore pas mal d’eau dans mon sac et de quoi manger. J’en profite juste pour enlever ma sous couche, trempée pour remettre mon haut chaud. Je galère un peu sous la pluie pour le faire (j'espérais que le ravitaillement soit couvert), surtout avec ce chasuble pas pratique du tout…

Pendant toute la course, je mange une barre dès que je sens une petite faim et j’essaie de boire régulièrement.

Je commence a avoir bien froid aux mains et je prends les gants dans les poches… remplie d’eau… je mets les gants quand même.

A la côte du signal, je me réveille enfin en montant à bon train, sans non plus se mettre dans le rouge. Elle est quand même bien longue, mais je ne fais pas de pose. Je commence à courir même dans les faux plat montant.

Je suis à mi parcours en 6h20. Même si je sais que les plus grosses difficultés sont passées, cela va être dur de terminer sous les 12h. Mais les jambes sont encore là, et j’ai adoré les descentes dans la boue et les rochers. J’ai doublé énormément dans ces secteurs là.

J’arrive à Saint-Genou à l’aube en 7h30 et range la frontale (il me semble, ou alors un peu plus tard). Je me sens super bien. Rempli la poche à eau, mange quelques tucs et c’est reparti.

La pluie s’est enfin arrêtée. Il y aura encore de  temps en temps quelques ondés, mais rien par rapport à ce que l’on a eu.

Je continue à bien descendre. Courir sur le plat et faux plat, et marcher quand la pente se fait un peu plus forte. Je sais que je vais aller au bout. Que même s’il faut marcher 5h, je terminerai la course.

Je commence à calculer. Il reste 30km. 6h de marche. Déjà 8 de course. Ca fera 14h. Mon estimation basse. C’est déjà ça. Mais je continue à courir.

A Soucieu (9h22), je mange un peu de salé. Je cherche une place pour me poser quelques minutes sur un banc, mais aucune place de libre. A la sortie, je trouve un rocher et j’en profite pour vider mes chaussures des petits débris rentrés et qui commençait à s’accumuler. Je me sens bien, lucide et avec la volonté d’aller au bout.

Je repart, au début en marchant le temps de finir de manger ce que j’ai pris. Mais je commence à avoir plus de mal à relancer dans les faux plat. J'essai de dire un petit mot d’encouragement à ceux qui sont dans le dur, mais je ne sais pas si c’est bon pour leur moral.

A Chaponost, je me pose 3 minutes et discute enfin avec d’autres coureurs. Une bénévole vient nous demander si nous voulons prendre la navette pour rentrer ! Ca va pas non !! On va la finir cette Sainté. Il reste 10km…

C’est reparti, mais c’est dur. Je remarche dans les faux plat. La côte de viaduc est abrupte, mais elle était annoncée. Ewi me rattrape pour échanger quelques mots. J’avais mis ma casquette kikourou à Chaponost au cas où (j’ai l’écusson sur le sac à dos, mais pas toujours très visible). Bien m’en a pris. Cela fait plaisir.

Par contre la petite montée suivante, elle me fait mal. Et comme je sais que les 12h sont dans la poche, même en marchant les 3 derniers kilomètres, j’ai du mal à me motiver pour relancer, même sur le plat.

J’ai un petit geste pour Rob en bas de l’escalier, et les affiches kikourou font plaisir à voir.

Le dernier kilomètre arrive. Je claque les mains des enfants qui les tendent. Je dis merci à tous les bénévoles. L’entrée dans le hall se profile.

Voilà, c’est fait. 11h50 et je tiens encore debout. C’est magique.


Entre St Christo et Lyon, j’ai gagné plus de 3000 places selon le suivi live. Surement que le fait de partir au fond m’a permi de ne pas me cramer au début en suivant tranquillement sans s’impatienter quand j’était derrière un groupe.

J’avais fais aussi les bon choix de matériel en renouvelant ma tenue qui n'aurait pas été adapté sur cette durée.

Pour les chaussures, j’étais en trail car ce sont les seules que j’ai en taille 43 (mes problèmes sur les trails de 40km en début d’année ont probablement été dû à des chaussures trop petites). Ca tape un peu sur le goudron, mais j’ai une petite foulée rapide et je n’ai eu aucun problème. Je pense qu’elles ont aidé pas mal dans les montées (et descentes) boueuses.

Et alors que j'avais des doutes sur mes capacités a appricier les trails longs, je reprends confiance alors que j'étais prêt a abandonner mes objectifs de ce coté là. L'objectif de l'été 2019 sera probablement l'échappée belle 85km (voilà, c'est dit).

 

Un grand merci à l’équipe Kikourou qui a organisé le Flore.

Un merci à tous les bénévoles tous les long du parcours qui ont du être bien trempés. J’ai dis merci a beaucoup en direct, mais pas 100%).

Un merci à tous les spectateurs qui ont bravé la nuit, la pluie et le froid.


8 commentaires

Commentaire de Mazouth posté le 04-12-2018 à 14:47:57

Une affaire rondement menée, bravo pour la gestion !

Commentaire de BouBou27 posté le 04-12-2018 à 14:53:42

Je vais prendre l'habitude de partir 24h trop tôt...

Commentaire de Marie-hrn posté le 06-12-2018 à 10:04:00

Chapeau! Bravo!

J'ai l'impression que tu as super bien geré ton rythme

Bon repos :)

Commentaire de Benman posté le 08-12-2018 à 16:23:08

Bon choix que l'échappée belle 85 comme prochain objectif. La STL t'aura bien préparé aux conditions compliquées que tu pourra rencontrer la bas avec le brouillard et le froid. Reste plus qu'à trouver du D+...

Commentaire de BouBou27 posté le 09-12-2018 à 12:55:48

Merci Benman. Il faut dire que l'EB me fait rêver depuis des années...
Mon plus gros D+ à été 2700 sur un 46km dans les Alpes suisses cette année. l'EB 85km, c'est plus du double !

Commentaire de Arclusaz posté le 10-12-2018 à 16:10:36

Bravo pour ta course et merci d'être venu faire coucou, Boubou, à la bouboutique. On a un peu rigolé de ta mésaventure car on sait tellement que cela peut nous arriver ! en tout cas, ta capacité à t'adapter et à en sourire est bluffante. En plus, tu as repris confiance dans boue de le STL : ton escapade lyonnaise sera donc un bon souvenir.

Commentaire de BouBou27 posté le 11-12-2018 à 09:32:34

Très bon souvenir oui, car le résultat est là. Sans trop d'entrainement j'ai pris du plaisir sur 100% de la course en démarrant tranquillement. Ce que je n'imageait même pas !

Et ma petite mésaventure me fait toujours bien rire moi aussi... cela a permis de discuter un peu moi qui suit plutôt de nature réservé ;)

Commentaire de poucet posté le 11-12-2018 à 13:38:54

Bravo Boubou, belle gestion et beau finish pour une première ... Sympa de te trouver a notre table aprés tes aventures preliminaires ... Bon courage pour l'Echappée Belle. Il parait que c'est un peu moins roulant que la STL !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !