Récit de la course : SaintéLyon 2019, par pixou

L'auteur : pixou

La course : SaintéLyon

Date : 30/11/2019

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 557 vues

Distance : 76km

Matos : Nike Zoom

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

543 autres récits :

La saintelyon en nageant

Mon premier récit pour ma 9ième Saintelyon (d'affilée).

Ma prépa s'est bien passée (environ 350km), sachant qu'au contraire des autres années où je ne courais que cette course, je n'ai pas vraiment fait de gros break après le marathon de Paris au printemps, donc je me sens plutôt en forme (et quelques kilos en moins également ce qui aide dans les montées).

Dans les jours précédents la course, je regarde un peu inquiet la météo : bordel, le scénario de 2018 se reproduit, un déluge de flotte prévu exactement pendant la course, suivi d'une semaine de beau temps, j'enrage. J'avais bien souffert l'année dernière, sur un parcours certes dur mais aussi complètement démotivé et vidé par la pluie. 

Je me rends compte aussi que je n'ai pas de matos plus adapté que l'année dernière, ma veste de pluie n'a pas de capuche et n'est pas très étanche (un peu vieille).

Avec mon pote, on part dans la 4ieme vague, un peu loin si on pense à la boue qui s'annonce mais bon. J'ai un vague objectif (après celui de finir) en 11h, par rapport au dénivelé et à mon experience (12h30 en 2018). J'ai un gros sac poubelle pour rester au sec dans le sas, mais finalement c'est sec pour l'instant donc je le garde dans mon sac à dos. Je vois par terre des ponchos légers qui sont distribués à l'arrivée de marathon, je me dis "tiens ça pourrait servir" mais n'en prends finalement pas.
 
Jusqu'à St Christo, je pars prudemment, je me sens OK dans les montées mais pas non plus très rassuré. Il se met à pleuvoir, j'encaisse et au bout de 20 min je réfléchis et me dis: peut-être que mon sac poubelle tout pourri pourrait servir ? Je m'abrite sous un toit, ajuste le sac poubelle pour me couvrir la tête et laisser juste le visage dehors. Super ça marche ! J'ai tout le haut du corps abrité. L'arrivée au ravito est un peu hallucinante, il y a plein d'accompagnateurs qui bouchent quasiment l'entrée. Mais rien de méchant, je prends un peu de coca, de la soupe et du solide pour repartir en 2-3 min. 
La portion jusqu'à Sainte Cath est assez sympa, bien sûr c'est boueux mais rien de grave, c'est la saintelyon. Beaucoup de monde sur le sentier, mais je suis pas fâché de devoir marcher souvent, parfois en descente, pour m'économiser (j'avoue que d'habitude, j'aime bien envoyer en descente, j'ai toujours trouvé cela moins fatiguant). Étonnamment, mon sac poubelle tient assez bien sur ma tête, je sais que je ressemble à rien mais je suis bien content d'être relativement au sec.
Entre Sainte-Cath et Saint Genou, je commence à souffrir, notamment autour des genoux, douleur que j'avais systématiquement il y a quelques années mais moins récemment (les tendons qui font mal, probablement un peu inflammés). Je sais que c'est le genre de problème qui me fait finir dans la douleur, surtout dans les descentes, mais bon on verra.
Le boue commence à s’épaissir et ça devient impossible de ne pas mettre le pied dans des flaques, ça glisse. 3 km avant Soucieu, bam, grosse gamelle, je cogne un genou et les mains sur les cailloux. Un coureur me relève et me demande si ça va. Je lui réponds "ouais pas mal, je vais voir comment ça se passe". J'ai quand même les mains tétanisées par la chute et le froid, une grosse douleur au genou gauche (sur la rotule). Je reprends mes esprits 5 min, marche un peu et finalement reprends douloureusement la course. Je me pose avant grand soulagement à Soucieu, essaie d'analyser la situation: je n'ai pas vraiment de blessure, même si j'ai un peu de sang sur les mains et le genou, et globalement la douleur est supportable. Je change de T-Shirt mais me rends compte (trop tard) que celui de mon sac est mouillé, et quand je ressors je grelotte de froid (oui c'est très bête mais faut pas demander de trop réfléchir dans ces situations). Je repars un peu avant 8h et me dit que les 11h sont jouables, mais que je n'ai aucune marge (il faut même accélérer un peu, ce qui est faisable vu le profil).
 
Un peu avant Chaponost, on arrive sur un chemin encadré de murets, avec une flaque de 100 mètres de long avec 20 cm de flotte fraîche. Pas trop le temps de réfléchir, c'est parti pour un nouveau bain de pied, vraiment froid cette fois. Jamais vu cela, même en 2018 ou ça tombait bien aussi.
 
Au dernier ravito, je fais un nouveau bilan et me dit que ça commence à sentir bon pour les 11h, la douleur au genou est stable et le reste va bien. J'essaie de pas rester trop longtemps au chaud et de refaire l'erreur de Soucieu, et repars rapidement après 2 verres de coca et un de soupe.
 
Finalement, la douleur des tendons des genoux est encore là mais stable donc très supportable. Je fais un peu de "reverse" parfois sur la route pour calmer cette douleur. Mon dernier tronçon est euphorique, j'encourage les coureurs dans la montée des aqueducs, je relance et fais tous les plats et descentes à fond en doublant beaucoup de concurrents au bout du rouleau. J'arrive largement sous les 11h, avec 9 min d'avance et mon meilleur classement en 9 participations. 
 
Vivement une édition sous la neige!
 

6 commentaires

Commentaire de Sony5478 posté le 02-12-2019 à 21:17:15

Bravo. C'est ça la saintélyon. De la difficulté, des doutes, des douleurs... Et au final, on s'arrache pour finir et on est fier.

Commentaire de Sony5478 posté le 02-12-2019 à 21:18:04

Pour info, la flaque de 20cm de flotte avant Chaponost, j'y suis passé vers 7h15... C'était pas 20cm pour moi mais bien 50cm (au dessus du genou...). Quelqu'un à du faire quelque chose...

Commentaire de TomTrailRunner posté le 02-12-2019 à 22:53:47

et elle faisait déjà 10cm le matin à l'aller donc pas de regrets :)

Commentaire de JulioK1 posté le 03-12-2019 à 18:06:08

Pareil, au niveau des genoux quand je suis passé, pourtant vers 9h00 du matin

Commentaire de pixou posté le 04-12-2019 à 12:48:30

J'y étais aussi vers 9h, honnêtement je ne sais plus précisément, j'avais plutôt en tête mi-mollet, mais je me rappelle bien que courir dedans était relou et j'ai arrêté assez vite malgré l'eau froide

Commentaire de TomTrailRunner posté le 02-12-2019 à 22:54:49

Bravo de cette perf car ce n'était pas une année à perf....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !