Récit de la course : 100 km de Saint-Nazaire-les-Eymes 2007, par momoVH3

L'auteur : momoVH3

La course : 100 km de Saint-Nazaire-les-Eymes

Date : 17/3/2007

Lieu : St Nazaire Les Eymes (Isère)

Affichage : 1226 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

21 autres récits :

100 Kms de St. Nazaire Les Eymes 2007

100 Kms de St. Nazaire les Eymes
Voilà plusieurs mois je je me suis inscrit sur ce fabuleux 100 kms selon les dires de chacun. Pour ma part, je n'en sais rien, mais nous voilà le jeudi 15 mars au soir et c'est demain matin vers 8h45 que je dois prendre le train.
Je suis impatient de retrouver tous les potos du forum de Bruno et de découvrir aussi ce qu'est ce fameux 100 kms où l'ambiance est si particulière.
Pour moi en dehors de la fête qui s'annonce grandiose, je veux un peu voir où j'en suis de ma préparation pour les Championats de France, surtout après le break total de 6 semaines que j'ai fait en fin d'année. La reprise a été très difficile en début janvier, si bien que j'ai failli stopper pendant 1 journée definitivement la cap. Heureusement que les potos du forum m'ont remonté le moral à ce moment là, sinon je ne serai peut être pas là ce soir à rédiger ce CR. Tout cela pour vous dire que j'ai couru ce 100 kms pour voir jusqu'où je pouvais aller en courant très facile , sans me blesser et sans y laisser aussi toute mon énergie.
Arrivé, en gare de Grenoble, je rencontre d'autres ADDM que je ne connaissais pas, en attendant la navette. Excelente conditions pour apprendre à se connaitre. Beaucoup de simplicité , de gentillesse et de patience car moi, grand inquiet , j'ai tendance à poser beaucoup de questions pour essayer de trouver des réponses à mes doutes. Arrivée de la navette, avec un bénévole d'une très grande gentillesse qui nous ramène à ST Nazaire le Eymes, que je suis très heureux de découvrir, avec son vieux village aux batisses très spéciales , aux arêtes d'angles et aux linteaux de portes et de fenêtres formés de grands rochers taillés. Le gymnase commence à se remplir. Prise de contact avec Michel, les bénévoles qui gèrent les dossards. Les parains et maraines sont là également, essayant de trouver leurs filleuls ou filleules. Ensuite après avoir pris connaissance, ils mettent tout leur coeur pour dessiner leurs paneaux d'encouragements qui seront plantés avec un piquet sur le bord du circuit. Quelle ambiance!!!
Je rencontre Confetti , Mannu, Alzo et les autre membres du forum. Poisson, que je vois pour la 1ere fois, même en habitant dans la même ville. Garçon hyper sympa. On boit un pot avec Mannu, Confetti et les autres déja arrivés. Je prends place sur un tatamis dans le gymnase et j'y dépose mon sac. Pendant ce temps là, les bénévoles dressent la table pour la pasta partie. Petit moment de frayeur pour les bénévoles, ils n'ont plus qu'un bruleur qui fonctionne et cela entraine un petit retard pour cuire les pâtes. Insufisant pour effrayer le groupe important d'Italiens qui est venu participer, car ils ont avec eux le ravitaillement bis qu'ils ont apporté et ils en font gentiment profiter le reste de la table.Les deux Michels rappellent le règlement et les consignes, aidées d'une charmante bénévole qui va traduire en Italien et en Anglais les paroles de Michel, afin que tout le monde soit bien au courant du règlement. Vers 22 h, il est temps de se coucher car demain matin, petit déjeuner à 4h15 et début de la course à 7h.
Les dormeurs du gymnas sont assez respectueux des autres. Ce n'est pas le grand calme, mais on vu beaucoup pire. Pour ma part cela sera une nuit sans sommeil entière, car n'étant pas dans mon lit, et un tatamis étant relativement dur, je n'arriverai jamais à trouver le sommeil. Comme la nuit précédente, pour des raisons diverses, je n'ai pas dépassé les 3 heures de sommeil, j'ai un sacré retard qui risque de se faire sentir dans la journée.
Lever le samedi matin à 04h00. Petit déjeuner. Ensuite préparatifs et breefing à 6h30. Vers 6h50 on se dirige vers la mairie où sera donné le départ à 7h00. Température 5°, mais il ne fait pas hyper froid. Je cours donc en collant court et tricot endurance manches longues. 7 h , le départ est donné et on s'élance sur la route essez descendante de 4 kms qui va nous enmener sur les berges de l'Isère où se trouve un circuit fait en aller/ retour de 12 kms sur une petite route goudronnée qui longe la rivière. Il faudra la parcourir 8 fois.
Mon objectif est de voir jusqu'où je peux aller en courant à 10,5 kmh de moyenne, en vu du championat de France des 100 kms qui ont lieu vers mi mai. Aller au bout n'est pas l'objectif principal.
Je pars donc prundement, autour de 10 kmh pour laisser chauffer la machine, mais malgré ma décontraction, mon rythme cardiaque affiche tout de même 10 pulsations de plus qu'à l'entrainement à vitesse égale.
Je me déconnecte totalement de la course et ne regarde que ma vitesse et mes pulsations. On attaque le circuit, je dois être au moins centième sur 157 partants et partantes. Finalement, ce n'est pas monotone, quoi que le circuit par lui même ne soit pas très folichon. On se croise en s'encourageant, c'est sympa. Le plus gros problème c'est la route qui a un devers assez important, ce qui est fatiguant pour les articulations et les muscles des jambes et des pieds.
Je cours aux environs de 10,8 à 11 kmh, en m'arrêtant à chaque ravito espacés de 3 kms pour boire ( coca, eau plate, eau gazeuse, sucres, chocolat, charcuterie,....) et manger chaque fois un petit quelque chose. Tout se déroule nickel. C'est hyper sympa. Je passe aux 16 kms en 1h 29 mn et j'ai bouclé une boucle de 12 kms en 1h6mn50 s. C'est un peu plus vite que prévu car j'aurai du passer en 1 h 30mn 25s. Enfin, je suis très bien et je suis hyper facile. Après tout, c'est peut être comme cela que je dois courir?
Je décide donc de continuer à ce rythme.
Passage au 2eme tour, soit 28 eme km en 2h 35mn 45s. Tout va très bien , je suis régulier car j'ai couru cette boucle en 1h6mn29s.

Passage au 3 eme tour ( 40 eme km) en 3h43mn45s et 1h7mn57s au tour. ma vitesse a un peu diminuée car l'effet du devers et un peu de fatigue commence à pointer, surtout au niveau fatigue de reins ( mon frigo étant tombé en panne, j'ai du aller chercher un congélateur de 200 litres en catastrophe dimanche et je l'ai monté, aidé de mon épouse au 3 eme étage, ce qui a pas mal solicité mes reins). Mais enfin, je suis toujours sur mon objectif et je sais aussi que sur un 100 kms, il y a toujours des passages difficiles à très difficiles. Je ne suis pas là non plus pour me détruire, car après, dans 2 mois, ce sera plus sérieux. Donc il faut continuer et bien être à l'écoute du corps. Je sais que je ne suis pas encore au niveau, mais je ne sais pas jusqu'où. Déja , sur le circuit, des coureurs commencent à marcher, à s'étirer, à souffler plus fort. Pour moi, c'est encore très bien dans l'ensemble. Je vois passer le meilleurs VH3 (Vuillemenot). Il n'a pas l'air très bien et il n'a plus que 200m d'avance sur moi. Il va vers le bout du circuit et il a l'air très mal en point. Je vais revenir sur lui et le doubler. Il bandonnera en bout de ce tour pour des problèmes de douleur causés par ses chaussures.
Lors de ce tour, je suis passé au marathon en 3h57mn30s, ce qui est impec par rapport à mon niveau sur marathon de mai 2006. Il est évident que je n'ai pas encore retrouvé mon niveau de mai 2006, mais enfin, je pense que cela va revenir bientôt.

Passage au 4 eme tour soit 52 eme kms en 4h53mn 15s. Mon temps au tour est de 1h09mn30s. J'ai un peu ralenti, mais je suis encore dans l'objectif. Problème toute fois, j'ai énormément mal aux reins et les jambes commencent à souffrir, mais pour les jambes c'est très acceptable. Pour les reins c'est plus inquiétant.
Vers le 58 eme km, je décide de marcher un peu pour soulager mes reins qui me font horiblement souffrir. J'en suis à 5h28mn 45s, soit une moyenne de 10,8 kmh , ce qui est au dessus de mes prévision. Je marche une cinquantaine de mètres, mais au moment de repartir, je sens que les muscles des jambes se sont beaucoup durcis. Je redémare donc doucement, mais au bout de quelques centaines de mètre, je me rends bien compte que la maison m'est tombée dessus. Je vais alterner pendant quelques kms marche et course, mais voyant que le problème s'agravait, et ne voulant surtout pas me blesser, je rentre tranquilement en marchant pour boucler le 5 eme tour, soit 64 kms en 6h29mn 23s. Je rends mon dossard et vais me faire masser par une jeune et charmante masseuse qui a sacrifiée , elle et ses copines une belle journée de repos pour venir nous soulager de nos maux . Massage et étirements des reins très efficaces. Ensuite, je prends la navette pour rentrer au gymnas. La soirée sera à la hauteur du reste. Remise des prix aux valeureux lauréats. Dans ma catégorie, bravo à Camacho, et bien sur, bravo au vainqueur qui a très bien géré la course et est venu dans les derniers Kms battre un très sympatique coureur venu d'outres Alpes pour faire la fête avec nous.
Merci aux deux Michels et à leur équipe de bénévoles qui nous ont si gentiment chouchoutés. Quel travail pour si bien réussir cette organisation. Chapeau bas. Encore plus bas. Merci aux enfants de l'école qui nous ont parainés et encouragés. Merci aux habitants qui ont tout de même hébergé gratuitement une centaine de coureurs. Moi, un peu timide, j'ai préféré le gymnase.

Si tout va bien je serai de nouveau là l'année prochaine. promis, je terminerai, mais je n'irai tout de même pas jusqu'à rajouter les 3 tours que je n'ai pas fait cette année. On fait un petit rezet sur ce manque de tour.

Momo qui est super heureux de ce week end . Heureux d'avoir rencontré tous les coureurs ADDM qu'il connaissait déja, et heureux d'avoir fait la connaissance de beaucoup d'autres.

Constations: je pense que j'ai couru à mon niveau actuel .
Des erreurs:
le collant court dès le matin.
Le cross de 13 kms que j'ai fait le dimanche précédent
L'exercice forcé que j'ai été obligé de faire le dimanche précédent, qui m'a bien entamé les reins.
Manque de travail de côte et d'exercices de renforcement des lombaires
J'ai marché alors que j'aurais peut être du trottiner pour éviter que les muscles ne durcicent.
Manque de sommeil



















1 commentaire

Commentaire de Say posté le 23-03-2007 à 00:31:00

Tu es sûr que trottiner aurait été mieux que de marcher?

En tout cas, c'est bien que tu aies pris cette course comme préparation. Maintenant, il ne te reste plus qu'à concrétiser aux France!

A+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !