Récit de la course : 100 km de Saint-Nazaire-les-Eymes 2004, par Cyrano

L'auteur : Cyrano

La course : 100 km de Saint-Nazaire-les-Eymes

Date : 13/3/2004

Lieu : St Nazaire Les Eymes (Isère)

Affichage : 2066 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

21 autres récits :

Les 100 km de ST Nazaire, ça se mérite !

Les 100 km de ST Nazaire, ça se mérite !

Vous avez déjà traversé la France dans la largeur, vous ? 750 bornes de bagnole sous la pluie, c'est pas top …
Mais heureusement, ce 100 km vaut le détour ! Tout a été dit sur la qualité et la gentillesse de l'organisation, j'économiserai donc leur modestie qui est mise à mal depuis quelques jours.
Et puis une course avec un tel nombre d'UFOS, au point que 3 jours après, j'ai du mal à me souvenir de tous, c'est assez rare pour être fait. Dire qu'à St Fons ça sera encore pire ! ou plutôt, mieux !!
Bon, ma course …
Objectif annoncé (source kikourou) : ce n'est pas un objectif, mais j'essaierai de faire sous les dix heures.
Le vrai objectif, c'était de travailler une allure précise : 9 minutes de course à allure confortable, alternées avec 1 minute de marche. J'étais à peu près sur d'avoir 60 km dans les jambes à ce rythme. Pour le reste, qui vivra verra …
Me voilà donc parti sur ces bases. Sauf que j'avais prévu une moyenne de 5'35 par kilo environ, tout compris, et que comme beaucoup, je me suis retrouvé sur un rythme bien plus élevé, proche de 5'20. Et pourtant je suis parti derrière, prudent et tout …
Compte tenu de mon tableau d'avancement particulier, le début de la course m'amène à faire l'élastique : je dépasse des coureurs, je marche, ils me doublent, je recours, je redépasse, etc.
Au moins ça permet de faire quelques rencontres et d'engager un peu la conversation, comme avec Gilbert, Michel de Cham, Nitram , Laurent et d'autres.
Mais au bout d'un certain temps, les écarts se stabilisent, et les occasions de discuter se font rares. En fait, ce sera mon plus grand regret sur cette course, de ne jamais trouver un partenaire à mon rythme. Je crois l'avoir dit à Nitram et Petitcoureur vers la fin. Continuez à faire une course d'équipe, moi j'en ai marre d'être seul.
Je continue donc mon petit bonhomme de chemin. Comme tous, j'apprécie de croiser les participants. C'est du direct, ça défile en tête, Jean-Jacques, Bruno, et d'autres tout près : le Furet, le shadock, la shadockette impressionnante juste derrière, Lapinos, Zébulon, Pitou. Je peste contre ceux qui n'ont pas le maillot UFO, je ne peux pas les encourager … le Vincent, je l'ai repéré parce qu'il y avait devant moi un mec avec un maillot CACG. ET quand il a croisé un copain en lui disant "allez Vincent", je lui ai demandé si c'était pas Vincent Gouzerch ? Bingo.
Pour vous dire, même le Phil, au début, il avait pas le maillot qui rend fort ! Je sais qu'il est contre toute forme de dopage, mais quand même …
Avec d'autres on se reconnaît. Tiens, mmi est juste derrière moi au ravitaillement, on se fend un peu la gueule et j'espère qu'il me rattrapera qu'on cause un peu, mais ce ne sera pas le cas. Je croise aussi Mathias qui me prend de haut, juché sur le talus …attention, jeune homme, Cyrano est susceptible ;-)))
Il y en a un qu'on ne peut pas louper, c'est Fredou ! avec son fanion UFO, on doit le voir depuis Grenoble !! Super !
Le temps s'écoule donc au gré de ces visages attendus d'un tour sur l'autre. Parfois l'ordre change un peu, mais tant que ça finalement. Le pire, c'est quand on ne revoit plus quelqu'un au tour suivant …
Au 33 ème kilo, je passe en 3 h environ. Aie ! sur les bases de 9 heures, ça fait quand même rapide ! mais bon, qui vivra verra ! Carpe diem ! etc.
Ca m'amène donc au 50 ème en 4 h 30. C'est le moment ou je rattrape Pitou, qui m'explique son truc : battre un record perso au marathon et gérer la fin … Pourquoi pas ? c'est un objectif qui en vaut un autre, et en tout cas, il a réussi et il est super content, c'est le principal !!!
Comme je commence à avoir un peu chaud, je compte profiter du passage au stand du 52 ème pour me changer. J'ai prévu un sac avec un coupe-vent/pluie, un maillot (UFO !) sec, un bidon de caloreen – St Yorre de rechange.
Je m'arrête, j'ouvre mon sac et là … horreur ! malheur ! pendant le transport, la valve du bidon s'est soulevée sous la pression, et il est rigoureusement vide !!! plus grave, mes vêtements de rechange sont archi-trempés !!!!
Mes espoirs de confort s'envolent … je quitte quand même mon maillot à manches longues, et je ne garde que le maillot à manches courtes que j'avais par dessus, donc humide …
Je repars un peu déstabilisé !
Un tour de plus, et je passe les 64 km. Au 65 ème, il commence à pleuvoir un peu …
J'arrive au 66 ème en 6 h 05, toujours sur le mêmes bases si je fais abstraction des 5 mn d'arrêt "rechange". Au 68 ème, j'aperçois Phil pas loin devant, et là, tout d'un coup, grosse déprime … (enfin ne vous méprenez pas, c'est pas à cause de Phil). J'ai froid, je me sens mouillé, j'ai plus envie … Je rattrape Phil qui court lentement, j'envisage d'abandonner, mon mental est cuit ! Pendant quelques minutes, je marche, Phil me reprend 30 ou 400 mètres.
Moment d'introspection : hésitation. Que faire ? encore plus de 30 bornes comme ça ! J'ai pas envie ! Je m'en fous, des courses, y'en aura d'autres !
Oui, mais j'ai pas fait 750 bornes de route pour un abandon !! bon, je vais aller jusqu'au 76 ème et j'aviserai …
Je repars donc. Je mets en route la stratégie "on peut aller loin comme ça, même quand on n'en peut plus", c'est à dire : 3'30 de course et 30'' de marche. Je me relance, je redouble Phil, et c'est reparti.
Au 76 ème, je retrouve un sweat polaire que j'avais prévu pour après la course, et qui a échappé miraculeusement à l'inondation. Je l'enfile, et je crois que je lui devrai mon sauvetage. Je repars donc, pour finir. Et je finirai donc, en 9 h 47, un peu déçu sur le coup, mais après analyse à froid, bien content quand même. C'était un peu une course de reprise, la première de l'année, et c'est mon 3 ème temps sur la distance, à une saison où je ne suis jamais prêt pour du long.
Et puis comme on l'a déjà dit ici, un 100 bornes, c'est un 100 bornes !
C'était mon quinzième terminé.
Maintenant, les yeux se tourne vers St Fons … P …n ! il faut encore se taper la transversale Ouest/Est !
Vivement les 100 km de Belvès que je joue à domicile !!!!!!!


Nez en moins
Jean-Marc
de Bergerac
http://coureurs.ultrafondus.com/coureurs/cyrano

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !