Récit de la course : Jogg'iles - 21 km 2009, par vial

L'auteur : vial

La course : Jogg'iles - 21 km

Date : 15/11/2009

Lieu : Miribel (Ain)

Affichage : 1258 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

faux départ

 

FAUX DEPART

 

Ma déconvenue sur la Val lyonnaise m’avait rendu prudent, avec en prime une belle contracture musculaire au bas du dos, le lundi matin en bricolant !! Toubib et médicaments. Toubib or not to bee à la stélyon. Ce sera sans moi pour cette année, en tout cas dans la course. Car il se peut que je sois au bord des chemins….pour  aider ceux qui vont affronter la nuit stéphano-lyonnaise.
Donc compte tenu de ma petite forme et du manque de sortie (3 entrainements en 15 jours) je juge prudent de choisir la grande moyenne sur le jogg’iles :21 km.
Inscriptions la veille de 13 coureurs de l’atscaf 69, club sportif de mon travail : ce chiffre nous portera chance puisqu’en définitif 16 coureurs s’engageront sous nos couleurs.

Arrivée sans encombre (en voisin) sur le site de Miribel en terrain conquis (je me gare en contrebas  face à l’entrée de Planète Tonique). Donc très proche du départ. Retrait du dossard, je retrouves  Pierre –toystorie69 et croise Yves yves_cool_runner, Fimbur, JIHEL qui va frapper fort sur le 15km (mais se faire encore battre par son frère !!) je trouverais aussi Mamanpat après l’arrivée, ainsi que le chamois au repos, mais faisant galoper les jeunots de son club.
Je file à la voiture me changer après le rituelle « toilettes » et en compagnie de Pierre, petit échauffement d’un  quart d’heure, pas presser de gagner de suite la ligne de départ malgré une météo top. Le jogg’iles c’est bon enfant, pas la bousculade des 10 km chrono, donc bien le temps de se présenter 2-3 minutes avant le départ donné à 8h30. Le hic c’est que le chrono officiel n’a pas la même notion du temps et qu’à mon retour sur le terre plein proche du départ le starter égrène déjà 2-1 coup de pistolet : le chrono a 3 mn d’avance et toutes les courses partiront sur ce décalage !! D’autres louperont plus ou moins le départ. Par contre personne ne loupe ma traversée de la masse des coureurs. Je file sur le côté, écartant au passage les arbustes pour tenter de regagner au plus vite la meute déjà lâchée. Plusieurs copains m’interpellent par mon prénom, surpris de me voir surgir des lignes arrières.. Je me cale vers les trentièmes où je retrouve de vielles connaissances : quelques V2 qui devraient être à la bagarre proche de la ligne d’arrivée…car pour l’instant on est encore proche de la ligne mais celle du départ. Je retrouve un pote de Genas, ma commune : il m’avoue venir tranquille car encore avec 4 points de sutures à une jambe !! Prévoyant  ne pas me voir très longtemps, il aura finalement raison puisque blessé, il me plantera quand même de28 places à l’arrivée ! C’est parti rapide et nous stabilisons vers le 5ième km à un peu plus de 4mn au km, au son de l’homme-musical : y’a un gars qui m’énerve un peu car il a réglé un « zinzin » qui sonne et joue de la musique tous les 500 mètres, voir peut-être moins. Il fait le yoyo et je le laisse filer. Et maintenant peu de monde à passer. Premier ravito et passage sur les barrages : le sol est devenu  caillouteux, pour se transformer plus loin en chemin de sous-bois. Les 30 km nous chassent assez loin derrière, partis à 8h10 (-3 mn !) et réalisant une première boucle de 10 km avant de suivre nos traces. Nous sommes un petit groupe homogène qui trace bien, avec même parfois quelques bons mots : le jogg’iles c’est la course familiale sans se prendre la tête, ni les pieds dans les racines des sous-bois tout en ne flânant pas sur l’avant, l’arrière étant plutôt population loisirs-footing. Et sur le 30 km c’est l’entrainement pour la stélyon : classique. Au km 10 le rythme tient toujours, notre petit groupe file sur un parcours bucolique, pas très roulant compte tenu des sentiers et galets, mais avec peu de petites côtes. Mais qui font mal quand même lorsque le rythme est soutenu. De fait pas de répit car pas de réelles descentes et le final qui s’avère assez usant car de grandes longueurs autour du lac alors que l’on entend déjà le speaker lointain commenter la course et l’arrivée des premiers cadors. Au 11ième le groupe éclate car le rythme soutenu commence à faire des dégâts : je sens la manque de prépa, et commence le yoyo. Toutefois on passe encore quelques gars : certains finiront par me reprendre sur la deuxième partie. 1 heure de course et j’annonce la vitesse : pas 15km/heure comme l’espèrent certains, mais un bon 14,5. Encore un ravito et le groupe est disloqué : mon pote de Genas l’homme suturé à su se tirer, d’autres l’ont suivis et je me retrouve comme un c.. Seul V2 à n’avoir pas démarré. Dépassé lors du ravito, Je retrouve l’homme-musical qui me passe tranquillou toujours en musique. Mais pour l’instant sans vraiment le haïr,  je n’ai pas vraiment l’oreille musical, et pas beaucoup de rythme dans les baguettes : je sonne un peu creux !!
Moins de 6 km, j’ai effectué un pointage du GPS sur les km affichés, et je sais que la distance sera inférieure d’environ 500 m à celle annoncée. La course est difficile pour tous et les gars qui me passent sont moins nombreux et s’éloignent beaucoup moins vite. Je m’accroche mais vois, comme à la val lyonnaise passer Sandrine E. de l’équipe Spode. Toutefois aujourd’hui je suis moins déchiré, ce qui me permet de deviner un final sympa. Les deux derniers km sont là et plus personne ne viendra me chercher. Le passage sur le gué (put.. faut remonter au bout, puis on file vers l’entrée de Planète tonique, un virage à gauche et c’est la boucle derrière les bâtiments , avec au bout juste avant la ligne droite de l’arrivée, le petite bosse herbeuse aujourd’hui, mais piégeuse en temps « de boue », au risque de la passer « couché » ! la ligne est là bip-bip en moins de 1h30 avec 20,460 km au GPS. On pote Jean Paul est 32ième mais 4ième V2, avec trois super costauds devant dont un gars de mon équipe. Le cœur léger, mais les jambes lourdes, et qui font mal : bon signe le travail commence à payer. Mais j’ai pris (avec une petite rallonge de 200 mètres,) 10 mn dans la vue sur le chrono de l’an passé !!

Pas grave, il y aura des jours meilleurs , et le jogg’iles a tenu ses promesses : marrons chauds à l’arrivée, la barquette de Givors pour l’ambiance musical, une organisation impec (sauf le calage du chrono !!). Une météo top (merci le réchauffement climatique)
les autres courses s’égrènent : à chacun sa distance
à chacun son style c’est le Jogg’iles….

 

 

6 commentaires

Commentaire de yves_cool_runner posté le 17-11-2009 à 06:48:00

Effectivement, le 30 est aussi parti 3' plus tôt ! Bon, je vois que tu gardes le moral malgré une perf' un peu en dedans. Le Joggîles est avant tout une course "plaisir" et pas une course "chrono". Les chronos, on en reparle en 2010 ! On se verra peut être sur les chemins de la Saintélyon.

Commentaire de totoro posté le 17-11-2009 à 09:54:00

Bravo pour ta course et ton slogan :
"à chacun sa distance, à chacun son style c’est le Jogg’iles" que tu devrais proposer à l'organisation !

Commentaire de Mamanpat posté le 17-11-2009 à 20:19:00

Ah les "ratés" de vial...
Tu me donneras la recette pour me vautrer de la sorte en V2 stp, comme demandé dimanche !

Bonne reprise et au plaisir !

Commentaire de Pierrot69 posté le 18-11-2009 à 07:21:00

Whaou! Bravo à toi pour t'être faufilé ainsi au départ, je n'ai pas réussi à faire de même. Faut dire que je n'ai pas encore suffisamment confiance dans mon moteur pour prendre un départ aussi rapide sans craindre de me griller. Dommage pour moi car c'est vrai que j'aurais pu profiter de ton expérience par la suite vu qu'on était pas si loin que ça finalement...
Désolé de ne pas être trop resté après la course, le retard à la maison aurait été encore plus dur à récupérer! :D

Commentaire de flapi38 posté le 18-11-2009 à 22:20:00

Choix judicieux, qui veut aller loin....

En dedans à 14,5km/h de moyenne, ca me laisse rêveur. Bonne remise en forme, et à une prochaine

Commentaire de Gibus posté le 19-11-2009 à 21:36:00

On dirait le lapin dans Alice aux pays des merveilles :
j'suis en retard
j'suis en retard
j'suis en retard

A+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !