Récit de la course : La Course nocturne Les Flambeaux - 18 km 2010, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : La Course nocturne Les Flambeaux - 18 km

Date : 13/11/2010

Lieu : Montfort L'Amaury (Yvelines)

Affichage : 1344 vues

Distance : 18km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

20 autres récits :

Le récit

Encore une nouveauté pour moi que cette course nocturne des Flambeaux de Montfort-l'Amaury : premier trail de nuit. Donc, même si j'avais étrenné la frontale ces dernières semaines sur les chemins du coin, c'était la première fois en course.

Plusieurs kikous avaient annoncé leur venue: !runner!, Jimeca, Kingzamoseb, Murwar, Tofkikour, Tontontrailer, patfinisher, l'ampoule, dilau91, olivierp78, plus sylvain_pva et petitfranck en bénévole (Franck se fait le tour de france des bénévoles, en ce moment..:-)).

J'avais cru remarquer être inscrit deux fois, donc proposé mon dossard de rab' à kinenveut. Sébastien (Kingzamoseb) devant venir avec un  ami non inscrit, on avait prévu de se retrouver pour cela. Mais, à part nous être téléphonés 2-3 fois, on s'est finalement ratés. Bon, dommage, même si finalement je n'avais pas de dossard en plus.

Le temps de la semaine ayant été épouvantable, on s'attendait à une orgie de boue, pluie et vent. Et, pas de problèmes, ça commence sur la route puisque je prends la route de Maurepas (donc, franchement à côté) sous un mini déluge.... Arrivée à Montfort sans soucis, mais
heureusement que je connais car les organisateurs n'ont pas prévu qu'on puisse arriver via les routes de campagne, donc faut se débrouiller pour trouver le gymnase.

Récupération du dossard. Petit bonjour à Franck qui fait bien la distribution des dossards et repère les kikous (j'avais mis ma casquette de kikou pour qu'on ne me rate pas). Et, hop, préparation. Bon, il fait vraiment doux, donc ce sera tee-shirt, manchettes (kikou! Elles sont vraiment superbes!) et un collant long. Plus, bien sûr, les fidèles Trabuco qui sont pêtes à en voir de toutes les couleurs (enfin, surtout du gris maronnasse!).

Hop, qui je repère? Un patfinisher qui sa balade avec un tee-shirt écrit "Pat" en énorme, plus un buff de kikou. Plus facile à repérer, tu peux pas... Donc, bonjour, tout ça et on commence à papoter tranquille. Pas de signes d'autres kikous (enfin si, peut-être, je sais plus: il y a des gens dont je ne sais plus si je les ai vus avant ou après), on se fait une photo tous les deux (pat va bien nous la publier)....et on se dirige vers le départ.

Plus de pluie, c'est déjà ça. Bon, un petit tour mental du parcours. Je connais assez bien le coin vu qu'il m'arrive de pousser jusqu'ici depuis Maurepas, donc je visualise pas trop mal où sont les difficultés même si j'ai un doute sur les allées de la forêt (certaines allées de la forêt de Rambouillet sont sablonneuses, d'autres glaiseuses....j'ai comme un vague soupçon qu'on ne nous a pas mis les sablonneuses!). Petit doute aussi sur ce qu'on va faire dans Montfort. Visiblement, on monte au moins une fois au chateau (un des points culminants de la région, à 183m d'altitude), mais je soupçonne une vacherie finale...:-)

Petit échauffement pour monter du gymnase vers la place du marché, avec Pat. Je suis content, il ne fait pas froid. Lui va avoir chaud, par contre, avec ses trois couches... Le départ est un peu le bazar: on ne voit pas vraiment de ligne, y'a un gros tas de coureurs avec leur troisième oeil....on nous dit de reculer, mais ça ne recule pas vraiment. Y'a un briefing qu'on n'entend pas.....des flambeaux arrivent (vont quand même pas courir devant nous?)....et tout d'un coup, zou, on part.

Bon, je me retrouve assez devant, donc je me dis qu'il va pas falloir se faire entraîner et partir comme un dératé. J'ai bien mis un réglage à mon Forerunner 405 pour du 5'20" au kilomètre, mais c'est du trail, donc je ne suis pas fou, ça ne voudra rien dire!

Pat part comme un avion en fonçant sur les trottoirs. Bonne tactique pour éviter les bouchons au début, mais je ne veux pas me suicider car je sens que ça va monter très rapidement. Donc, je laisse un peu filer. Comme je suis devant, pas mal de monde passe à droite et à gauche. Je trouve qu'il y a un peu de bousculade, voire quelques sans-gêne qui ne s'embarassent pas trop de précautions pour les petits camarades (tiens, je m'en resservirai la prochaine fois qu'on me fait le coup de l'"esprit trail" en opposition aux gros cochons de routards...:-)).

C'est parti dans les rues de Monfort et, comme prévu, ça monte...et sur les pavés. On se dirige bien vers le chateau. Montée assez sévère
avant d'enfiler un petit chemin monotrace où ça bouchonne un peu (mais ça permet de pas faire de sur-régime). Redescente par des  escaliers bien glissants. Tout le monde est prudent, quand même, pas de problèmes. Et nous revoilà en bas de Montfort.

Là, je sais qu'on va monter vers  le hamneau de Chateau-Gaillard et l'entrée de la forêt au début de la piste cyclable de Rambouillet, par le GR1. Normalement, une montée assez rude suivi d'un faux plat assez long. C'est bien ça...sauf qu'il y a la boue en prime! On est tout de suite baptisés et dans le bain, ça gadouille bien. La petite procession de lampes s'organise bien, on entend quelques jurons lors des découvertes inopinées de flaques et trous...bref on s'amuse bien. Mais ça tire, quand même! J'avale ce troisième kilomètre montant n 5'34", c'est rapide...un peu trop même, peut-être.


On entre dans la forêt, je reconnais l'entrée de la piste cyclable, mais ces coquins d'organisateurs nous envoient plutôt sur un chemin boueux. De toute façon, on tourne à gauche sur la Route du haut Cornu alors que la piste cyclable part sur la droite. "Route", tu parles! Un
vrai chemin de boue semé de trous. La peinture en marron continue. Bon, ça descend légèrement, mais ça tire quand même sur les cuisses, cet équilibrisme permanent. Au bout de la route, descente assez prononcée pour ressortir de la forêt pas loin des Mesnuls.

"Le 18 à droite", disent les bénévoles. Et c'est reparti sur un chemin e boue. "Chemin de Bazoches"...si on le fait tout droit, on arrive à St-Léger, mais ce sera pour une autre fois..:). Rude montée, là, plusieurs se mettent à la marche à pied sur quelques dizaines de mètres et c'est encore très glissant. Ça finit par un faux plat montant qui tue bien les jambes puis, au lieu de continuer vers le carrefour du Comte de Toulouse, on repart sur la gauche pour un autre chemin descendant qui va nous ramener sur le hameau de la Milière, dans la petite vallée située entre Les Mesnuls et la forêt.

Bon, là je prends le temps de relâcher tout, de m'alimenter car je m 'attends à du sérieux pour la suite : va falloir immédiatement remonter pour remonter cette vallée, justement. Et, là, je soupçonne que ça soit plus à découvert et face au vent (jusqu'ici la forêt protégeait).

Bonne montée, effectivement. Moins boueuse, de mémoire, mais le vent est bien là ainsi qu'un peu de pluie. On atteint la mi-course et on sent autour que ça commence à tirer. Je suis en fait en accordéon à l'arrière d'une file d'une dizaine de coureurs: en général je reviens sur les côtes, puis je me fais relâcher un peu sur les descentes. Bon, je me dis que la descente va permettre de souffler largement (je sais que c'est 1,5km de petite route goudronnée) et que je pourrai mettre le coup de rein ensuite, sur les dernières côtes.

Descente tout en relâchement, donc, ça fait du bien. Bon, dizième kilo en 4'39", quand même, j'ai pas chomé non plus!

On fait ensuite un peu le yoyo dans la vallée, mais c'est plutôt plat t très roulant (de petites routes : TontonTrailer a pas aimé!). Donc, je me garde un rythme sage (autour de 5'/km autant que je puisse voir). Je sais ce qui arrive après, c'est un des coins où je suis le plus souvent passé depuis chez moi.;-).

Ça commence par une sèche montée le long d'un pré, en monotrace pur. Boueux, glissant, un bon casse-patte. Arrivée au hameau des Essartons. On rattrape les marcheurs du 10km, ambiance un peu plus festive, donc. Pas de problème pour passer (j'ai eu la chance de pas
tomber dessus dans la montée du pré): on s'annonce "à gauche", "à droite" et tout va bien. Même quelques encouragements sympa!

Allez, on repire un bon coup....et nous voilà sur le morceau que j'attendais: la montée en lisière de forêt des Brûlins, le long du lotissement des Jonchères. Bon souvenir pour moi, ça, c'est un petit bout du parcours de mon premier "Maureparathon", quand je m'étais mis au défi de faire un marathon tout seul en forêt de Rambouillet, en 2009. C'est en fait un long faux-plat montant de près de 1kilomètre, probablement pas trop boueux. Donc, on branche le bubulle-turbo et on joue à rattraper le monde. En plus, c'est bien, y'a des marcheurs, donc ça fait des cibles idéales..:-). À ce petit jeu, je dois bien me manger une dizaine de coureurs du 18km aussi, nananère. 5'30" au kilo sur cette montée, content.

Juste en haut, on revient sur du bitume. Bon, là si je calcule bien, on est à même pas 2km du gymnase, donc comme on est au km14, c'est qu'il y a du rab dans Montfort. Donc, attention, bubulle, "ils" vont nous faire remonter au chateau, faut s'économiser.

Je profite de la route pour refaire un dernire tour d'alimentation, on continue à rattraper des coureurs du 10km. En plus, un autre coureur du 18 s'est mis dans ma foulée et on dépote allègrement tous les deux, dans le même rythme (boum boum boum boum, de concert: y'a pas mieux pour accélérer). On dévale maintenant vers Montfort...tourne à gauche, toujours ensemble, quelques zizouilles dans les rues et petits passages (attention encore aux coureurs du 10!). Et, boum, escaliers!

J'ai bien les jambes, donc on y va pour les monter en courant. Les marches sont larges, ça le fait bien....là encore, je ramasse du monde. Et ainsi de suite, presque jusqu'en haut avec juste un peu de marche sur la fin (ça bouchonne un poil et de toute façon, c'est une bonne façon de récupérer).

Arrivé au donjon, y'a plus qu'à lâcher les chevaux: dévalade du petit chemin, arrivée sur les rues pavées. Redoubler d'attention, mais je fonce totalement: il y a de la réserve, un coureur à 100m devant...allez, vas-y mon bubulle, déroule les jambes. C'est carrément du sprint, maintenant, je suis content d'avoir tout ça sous la pédale. Quelques virons dans les rues, voilà le gymnase. Le coureurs devant n'est plus qu'à 30m, je ne l'aurai pas.....quoique, allez on tente. Gros gros sprint de zinzin (ça sert à rien, mais c'est marrant!) et j'arrive juste derrière lui..:-)

Et voilà, c'est fini. Même pas mal. Je suis bien content. Du coup, j'oublie d'arrêter le chrono du Garmin et je n'y pense qu'à l'entrée du gymnase, gros ballot. Faudra que je m'enlève une minute. Donc, environ 1h38' pour 17,85 kilomètres selon le 405.

Pas mal de monde, déjà au gymnase (la plupart des coureurs du 10, plus évidemment pas mal du 18). Ravitaillement final très fourni (ah, les p'tits saucissons!) avec notamment un potage au vermicelles qui méritait les félicitations faites à la gentille bénévole qui nous le servait.

Tiens, je vois un kikou pas encore vu jusqu'ici (porteur d'un buff rouge)...mais le temps de me retourner, je l'ai perdu et je ne le retrouverai pas. Dommage. Kikou inconnu, si tu te reconnais....

Je retrouve facilement Pat (pratique le tee-shirt Pat) et on débriefe ensemble tranquillement, rejoint par petitfranck, tontontrailer et !runner!. On essaie quand même de convaincre Franck que, non, l'UTMB en solo c'est peut-être pas l'idée du siècle, surtout en ce moment. Vaut eut-être mieux se lancer sur du plus classique..:-)

Une petite photo sur l'appareil de Pat, de nous 5, par un gentil coureur (en caleçons et chaussettes, ça valait le coup d'oeil, ce photographe imrovisé).

Il y a un début de podium, mais on n'entend rien (dommage que l'orga n'ait pas de sono). Donc, au final, le regagne tranquillement mes pénates pour rassurer ma moitié qui n'était pas plus tranquille que ça de savoir son cher et tendre dehors par ce temps avec cette bande de
fêlés..:-)

On verra les résultats ce soir ou demain..

Merci aux courageux qui se seront tapés cet intermminable CR jusqu'à la fin. J'espère que ça vous aura donné envie de faire cette sympathique course (même s'il y a un peu de goudron...au lieu de la route dans la vallée, ce serait bien si on pouvait passer par le parc du chateau des Mesnuls, mais ça obligerait à traverser la D191, un peu dangereux).


PS: résultat 1h38'02", 123e sur 382, 45ème V1 (vivement l'an prochain!). Je ne suis plus très loin de la première fille, tiens!

4 commentaires

Commentaire de Tonton Traileur posté le 14-11-2010 à 11:57:00

super ton CR, Bubulle, qui rend bien compte de "l'ambiance".
à la prochaine.

(ps: je viens de voir que tu étais de Maurepas. Moi aussi. On devrait pouvoir s'organiser quelques sorties communes dans notre "jardin")
A+

Commentaire de caro.s91 posté le 14-11-2010 à 17:45:00

Bon, je vois que vous vous êtes bien amusés hier soir !!! Merci pour ce CR détaillé !!! Si j'ai bien compris, il ne manquait qu'une bonne petite bière !!! ;-)

Bises,
Caro

Commentaire de !runner! posté le 15-11-2010 à 12:45:00

salut bubulle!!! je suis le kikoureur mister de la photo.....
je suis !runner! un ami du bagnard,comme le bagnard ne pouvais pas etre la pour les flambeaux je courais avec son buff sur mon sac (petite pensée pour son periple en Jordanie).
Voila tout,je suis pas vraiment un coureur de trail mais j'en fait de temps en temps,alors on se croisera bien sur une course.
Au plaisir!

Commentaire de bubulle posté le 15-11-2010 à 20:02:00

Voilà, c'est corrigé, merci !runner! Coucou au bagnard...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !