Récit de la course : Saintélyon 2012, par NRT421

L'auteur : NRT421

La course : Saintélyon

Date : 2/12/2012

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1315 vues

Distance : 70km

Matos : Asics Get Trail Sensor 5
Petzl Tikka XP
Garmin Forerunner 310 XT
Salomon XLab 12L
Effinov & Isostar
Mini pâtes d'amande , barres framboise-chocolat et compotes Décathlon

Objectif : Terminer

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

On était bien là-haut (v2 suite à rq de RVLF)

J-7. Le WE prochain c'est ZE WE. Non seulement ma 1ère Saintélyon, mais tout simplement mon 1er trail. A peu de chose près ma 1ère course tout court. Je suis à J-7 de la Saintélyon à cause de mon pote Jeff, marathonien repenti et trailer récidiviste (Templiers, STL, CCC, ...). Il aurait pas fallu qu'il me fasse rêver avec la STL 2010 courue dans le blanc.

J-7 : je lâche Google à la chasse aux derniers tuyaux pour tenter de faire une belle Saintélyon. Soudain Google se fige dans la postion du médor moyen ayant flairé la trace de la moufette à poil ras. Le site : Kikourou. Le thème : AAB. Il y est question d'un lieu paisible, d'une assemblée sympa, de pâtes. Noté, le concept semble de valeur.

J moins quelques heures : là c'est pas Google qui part en chasse mais bibi. Où est passé Jeff ? Je suis en route pour prendre le 12h57 départ Gare de Lyon et pas moyen d'attraper l'animal. J'ai ses billets. Ouf, ça décroche :

"Téou ?"

"Ben je vais chez le toubib. Pour le certif de la Sainté."

"Bonne pioche camarade, la Sainté ... c'est aujourd'hui."

"Kwâââhhhh ? C'est pas la semaine prochaine ?"

Bref, son sac de trail doit toujours être prêt, alors après un abandon express de femme, enfants et obligations de WE, Jef déboule dans le hall du Parc des Expo de Saint-Etienne.

Objectif suivant : trouver le lieu de ce mystérieux mais prometteur AAB. Direction le Flore donc.

Nous y arrivons tôt. De mémoire moins de 10 Kikourous sont là. Bonheur ce calme après le début de foule au Parc des Expo. On est un poil gênés. Ni Jeff ni moi ne sommes Kikoureurs tatoués. Objectivement on est qd même un peu en situation squatt ... On la joue donc timide et on cherche à se signaler à un organisateur ou kekchose d'approchant. "Pas encore là" nous dit-on.

Arrive un Kikoureur avec une jeune fille. Il semble attirer qqs Kikoureurs. On approche, se présente et demande si l'asile trailique se pratique en ce lieu. Pas de "pet", c'est tout de suite OK. Facile.

Dès l'ouverture des marmites, on s'aligne. On trouve un table avec deux Kikoureurs. Discussion calme et sympa. Puis veillée en attendant le regroupement au Parc. Passage en phase légume dans la salle sombre avec juste qqs discussions et les coureurs qui se préparent. Top. On commence à rentrer dans la bulle.

Dépôt des sacs. Montée en concentration dans le Hall. Parcage dans le sas 7-9. Départ.

Je suis venu. J'ai couru. Ca m'a plu.

Je ne me lancerai pas dans un récit de la course [en fait si, suite à rq de RVLF : cf. plus bas]. Déjà fait par nombre d'entre vous avec beaucoup de talent. Mais que bcp d'autres le fasse, car à chaque fois je revis la chose. Trop bien.

Quelques heures plus tard, Gerland. Dix minutes après l'arrivée dans le chaudron, bouffée d'émotion. C'était grand, très grand. J'ai tout aimé. Le décor, l'ambiance, les gens, l'exercice. Tout. Grosse claque. Un peu de ma tête est toujours là-haut, quelque part entre St Christo et Ste Catherine. Ou peut-être un peu plus loin. Ou  peut-être un peu partout.

Et pour moi tout cela a commencé bien avant le départ : c'était au Flore. Car cette ambiance d'humilité, de simplicité, d'autenthicité, de partage, de quasi communion ... j'ai commencé à la ressentir intensément là, sur la moquette de la salle de l'entrée et devant mes (quelques) assiettes de bolo'.

Alors ceci n'est pas vraiment un récit, mais surtout un très grand merci de nous avoir acceptés à votre AAB. C'était sympa. Et ça fait partie de MA Saintélyon.

Vive le trail et longue vie aux Kikourous.

Nicolas Richet - Dossard 421

[Texte modifié suite à la remarque de RVLF : quelques info plus détaillées sur ma course en essayant d'y mettre des éléments qui pourraient j'espère être utiles à d'autres tentés de se lancer dans l'aventure.]

Pour ma préparation je me suis calé sur le programme en 11 semaines "40 à 80 km - + 1500 D+" à 3 séances par semaine du Spécial Trail 2012 de la revue Jogging (pp. 48 - 49). Mais dès le printemps j'ai essayé de monter en kilométrage et de faire certaines des séances du programmes, notamment les fractionnés en montée. J'ai également pas mal potassé le sujet nutrition.

Ma stratégie pour la Saintélyon était claire :

1) démarrer piano : pas d'emballement du fait de la nature roulante des 1ers kms combinée à l'excitation du départ

-> sur les 10 premier kms 80% de FCmax tu ne dépasseras pas.

2) gérer en permanence à MON rythme, pas celui du peloton ... ou de Jeff

-> à ton rythme tu tricoteras.

3) m'arrêter le moins possible : je ne suis pas très puissant (c'est pas dans les montée que je score) mais raisonnablement endurant. Alors dans le sac je charge ce qu'il faut pour être total autonome, y compris la trousse à pharmacie avec matos de strapping (j'adoooore les entorses) ou le masque de ski pour s'il devait se mettre à neiger sévère. Du coup je ne prévois qu'une halte pour refaire le plein de la poche à eau histoire de ne pas avoir à prendre plus de 4 litres de liquide.

-> on est diesel ou on l'est pas.

4) ne pas avoir froid. J'ai bien lu plusieurs avis sur le fait que les newbies avaient tendance à trop se couvrir. Mais mon approche de la chose est qu'en ambiance froide on voit plus souvent des hypothermies de que des insolations. Donc je mets des couches et j'avise en route. Au pire j'offrirai ma 1ère couche trempée de ma sueur à une admiratrice sur le bord de la route. Collector. Et ça marchera de toute façon mieux que si je demande sa polaire à cette même admiratrice, n'est-ce pas.

-> en hiver le glagla tu fuiras.

Avec la stratégie 1, jusqu'à la 1ère descente dans la neige après Sorbier, j'ai plutôt tendance à me faire doubler que le contraire. Pas de pb., mon objectif principal étant de finir, pas de stress de classement ou de chrono à ce stade. Et qd arrive cette 1ère descente, le moteur est à température juste ce qu'il faut, les jambes dispo et acide lactique free. Du coup je peux envoyer un peu dans les congères de bord de piste. Et là ça double en masse. Hop.

Avec la stratégie 2 je perd du coup rapidement Jeff dont le coccyx se souvient encore avec émotion des descentes de 2010.

Au titre de la stratégie 3, je zappe les ravito. Ce serait cool qu'ils soient tous organisés comme celui de St Christo avec une voie évitant de passer dans la tente de ravito. Initialement je vise à refaire le plein d'eau à St Genoux. Mais le roadbook officiel y déconseille l'arrêt, alors ce sera Soucieu. Le rythme c'est glouglou toutes les 15 minutes (alarme réglée sur le Garmin) et miam miam en gros toutes les heures dans une montée. Avec le néoprène sur le tuyau de la poche, pas de pb. de gel. Et les deux bidons de 500ml accrochés sur l'avant ne gèlent pas.

Le passage sur les crêtes est magique et grâce à la stratégie 4, la petite bise des sommets n'est même pas un sujet. Je me régale en grand. Dans les descentes enneigées et plus tard boueuses, je trace particulièrement bien. Dans les 2 ou 3 pistes de bobsleigh (glace à la boue et feuilles mélangées) ben je me mets dans la position du macacque : fesses bien basses, mains pas loin du sol et je prie qui le veut qu'un trailer en amont ne choisisse pas ce moment pour se métamorphoser en boule de bowling afin de tenter le strike de sa vie.

Et jusqu'à Soucieu sa déroule impec modulo les 3 vols réglementaires sur plaques de verglas : je respecte le réglement môssieur même si ça me vaut une main droite colorée à la schtroumpf.

A Soucieu arrêt flotte, juste pour la poche. Normalement pas besoin de remplir les bidons vue la distance restante. Ca fait tj ça de moins à porter. Je récupère une bouteille d'eau et ouvre mon sac afin de récupérer les pochettes de boisson des druides (Effinov made in Bretagne). A l'intéreur c'est Bagdad : un de mes sachets plastiques pré-dosés maison d'Isostar s'est éventré sur un coin de pochette de compote. La poudre est partout, bien incrustée avec l'humidité. Je le retiendrai pour la prochaine fois : la pochette plastique congélation ça résiste dalle-que.

J'ai beau tenter de limiter l'arrêt au mini, y a pas, je me refroidis et le redémarrage est pénible. Mais bon le rythme revient gentimment même si désormais les quadri insistent pour signaler leur présence. Du coup le pas est moins contrôlé et ce qui devait arriver ... qqs kilomètres avant le parc boueux menant à Beaunant, dans un virage, zut le bout de pied gauche se bloque et crac fait la cheville (je vous l'ai dit, les entorses j'adooooore).

Le cerveau ou ce qui en tient lieu dit "même pas mal" donc on embraye immédiatement et c'est tout. Coup de chance le parc boueux recèle moulte mares bien fraîches et suffisamment profondes pour monter à la cheville et la rafraîchir. C'est donc avec plaisir que j'y fais chtiaf chtiaf. Total à la sortie du parc, la cheville n'est plus un sujet.

Beaunant impec, la tente se zappe naturellement. La côte derrière pique un peu, c'est le moment de dégainer la musique. Au temps il semble que le moins de 9 heures soit jouable. Même pas en rêve je pensais cela accessible. Alors forcément y a du jus dispo.

Les descentes qui suivent permettent aux quadri de s'offrir des numéro de solistes. Je suis pas trop fan mais on méprise et ça le fait. Les genoux commencent à accompagner aux percussions. Mais là aussi total mépris, j'ai autre chose à faire.

Arrivent les quais. J'étais prévenu : ils paraissent aussi longs que la muraille de Chine. Alors j'enquille avec philosophie même si ça commence à grincer de partout. Jusqu'à ce que le GPS annonce 68 et des brouettes et que j'aperçoive une structure métallique. Serait-ce Gerland ? Allez hop sprint final pour finir en beauté.

Erreur jeune (plus très) padawan : t'es même pas au bout de la presqu'ile. L'erreur constatée fait mal. Gasp. Mais bon j'avais qu'à réfléchir un poil. Et les moins de 9 heures sont tj jouables, alors on s'y remet comme on peut : ma démarche ne doit pas être dans les standards de l'agence Elite.

Mais comme toute les choses ont une fin, c'est enfin Gerland, pour de vrai.

8:52 dit mon chrono. I did it dit ma tête. Je commet toutefois à cet instant une erreur : j'attend 5 minutes avant de me lancer en étirements. Humpf, ça c'était pas une bonne idée, je recommande d'éviter.

Voilà, c'est fait. Reste plus qu'à profiter encore un peu de l'ambiance, récupérer Jeff, et ce sera le retour.

Une pensée pour tous les organisateurs et bénévoles qui rendent cette chose possible. Pour tout ces gens qui bravent la nuit et les éléments pour nous encourager. Et une pensée particulière pour tous ceux qui se sont blessés ou qui ont eu une défaillance et n'ont pu aller au bout. Qu'ils récupèrent vite et puissent s'y remettre rapidement.

8 commentaires

Commentaire de RVLF posté le 08-12-2012 à 21:18:01

Pour une première ce fut court (je parle du récit) !

Commentaire de NRT421 posté le 09-12-2012 à 07:32:26

Désolé RVLF. Je voulais surtout remercier votre communauté pour l'accueil au Flore et éviter de vous "bassiner" avec mes retours de novice. Je prends votre commentaire comme une incitation à néanmoins rallonger la sauce. Je m'exécute donc à l'instant et modifie le texte.

Commentaire de RVLF posté le 09-12-2012 à 14:14:20

Ben ça prend forme !!!
Et c'est plus agréable à lire ;-)
Merci

Commentaire de Vavi posté le 09-12-2012 à 15:13:17

Mon papa est un littéraire qui s'ignore :3

Commentaire de rem490 posté le 09-12-2012 à 20:43:20

Belle course, très bien gérée surtout pour une 1ère SainteLyon dans des conditions bien particulières. Et merci pour ce CR très plaisant à lire, tant la 1ère partie que la 2ème ! J'ai rejoint depuis quelques semaines cette communauté et je partage tout à fait tes impressions sur l'ambiance du Flore ...Et nous nous sommes croisés puisque nous étions à la même table !
Au plaisir de nous recroiser sur un trail

Commentaire de NRT421 posté le 09-12-2012 à 21:35:04

Bonsoir rem490. Après avoir parcouru ton CR de la Sainté et celui de ta 6000D, je crois parfaitement voir qui tu es. Merci pour tes commentaires sur ma prose. Quant à se revoir, avec plaisir également. D'ailleurs, la 6000D, ça a l'air pas mal du tout ... je dis ça ...

Commentaire de freddo90 posté le 09-12-2012 à 20:57:53

Merci pour ce récit, ça valait le coup que RVLF insiste ;-)

Commentaire de NRT421 posté le 09-12-2012 à 21:41:45

Bonsoir freddo90. Merci pour ce retour, ça fait plaisir. Je profite de l'occasion pour te tirer mon chapeau ! J'ai lu ton CR de ta galère. Impressionnant à tout point de vue, y compris sur le recul avec lequel tu nous relates cela. J'espère que la récupération va se passer au mieux et qu'il ne restera le plus rapidement possible qu'un très mauvais souvenir. Bon courage !!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !