Récit de la course : 100 km del Passatore 2013, par jerome_I

L'auteur : jerome_I

La course : 100 km del Passatore

Date : 25/5/2013

Lieu : firenze (Italie)

Affichage : 446 vues

Distance : 100km

Objectif : Objectif majeur

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

PASSATORE 2013

PASSATORE 2013




Allez, on y retourne. J’ai couru 3 fois la distance de 100km (fini 2 seulement) sur route et a chaque fois entre Florence et Faenza en Italie. C’est le Millau Français et je finis dans le top100, même le top 50. Le niveau est élevé avec le triple champion du monde qui gagne depuis 7 ans en moins de 7heures et parfois moins de 6h30.

 

en 2008:

http://www.kikourou.net/recits/recit-5461-100_km_del_passatore-2008-par-jerome_i.html

en 2011:

http://www.kikourou.net/recits/recit-11843-100_km_del_passatore-2011-par-jerome_i.html

en 2012:

http://www.kikourou.net/recits/recit-13271-100_km_del_passatore-2012-par-jerome_i.html

 

Les récits restent, je vieilli mais j’y retourne!

 

En Septembre 2012, j’ai déménagé en Irlande et j’aurais surement plus de mal a encaisser la chaleur. Il fait entre 25degres et 30 degrés lors du départ à Florence en général. Par contre ma préparation sur 9 semaines pour cette course est complète. J’ai réussi une course de préparation au Connemara de 63km (4:40’) et un marathon a Limerick en 3h lors d’une semaine avec fort kilométrage. La seule inconnue sera le temps.

 

Et bien la j’ai de la chance mais il fait 8 degrés a Florence et il tombe des cordes. Mon entrainement est juste le plus adapte des quelques 2000 coureurs inscrits avec 1500km pratiquement tous couru avec cette météo (seulement 1750 au départ et 1450 a l’arrivée ce qui est juste exceptionnel pour un ultra de 100km).

 

Merci a Helen, Delphine, Jules et Nico (qui ne court pas cette année) pour le suivi. Surtout Jules qui m’encourageait. Apres un retrait des dossard plus rapide que l’année dernière, et une assiette de riz, nous passons devant le Ponte Vecchio avant de me changer a l’abris devant le musée des Uffizi sous les regards intrigué des touristes:

 

 

 

Je retrouve juste l’ami Silvio Bertone sur la ligne de départ en attendant que Renzi nous lâche vers Faenza. Silvio veut courir en 8heures donc j’espère ne pas être trop loin de lui pendant la course. Encore un plan qui ne va pas se faire car Silvio part a fond et passe au col près de 15 minutes avant moi, et finira 11eme en 7h55’.

 

Firenze - Borgo San Lorenzo: 31,5km : 453mD+ / 323mD- (2:23' - 13,2Km/h) place: 18

 

Donc à 15h c’est parti. Le passage autour du Duomo a change et mes fans me loupent. Ca commence bien. J’ai la veste gore tex avec la capuche sur la tête. La casquette que je vais garder toute la course. Je suis concentré et parts a mon rythme. Ca va vite devant. L’ami Silvio Bertone passe au km5 en moins de 20’ dans les 10 premiers. On passe devant le Duomo cette année. Le départ dans Florence est légèrement modifie. Surement pour éviter les bouchons que nous créons au départ. Mes supporters me loupent à cause de ce départ modifie. Enfin ce n’est pas un 100m et ils auront le temps de me voir passer.

Avant de commencer la montée vers Fiesole, je prends un verre d’eau malgré la pluie. Je vais suer avec la veste et il faudra bien s’alimenter et boire. Mon GPS n’a pas pris le signal au départ a cause des rues étroites et bâtiments hauts. Au km5 j’ai seulement 3.54km et passe en 22’13’’. Je suis légèrement trop rapide (je devais passer en 23’35’’ pour finir en 8h) mais il est toujours difficile de partir raisonnablement a Florence.

 

 

Dans la montée vers Fiesole, Vasiliy Neumerzhitskiy (le vainqueur de l’utra du Connemara qui terminera en 8:19’) me double. On discute un peu du temps plutôt Irlandais en Toscane ce Samedi, puis il continue sur son rythme dans la montée et je le laisse partir. Il est bien trop tôt pour pousser la machine. Cette année je ne profite pas de la superbe vue sur Florence car les nuages bouchent la vue. Dans la montée je ralentis. Au km10 j’ai une fraction en 25’01’’ alors que je devais ralentir a 26’29’. C’est donc avec plus de 3 minutes d’avance que j’arrive à Fiesole.

 

 

Les jambes vont bien et cette première montée est terminée. Je prends mon premier gel que j’arrose avec 2 verres d’eau. Malgré le temps le publique est présent pour nous encourager.

La route jusqu’au col est une des partie les plus rapide du parcours. On commence à se concentrer sur la vitesse, c’est pratiquement plat et la vue sur les collines toscane est superbe. Ca commence aussi à se découvrir et la pluie s’arrête. J’ouvre la veste, puis la quitte. Je me fais doubler par la première féminine: la Croate Marija Vrajic qui terminera en 8:06’.

 

 

En arrivant au Col «Vetta le Croci» on trouve toujours beaucoup de publique qui nous encourage. Ces deux derniers virages sont vraiment impressionnants.

 

 

Je plonge dans la descente vers Borgo san Lorenzo. Dans la descente je me fais doubler par la deuxième féminine Sana. Ses 3 voitures de suiveurs sont un enfer. Ils s’arrêtent au milieu de la route tous les km environ, sans arrêter le moteur. C’est tout simplement dangereux pour les coureurs et montre aucun respect du règlement. Je vais devoir courir dans l’herbe sur le bas coté à cause d’eux et malheureusement comme je cours à la même vitesse que cette coureuse, je vais devoir les supporter pendant plusieurs heures de course. La pluie recommence de plus belle et au ravitaillement de Polcanto je remets la veste. Cette descente fut la cause de mon abandon en 2010. J’étais descendu trop rapidement et mon genou droit n’avait pas encaisse. Depuis j’appréhende cette descente et essaie d’être le plus souple possible.

J’arrive dans la vallée et les jambes sont bonnes après deux heures de course. C’est l’arrivée vers Borgo San Lorenzo avec les longues lignes droites et le trafic. Il faut faire attention a reprendre une course lente dans ces lignes droites interminables. Un virage à gauche et on voit l’allée d’arbres qui nous amène au premier gros ravitaillement de la course. Mon équipe de suiveurs se ravitaille au chaud:

 

 

En arrivant je vois Nico (je lui laisse la veste car la pluie s’est arrêtée), puis Helen. Ca va bien l’estomac est OK et les jambes aussi. Ces 30 premiers kilomètres se sont bien passes et je suis bien mieux physiquement que lors des précédents éditions.

Je passe en 2h23’ (deux minutes plus lent qu’en 2012).

 

 

Borgo San Lorenzo - Colla di Casaglia: 16,5km : 718mD+ / 0mD- (1:35' - 10,4Km/h) place: 25

Cumul -> 48km : 1171mD+ / 323mD- (3:58' - 12.1km/h) place: 16

 

Le parcours est modifie légèrement pour éviter la rue piétonne de Borgo San Lorenzo ou il fallait faire très attention aux piétons, enfants, chiens, poussettes lors de la balade du Samedi après midi ! Nous prenons donc à gauche la rue parallèle bien plus calme. A la sortie de Borgo San Lorenzo un beau coup de cul nous attend. Ca monte et il faut vraiment patienter pour passer cette difficulté. C’est court mais intense. Puis je reprends un bon rythme sur la ligne droite qui nous amène à Panicaglia au km35. A chaque fois je commençais à peiner à ce ravitaillement mais cette année les jambes sont bonnes. Nous commençons à monter légèrement vers Monta. C’est a partir de Monta que nous devons mettre le petit braquet.



Nous doublons les concurrents en fauteuil roulant qui avancent au ralenti dans cette montée avec des passages très pentus. En 10km nous allons passer de 364m à 913m d’altitude. Dans la montée je retrouve mes supporters. Je monte doucement mais garde le même rythme. Nico et Jules m’encouragent :

 

 

Nous sommes dans les nuages et je continue ma progression. Il fait froid au sommet et ce point de passage sera surement difficile dans quelques heures pour les coureurs plus lents qui passeront en début de soirée. Helen me donne ma veste juste avant le sommet:

 

 

J’ai 5 minutes d’avance sur mon temps de 2012 et exactement dans les temps pour terminer en 8heures.

 

Colla di Casaglia - Marradi : 17km : 0mD+ / 585mD- (1:25' – 12km/h) place: 31

Cumul -> 65km : 1171mD+ / 908mD- (5:23' - 12.1km/h) place: 22

 

Juste après le col, je m’arrête au col pour me ravitailler. L’estomac commence à être un peu malade. C’est parti pour 52km de «descente». Vasiliy me double. Il a du s’arrêter au col pour prendre son sac apporte par les organisateurs. Je ne pensais pas le revoir avant Faenza. Au km50, il y a toujours ce groupe qui nous encourage, avec la musique a fond, la tente, le barbecue, les bières. La tente est si grande que Vasiliy s’y arrête en croyant que c’est un ravitaillement.

Je n’arrive pas à dérouler ma foulée et me fais doubler. J’arrive au ravitaillement de Casaglia pas très frais:

 

 

Je repars doucement. Le long de la route mes suiveurs m’encouragent et voient que je commence a être dans le dur. Merci a eux pour le soutien

 

 

J’arrive à Maradi, mais c’est le mur du 100km qui m’attend avec mes amis. Je passe plus rapidement que l’année dernière mais cette fraction depuis le col fut vraiment très lente.

 

 

Je suis fatigue physiquement. Il faut arriver frais pour performer sur un ultra et je ne suis pas frais. La fin de course sera longue! Très longue. C’est encore un marathon qui m’attend !

 

 

Nico voit bien que je suis cuit, mais je continue en marchant et arrive au ravitaillement.

 

Marradi - San Cassiano: 11km : 0mD+ / 99mD- (1:07' - 9,9km/h) place: 119

Cumul -> 76km : 1171mD+ / 1007mD- (6:30' - 11.7km/h) place: 28

 

Je refais mes lacets un peu plus larges car les pieds gonflent. C’est reparti en marchant, puis un petit trot. La nuit tombe et je ne vois pas les lucioles comme d’habitude. Cette fois c’est plus agréable car je vois mes suiveurs le long de la route et les encouragements font du bien. Je vais prendre le bandeau lumineux pour être vu des voitures.

J’essaie de prendre un peu de soupe ou des gâteaux aux ravitaillements car je n’ai pas repris de gels depuis Casaglia.

 

San Cassiano - Brisighella: 12km : 0mD+ / 114mD- (1:20' - 8,9km/h) place: 168

Cumul -> 88km : 1171mD+ / 1121mD- (7:50' - 11.2km/h) place: 37

 

Je vais marcher sur de longues portions, surtout après les ravitaillements. Je manque de jus, c’est vraiment dommage car la préparation était bonne. Il faut vraiment que j’arrive frais sur mes prochains ultras. Au moins ce fut une bonne leçon. Il faudra s’en rappeler. Il faut vraiment réduire les kilomètres à l’entrainement quand la fatigue du bureau devient trop importante.

 

Je continue ma lente progression. Je me fais doubler par des coureurs qui réussissent à tenir leur vitesse et j’ai l’impression qu’ils volent. Ils courent à 12km/h mais j’ai l’impression qu’ils courent aussi vite qu’Hussein Bolt.

 

Je vois enfin les lumières de Brisighella. C’est le dernier gros ravitaillement de la course et on sent vraiment la fin.

 

Brisighella - Faenza: 12km : 0mD+ / 80mD- (1:22' - 8,7m/h) place: 355

Cumul -> 100km : 1171mD+ / 1201mD- (9:13' - 10.8km/h) place: 50

 

Mais cette fin fut vraiment trop lente. Je planifie un peu plus d’une heure pour conclure la course, mais cette année je mets plus d’une heure vingt pour ces 12km. Je marche beaucoup et n’arrive pas à relancer la machine. Voici enfin le rond point du Passatore qui annonce l’arrivée dans Faenza. Je reprends la course lente. La ligne droite est interminable. Le froid et la pluie n’a pas permis la mise en place du podium au km99 pour nous encourager. Le silence est tout de même rompu par quelques personnes qui nous encouragent.

 

Le dernier feu et je retrouve Helen qui finira avec moi les 500 derniers mètres.

 

 

Je dois accélérer pour tenir cette 50eme position, et je m’arrête sous l’arche rouge. Le publique me dis de continuer car l’arrivée est 50m plus loin sous la deuxième arche! J’ai failli perdre une place!

 

 

Je retrouve Helen et Nico après l’arrivée pour partager une bière au bar sur la droite de la ligne d’arrivée qui reste ouvert toute la nuit du Passatore. Encore un Passatore de terminé:

 

 

Un peu de repos avant de reprendre l’entrainement pour les prochains rendez vous!

Merci a mes suiveurs, pour les photos aussi. Merci a Maurzio Crispi pour quelques photos.

6 commentaires

Commentaire de LtBlueb posté le 03-07-2013 à 06:41:22

Les annees kikourou se suivent, et nous découvrons avec toujours autant d'intérêt ton récit du passatore. Encore un beau récit et une superbe course. Bravo champion !!!

Commentaire de jerome_I posté le 12-07-2013 à 12:36:21

merci Lt,

oui belle course difficile qui m'a appris pas mal de chose dont une tres importante: arriver repose sur un ultra!

Tu sais qu'il y a beaucoup de tri par chez moi. Je me baigne tous les jours dans l'ocean maintnenant!

A bientot

Jerome

Commentaire de Aiaccinu posté le 03-07-2013 à 09:42:26

Je lis toujours avec intérêt tes récits. Bravo
Jean-Noël

Commentaire de jerome_I posté le 12-07-2013 à 12:36:45

Merci Aiaccinu

Jerome

Commentaire de cyril posté le 12-07-2013 à 12:33:00

Bravo! Toujours aussi sympa tes récits, impressionants de précision! ça doit être une magnifique aventure ce 100 km.

Bonne récup et encore bravo!

Commentaire de jerome_I posté le 12-07-2013 à 12:37:15

Merci Cyril

tu devrais essayer l'aventure c'est un superbe 100km!

Jerome

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !