Récit de la course : La Nocturne des Teppes 2014, par Namtar

L'auteur : Namtar

La course : La Nocturne des Teppes

Date : 1/11/2014

Lieu : St Germain La Chambotte (Savoie)

Affichage : 235 vues

Distance : 35km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

10 autres récits :

La Nocturne des Teppes 2014 ? ça c'est pas fait...

Alors cette course là je m'en souviendrai longtemps. Parce que j'y ai fais tout ce qu'il ne fallait pas. Parce que courir tout seul de nuit c'est magique. Parce que les bénévoles sont top. Parce que j'en ai ch.. comme jamais. Parce que j'y ai pris du plaisir quand même.


Tout a commencé par une préparation plus que tronquée. Un mois avant j'ai été malade, une belle crève qui a fait que pendant 15 jours je ne me suis pas entraîné. Comme je suis néophyte et que je m'entraîne plus au "feeling" que de façon bien structurée avec plan de progression et tout le toutim, j'ai remarqué que ma forme est plutôt de type sinusoïdale. Et pour cette course j'étais dans la mauvaise partie de la courbe on va dire.


Je suis arrivé 45 minutes avant le départ. Je récupère mon dossard. J'avais prévu de partir avec deux couches, 5 minutes avant le départ j'en retire une : il fait bon. Je garde juste dans mon sac à bidon ma veste imperméable au cas où. Comme d'habitude (enfin comme les trois autres courses que j'ai fais depuis juillet) je me place en fin de peloton, le but est de partir dans un rythme pas trop élevé et de ne pas être en surchauffe. Comme d'habitude je n'entends pas grand chose du coup du speach de l'organisateur.


A 18h00 c'est le départ. Les deux premiers kilomètres sont en descente / faux plat descendant. Il y a 20 ans de cela je courrais un peu sur route. Par moment je retrouve un peu le rythme que j'avais, une sorte de mémoire du corps, mais pas très longtemps car je me crame vite du coup. Je sais qu'il faut que je fasse attention à cela, mais sur ces deux premiers kilomètres, peut être grisé par l'atmosphère, je vais y aller trop franco. Je dépasse ainsi une cinquantaine de participants. Je n'ai pas l'impression d'être en sur-régime, je ne suis pas vraiment essoufflé, mais je vais le payer sur la première montée. De la fin du deuxième jusque vers le 10ème kilomètre cela monte. De façon plus ou moins importante mais cela monte. Je trottine par moment, mais la plupart du temps je marche. Je me fais du coup redépasser par une bonne quarantaine de coureur.


Entre le 5 et le 13ème kilomètre je me retrouve en queue d'un petit peloton de 5-6 personnes. Vers le triezième il y a une descente sur route. C'est elle qui va m'achever. J'y vais de nouveau trop franco, je redépasse quelque personnes, mais au kilomètre 14 cela monte jusqu'au deuxième ravito au kilomètre 15. Et là j'explose ! Je me fais redépassé du coup et j'arrive bien atteind au ravitaillement. Il y a une boucle de 8km à faire, les premiers me croisent déjà, ils ont 8km d'avance sur moi, c'est normal, mais ça met quand même inconsciemment un petit coup au moral. Ce qui "tue" aussi ce sont les 2ème relayeurs qui commencent du coup leur course et qui doublent comme des fusées. Cette boucle de 8 km ça va être un  peu l'enfer pour moi. J'ai un gros coup de pas bien, et physiquement et moralement. J'ai des envis d'abandon et me dis qu'au kilomète 23, au ravitaillement j'aviserai. Paradoxalement, même si c'est dur, je trouve assez magique d'être comme cela de nuit en pleine forêt tout seul.


J'apprend vers le 20ème kilomètre que je suis antépénultième, ça me booste un petit peu, je croyais être dernier. Au 23ème au ravito je demande si c'est bon pour les barrières horaires. On me dit que le serre file est à plus d'un kilomètre derrière moi, ça me rebooste et je décide de continuer. Et au 24ème km arrive le tournant de ma course : au seul endroit ou le balisage laisse légèrement à désirer je prends tout droit au lieu de tourner à gauche. C'est en descente. Au bout de 300m, ne voyant plus de balisage j'ai un doute, mais comme je suis sur un single je me dis "bon ça doit ête normal vu qu'il n'y a qu'une piste". Grosse erreur mon petit Namtar, grosse erreur... Je continue comme cela pendant 2 km puis mon single se termine perpendiculairement à une route goudronnée. Et là je me dis "merdouille me suis trompé". Je décide d'attendre 10 minutes à cette intersection histoire de voir. Au bout de 5 minutes un autre concurrent arrive, il a pris le même chemin que moi.


A vu de nez on se dit Saint Germain ça doit être par là, donc on décide de continuer sur la route en montée. Trois virages plus tard voilà-t-y-pas un petit chemin plat qui longe la montagne. ça serait quand même plus simple de le prendre que de continuer à monter cette route qu'on se dit. Et nous voilà parti sur ce chemin VTT. Grosse erreur mon petit Namtar, grosse erreur : si tu avais monté un lacet supplémentaire tu aurais vu le panneau St Germain : 1km... Nous continuons sur le chemin pendant environ 1km. on arrive à une ancienne ferme abandonnée, puis petit à petit le chemin se transforme en rien ! On vois en bas le lac du bourget. Nous décidons de continuer à descendre vers le lac. C'est un peu rock&roll, pas mal pentu. Je met mon armytek en mode phare pour être sûr de ne pas tomber sur une falaise. Au bout d'une heure on retrouve un chemin qui nous amène au bord du lac. Il est alors presque minuit. Je passe un coup de fil à l'organisation pour leur dire où l'on est qu'ils ne s'inquiètent pas qu'on va rentrer tranquille. Le président de l'association nous dit d'attendre où l'on est, qu'il vient nous chercher. Je suis un peu gêné, mais il nous dit que ça ne le dérange pas. Dix minutes après il arrive. A Saint Germain on a le droit a une standing ovation un brin moqueuse et au fameux reblochon. Je suis bien fatigué, mais c'est au final de la bonne fatigue. Je dois dire que je n'ai pas très bien dormi cete fin de nuit là : trop d'image dans la tête et j'étais encore à courir dans la forêt ;)


Pour terminer, un très grad merci aux bénévoles qui sont top. L'ambiance est super ! Le parcours est sympa, l'organisation aussi. J'y retournerai avec grand plaisir l'année prochaine.

 

Les enseignements à tirer de tout cela pour mes prochaines fois :

  • Partir doucement, mais aussi partir doucement et enfin, partir doucement
  • Quand il y a un doute, il n'y a pas de doute : tu fais demi-tour
  • Une bonne tartiflette le lendemain d'une course ça passe vachement bien, surtout quand tu en as bien bavé pour avoir ton reblochon.

La suite ce sera la Saintélyon, mais ceci est une autre histoire...

 

 

 

 

6 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 12-11-2014 à 15:20:32

Mon pauvre !!!
Punaise mais quelle galère !!!
Bon, comme tu dis, la tartiflette tu as certainement du la sa-vou-rer...

Au moins la SaintéLyon tu risques pas d'être seul ! Bon courage !

Commentaire de Namtar posté le 12-11-2014 à 16:00:17

Bon sur le coup c'était pas trop marrant (quoique), mais maintenant ça fait des souvenirs ^^

Et c'est vrai la tartiflette je l'ai savourée ;) c'était la meilleure de toute ma vie !

Commentaire de ejouvin posté le 12-11-2014 à 16:24:39

C'est dommage d'avoir tiré tout droit. Mais au moins, tu as eu beaucoup d'honneur à l'arrivée ;)

Cela dit, tu as fais l'essentiel du parcours. Et oui, il fallait pas partir trop vite, il fallait lire les précédents CR. En tout cas, je te rejoins, superbe orga.

Commentaire de Namtar posté le 12-11-2014 à 17:25:41

Oui : on rentre dans la salle, et là c'est l'explosion de cri, je pensais presque avoir gagné ^^. ça m'a bien fait marrer. C'est à l'image du reste : très très convivial.

Commentaire de Arclusaz posté le 12-11-2014 à 20:56:55

Bon sang, si tu étais au bord du lac, t'étais mal, St Germain c'est de l'autre côté de la montagne ! tu vois, chez moi, on est un peu bourrus d'aspect mais on a bon fond et on lne aisse pas les coureurs dans les bois la nuit !
on aura surement l'occasion de parler de cette superbe course et cette magnifique région (Ok, Ok, je suis pas objectif !) à la STL.

Commentaire de Namtar posté le 12-11-2014 à 21:10:00

En fait quand on était au bord du lac, on était content : c'est surtout pour y arriver que cela a été galère. Mais c'est vrai que l'organisation a été super !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.14 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !