Récit de la course : La Nocturne des Teppes 2011, par Arclusaz

L'auteur : Arclusaz

La course : La Nocturne des Teppes

Date : 29/10/2011

Lieu : St Germain La Chambotte (Savoie)

Affichage : 599 vues

Distance : 35km

Objectif : Pas d'objectif

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

10 autres récits :

Une course à la maison !

 

Cette course, je ne pouvais pas ne pas y participer !!!

A cinq semaines de la STL, un trail nocturne de 35 bornes en Savoie, dans un village à côté de chez mes parents (donc sur des chemins que j’ai sillonné en VTT et un peu en courant), le WE de mon anniversaire (donc l’occasion de venir se faire dorloter !). Bref, toutes les conditions étaient réunies.

 

Je tente en vain de convaincre quelques kikoureurs lyonnais d’y participer, fais créer la fiche de la course sur kikourou (encore merci Eric, va falloir que j’apprenne !), fais un peu de pub autour de moi. Et divine surprise, j’arrive à convaincre un ami de « presque » trente ans d’y participer avec moi. Il est sportif (vélo, ski de fond, …) , court régulièrement mais n’a jamais dépassé les 25 kilomètres et n’a jamais couru de nuit : il hésite un tout petit peu mais mon enthousiasme finit de le convaincre. Sa présence me ravit pour deux bonnes raisons : c’est l’occasion de passer plusieurs heures en sa compagnie (ce qui est rare, la vie professionnelle m’a éloigné géographiquement de la région) et aussi, égoïstement, je ne me voyais pas bien tout seul dans les bois. Car, j’en suis persuadé, ça va être un trail sauvage ! c’est en effet la première édition (il y aura donc peu d’inscrits) et il y aura de longs moments dans la forêt sans présence humaine.

 

Je nous inscrit à 16h, papote un peu avec une star locale de la course à pied (deuxième du marathon de Lyon) et retourne faire un goûter tout sauf diététique chez mes parents.

 

Je retrouve mon ami à 17h30 (pour la commodité du récit nous l’appellerons JP mais n’y voyez aucun indice sur son véritable prénom !). Je lui  remets la frontale généreusement prêtée par Marat 3 h ? (t'as jamais pensé à monter un "KiloutousurKikourou" ?).

Comme prévu, peu de monde : 86 participants sur le solo et 35 équipes en relais (15 km + 20). A noter la présence de Corinne Favre et (je crois) d’un kikoureur finisher du TOR des géants (il se signalera s’il le souhaite !)

Nous appliquons à la lettre la technique « Arclusaz », c’est à dire zéro échauffement puisque nous aurons 35 bornes pour nous chauffer.

 

Départ tranquille, tout au fond du peloton. Au bout d’1 km, notre place est faite, une petite dizaine de concurrents derrière nous, nous ne doublerons quasiment plus (2 concurrents en tout et pour tout !) et ne seront jamais doublés. Finalement, on a donc fait 34 bornes pour rien !

 

Au bout de 6 km, nous croisons la tête de course (dont la star locale !) qui a fait demi-tour : j’ai beau essayé de leur dire qu’ils se trompent, je n’arrive pas à les convaincre. Nous avons donc progressé spectaculairement dans le classement mais sans avoir doublé personne !

 

Les choses sérieuses commencent alors : les côtes, la forêt et la nuit font leur apparition concomitamment (tiens, content de l’avoir placé celui là !). Nous sauvons une participante d’une mort certaine : à un carrefour, elle a filé droit alors qu’il fallait tourner. De ma petite voix fluette, je l’alerte de cette erreur (la forêt doit encore résonner du hurlement que j’ai émis).

Ça monte bien raide et nous arrivons au premier ravito. Comme je suis très urbain même en milieu rural, je me lance dans une grande discussion avec le bénévole. Au bout de quelques minutes, il m’apostrophe par mon prénom : mince, c’est un de mes meilleurs amis de collège que je vois une fois tous les 10 ans, je ne l’avais pas reconnu. Autant dire que la moyenne en prend un coup mais je m’en moque, je ne suis pas là pour ça. Les premiers en profitent (lâchement !) pour nous doubler : c’est donc la première fois que j’étais avec les premiers au bout d’une heure de course.

 On finit quand même par repartir, JP semblant bien à l’aise. On fait des tours et des contours dans la forêt tant et si bien que mon légendaire sens de l’orientation en est un peu déboussolé : je vous jure qu’à un moment je ne sais plus exactement où on est et je me demande si nous n’allons pas arriver à la Chapelle de Beaunant (spéciale dédicace aux kikoureurs lyonnais que j’ai encore perdu mercredi dernier !). Bon, on finit par arriver au Col de la Chambotte (lieu réputé pour ses falaises d’escalade en surplomb du Lac du Bourget). Nous empruntons un chemin roulant mais montant que je connais bien pour l’avoir emprunté moult fois en VTT. Nous atteignons Cessens et grimpons jusqu’à la Chapelle Notre Dame de la Salette. Un ravito conséquent y est installé : c’est aussi le point de passage des relais. Nous avons donc fait 15 kilomètres en 2 heures, c’est à dire dans les temps que j’ai prévu (5h pour les 35 km) surtout que nous sommes plus haut que le point de départ. Je salue quelques têtes connues et nous nous empiffrons. Je m’apprête à repartir mais constate que JP n’est pas prêt. Il continue de boire et de manger et je me rends compte qu’il n’a pas l’air super bien. Mince, nous sommes peut être aller trop vite….

On repart, il fait froid après un si long arrêt (plus de 10 minutes !). Et ce qui devait arriver, arriva ….

Deux ou trois bornes plus loin, JP est victime de crampes derrière la cuisse. Je déclenche le plan Orsec, lui dit de boire et surtout sort l’arme secrète (je sais, je sais, il y a ici des mécréants qui n’y croit pas !), un tube avec des pastilles qui commencent part S et finissent par « tenine ». Quelques minutes plus tard, JP trottinera normalement, c’est beau la sorcellerie ( je tiens à préciser à mes chers lecteurs que, d’une manière générale, je crois très peu aux vertus de l’homéopathie mais bon, là, ça marche ….). JP a décrété que c’était de marcher dans les côtes qui lui provoquait des crampes, il va donc courir …. Je laisse faire, c’est lui qui voit….

Nous arrivons au 3eme ravito complètement dans la nuit : l’éclairage vient de sauter mais à la frontale, on s’en sort. JP fait le plein de sa poche à eau, il a déjà bu 1litre et demi, les crampes ne viennent donc pas d’une mauvaise hydratation. J’en profite pour lui donner un « cours » sur « comment bien remplir sa poche à eau pour éviter qu’elle fasse floc-floc » . Je pense créer une association afin d’éduquer les foules de trailer qui ne savent pas encore chasser l’air : je trouve ce bruit dans les pelotons vraiment désagréable. Là, je crois que JP a bien compris la manœuvre, ça fera un sploc-sloqueur de moins ! Malgré la nuit, je crois savoir où nous sommes, je demande au bénévole mais à ma grande surprise, il ne sait pas ! il me dit pourtant qu’il est du coin mais qu’il ne vient jamais dans les bois (surtout pas la nuit !) et qu’il ne sait pas où on l’a posé ! On repart et comme je le pensais nous n’étions qu’à quelques mètres du Col du Sapenay, point haut du parcours (897 mètres). Ami cycliste, vient découvrir ce col en l’enchaînant avec celui de la Chambotte et le tour du Lac du Bourget, tu verras comme la région est belle ! Nous sommes donc au 20eme km en 3h, toujours dans le timing.

Nous empruntons la route goudronnée pendant environ 2km de faux plat montant : c’est le point faible du parcours, il y a des chemins tout autour mais comme c’est au bord de falaises, je pense que les organisateurs ont bien fait de les éviter !

Nous rejoignons le 2eme ravito qui est donc devenu le 4eme : louons ici la prodigieuse ingéniosité des savoyards qui rentabilisent au mieux les infrastructures !

Comme d’habitude, on s’arrête beaucoup trop longtemps mais une des bénévoles s’avère être une conscrite du collège, alors, on discute (c’est vexant, elle ne se rappelle pas de moi, aurais-je légèrement changé ?). Ce ravito est situé au 25eme km, nous le quittons au bout de 3 heures et demi (de course pas d’arrêt !), toujours dans l’étang (comme ils disent dans la Dombes).

Nous grimpons aux Tours de César, ruines improbables au sommet d’un rognon, balade classique du dimanche après midi : j’aime beaucoup ce coin où on a une belle vue sur le lac (bon, là, il fait nuit ….). Des bénévoles ont harmonieusement disposé des petites bougies, j’ai oublié de les complimenter, mince !

Descente par une mono-trace un peu technique (la première) que je ne connaissais pas. Nous retrouvons des bénévoles croisés à l’aller puisqu’une bonne partie du retour se fait sur les chemins de l’aller : l’occasion de remercier toutes ces personnes qui sont restés plusieurs heures dans les bois, dans la nuit (heureusement, il ne faisait pas trop froid et il ne pleuvait pas mais chapeau à eux !). Les bénévoles nous indiquent que c’est tout droit, comme à l’aller…

 

Principe de base : ne jamais croire un signaleur aussi sympathique soit-il !!!! Quelques centaines de mètres plus loin, le chemin part sur la droite dans une montée hyper raide d’environ 1km. Puis une descente glissante d’une longueur équivalente pour retomber sur le chemin principal à seulement quelques centaines de mètres d'où nous l'avions quitté. Excellent pour travailler le mental ! D’ailleurs, le mental, parlons en, j’ai un petit coup de moins bien. Physiquement, ça va mais j’ai moins envie : je laisse donc JP ouvrir le chemin, il va mieux que moi en descente (qui a dit, il n’a pas de mal ?). Je me contente de suivre… Je comprendrais un peu plus tard que je commence à avoir faim : hop, un peu de pain d’épice et l’envie revient ! 

Encore une indication farfelue (mais sympathique !) d’un bénévole nous annonçant 7 km alors que 500 m plus loin un de ces collègues nous en annonce moins de 5. Dernier ravito, super sympa : une petite table au bord de la route, pas grand chose à manger mais des gens super gentils , là rien que pour nous, ça n’a pas de prix : merci, merci.

On retourne dans la forêt, on retombe sur mon ami du premier ravito (vous arrivez à suivre ? si, si, celui que je n’ai pas reconnu….). Il m’annonce que Lyon vient de battre Saint-Etienne (seul désagrément de la soirée !). On plonge sur l’arrivée mais bien sur, en faisant des détours (on travaille le mental dans cette course, je vous ai dit !). Bientôt, on aperçoit l’église, on double un gars dans la descente : je lui propose de finir ensemble mais il marche depuis 2 heures et n’a pas l’air de bonne humeur ! Avec JP, nous franchissons la ligne d’arrivée main dans la main en 5h11, bien contents. Bon d’accord, j’avais dit 5h mais je n’avais pas prévu de m’arrêter aussi longtemps aux ravitos (plus de 30 minutes en tout !).

Le classement ? ben, on s’en moque, non ? bravo aux organisateurs d’avoir pu trouver sept personnes plus lentes que nous, ça n’a pas du être simple!

 

En résumé, une super soirée passée avec un ami. Bravo à JP qui a assuré comme une bête : j’ai juste peur qu’il ait pris le virus….

 

Très belle épreuve, faite pour ma part plus dans un esprit de randonnée/sortie longue que de course. Le classement a été beaucoup faussé par les erreurs de parcours mais ce n’est pas bien grave, zont qu’à aller moins vite et regarder le balisage (nous, on ne s’est jamais perdu !). Des petits détails à améliorer mais rien de bien méchant. Une course avec un énorme potentiel, super bien placée dans la calendrier…

 

Vous venez l’année prochaine ?

 

photo : Trail attitude

12 commentaires

Commentaire de Mustang posté le 31-10-2011 à 14:54:06

humm j'adore ce parti-pris!! bravo pour ta course

Commentaire de fildar posté le 31-10-2011 à 18:20:30

Belle course beau récit, on en reparlera pour l'année prochaine.
pour ma part j'ai suivi le désagrément de la soirée sur internet
et j'aurai mieux fait d'aller courir

Commentaire de FRIQUET Hervé posté le 31-10-2011 à 23:45:06

Merci a vous tous , organisateurs & bénévoles de votre dévouement et d’avoir fais connaitre une région pleine de sentiers découverte a refaire de jours, et nous avoir convaincue de revenir l’année prochaine pour d’autres moments de convivialités. A+ LA HAUT. Bien le « Bonsoir » du n° 58 & à 2012. (je voterais pour vous !)

Commentaire de Reg posté le 03-11-2011 à 08:58:51

Super récit, beaucoup d'humour comme d'habitude.
Tu nous l'as bien vendu cette course. L'an prochain pourquoi pas.

Commentaire de tidgi posté le 03-11-2011 à 22:47:08

Une dizaine derrière au départ, 7 à l'arrivée, bah, c'est pas si mal...
Il y aura un peu plus de monde à la STL, fais gaffe quand même.
Merci pour ce sympathique récit.

Commentaire de Jean-Phi posté le 28-12-2011 à 16:14:07

ben tiens je l'avais pas vu celui là, pourtant pas faute de te suivre !!!!!
Bon, je vois que la "Arclusaz's touch" fait encore mouche ! C'est bien et en plus tu fais des émules !!!
Du coup, comme le disent Reg et fildar, tu donnes envie. Alors pourquoi pas en 2012 pour un pseudo off lyonnais qui aurait tou du savoyard ? Idée astuce : amener une rosette de Lyon que l'on dégusterait avec un apremont !

Commentaire de Arclusaz posté le 29-12-2011 à 20:24:06

Tiens, c'est marrant !
j'étais ce matin sur une partie du parcours et je pensais la même chose :vous entrainez dans cette aventure l'année prochaine. J'ai couru 3 heures en surplomb du Lac du Bourget (le jour on le voit mieux que la nuit !) et je me disais qu'il y avait moyen de faire un WE sympa...
Le vainqueur de la course est un lyonnais (Pierre Macé)qui a fini 60eme de la STL2011 : on aurait donc pu gagner !!!!!!!! bon, en même temps, tous les favoris se sont perdus : ce sont des contrées où le sens de l'orientation est indispensable !

promis, on en reparle à la fin de l'été 2012 !!!

Commentaire de franck de Brignais posté le 27-03-2012 à 22:11:17

Rhooo bah ... comme Jean Phi (mais avec plus de retard... comme en course...) je découvre par hasard ce CR !! Et ben ça me tente pas mal cette proposition de faire venir des Lyonnais en Savoie... et puis sur 35km j'ai une petite revanche à prendre sur l'Arclusaz ... et j'ai même pas peur de le provoquer sur son terrain !!

Commentaire de Arclusaz posté le 27-03-2012 à 23:31:27

Promis, je vous organise ça en 2012 !!!!!
vous verrez, c'est beau chez moi......

Commentaire de lolo74 posté le 25-10-2012 à 19:28:18

Salut a tous

le commentaire est tellement sympa que pour mon premier trail je tente celui la .... de nuit !! vraiment pas sur que ce soit le meilleur pour débuter ? mais on verra bien a coté de la maison et en plus on va faire ca en équipe mixte ( 2 équipes de 2...) pourvu qu'il y est du vin chaud au ravito .... j'espère que arclusaz y serra vraiment une mine d'info pour ce trail .. alors peut être a la semaine prochaine et je resterai derrière histoire de prendre les bonnes directions .. quand on est pas fort faut essayer d'être malin !!!!!

Commentaire de Arclusaz posté le 25-10-2012 à 19:59:23

Malheureusement, le planning familial en a décidé autrement : je ne serais pas à la Nocturne des Teppes cette année.

Mais, vas y sans crainte, tu vas adoré : le parcours est très bien et courir la nuit c'est génial !

Je serai bien content d'avoir ton ressenti après la course.

Bonne course !

Commentaire de lolo74 posté le 25-10-2012 à 20:19:51

salut , merci pour le commentaire rapide j'essaierai de faire un bon résumé , promis pour une première, j'espere etre un peu plus en forme apres le marathon de lyon du 7 octobre dernier j'ai encore un peu mal ( pour un 2eme) a mon age !!!!!! mais une petite visite chez l'osteo lundi est ce sera la forme pour samedi soir ...
a plus

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !