Récit de la course : La Nocturne des Teppes 2012, par the dude

L'auteur : the dude

La course : La Nocturne des Teppes

Date : 3/11/2012

Lieu : St Germain La Chambotte (Savoie)

Affichage : 434 vues

Distance : 35km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

10 autres récits :

La galère du samedi soir

Samedi 3 novembre, à l’heure où de jeunes éphèbes aux hormones en ébullition, tels le Bouk, se parent de leurs plus beaux atours afin de partir en quête de rencontres frivoles au Macumba ou au Fucking Blue Boy, c’est selon ; certains s’équipent de leur vieilles Brooks fatiguées avant de partir pour une virée nocturne dans la campagne savoyarde.

 

Eh oui ce soir c’est la deuxième édition de la Nocturne des Teppes et j’ai décidé de m’y rendre pour ce qui sera la première course de ma vie chez nos voisins savoyards.

35 bornes à la frontale au programme, avec 1150m D+, donc un profil relativement roulant sur lequel je vais sûrement souffrir mais le plaisir de courir de nuit l’emportera sans aucun doute.

 

Le départ est prévu à 18H00 mais il faut être sur place avant 17H00 pour s’inscrire.

Je suis limite au niveau horaire, à peine arrivé au village je me gare sur le bas-côté et je ne vois pas l’espèce de rigole en béton bien cachée dans l’herbe,  boum !!!

Aarghhh ! C’est pas vrai !!! Criant

Marche arrière, je m’en sors et vais me garer carrément plus loin sur un vrai parking.

Un coup d’œil à l’avant du véhicule : pneu droit éclaté !

Misère !En pleurs

Vent de panique !!!

Bon restons calme, je vais aller m’inscrire, après j’ai une heure pour changer le pneu, me changer et m’échauffer.

A la salle des fêtes, le type juste devant moi prend le dossard 100, je me présente devant la bénévole :

« Désolée monsieur mais on n’a plus de dossards, on va nous en apporter d’autres il faut attendre ici »

J’ai envie de mourir…

Je finis par réussir à l’apitoyer et elle promet de me mettre un dossard de côté.

Je file changer mon pneu, un jeune type très sympa me donne un coup de main.

Mille mercis à lui.

Je me change et fonce récupérer mon dossard.

Un très court échauffement et c’est le départ.

 

 

Je suis en fin de peloton, mais je me dis qu’en partant un peu vite je vais pouvoir me replacer, sauf que ça part à 100 à l’heure !!!

Hé les gars y a 35 bornes à faire là !!!

 

Après une première petite bosse, on enchaine avec 3km de descente tout à fond, on repasse par Saint-Germain-La-Chambotte et on repart dans les bois pour attaquer la première grosse montée.

350m de D+ dans lesquels j’ai du mal à trouver un rythme après le départ canon, je ne sais pas trop où j’en suis au niveau classement d’autant qu’il y a des duos.

Je rattrape dans la montée un coureur en rouge avec qui on collabore bien mais dès que ça devient plus roulant il repart au taquet.

C’est pas possible je ferai jamais 35km à cette vitesse.

Un court passage très raide me permet de rejoindre et de lâcher le gars en rouge, il me reprendra aussitôt après dans une nouvelle longue descente très rapide.

Cette fois je m’accroche, je ne veux pas me retrouver seul sur ce type de terrain où je ne relance jamais assez.

Enfin après 01H26, on arrive au premier gros ravito qui est le point de passage de relais pour les duos.

Beaucoup de monde, des encouragements, de la nourriture : on est bien.

 

Je repars en compagnie du gars en rouge, on s’entend bien, sauf que juste après notre départ il décroche, alors que la pente est pourtant très faible et que nous n’allons pas super vite pour une fois ?!?

Je me sens un peu mieux après la pause ravito, je continue donc sur mon rythme.

Après environ 2km en solitaire je vois des frontales qui se rapprochent, je me rassure en me disant que ce doit être des duos tout frais.

Effectivement le premier qui me double est bien un relayeur, le second est un solo, un gars un peu plus âgé avec une casquette rouge.

Je prends sa foulée et on se met à discuter, il est sympa et en plus il avance bien.

On aborde un très long passage sur route qui nous emmène au col de Sapenay (900m), derrière nous 2 coureurs reviennent : le gars en rouge du début + un autre.

A la faveur d’une longue descente très technique je reprends un peu d’avance sur les 2 qui nous ont rejoints, le coureur en rouge reviendra  mais pas l’autre.

Je souffre de + en +, je ne pense pas pouvoir suivre mes acolytes jusqu’au bout.

 

On repasse par le ravito du 15ième km, le coureur à la casquette qui connait le coin me prévient qu’il reste encore une bonne montée.

Et c’est dans cette montée que j’explose : environ 1km à 10%, c’est trop pour moi à ce moment-là.

Le coureur à la casquette s’envole inexorablement, et même celui en rouge qui jusqu’à présent grimpait moins bien que moi finit par me lâcher.

Il reste encore 7km et je suis cramé de chez cramé.

Plusieurs coureurs, solos et duos me passent, le moral est au plus bas.

En haut cette montée infernale j’essaie de relancer un peu, mais je n’aperçois même plus les frontales devant moi…

La descente n’est pas super technique mais je galère un peu, il pleut par intermittence et j’ai froid.

Enfin il ne manquait qu’un ingrédient pour que la fête fût complète : l’erreur de parcours.

Plus trop lucide je suis un duo qui m’a rattrapé et le gars tourne du mauvais côté : une petite boucle en + et 6 places de perdues d’après mes calculs après la course.

Je m’accroche désespérément à un solo qui m’a rejoint à la faveur de cette erreur jusqu’à la fin de la course, pour en terminer en 3H24 et me voir offrir un reblochon en guise de récompense à mes efforts (très bonne idée d’ailleurs,  il est excellent)

 

Quelques minutes après avoir franchi la ligne je verrai arriver Martine Volay (encore une victoire pour elle !!!) et Christian, toujours aussi sympas ces deux-là.

 

Je ne m’attarderai pas trop car il pleut franchement maintenant et il fait froid.

Une nouvelle fois je reviens avec un sentiment mitigé, plutôt déçu par ma course, je finis 20/109 soit en relatif mon plus mauvais résultat depuis 2 ans.

Je pensais qu’il n’y avait pas plus dur que la course au saucisson, et bien si : la course au reblochon !!!

 

Sinon la course en elle-même est vraiment une belle épreuve : très bonne organisation et bon accueil, un tracé très difficile car alternant parties très pentues avec de longues parties roulantes.

Vraiment à conseiller pour ceux qui veulent découvrir la course nocturne tout en évitant les routes surpeuplées de la SaintéLyon ou au contraire à ceux qui veulent se préparer pour cette même SaintéLyon.

8 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 08-11-2012 à 13:33:19

Hé bé mon Dude quand tu viens en Savoie les Dieux du Trail t'en font baver !
Quelle loose dis donc !
T'aurais mieux fait de venir au Fucking Blue Boy, on s'est bien poilé !

Commentaire de Arclusaz posté le 08-11-2012 à 16:06:14

Et oui, c'est dur la course en Savoie: cette leçon vaut bien un fromage, sans doute !!!!

Bravo pour ta perf, car c'en est une !
Je connais par coeur ces chemins et je sais comme ils sont usants : on croit que c'est roulant mais non !

Commentaire de Jean-Phi posté le 08-11-2012 à 17:15:31

Ben je trouve que tu fais un chouette classement malgré tout. Tout est relatif ! Et puis la Savoie ça n'est jamais que l'arrière pays un peu rustre de la Chartreuse c'est pour cela ! ^^
Belle course quand même et vive les courses au reblochon (et saucisson !) !

Commentaire de Mustang posté le 08-11-2012 à 17:32:11

20 sur 109, ton plus mauvais résultat depuis 2 ans! Et beee!!

Cela dit les savoyards t'en ont fait bavé!!! mais tu as survécu et bien!! bravo

Commentaire de richard192 posté le 08-11-2012 à 17:44:51

Bravo Bruno,
Non pas pour la roue mais pour la course!
Si ton classement ne te satisfait pas, 3h24 pour 35 km et 1200m de D+ c'est qd même pas mal.
Cette nocturne devait être sympa mais c'était mieux au Fucking Blue Boy. ah, ah, ah...

Commentaire de le_kéké posté le 09-11-2012 à 14:48:08

Quel frimeur ce Bruno, il vient se la péter pour nous dire que c'est la première fois cette année qu'il fait pas podium et qu'il a plus l'habitude. Compte pas sur moi pour te dire que c'est pas si mal et que moi même en rêve jamais j’atteindrais ces sommets savoyard, non ni compte pas et je te conforte plutôt : cette perf est vraiment minable tu ferais mieux d'aller passer tes soirées torse poil au Fucking avec le bouk et moi, d'ailleurs on te vois plus aux soirées ??? (Sinon elle a l'air sympa cette course, je la rajoute aux possibles et autres sur un malentendu on sait jamais de l'année prochaine ...)

Commentaire de the dude posté le 12-11-2012 à 09:37:47

Bon OK OK, vous avez tous vu juste j'étais frustré d'avoir dû rater la soirée mousse au Fucking BB avec le Bouk ;-)
Merci pour les comms.

Commentaire de les machine-gônes posté le 13-11-2012 à 21:27:34

Oui, bon bah nous on a encore plus la loose, on a cherché toute la nuit le fucking blue boy, mais le néon était cassé, on l'a jamais trouvé. Et quand enfin on est passé devant au petit matin, c'était l'heure du vidage : le kéké et le bouc sont sortis et nous ont marché sur le capot avec tout le harem puis ross nous a vomi sur le pare-brise et comme les essuis-glasses marchaient pas ; enfin bref !
Espérons avoir plus de chance à la montagnole dimanche prochain...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.14 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !