Récit de la course : Saintélyon 2015, par didscott69

L'auteur : didscott69

La course : Saintélyon

Date : 6/12/2015

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1328 vues

Distance : 72km

Matos : chaussure NB 1210 en fin de vie
haut ML thermique
bas collant oasic fuji
lampe harmyteck wizard

Objectif : Faire un temps

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

500 autres récits :

Sainté la belle!

la sainté lyon, moi? et puis quoi encore!

j'aime le silence des chemins parcourus en solitaire, seul ou avec un copain mais jamais avec autant de monde, et puis ce n'est pas du trail!

voilà mon opinion un peu superficiel que j'avais sur cette épreuve lyonnaise.

au retour d'un OFF au col moretan avec le sage Alcuz..., il m'à posé cette question: "et la sainté, tu l'à fais cette année?" je me rappel lui avoir répondu "non, je préfère les course ou il y moins de monde!"

Mais voilà... en observant le groupe avec qui j'ai partagé ce OFF de OUF, je me suis apperçu que la sainté, c'était avant tous une course mythique faite par et pour des copains.

une course ou le challenge est de finir, d'aller au bout et si possible accompagné de ces copains. aucun interêt de se bousculer dans les ravitos, gardons le sourire et place aux dames!

elle mérite donc ces lettres de noblesses et je l'à respecte en tant que telle.

je m'inscris donc sur ma première solo, je parcours les fils de discutions sur le sujet et decide de ma préparation.

6 semaines de préparation dans mon beau beaujolais! je ferai toutes mes sorties de nuits en solo et j'adore cela!

Le beaujolais est tellement jolie quand ces sommets se couvre de son drap blanc.

je me fixe un objectif de finir autour des 10 heures.

 

 

05-12-2015 18h00  

j'arrive à la hall tony garnier, passé la fouille obligatoire à l'entrée, je me place derrière une interminable fil d'attente pour récupérer mon dossard! je commence un peu à paniquer vers 19h00 toujours dans cette fou.... file d'attente! je sais que le dernier bus part à 20h00 et la pression monte.

Enfin, je prend mon dossard, la pression retombe d'un coup et comme je vous parle de pression... je ne peux résister à la tentation et je bois donc une biere pour fêter cela!

                    

 

Je saute dans un des derniers bus en partance pour saint Etienne, j'arrive vers 21h00 au FLORE.

un calme inabituel règne dans cette salle, je m'attendai à plus de bruit, certain chuchotte, d'autres dorment à poing fermés, au fond de la salle, je reconnais les participants de la 180 allongés sur la scène dormant paisiblement. je les oberves avec envie et respect.

il règne en fait un silence de compassion, on chuchote pour ne pas les reveiller.

 

 

 

je prend une assiète de pates, qui sont vraiment bonnes, j'en reprendrai d'ailleurs une deuxième! une part de tartelette et un café. je partage ma table avec deux coureurs: un KIKOU, je ne lui est pas demandé son pseudo mais je crois me rappeler qu'il entraine, ou avait entrainé des jeunes élites dans un club et un autre gars aux "70 marathon" le contraste est étonnant entre ces deux personnages, l'un vient pour performer, l'autre pour courir avec des copains, je resterai avec le deuxième pensant faire un bon bout de chemin avec eux mais nous nous sommes très vite perdu de vue.

je n'ai pas sommeil, je sort de la salles vers 23h00 pour me mettre sur la ligne de départ.

la rue se remplie très vite et en moins d'un quart d'heure, la zone de départ devient noir de monde! fabuleuse ambiance jusqu'au départ, tout le monde est détendu et souriant, ont papottes, ont chante la marseillaise.

j'aime ces moments rempli d'émotions, le sport véhicule dans ces moments là des messages de fraternité que j'apprécis particulièrement.

 

                    

 

minuit, le départ

le départ est donné et nous traversons saint Etienne, applaudi par une foule de spéctateur ravis de nous voir enfin nous élancer.

je me laisse porter par le rytme assez rapide de ces premiers kilomètres.

je n'ai pas pris de cardio, je considère que cette course doit se faire au plaisir de l'instant présent, sans chercher à en faire plus ou moins, je me sens très bien!

les premières heures passes très vite, je me retrouve à sainte-catherine en moins de 3h05. il faudrai peut-être que je rallentisse un peu quand même, je suis largement en dessus de mon niveau.

je prend suffisamment de temps au ravito pour bien récupérer, les bénévoles aprécie mes taquineries, je trouve que tout est très bien organisé, chaque stand est identifié par une pencarte au dessus du stand de façon à orienter chaque personne sur le stand choisi, il faut serrer des coudes pour acceder au stand, c'est vrai, mais tout ceci est normal pour moi, sur ce genre de rassemblement de masse il faut en tenir compte et je dirais même que cela fait parti du jeu, il faut le prendre positivement c'est tout.

la traversé de nuit avec autant de monde muni de frontale est fantastique! je prend le temps de me retourner et d'admirer ce long filet de lumière éclairant la nuit étoilée.

 

                                         

 

 cette course est une vrai fête pour beaucoup de village traversé, des feux sont improvisés dans les chemins, de nombreuses personnes s'y rassembles attendant passiamment un ami à encourager.

Je m'arrête vers un couple de personne d'un certain âge s'amusant à encourager les coureurs près d'un feu, surement là pour encourager un fils ou une fille, cet un acte d'un grande noblesse que je décide de prendre en photo, il me remerciera de prendre le temps de m'être arrêté et je poursuis ma route.

 

                                     

 

au loin, le jour commence à pointer le bout de son nez, je commence à souffrir terriblement de mon genou droit (comme d'habitude!) et je dois ralentir mon rytme pour me permettre d'arriver au bout.

je suis un peu fustré depuis quelques heures sur ce parcours: je me fais dépasser depuis pas mal de temps par tous les coureurs! je ne rattrape personne, des coureurs me passe par la droite, par la gauche, en fait, je suis en train de courir avec des relais! mais ou sont donc les passé les solos???

une distinction de couleur de dossard sera surement un plus pour ne pas traumatiser un bon nombre de coureur comme moi!

 

 

 

 la traversé du parc aventure et les escaliers de chaponost seront un calvaire pour moi, je termine comme beaucoup autour de moi au mental, avec une allure dans les descentes quasiment à l'arrêt. je relance sur le plat pour ne pas perdre trop de temps, la fin de parcour n'est pas si roulante que ça quand même!! une succession de belles bosses capable d'effondrer le moral de ceux pour qui la motivation ne tiens plus qu'à un fil.. je me met à côté de coureur du solo (facilement reconnaissable à leurs allure de rescapé du bout du monde) et je reste avec eux, ont papotes enfin en nous motivants les uns des autres, esprimant chacun notre tour notre ressenti sur cette course.

j'arrive enfin sur les quais, je peux courir de nouveau, je traverse la passerelle, ma femme est là et m'accompagne un bout en courant à côté de moi.

je rentre dans la hall et passe la ligne d'arrivée en 8h58, je suis heureux, j'ai fait cette course mytique et l'ai terminée!

je pars de cette belle salle avec des souvenirs positifs, je retiendrais l'ambiance du départ à saint Etienne chargé d'émotion, la gentillesse des bénévoles et l'improvisation de certaine scène comme ce beau casimir!

 

 

                                             

 je reste un peu frustré quand même, frustré d'avoir si peu discuté avec d'autres coureurs, tout va tellement vite, je pense qu'il doit y avoir beaucoup de belle chose à vivre en mode rando-course genre 11-12h, en prenant vraiment mon temps accompagné d'un groupe d'ami.

alors, à l'année prochaine!

 

3 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 09-12-2015 à 18:38:15

bravo !!!!!!
bien content que tu ai apprécié cette ambiance particulière, si différente des courses auxquelles tu as l'habitude de participer. c'est vrai qu'il y a du monde mais c'est le principe de la fête ! pour moi ce n'est pas une course, c'est autre chose,...
Pour les dossards, il y a bien un "code couleur" : noir la STL, rouge les relais, vert la Saintexpress.

A bientôt, au Moretan ou ailleurs ! et peut être au Flore l'année prochaine.....

Commentaire de nicolopremo posté le 11-12-2015 à 13:25:05

Bravo, belle première ;-) En te lisant, j'ai l'impression de revenir quelques années en arrière! Comme le dis Laurent (Arcluz), c'est plus qu'une course, c'est une nuit (plus une journée pour nous) rare et toujours aussi magique!
Et merci pour les chuchotements au Flore! Mais faut quand même pas vous gêner à ce point, vous avez quand même le droit de parler, on a l'habitude de roupiller dans des endroits improbables et bruyants ;-)

Commentaire de didscott69 posté le 12-12-2015 à 16:56:24

merci à tous les deux,

bon de toutes façon, pour le silence l'année prochaine c'est raté ((Laurent sera là!!)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !