Récit de la course : SaintéLyon 2019, par Sony5478

L'auteur : Sony5478

La course : SaintéLyon

Date : 30/11/2019

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 683 vues

Distance : 76km

Objectif : Faire un temps

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

543 autres récits :

Pire que l'année dernière? Naaan impossible...

Premier récit de course pour moi.

Contexte:

Je suis à l'origine plutôt coureur de Marathon mais me suis mis au trail pour un changer de la monotonie de la course sur route, et surtout arrêter de courir en ayant tout le temps les yeux sur l'allure. J'ai également déménagé en région Lyonnaise, m'offrant beaucoup plus de possibilités de trails.

C'était ma 2ième SaintéLyon après celle de 2018. L'année dernière, j'avais enchainé le Marathon de Lyon début Octobre, les Templiers fin Octobre et la SaintéLyon fin Novembre. Et cette année, j'avais prévu de faire les Templiers et peut être la SaintéLyon si motivé, mais la météo en a décidé autrement en provoquant l'annulation des Templiers 2019 (Complètement dégouté en ayant appris l'annulation en se levant à 4h du matin le jour de la course, mais décision logique vu la météo qu'on s'est pris le dimanche).

Suite à cette annulation, plus de doute, je décide donc forcément de m'inscrire à la STL pour la seconde fois. Celle de 2018 ne m'avais pas vraiment plu, j'avais beaucoup subit la course, la météo avait été dantesque, pas mal de boue, froid etc... et je ne connaissais pas le parcours. Donc franchement pas envie de reproduire l'expérience d'autant que c'est un trail roulant, pendant lequel il y a assez peu de temps morts par rapport à des trails plus montagneux. Mais avec l'annulation des templiers, il me fallait un challenge pour valider l'année 2019.

Donc je m'inscris motivé, en me disant, de toute façon, je serai en meilleure forme cette année, et surtout, la météo ne pourra pas être pire que l'année dernière qui avait apparemment été l'édition la plus compliquée (et la plus longue) des 10 dernières années.

 

Préparation:

Je sortais d'une bonne préparation pour les templiers avec 75-80km par semaine depuis aout. Donc plutôt en forme. Mais me voilà reparti pour 1 mois et demi au même rythme (Ce qui est le plus dur mentalement je trouve).

Novembre a été très humide ici, il a même neigé plus de 30cm 2 semaines avant la course dans les monts du Lyonnais. Je me dis que cela va être sympa de courir la STL sous la neige. Mais malheureusement, un redoux direct après a tout fait fondre, plus de nouveau de la pluie. Là, on se dit que ca va être bien gras. Mais bon, de toute façon, ca sera pas pire que l'année dernière.

Dans la semaine précédent la course, je regarde la météo avec un collègue: Ca s'annonce mal. Bien humide, et pluie le dimanche. On se dit que ca a le temps de changer... Mais non, ca change pas. Ce sera pluie pendant la course. Mais de toute façon, je suis confiant, cela ne sera pas pire que l'année dernière...*

L'avant Course:

Pour moi, la course ne commence pas à 23h30. Elle commence à partir du moment ou je vais chercher le dossard. On prend la température, l'atmosphère à la Hall. 

Et surtout, cela commence quand je prépare mes affaires le samedi matin. cette année, je veux partir lèger. D'habitude, je pars avec 1,5l d'eau dans la poche arrière etc... Cette année , ce sera Short, T-shirt + Veste de pluie + chaussettes Hiver + chausssures de trail. Niveau chargement, un sac décathlon simple avec une poche ouverte derrière pour mettre la lampe de secours et la couverture de survie, et 2 flasques de 500ml. Niveau alimentation, 4 pompotes, 2 bars de fruits mis dans les poches du short.

Fin prêt, je commence le périple pour rejoindre le départ. Oui, parce que mine de rien, c'est vraiment là que la course commence. 20min de TER, 10min de métro puis 45min de TER. 2h au total pour arriver dans le hall de Saint-Etienne vers 21h20 en ayant fait tout un tour interminable pour pouvoir rentrer... Bonne nouvelle il ne pleut pas encore. j'ai pu sympatiser avec un coureur dans le train avec qui j'ai pu passer tout ce temps dans le TER jusqu'au départ. Merci à lui, c'est la magie des courses. On ne connait personne mais on arrive à discuter, ayant forcément un point commun (Le trail.... :D)

Je me change rapidement pour me mettre en mode course, donne mon sac aux consignes et file devant la ligne. Il est 21h35-40. Je suis étonné, je me retrouve plus loin que l'année dernière. C'est dingue. Mais je sais que je serai en vague 1. Le principal. Là, une longue attente que je redoute commence. Quasi 2h à attendre static. Heureusement, j'avais prévu une 2ieme couverture de survie pour ce moment. Et surtout, j'ai pu discuter et rigoler avec d'autres coureurs autour, dont un collègue que je ne connaissais pas. On rigole, on passe le temps, mais le principal, il ne pleut pas. DOnc tout va bien. Cela ne sera pas pire que l'année dernière.

On peste un peu sur certains qui enjambent les barrières alors qu'on attend depuis 1h30 dans le froid. Toujours un peu énervant. Mais bon, tant pis.

Mon objectif est de faire une meilleure course que l'année dernière où je fais 9h52. Un rapide calcul me dit que comme il y a 5km de moins, ca donne en gros 9h15 équivalent. Donc je vise -9H. Mon collègue fait le modeste, me dit qu'il est pas super en forme mais à priori, il vise -9h facile.

La course:

Départ --> Saint-Christo (1h38)

Aller, c'est partie. Les premiers km sont au sec, roulants. Je suis un peu énervé par les coureurs qui courent en troupeau à 2km/h, voir marchent dès le premier km. Je me retrouve à doubler dans l'herbe sur le côté. Mais je me contiens, je sais que ce n'est pas les 10 secondes gagnées là qui vont changer grand chose. Et surtout, c'est là qu'on perd des forces bêtement.

Je suis calé autour de 4'40-4'50/km sur les quelques premiers km.

Globalement, cette première partie se fait bien. Un peu avant le ravito de Saint-Chrito, il commence à pleuvoir. Dommage, mais bon, au moins, j'ai pu faire 1h15 au sec et chaud. Mon collègue me double au 13ieme km, (comment il pouvait être derrière...?), on discute et il part devant. je le suis un peu encore 18km de visu puis je décroche.

En arrivant au ravito, ca pleut bien. Je prends un morceau de banane et une tranche de sausisson, le plein d'eau d'une flasque et je repars en 2 minutes.

Saint-Christo --> Sainte-Catherine: (3h12)

 Là, ca se complique un peu. Il pleut de plus en plus et les chemins sont un peu gras mais ca va. De toute façon, ca sera pas pire que l'année dernière...  (C'est ma phrase dans ma tête pendant pas mal de temps...)

 J'enchaine, tout va bien jusqu'environ le km 25-28 il me semble. Là, ca pleut toujours beaucoup, et les chemins commencent à être vraiment détrempés. je voulais garder absoluement les pieds secs le plus longtemps possible. Et là, c'est le drame! Après 2h30-3H de course, bim grosses flaques, l'eau rentre et c'est fini... Les pied sont mouillés. Tant pis, ce qui est pris est pris. 

Mais là, les pieds commencent à se refroidir direct. Il faut absolument continuer à courir. Je range les gants trempés, j'ai froid aux mains aussi. Je rentre donc les mains sans gant dans les manches de la veste. Ca fera l'affaire. Mais j'ai froid...

Puis, j'arrive au ravito.

Sainte-Catherine --> Saint-Genou (4h22) --> Soucieu (5h57)

Comme au premier ravito, je prends la même chose, rempli les flasques et on repart pour pas refroidir. Le terrain devient de plus en plus humide, ca devient vraiment compliqué. Pluie, froid, brouillard. Je ne me rappelle même plus trop de cette partie. A part que j'avais froid, que je me faisais pas mal doubler. L'impression de ne plus avancer, de passer dans des chemins qui ressemblent à des torrents de boue, ou des rivières sur le bitume. Les pieds se réchauffent, puis reprennent une vague d'eau froide. etc...

Là, je commence à me dire que finalement, c'est au moins aussi dantesque que l'année dernière. c'est terrible. Mais je lâche pas. Je cours, je cours. Pas de fatigue du tout, pas envie de dormir. Juste trempé et froid et Attention à pas perdre une chaussure dans la boue Sourire. On calcul juste les km qu'il reste jusqu'au ravito. 

A saint-genou, je m'arrête à peine et je repars en me disant qu'une fois à Soucieu, c'est gagné (Ouais ouais c'est ca...!!!)

Jusqu'à soucieu, c'est pareil, de plus en plus de boue, de pluie, vraiment dingue. Là, je réalise que c'est vraiment, mais vraiment pire que l'année dernière. C'est terrible. Mais je suis pas trop mal (a part le froid toujours...). Bon, normalement, le plus dur est fait. La boue est globalement passée. Ca va aller.

Soucieu --> Chaponost (7h24)

 Arrivée à Soucieu. Enfin un gymnase au chaud. Ca m'a manqué. mais faut pas trainer pour être dans les -9h. J'ai perdu un peu de temps entre saint-genou et Soucieu. pareil, une banane, un saussison, et on repart après avoir réchauffé un peu les mains (pas les pieds... ils sont déjà perdu :D). j'ai un peu envié ceux qui se changeaient, qui mettaient les running et chaussettes sèches (Bah oui, la suite, c'est que de la route non?)

 Au final, toujours un peu pareil, de la boue, un peu de bitume détrempé, de la boue... Et dingue, j'ai trouvé cette partie la pire niveau boue. Des passages dantesques, notamment ce chemin avec 50 cm d'eau (au dessus du genou Surpris) sur 100m un peu avant chaponost. j'en revenais pas. Bon bah au final, les coureurs qui se sont changés et ont mis des belles chaussures... Ca servait à rien.

Chaponost --> Arrivée (8h47)

Arrivé au ravito. Je suis bien. Je sais que là, c'est quasi fini. Pas mal aux jambes, toujours un peu froid évidement.

Même choses prises, banane saussison... et on repart un rapide calcul me fait estimer une arrivée autour de 8h50 si tout se passe bien. Encore un peu de boue, mais il a arrêté de pleuvoir. Cool. J'enchaine, la dernière montée se fait tranquille en marchant, et en haut, il doit rester 5km, j'envoie tout ce que j'ai. 

je finis en 4'30-50/km les 2-3 derniers km. A fond les ballons. Heureux d'avoir survécu plutôt bien à cet enfer. Je passe la ligne en me permettant de faire un saut de cabri pour rigoler (je me fais souvent chambrer en arrivant de manière impassable, j'ai voulu marquer le coup :D)

 

Conclusion:

Au final, une météo dantesque, bien pire que l'année dernière. (J'en revenais pas) Mais une course bien mieux menée. je n'ai pas trop souffert, à part le froid. Mais il fallait courir non stop, même lentement. Sinon, c'était fini et ca finissait dans le bus comme pas mal de monde. D'ailleurs, c'est mesquin de mettre ces bus après le ravito sur le côté. On passe devant... c'est tentant. Surtout qu'on est gelé après les ravito. 

J'ai vraiment apprécié cette course cette année bizarrement. Comme quoi, ce sentiment dépend vraiment de comment on vit la course, pas forcément en fonction de la météo. Même si j'aurais bien voulu avoir un temps sec. Peut être aussi l'expérience de l'année dernière (+ Ecotrail de Paris 2018) qui font que l'on s'endurcit un peu. Mais bon, ca pouvait pas être pire... Bah si. Sacré leçon. D'un autre côté, si j'avais su qu'il allait faire cette météo, pas sûr que j'aurais pris le TER pour venir à Sainté :D

Je me demande bien comment ca pourrait être pire l'année prochaine? Chutes de neige fondante et boueuse? -15°C? A vos pronostics... Mais avec ce qu'on a vécu ce week-end, on en peut que sortir renforcé.

A l'arrivée, je suis surpris d'être si bien classé: 237ieme. je n'ai pas arrêté de me faire doubler sur certaines portions. Certainement des relais mais c'est super perturbant. Ca met le doute, ca met un coup au moral. Mais j'ai réussi à me dire, fait ta course, on se fout du classement. Court comme tu peux, le plus que tu peux, le reste tu verras quand tu auras la bière à la main à la Hall (Bah oui, moi, je ne cours que pour avoir la bière de l'arrivée... Bon certes, c'est peut être plus simple d'aller en acheter direct au supermarché, mais c'est pas la même saveur)

Plus tard, j'ai vu que le collègue a fait 70ieme en 7h54. Chrono énorme. Bravo à lui et à tous les autres (notamment ceux avec qui j'ai discuté au départ) qui ont survécu à cet enfer. je me dis que parfois, on est juste des dingo (Ou complétement con...)

Et merci aux bénévoles. Au moins aussi fous que nous à rester toute la nuit sous la flotte pour nous. Chapeau! (Ou parapluie)

4 commentaires

Commentaire de BouBou27 posté le 04-12-2019 à 13:20:37

Ca c'est du teasing...
on veut la fin !

Commentaire de tikrimi posté le 04-12-2019 à 13:37:26

Ca risque d'être pire que l'année dernière cette affaire. On attend la suite...

Commentaire de Sony5478 posté le 04-12-2019 à 13:40:06

Désolé, ca prend du temps à écrire :D

Commentaire de JulioK1 posté le 04-12-2019 à 17:31:43

237eme sur plus de 5500 coureurs... Punaise j'ai encore de la marge de progression...
Super récit, qui montre bien la même consternation qu'on a tous ressenti vis à vis de cette météo qu'on n'aurait pas soupçonné...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.24 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !