Récit de la course : IronMan France Nice 2014, par La Tortue

L'auteur : La Tortue

La course : IronMan France Nice

Date : 29/6/2014

Lieu : Nice (Alpes-Maritimes)

Affichage : 746 vues

Distance : 226km

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

16 autres récits :

Pour jean paul et le chacal

 

hello. 
 
une petit cr de Nice vite fait car l'altriman va arriver très vite et je ne voudrais pas accumuler les cr de retard. 
 
cet IM de Nice j'en avais garde un souvenir assez facile en 2012, sans prépa particulière et j'avais péter un - de 11h inespéré. 
j'avais bien aimé la course mais sans plus et je ne pensais pas pour autant y revenir un jour.
 
mais il n'y a quelques années quand mon copain Jean Paul, au plus fort de la maladie, s'était fixé  comme objectif de terminer un jour un IM, je lui avais alors promis que je serais à ses côtés pour l'aider dans sa tâche si besoin. aussi quand en novembre dernier il s'est inscrit, je l'ai aussitôt imité. et la disparition récente du chacal qui était tombé malade juste un peu avant Jean Paul, donne encore plus d'importance à mes yeux à cette course.
 
prétentieux et pas raisonnable, et me basant sur mon chrono de 2012, j'espérais en faisant 30' de moins pouvoir viser hawaï. mais 2 facteurs m'ont assez rapidement ramené à la réalité : 1/ je suis loin de mon niveau de 2012 et 2/ le niveau des autres à progresser, et c'est plus sur les bases de 10h que de 10h30 qu'il faut viser en + de 50 ans ! ils ont la santé les viocs!
 
me voilà donc sur la ligne de départ, puisque j'ai un dossard qui vaut une petite fortune, sans objectif ni motivation personnelle particulière, mais avantage, sans aucune pression. content finalement d'être là, avec mes potes ouster et blueb, juste pour voir qui c'est le plus fort des zanimos ;-) le côté bling bling, frime, m'as-tu-vu qui ne m'avait pas choqué en 2012 me dérange beaucoup plus cette année, mais bon !
 
départ natation : l'enfer ! pratiquement 400 m en crawl Polo. une baston comme j'en avais jamais connue. je me suis mis dans le sas des 1h15 qui est au milieu de la ligne de départ, résultat au bout de 200 m tout le monde se retrouve sur la même trajectoire et se resserre sur la mienne. n'en pouvant plus et craignant même pour ma virilité, je décide de couper le flot en diagonale pour rejoindre les bouées à l'intérieur du circuit. ces 100 m en diagonale resteront un de mes souvenirs le plus mémorables de tri. je passe par dessus les plus petits, je contourne les plus costauds et complètement essoufflé je rejoins la ligne des bouées. c'est encore dense mais nageable, je rentre même un peu dans le circuit entre chaque bouée pour être plus à l'aise. les kayaks cherchent à me repousser vers l'extérieur mais j'insiste et je nage enfin à peu près peinard. je suis mêmes étonné de ma "vitesse". je sais que j'ai fait des progrès cet hivers grace à mes entraînements assidus du mercredi soir avec victor qui ma beaucoup fait bosser la respiration 2 temps, la prise d'information en crawl contrôle et les séries de vitesse qui essoufflent et fatiguent mais qui font vachement progresser. j'ai hâte de voir mon temps à la fin du premier tour :  36' ! waouh ! avec la baston du début c'est pas mal du tout.
deuxième tour, je garde la même stratégie, passant le plus à l'intérieur possible. prise d'infos très fréquentes. les bouées sont assez rapprochées et bien visibles. j'ai vraiment l'impression d'être super précis dans la trajectoire.
sortie en 1h12 à ma montre, aucune crampe, aucune fatigue, cela ne m'était jamais arrivé ! merci Victor pour ta persévérance à transformer le fer à repasser que j'étais en pseudo nageur d'ultra.
 
double gros coup de gueule sur la sortie de l'eau :
1/ il n'y a pas de douche à la sortie donc on va se taper le velo plein de sel (à 450 euros l'inscription ils en pourraient mettre)
2/ la sortie contrairement à 2012 se fait par un escalier très étroit ou je vais poireauter de nombreuses minutes ! en 2012 on était remonté par la même rampe que celle de la descente et c'était parfait !
mais merci aussi aux bénévoles qui nous aident à sortir de l'eau car la pente est raide et les galets glissants.
 
à cause du bouchon dans l'escalier, je vais mettre presque 3' de + à T1 ! c'est bien la peine de passer des heures à la piscine pour gagner qq minutes bêtement perdues comme ça ! ça râle, la tension monte entre les coureurs, mais ça fini par passer !
 
ensuité je récupère juste mon casque t mon dossard et j'attaque le vélo avec mon tarmac SL4 au lieu de mon vélo de chrono que j'ai revendu car trop inconfortable. sans forceŕ je suis déjà à 40 sur la promenade. je double richard dacoury dans la vallée du Var et je lui souhaite bonne chance car nous avons sympathisé dans le parc à velo où nous sommes voisins et je sais que c'est sont premier IM et malgré l'expérience et le passé sportif fabuleux de cet homme, je peux vous assurer qu'il était un poil stressé le gaillard.
 
dire que nice se fait sans drafting est faux. d'abord la densité de coureurs est tellement importante que c'est impossible de ne pas être abrité et en plus de nombreux courreurs ne font aucun effort pour se sortir de l'aspiration. malgré cela, je n'ai vu aucun carton noir sorti.
 
arrive la cote de la condamine. après 30 bornes de plat à 40, les 500 m à 10/12% sont durs à passer. ensuite, tout va pas trop mal, j'arrive à enrouler mon coup de pédale assez fluide, sauf quand la pente se fait un peu plus raide où depuis quelques mois, je  reste scotché à la route. c'est dans les pourcentages les plus forts du col de l'ecre que je rattrape un superbe athlète aux couleurs de Poissy. c'est ouster, affuté comme jamais qui monte à son rythme et très efficacement son imposante carcasse. dans ma mémoire, le col de l'ecre était une plaisanterie. cette année je le trouve long et plus pentu. preuve que je suis beaucoup moins bien cette année.
 
je récupère mon bidon et un nouveau paquet de cacahuètes au sommet et je repars vers coursegoules. arrive le col de Vence dont je ne me souvenais même pas et là encore, je le trouve pas facile ce petit colu. sur l'A/R sur le plat, je guette le blueb que je pense devant et c'est finalement ouster que je croise sur le retour qui est quelques minutes derrière moi et qui est en train de tout casser. ou il est le blueb ? devant ça voudrait dire qu'il fait très fort et derrière ça me paraît pas possible.
 
la pluie qui était pas trop gênante jusque-là rend la descente sur st Laurent du var très très dangereuse. il y a de Gus partout par terre et je suis hyper prudent. les 20 derniers km de plat se font sous des trombes d'eau et une chaussée détrempée. ça ne me dérange pas spécialement et ça a l'avantage de rincer le sel qui me piquait de plus en plus.
 
au final, je mets 5' de moins qu'en 2012 sur le velo alors que j'ai eu l'impression d'être beaucoup moins facile et depuis le depart, je suis un petit 1/4 d'heure en avance. avec un marathon correct je peux même espérer même battre mon temps. j'en reviens pas.
 
je pars sur les bases de 5' au kilo comme je m'étais fixé. les jambes ont l'air bonnes, et c'est sympa de se faire encourager par pas mal de copains du club qui sont là en supporter. hélas l'embellie ne va durer qu'un tour. dés le 15 eme km, je vais commencer à avoir les jambes dures. je raccourcis la foulée, j'essaie d'augmenter la frequence, j'avale gel sur gel, mais rien n'y fait, le rythme baisse inexorablement. à la fin du semi, je suis mal. je décide de rentrer dans ma bulle, de baisser la tête, sans me soucier du GPS qui bipe tous les km et de gérer de ravitos en ravitos. j'ai très mal aux pâtes mais je m'impose de courir car comme je le dis toujours, courir n'est pas plus difficile que de marcher dans ces moments là. une humidité étouffante à succéder à la pluie, et maintenant le soleil nous grille sur le bitume. pas de vent, je passe sous toutes les douches et je m'arrose copieusement.
enfin le dernier tour arrive. cela me relance un peu, et j'arrive à repasser sous les 5'30 au kilo dans le dernier 1/2 tour car je pense pouvoir passer sous les 11h.
 
ouf, fini, 10h59 à ma montre mais mon chrono a du déconner car le temps officiel sera finalement de 11h09.10' de plus qu'en 2012. je serais presque hyper satisfait au vue de la forme du moment mais cette mauvaise gestion de mon marathon me laisse une impression mitigée.
 
ravitaillement d'arrivée. je retrouve ouster étonnant frais et pas loin derrière moi et Christel manonce l'arrivé du blueb que j'ai croisé sur le marathon et qui était sorti de l'eau après moi et était en fait derrière tout le temps.
 
l'étudiant osteo qui essaie tant bien que mal de remettre d'aplomb mes lombaires et mon genou a du boulot mais me permet de retrouver des jambes correctes pour retrouver mon président et Jean Paul pour faire les derniers km avec eux. je vais me faire comme ça encore 8 km environ de footing/marche avec les cuisses un peu dures, mais je voulais absolument passer ces derniers km avec Jean Paul. je le laisse ensuite à son bonheur et à son fan club familial et j'ai une pensée émue pour le chacal qui n'aura pas eu le chance comme Jean Paul de gagner son combat contre ce foutu crabe !
 
petit pot avec ouster et le team Poissy et il faut que je rentre au camping avec mon vélo et lon bardas. 20 km sans lumière ont été bien longs !
 
de cet IM, je ne retiendrais pas la performance mais la joie de Jean Paul et de sa famille dans la zone d'arrivée.
 
et je dédis modestement ces quelques heures d'effort au chacal à qui j'ai beaucoup pense tout au Long de la journée. 
 
prochaine épisode : l'altriman dans 6j pour la passe de 5! une manitas comme disent les catalans :-)
 
 
bien amicalement
la tortue 

5 commentaires

Commentaire de Berty09 posté le 06-07-2014 à 23:20:54

Très sympa de partager ton expérience. Bravo pour ta perf et ton état d'esprit.

Commentaire de philkikou posté le 09-07-2014 à 06:54:28

450€ et même pas une douche : pfffiooouuu !! Et Dacoury il a fini son Tri IM ??
Mais bon le plus important c'est la forme que t'as avant l'Altriman,
et les aventures et rencontres que tu as faites ;-)

Commentaire de caro.s91 posté le 12-07-2014 à 18:44:31

Un jour tu nous expliqueras en détail comment tu as fait pour passer du statut de fer à repasser vers celui de nageur d'ultra!
Superbe perf ! Tu n'étais pas si en méforme que cela !!!
Pas de douche à ce prix, c'est ce moquer du monde...
Caro

Commentaire de KIKI-129 posté le 18-07-2014 à 15:02:26

nous sommes arrivés le lundi à Roquefort les pins, j'ai fait une partie du parcours vélo, ça devait être un bon triathlon
je n'en ferai jamais = trop nul en natation
le site de Nice ironman est pourri pour trouver les résultats directement par le nom des participants
Bravo à tous les particpants

Commentaire de dajosport posté le 27-07-2014 à 10:39:19

Chapeau gars !
Mais ce que tu écris sur l'organisation, la natation et le drafting inévitable me conforte dans mon idée de ne JAMAIS faire Nice... ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !