Récit de la course : IronMan France Nice 2014, par ouster

L'auteur : ouster

La course : IronMan France Nice

Date : 29/6/2014

Lieu : Nice (Alpes-Maritimes)

Affichage : 881 vues

Distance : 226km

Objectif : Terminer

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

16 autres récits :

La Balade de l'Anglais

Il y a un an, jour pour jour, je me suis inscrit à l'Ironman de Nice. Je ne sais pas pourquoi j'ai choisi celui-ci pour être mon premier, peut-être parce que je savais qu'il y aura de l'ambiance (il y en avait), un beau parcours vélo (en effet) et des copains avec qui partager le moment (et des bons en plus) mais je ne le regrette absolument pas.

 

L'année dernière j'étais confiant pour la nat mais je redoutais le vélo - pour la distance mais aussi pour le marathon après, alors j'ai décidé de faire un maximum d'entrainement vélo pour être le plus frais possible. J'ai toujours des problèmes d'ischio alors pas de VMA et très peu de sortie longes en cap. Mon entrainement pendant l'hiver était centré sur beaucoup de nat (3*1h30 par semaine), un peu de cap (3*1h) et du HTV (1 ou 2*1h) en fonction de mes voyages pros. Le manque de SL m'a couté cher au Raid 28, je vais changer ma façon de faire cet hiver. En suite avec les beaux jours j'ai commencé à enchainer les vélo-taf avec des sorties de plus en plus longues mais aucune à la distance ciblée et une seule sortie de 6h. En tout cet année j'ai fait 3500km au 29 juin, pas grand-chose par rapport à ce que je vois sur la ML mais une nette croissance par rapport aux 2800km de l’année entière de 2013 (et les 420km de 2012…). J'ai eu la chance (?) aussi de perdre mon boulot à Pacques alors, à part un petit flottement de 15 jours, j'ai pu m'entrainer 14-15h par semaine pour les 10 semaines précédant la course tout en ayant le temps de récupérer. Le jour-J j'avais encore quelques doutes mais je ne pense pas que j'aurais pu y arriver en meilleure condition physique à ce stade de ma "carrière" sportive.

 

J'annonce à tout le monde que je veux faire entre 12 et 13h mais j'ai un souhait secret de faire le plus proche de 12h possible et je vise (malgré moi) 1h15 dans la nat, 6h00 de vélo et 4h30 au marathon plus les transitions.

 

Mon épouse tenait absolument à assister à cette course et mes parents ont gentiment fait les 750km de Toulouse pour garder les enfants alors c'est en couple que nous sommes descendus à Nice pour un weekend en amoureux avec un petit interlude sportive…

 

Sur place j'allais retrouver La Tortue et l'Blueb ce qui rend toujours une course plus agréable. On a déjeuné ensemble samedi dans une ambiance détendue avec une Tortue très relax, un Blueb un poil stressé et moi un peu entre les deux avec des vagues de stress qui venaient de temps en temps. L'autre avantage de ne pas bosser c'est que j'avais le temps pour bien préparer mes sacs et j'étais zen de ce côté-là. J'ai trouvé l'organisation tip top - une vraie machine. J'ai pu prendre mon dossard et mes sacs de transition en moins de 15 minutes et le samedi quand j'ai posé mon vélo c'était fluide et sans stress car tout le monde avait un créneau horaire en fonction de leur dossard. La machine commerciale est très apparente aussi, la collection de stands est impressionnante et la boutique Ironman est extrêmement bien stocké avec toutes sortes de choses logo typées "Ironman" allant du simple t-shirt à la tasse de café en passant par les badges pour les voitures et les faux tatouages. Tel un parc d'attractions il fallait bien sur passer par ce magasin 2 fois pour aller chercher son dossard et son cadeau d'inscription (un beau sac blanc qui servira bien à la piscine) et le lendemain de la course ils avaient tout changé pour que les t-shirts et sweats fussent marqués "Finisher" - un beau cas d'étude pour le marketing et le merchandising ! Une fois rentré de la foire j'ai transvasé mes sacs, remonté mon vélo et me voilà fin prêt 36h avant la course. On était dans un appart-hotel à 500m de l'épi-centre de la course ce qui a facilité plein de choses aussi et j'étais assez serein, je pense que Karine était plus stressée que moi. Un diner simple de pâtes et poulet chez des copains et hop, au lit de bon heure. J'ai quand même mis du temps à m'endormir car j'imaginais que je ratais mon réveil et je calculai jusqu'à quel heure je pouvais prendre le départ et finir dans la barrière horaire de 2h15… J'étais peut être un petit peu stressé…

 

Dimanche 4h30 le réveil sonne et je suis debout, pas besoin de prendre le départ tout seul finalement. Un Gatosport et une tasse de thé plus tard et je m’enduis de Nok, crème solaire et autres onctions pour éviter les irritations diverses et j'amène mes sandwichs au jambon et cacahuètes pour le ravito perse du Col de l'Ecre, ma combi, ma pompe et ma femme au parc à vélo. Je retrouve mon vélo dans le parc, les repères sont faciles car ils ont mis des gros panneaux au bout de chaque rangée de vélos et je trouve le 29 tout de suite entre le 30 et 28 - je pense que je m'en souviendrais dans la course. Seul hic : quelqu'un a passé ma selle sous la barre du rack et j'ai eu un mal fou à sortir mon vélo, heureusement que je n'avais pas à me battre comme ça à la sortie de l'eau ! Je regonfle mon pneu avant qui avait perdu une bar curieusement, je craignais une crevaison lente pendant la course mais je n'ai rien eu. Je donne ma pompe à ma femme et je pars faire la queue pour déposer mon sac streetwear et atteindre la plage ce qui a pris du temps car ils laissaient passer les gens au compte-gouttes. Je piétine pas mal mais je me retrouve sur la plage avec le temps de faire un petit échauffement de 5 minutes dans l'eau et m'installer au fond du sas "moins d'1h10". La Tortue me retrouve et on discute un peu avant qu'il regagne son sas car il n'a pas envie de prendre des claques ! Les pros partent 5 minutes avant nous, la tension monte mais je reste serein, il y a tellement de bruit que je n’entends même pas notre départ mais je suis la foule dans l'eau et en moins de 30 secondes je suis au boulot. Ma stratégie était de rentrer dans l'eau "calme" derrière ceux qui nagent plus vite que moi mais je n'étais pas le seul avec cette idée de génie et je double pas mal de monde qui n’est pas à leur place. Le parcours c'est 2 boucles de 1900m, la première moitié de la première boucle est un peu serrée et je suis souvent gêné par les autres mais après un km j'arrive à nager en 3 temps assez calmement. Ceci écrit, à aucun moment est-ce que je me suis senti stressé ou en bagarre avec les autres, j'avais des gens qui traversaient mes jambes, d'autres qui appuyaient sur mon dos ou encore cognaient mes bras mais personne qui faisait exprès de me couler et de chopper mes chevilles comme à Enghien. A la sortie de la première boucle ils annoncent 34 minutes et je suis agréablement surpris, je marche les 30m pour replonger dans l'eau pour ne pas m'essouffler et c'est parti pour une deuxième boucle plus calme. Autant la première je doublai du monde, là on est tous à notre place et c'est fluide, à la dernière bouée j'ai trouvé un mec qui nageait droit comme une flèche sans bouger les pieds et je suis resté derrière lui jusqu'à l'arrivée ce qui m'a beaucoup facilité la tâche. Du coup je sors de l'eau en 1h08 à la 616ème place et en très bon état.

 

 

 

Je fais la queue quelques secondes pour sortir de la plage par un tout petit escalier, ça allait pour moi car j'étais dans les premiers mais derrière moi ça bouchonnait. Je cours vers la transition avec un petit arrêt bisou pour ma plus fidèle supportrice :-) Mes sacs de transition sont faciles à repérer car ils sont au bout du dernier rack avant les vélos, je prends le sac bleu, j'enlève ma combi sans problème, enfile mon maillot vélo (pratique pour les poches et la protection du soleil des épaules), mon casque et mon dossard. Ma combi rentre du premier coup dans le sac (cf mon CR Deauville 2013 pour voir comme c'est potentiellement galère cette étape). Je lance le sac dans le bac et je pars à la recherche du repère 29, voilà mon vélo avec les chaussures dans les cales que je prends et je jog les 200m à la sortie, la seule chose oubliée : le bidon d'eau pour les premiers 20km… Elle est longue la transition : 500m mais je sors en 5'08"

 

Je retrouve Karine dans la foule pour un dernier bisou et je pars doucement sur le vélo en moulinant car c'est la partie que je dois vraiment gérer. Je vois plein de monde me doubler à pleine bourre sur leurs avions de chasse mais je reste dans ma stratégie de rester bien en dedans jusqu'au Col de l'Ecre. J'ai appuyé trop souvent sur les boutons de ma montre et j'ai du tout remettre à zéro, du coup je n'étais jamais sur de ma distance ou de mon temps et comme la montre était sur mon poignet ni de ma vitesse, ma cadence ou ma FC - j'ai fait tout le vélo aux sensations et en regardant après la course j'ai vu que j'étais assez régulier. Au premier ravito je prends une bouteille d'eau et un bidon de boisson iso et je ferai ça à chaque fois sauf au dernier ou je prendrai 2 bidons de boisson iso. Je bois entre 500 et 800ml tous les 20kms et je mange une barre ou un gel toutes les heures. Je pédale bien mais sans me mettre dans le rouge et je continue à me faire doubler, la Tortue me rattrape vers Gourdon dans la montée du Col de l'Ecre. Au Col je m'arrête pour prendre mon ravito perso : des sandwichs au jambon, des cacahuètes et un mars. Je n'ai pas encore besoin de salé mais le mars me fait du bien. A ce moment je suis doublé par Leanda Cave - championne du monde en 2012 - après j’apprendrai qu'elle avait oublié son dossard et a fait demi-tour au 10ème km; elle sera quand même disqualifiée hélas. 

 

Après le Col de l'Ecre ça descend un peu et je recommence à reprendre du monde. Jusque-là je n'arrêtais pas de me faire doubler car mon gabarit n'est pas trop fait pour aller vite quand ça monte, par contre quand ça descend… Ma remontée fut stoppée par le Col de Vence, une montée qui parait insignifiant sur le plan par rapport au Col de l'Ecre, mais qu'on voit de loin et qui est plus dur psychologiquement mais ce n’est pas trop compliqué quand même. Après ce col je commence vraiment à m'amuser, sans trop appuyer sur les pédales je garde une bonne moyenne, je croise la Tortue dans le petit aller-retour avant Coursegoules, il a l'air en forme et doit avoir 5-6 minutes d'avance sur moi. En suite c'est une descente quasiment sans interruptions de presque 60km avec des routes mouillées et une pluie battante en bas et là c'est la cata pour les pilotes de chasse avec leurs montures qui vont tout droit et leurs roues de carbone qui ne freinent pas. J'en ai vu beaucoup par terre et deux ambulances dont une avec un arbitre qui suivait derrière sur le vélo du mec qui était dedans, ça faisait froid dans le dos et je suis descendu sur les cocottes. J'étais très impressionné par les arbitres qui se sont beaucoup souciés pour notre santé et se sont stationnés dans les virages dangereux pour éviter le pire. J'arrive en bas sans problème mais j'ai senti ma roue arrière glisser plus d'une fois. Le retour sur Nice se fait sans incident même si le parcours n'est plus très beau, les derniers 5km longent le parcours cap et je guète les amis et, surtout, ma femme. Je la vois à la dernière minute, trop tard pour s'arrêter mais j'ai repéré ou elle est pour la cap. Je finis le vélo en 6h07 à la 877ème place, j'ai perdu 261 places en tout mais je pense que j'ai bien géré cet étape car j'ai les jambes toutes fraiches pour attaquer le marathon. J’ai beaucoup aimé le vélo, les paysages sont super beaux et on est passé par plein de villages très mignons perchés dans l’arrière-pays niçois.

 

4'22" plus tard je suis sur la Promenade des Anglais - je le sais parce qu'il pleut, c'est un temps parfait pour moi ! Un petit bisou à Karine et c'est parti pour le premier aller-retour sur quatre. Ce premier est facile car je découvre et je guète les copains. Quand j'arrive à l'aéroport pour faire demi-tour je vois un chronomètre avec 7h57 affiché, avec mon problème de montre j'avais un peu oublié le chrono et un rapide calcul me dit que les 12h c'est fort possible avec même un peu de marge pour que mon allure baisse au fur et à mesure. Le retour vers la ligne d'arrivée se fait facilement aussi, tout est nouveau et je vois des copains tous les 5 minutes, à 500m du demi-tour il commence à avoir la foule et l'ambiance et voilà ma femme, le demi-tour, un petit bisou et c'est reparti. Ce deuxième tour est un peu plus long, j'aperçois l'aéroport et je vois que c'est quand même assez loin et je me dis tout le long qu'à la fin de ce tour c'est là que la course commence pour de vrai. Mon allure baisse un peu et je mets 5 minutes de plus pour ce second tour, le troisième tour commence avec un bisou à Karine et la vue est impressionnante depuis le début car il commence à avoir du monde maintenant et la Promenade des Anglais est bien remplie. Tout le monde m'avait dit que ce tour serait le plus long car ce n'est pas encore la fin et on commence à être entamé. C'est vrai que j'ai ralenti un peu car j'ai perdu encore 4 minutes au tour mais je me fiai uniquement à ma FC sans me préoccuper de mon chrono et physiquement j’étais bien. Je commençais à avoir un peu marre de ce parcours mais y avait toujours des copains qui tournait et certains groupes de spectateurs me reconnaissaient et m'accueillaient à chaque fois. La fin du 3ème tour arrive, je m'arrête devant mon épouse comme à chaque fois "Juste un tour d'honneur et je reviens" je lui dis et c'est parti. Depuis un tour je me dis que les 11h30 c'est possible alors j'accélère un peu pour les assurer, au demi-tour de l'aéroport il me reste 24 minutes, j'accélère encore le pas, je remercie les bénévoles et je fonce vers l'arrivée. Karine est de l'autre côté alors pas de bisou mais je lui fais coucou et je rentre dans l'entonnoir de la Finish Line, j'aperçois 11h30'45 sur le chrono, si je sprinte je peux le faire mais je préfère savourer ma course et cette arrivée en fanfare. Je traverse la ligne après 4h06 de marathon en 11h31'13" à la 819ème place sur 2759 participants

Je suis étonné par mon chrono et par mon état de fraicheur, je suis allé voir les osthéos car ils étaient dispos et j’avais envie de me faire chouchouter mais je ne ressentais pas un besoin physique. J’ai récupéré mon vélo, pris ma douche et parti diner avec les copains du club – une bonne pizza et deux bières pour bien terminer cette balade d’anglais Cool

 

Je ne regrette pas d’avoir choisi Nice pour mon premier IM ; l’ambiance est motivante et ça fait du bien d’être dans le Sud (même si le marathon aurait été plus compliqué avec la chaleur habituelle). Nice draine plus de monde aussi et en tout j’avais une dizaine de copains qui couraient ce qui donne un aspect très sympa quand on se croise. Et puis la présence de mon épouse était hyper important pour moi et le fait de la voir souvent me donnait des ailes ! Je ne regrette pas ma gestion de course non plus, j’ai explosé mes meilleures prévisions et j’ai fini frais comme un gardon, je n’ai pas eu de courbatures ou ampoules ni même de coup de bambou 2-3 jours après. Physiquement j’ai trouvé ça moins dur qu’un Raid 28 mais y a un tiers de moins d’effort et pas de nuit blanche. La prochaine fois je pourrais appuyer un peu plus en vélo et beaucoup plus en cap mais pour un premier saut dans l’inconnu je suis content J Je risque de retourner l’année prochaine car le club va peut-être le désigner comme objectif groupé – je vais voir en fonction de ma recherche d’emploi. Quoi qu’il arrive, j’aimerai bien tester une prépa moins volumineuse avec 8-10h par semaine au lieu de 14-15h – je vais étudier cela à la rentrée.

10 commentaires

Commentaire de XBo posté le 03-07-2014 à 12:27:59

Salut Andrew,

J'ai beaucoup aimé le passage "j'amène mes sandwichs au jambon et cacahuètes pour le ravito perse du Col de l'Ecre, ma combi, ma pompe et ma femme au parc à vélo". Bon j'ai vu par la suite que Karine n'était pas restée au parc à vélo toute la journée :-)

Bravo pour ta gestion de l'effort et ta performance (mieux que le boss l'an dernier si je ne me trompe pas ?)

Sinon, comment on fait comment pour nager 3.8 kms en 1h08 ?

Des nouvelles de la Tortue et du Blueb ?

Et good luck dans ta recherche de taf.
A+

NB : un origole en décembre pour se préparer au Raid28 ?

Commentaire de ouster posté le 03-07-2014 à 12:57:50

Hello

Merci pour le commentaire, effectivement je pourris le boss de 14 minutes :-D

J'ai prévu l'Origole en effet et je guette l'ouverture des inscriptions !

Commentaire de Mathias posté le 03-07-2014 à 21:57:37

non mais y'm'cherche !
On enlève la natation et on en reparle ! ;-)

Tu fais quoi le WE prochain ? ;-)

Commentaire de ouster posté le 04-07-2014 à 10:17:32

Pour une fois que je peux j'en profites ;-P

Heu... Le weekend prochain j'ai piscine...

Commentaire de augustin posté le 03-07-2014 à 13:32:52

Bravo et bienvenue dans l'univers des Ironmen! chouette récit qui nous fait revivre ces moments magiques. De bonnes perfs avec moins d'entrainement sont jouables je suis dans le même cas de figure (cf récits sur ce site de mes ironmans). Bonne récup et bravo pour la perf!

Commentaire de caro.s91 posté le 03-07-2014 à 16:43:54

Un super bravo à toi ! Très beau récit de ta course. Pour peu ca donnerait envie de s'y lancer !!! :)
Bravo au Ltblueb aussi et à la Tortue bien évidemment !

Bises,
Caro

Commentaire de ch'ti lillois d'vizille posté le 03-07-2014 à 19:18:17

Que ça fait plaisir à lire.....et même donner envie de le faire aussi.
Faut encore se mettre à la natation qui n'est pas mon fort.
Bravo pour cette gestion, cool, sereine, pas d'affolement sans le chrono. Ceci dit, je n'utilise plus le compteur sur le vélo depuis pas mal de temps pour m'éviter de chercher à rester sur une allure précise mais plutot de rouler à la sensation ( et j'y gagne ).
Encore bravo, et je me dis....

Commentaire de Mathias posté le 03-07-2014 à 21:56:42

ouahhh c'est fort, pour un 1er essai ! bravo !

Commentaire de La Tortue posté le 05-07-2014 à 08:09:43

Alors ! Tu vois bien qu'un IM c'est pas si difficile :-)
si c'est abordé avec un esprit gestionnaire comme tous les coureurs d'ultra savent le faire, c'est à la portée de tout CAPiste.

Quoi dire de plus que je ne t'ai pas déjà dit de vive voix ?
Un seul mot : congratulations my friend !

Ps : je suis certain que Karine et les garçons se plairaient à la montagne, aux Angles par exemple :-)

Commentaire de francois 91410 posté le 06-07-2014 à 20:35:05

Une promenade ... tu parles ... je suis bluffé et surtout très admiratif de ta perf ! quelle belle gestion d'effort. Bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.28 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !