Récit de la course : AravisTrail - 52 km 2014, par franck de Brignais

L'auteur : franck de Brignais

La course : AravisTrail - 52 km

Date : 21/6/2014

Lieu : Thones (Haute-Savoie)

Affichage : 1297 vues

Distance : 56km

Objectif : Terminer

22 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

et ben ça passe....

Depuis quelques années maintenant, j'ai pris la fâcheuse habitude de me lancer dans des aventures de plus en plus compliquées, qui nécessitent de plus en plus de préparation et donc me font poser de plus en plus de questions sur mes possibilités d’arriver au bout de l’aventure.

J’ai rapidement fait le deuil d’une quelconque prétention de classement (même au milieu j’y arrive pas !!…), du coup je prends du plaisir ailleurs : les paysages, les discussions avec mes compagnons de route, la satisfaction d’arriver au bout de la course,…

Une fois de plus cette année, je ne suis pas retenu sur l’UTMB (mais les exigences à venir pour les prochaines participations et le prix de + en + important commencent à entamer sérieusement ma motivation à prendre le départ de ce tour du Mont Blanc…) Le « défi » de cette année sera donc l’Echappée Belle. Petite nouvelle sur la région, je prendrai le départ de la 2ème édition de ce trail de 85km et 6 000 m de D+ fin Août. Je ne connais pas le massif de Belledonne, CE SERA une excellente occasion de le découvrir. Cette course semble très technique, ce sera une occasion de découvrir de nouvelles sensations et de pousser un peu plus loin l’exigence pour passer la ligne d’arrivée.

Seulement une course de ce type ça se prépare, si possible assez sérieusement, alors en plus des 4 séances hebdomadaires, se tester sur des distances plus longues en mode course complètera la prépa.


Me voilà donc embarqué en ce samedi matin, sur l’Aravis trail ! Comme je le disais en préambule, les objectifs étant de plus en plus exigeants, les courses de prépa ressemblent de plus en plus aux courses principales d’il y a encore 2 ans. En effet, je me rends compte une quinzaine de jours avant le départ que cette course pèse 52km et pas loin de 4 000m D+… soit une 6 000 D !!...course pour laquelle, il y a 2 ans donc, j’avais eu besoin de 3 mois de préparation !

Il est 5h30, nous attendons le départ dans la salle polyvalente de Thônes, après un contrôle rigoureux du matériel obligatoire et je fais le point avant de me lancer sur cette course réputée exigeante : ma dernière sortie avec un dénivelé supérieur à 800m date… de l’UBS !! Ma plus longue sortie en 2014 a été… les Coursières en Mai !! Quelques soucis de santé m’ont privé de CAP pendant une 10aine de jours sur le dernier mois !!

Bref, je suis préparé comme je ne l’ai jamais été, affuté comme un opinel savoyard, sûr de franchir la ligne d’arrivée… Bon , je vous l’accorde, la prépa est minimaliste, mais comme j’ai un vrai talent pour la CAP, que je suis taillé pour ça, je compenserai une prépa légère par mes capacités hors normes de trailer aguerri. Je vais peut-être même tenter le podium cette fois ci : aucune prétention de ma part, c’est une simple réalité : JE VAIS TOUT PETER !!

Pour accéder à mon objectif, le plan est le suivant (prenez des notes, je ne répèterai pas) :

1° Ne pas dormir la nuit d’avant : c’est bien connu, le repos pré-course n’a aucun intérêt, si ce n’est d’altérer la forme du moment. Rien de mieux que participer à la joie des supporters de foot qui voient leur équipe préférée de sales gosses pourris par des montagnes d’argent se qualifier pour le prochain tour d’une coupe du monde sans intérêt… pour ce faire, vous prendrez la précaution de réserver un hôtel en centre village, et vous demandez bien une chambre, non isolée, qui donne sur la rue principale du dît village…

 

2° Partir tout au fond : il n’y a rien de plus motivant que de remonter chacun des concurrents et, lors du dépassement, à peine essoufflé, de les gratifier d’un petit « allez courage… » assortit d’un doux regard compréhensif… qui se transforme, dès le dépassement réalisé, en regard pervers, injecté de sang, porteur du simple message «est ce que tu as vu la mine que  viens de te mettre ???!!! et t’es pas prêt de me revoir !! »

3° Prendre le départ avec du matériel emprunté, parce que vous vous souvenez la veille que vous avez cassé un de vos bâtons sur la TDS, que vous n’avez pas vu l’intérêt d’aller rapidement vous rééquiper il y a quelques mois !! Du coup, vous demanderez à votre voisin, randonneur dans l’âme, d’avoir la gentillesse de vous prêter ses bâtons de marche, pesant 800 grammes chacun, mais « qui ont fait le tour du Queyras il y a un peu plus de 20 ans, et toujours en parfait état !! Ca c’est du matos !! Tu vas gagner ta course avec ça !!»

Voilà 3 principes essentiels à côté desquels vous ne pouvez passer si vous voulez arriver à des résultats. Je dis ça…

Sinon, comment s’est passée la course ? Et bien on est parti du centre du village a l’heure dite. Départ très intimiste : 150 personnes environ. Nous avons eu un « pacer » qui courait à « faible allure » pour la traversée du village et qu’il ne « fallait pas doubler sous peine de disqualification»… bon….perso je ne l’ai pas vu… faut voir le bon côté des choses : je n’ai pas risqué l’élimination sur ce point…

On s’est rapidement trouvé dans le vif du sujet : montée vers Colomban et le grand Cret en apéro : 1 100 D+ sur 7 à 8 km. Ca grimpe fort, très fort… en sous-bois essentiellement. Il fait frais, mais c’est de bon augure pour le moment : ce sont des températures caniculaires qu’il faudra affronter durant la journée. Le groupe qui me suit à l’élégance de préciser que « ça y est, le groupe du fond s’est constitué !! »… Point moral et matériel : le moral est bon : je fais enfin partie d’un groupe !! Le matériel est fantastique : les bâtons sont à longueur adaptable, « c’est vraiment super pour adapter la longueur ! », je confirme : ils se rétractent à chaque fois que j’appuie dessus… impeccable !! Au sommet, passage au milieu de champs verdoyants, de vaches carillonnantes et… de souches trébuchantes…

Légère redescente au pied de La Clusaz, rafraichissement en eau à un sympathique ravito ( je dis sympathique car lorsque j’annonce qu’il reste 4 à 5 concurrents tout au plus derrière moi, le bénévole à l’amabilité de m’affirmer « vous plaisantez il reste encore au moins le dernier tiers de la course à passer !! », Bon sang, ma technique marche du feu de Dieu : je dépasse tellement vite, que je ne vois plus les concurrents !! Remontée sur 300 D+ vers le Grand Cret, puis bascule sur notre première grande descente. Et pour de la descente, c’est de la descente !! Certains endroits voient des % vertigineux… vraiment très impressionnant. On arrive assez vite sur le 1er ravito solide, plein de tout ce qu’il faut, mais nettement moins sympathique dans sa communication : « il reste du monde derrière vous ??!... » « Ben 3 ou 4 j’espère… ou alors ils ont déjà abandonné… ». Plus sérieusement les bénévoles ont été, de partout, d’une gentillesse remarquable : vive les petites courses !!

Plat de résistance : remontée pour le sommet de Sulens : 950 m D+ au programme. Ca monte fort au début, puis plus modérément et ça fini en apothéose : très, très dru sur les 300 derniers mètres. C’est aussi le moment où l’on rejoint les vaillants combattants du 70 km. Enfin je vois du monde : j’ai été seul pendant plus de 2h (c’était top !!). La chaleur commence à se faire sentir, plus d’ombre, on est à découvert tout le long. Heureusement de nombreux abreuvoirs pour animaux jalonnent le parcours, Je ne m’abreuve pas, (même si ma respiration ressemble à celle d’un bovin…) mais j’y trempe ma casquette à chaque fois. La vue, une fois arrivé au sommet, est exceptionnelle : à nos pieds la vallée de Thônes, au loin, face à nous, toute la chaîne des Aravis. C’est un endroit extraordinaire. Je m’arrête 5 à 6 minutes au pied d’une croix. Je prends le temps de manger et boire… et me faire doubler parce qui restait de coureurs sur le 52… et c’est heureux de ces quelques minutes de plénitude et soulagé de la contrainte d’un concurrent qui pourrait me doubler que je reprends ma route…

Redescente sur le col du Marais. Elle est, là aussi, très franche, dans les prés pour l’essentiel. C’est un moment pas agréable du tout, les cuisses commencent à tirer, mais il semble que ce soit pour tout le monde pareil : je reprends des places.

Arrêt de 10 minutes au ravito au col, et j’attaque avec envie le dessert : la 3ème bosse ! Et c’est une belle bosse : 1 650 D+ sur moins de 10 km. D’abord sympathique en sous-bois, puis il va falloir franchement monter en direction de la Tournette. Sommet que l’orga nous fera éviter : le côté Nord est encore enneigé et trop dangereux sans équipement, mais les coquins vont nous trouver tout le D+ qui manque, voir un peu de rab’ avec quelques km en +…

Cette 3ème partie est de loin la plus dure et la plus technique. Des passages en balcon assez compliqués, beaucoup de pierriers, les mains sont nécessaires par endroits. Mais, certainement l’expérience des distances un peu longues, je continue à reprendre des concurrents et je me sens de plus en plus à l’aise. Et chaque fois que j’en passe un, c’est une mini victoire (souvenez-vous de la technique du sourire compatissant…). Arrivée en haut, une pause près d’un sympathique refuge est nécessaire. 4 à 5 concurrents sont assis, dont un qui rend à la nature tout ce que son estomac avait stocké jusqu’à présent. Le jeune homme a eu l’excellente idée de boire un demi litre d’eau glacé sortit d’une source à proximité, il ne devrait pas renouveler l’expérience… Il a aussi la bonne idée d'avoir enlevé son t-shirt à cause de la chaleur. Je lui conseille fortement de le remettre rapidement si, de surcroît, il ne veut pas accentuer sa déshydratation et devoir gérer des coups de soleil en plus de son état du moment (ah les jeunes !!) Nous nous assurons qu’il peut continuer. Je reprends mon chemin.

Nous continuons à plat dans les pierriers, le moment est sympa. Autre refuge avant la grande redescente dans la vallée. Je croise (me fait doubler…) Jean Louis (orga des Coursières des Hauts du Lyonnais) qui gère tranquillement mais surement son arrivée du 70 km… Et en avant pour 1 700 D-… Le terrain est très compliqué sur le 1er tiers, avec une impression de ne pas avancer, la descente est très technique, peu d'appuis stable avec de forts dénivelés. Je me lâche petit à petit et fini par prendre une allure correcte. Cette allure me permettra de reprendre encore des places.

Dernier ravito (il reste 2 km à ma montre… mais 6 dans les faits !!). je prends 5 minutes pour apprécier une dernière fois le reblochon local (Thônes capitale mondiale du reblochon !!) et pars à l’assaut de ces derniers km un peu vallonnés, mais au profil plutôt descendant. Je ne lâcherai rien et finirai en trottinant et en reprenant un ou 2 concurrent. J’aurai aussi été arrosé sur la route par un autochtone qui n’a pas hésité à trinquer avec tous les concurrents qui sont passés devant chez lui… et comme j’arrive en queue de peloton, le monsieur était très, très… enthousiaste !!

Je passe la ligne, serai gratifié d’un buff des Aravis. Denis m’attend depuis 3h00 !!... Quelle patience et il a même la gentillesse de me payer une bière divinement fraîche et bienvenue !!

 

Bref, une course rassurante pour moi : j’ai du foncier. La distance et la difficulté technique ne m’ont pas posé de problème particulier, de bon augure pour fin Août.

Balisage irréprochable, bénévoles fantastiques et une attention pour chacun.  Les Aravis c’est au top !! N’hésitez pas à prendre le départ de cette superbe course. Tout est parfait !!    

 

Franck

22 commentaires

Commentaire de snail69 posté le 10-07-2014 à 19:30:49

Et voilà tu te fais un 52km/4000d+ quasi au pied levé ! Et quel compte rendu : j'étais plié au passage sur les bâtons ! J'aurais bien aimé être là quand tu les as rendus ! Tu devrais bien te faire plaisir aux passerelles. A bientôt.

Commentaire de franck de Brignais posté le 13-07-2014 à 21:15:07

J'espère que ça se passera bien aux passerelles. Je saurai ça dans 7 jours précisément.

Commentaire de coco38 posté le 10-07-2014 à 20:56:37

C'est ça l'expérience : un équivalent 6000D qui se passe tranquilou...
Je crois que il y a des dossards qui se libère pour l'ITT. Tu veux pas la tenter comme ça en promenade :)... A Bientôt.

Commentaire de franck de Brignais posté le 13-07-2014 à 21:18:35

La 6000D, c'est grâce à toi que j'ai pris un départ serein : tu m'avais largement rassuré sur mes capacités à finir sur un forum kikourou !! Bon trail des passerelles !

Commentaire de loiseau posté le 10-07-2014 à 21:18:05

Merci Franck pour ce récit plein d'humour :-) ! Le coin est joli, ça doit être un beau trail. Et hop, un de plus sur ma liste pour les années à venir...
A bientôt sur ta prochaine course de préparation pour l'Echappée Belle !

Commentaire de franck de Brignais posté le 13-07-2014 à 21:25:58

Tu seras aux passerelles ? A voir tes résultats, tu risques de finir bien avant moi !

Commentaire de Kirikou69 posté le 11-07-2014 à 08:50:32

Merci pour ce cr rafraichissant : bonne fin de préparation pour l'échappée belle.

Commentaire de franck de Brignais posté le 13-07-2014 à 21:28:01

Merci ! j'espère te revoir bientôt sur un off ?

Commentaire de Arclusaz posté le 11-07-2014 à 11:37:18

Indestructible, il est incassable le Francky.
De toute façon, plus c'est dur, meilleur tu es. Je crois que tu es vraiment fait pour ce type d'effort (remember ta TDS avec 0% de chance de finir).
Et ce n'est pas surprenant que tu ai besoin de moins de prépa qu'avant : tu vis sur le foncier emmagasiné ces dernieres années, faut juste d'entretenir entre deux défis et ... récupérér.
Bravo, Franckdesmontagnes.

Commentaire de franck de Brignais posté le 13-07-2014 à 21:46:34

Ce type d'effort se fait autant dans la tête que dans les jambes... et comme je n'ai pas de jambes, j'essaie de compenser... en tous cas, plus c'est roulant, moins l'effort me convient c'est sur ! (Marathon par ex...). A bientôt !

Commentaire de Jean-Phi posté le 11-07-2014 à 20:45:59

Elle est belle cette course n'est ce pas ?? Et puis le reblochon au ravito est une tuerie à se faire damner un bauju, c'est pas dur ! Par contre ils n'avaient pas prévu assez d'eau la 1° c'était mieux ?
Comme dit de vive voix tu es devenu sacrément costaud et avec un mental à toute épreuve ! Bravo Franck !

Commentaire de franck de Brignais posté le 13-07-2014 à 21:47:42

Oui elle est vraiment superbe !! et quand je vois le temps dans les Alpes depuis, je suis tombé sur le WE qu'il fallait. C'aurait été sacrément plus galère autrement !!

Commentaire de sebmelalix posté le 12-07-2014 à 10:48:44

Bravo Franck,
Encore Finisher d'une grande course... T'es vraiment costaud et taillé pour ce genre d'épreuve.
Si j'ai bien compris donc, l'essentiel est dans 3 étapes de ton plan ;)
Sans aucun doute, fin août l'Echappée sera BELLE...
A+ Seb

Commentaire de franck de Brignais posté le 13-07-2014 à 21:52:48

Merci Seb !! J'espère que l'Echappée sera belle oui... On a peut être l'occasion de se voir début Août alors ? Un petit off ? Il semblerait que qqchose se trame dans le Beaujolais... Ca serait sympa... A suivre !

Commentaire de TomTrailRunner posté le 12-07-2014 à 17:17:26

Du reblochon au ravito .... Mmmh c'est tentant au delà de tout le reste.

Bravo et merci de nous donner envie

Commentaire de franck de Brignais posté le 13-07-2014 à 21:54:56

Il est exceptionnel ce reblochon... vraiment !! Et il faut y aller sur cette course... vraiment !!

Commentaire de Mamanpat posté le 15-07-2014 à 11:54:49

Parfait, le reblochon... mais non, trop technique ton truc ! Belle progression mais attention à la surenchère ! ;-)

Commentaire de franck de Brignais posté le 16-07-2014 à 17:32:25

Merci Patricia... oui c'est bien le plus dur d'ailleurs : où se situe la barre à ne pas dépasser?... j'aurai peut être un élément de réponse fin Août !

Commentaire de Fimbur posté le 16-07-2014 à 21:23:04

Bravo Franck, belle maîtrise de ta course et quel chouette récit. Merci
Bonne fin de prépa, n'oublie pas un peu de récup avant l'Echappée Belle

Commentaire de franck de Brignais posté le 18-07-2014 à 09:26:56

Merci Franck !... Le plus gros de la prépa sera passé après le trail des passerelles dimanche. Pas d'inquiétude pour la récup' : c'est ce que je fais le mieux !!

Commentaire de bruno230 posté le 17-07-2014 à 22:11:01

Voila un CR qui m'avait échappé et que j'apprecie dans ma torpeur méditérannéene.
"l'esprit n'a comme limite que celle que nous lui fixons",donc tant que le plaisir sera présent,laisse ton esprit t'amener toujours plus loin.
bravo à toi et bonne chance pour la suite

Commentaire de franck de Brignais posté le 18-07-2014 à 10:10:30

Bienheureux Bruno... je te vois d'ici, tranquillement allongé, prompt à dégainer une petite mousse de temps en temps... C'est une très belle citation, tu as parfaitement raison... je n'ai pas l'intention de me limiter !!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !