Récit de la course : Trail du Sancy - 60 km 2015, par 70jprunner

L'auteur : 70jprunner

La course : Trail du Sancy - 60 km

Date : 27/9/2015

Lieu : Le Mont Dore (Puy-de-Dôme)

Affichage : 1033 vues

Distance : 34km

Matos : Saucony Pérégrine
Sac raidlight OLMO 5
Short salomon

Objectif : Se défoncer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

28 autres récits :

CDF Trail court au sancy, quand le plaisir surpasse la douleur

Après la 6000D j'avais décidé de terminer ma saison sur les championnats de France de trail court au Mont Dore.

Après une coupure j'entamais une préparation pour les France même si je savais que ça serait pas forcément une prépa au top, retrouver du dynamisme et de la puissance après la 6000D c'est avéré pas si facile.

 

Mais voilà la motivation était là et samedi avec mes amis direction le Mont Dore pour terminer cette belle saison de trail 2015. Fred, Benoit et Judith sur le 60km et José et moi même sur le 34km.

Après une soirée sympa, il est tant de se reposer pour le grand rendez vous du lendemain. 3H45 le réveil sonne pour une longue journée, 5h30 Fred, Benoit et Judith prenait le départ du 60km et on était là pour les encourager sur les premier km avant de se lancer à notre tour avec José sur le 34km.

Un 34 km sélectif et exigeant, Le Trail par excellence, distance, dénivelé...pour découvrir un peu plus le Massif du Sancy, traverser la Vallée glaciaire de Chaudefour pour y voir la Dent de la Rancune ou la Crête de Coq…et repartir sur les arêtes du Massif du Sancy avant l’ascension du point culminant, le Puy de Sancy (1886 m)…

Une ambiance de feu sur le départ et voilà 9h le départ est donné dans le sas des championnats. Un départ en descente rapide sur les deux premiers km et ensuite les choses sérieuses commençaient directement. Très dur de s'attaquer de suite à des pentes raides et longues. On allait prendre un D+ de 800m en 7km, traces, single et chemins.

Ca monte et les jambes sont là, j'attaque la montée en courant, les jambes répondent sur chaque virages, relances. Je suis bien dés les premières pentes plus raides, mais ça commence à bouchonner sur les singles de la montée du col , de la croix Morrand. Le vent est très froids malgré un très beau soleil. Plus possible de courir tout le temps trop de monde, alors j'alterne marche et course sur de bonnes allures jusqu'au puy de Barbier à 1738m. Le froids est vivifiant dans la descente, je sens que quelque chose ne va pas, les jambes sont dures et j'ai froids, un coup de bar terrible arrivait.

Je n'avançais plus et réalisais mon erreur, j'aurais du me changer de suite, je montais tranquillement pour retrouver la forme, je me pose 3 à 4' en haut du puy de l'Aigle, de mauvaises pensées me traverses l'esprit je me sens vidé mais non pas possible là aujourd'hui je dois continuer, je mange et décide de repartir.

Autour de moi de paysages magnifiques et encore plus beau sous le soleil, la longue descente et la partie plus facile me redonnait de la force, je descendais bien et fluide les jambes revenaient et je doublais des traillers. J'attaque le puy des crebasses sans difficultés. Mais je sens que c'est pas un grand jour et mon corps de nouveau lâche, je me concentre sur mon objectif et ne pense plus à rien à part à ma famille, mes amis qui m'ont encourager toutes l'année. C'est dur très dur dans les montées mais la grande descente vers la vallée de Chaudefour arrive.

Je là dévale sans penser à rien juste le bonheur d'être là dans ce cadre merveilleux, et comme depuis le début je passe d'un état de fatigue à l'euphorie et descend très vite comme ci le terrain et la montagne de nouveau était avec moi, je suis bien et l'envie de surmonter mes limites revenue.

2h40 de course au 21iè je recharge les flasques et c'est reparti pour l'ascension du puy du sancy, un long single tracé dans les bois et les champs voyait défiler un serpent de coureur, encore une belle image et de beaux moments.

Je monte doucement mais ça va et sous la chaleur et le soleil j'arrive au col de la cabane.

La pente s'élève de nouveau je sens que ça devient dur décidemment aujourd'hui impossible de grimper, les jambes flageolent, même les mains sur les genoux, j'avance plus, mon corps lâche mais il faut que je tienne jusqu'au puy du sancy car je sais qu'après ça bascule vers l'arrivée sur une grande descente.

 

La montée devient très dure, je peux plus j'arrête, m'assoie me ressource sur moi même , juste le temps de regarder le paysage et là chance d'être là. Je repars comme je peux, j'arrive au point de contrôle avant le puy de Sancy, une descente enfin je me laisse aller pour rejoindre le point d'eau.

Je recharge les Flasques et j'y vais sans me poser de question, et depuis le début c'est la première fois que j'arrive à monter vite à part le début du trail. Ca y est délivrance et devant une foule de spectateurs qui nous encouragent, c'est fait j'ai gravi le Sancy, j'ai été chercher en moi une âme de guerrier, un esprit que je me suis forgé depuis le début de la prépa.

 

Plus rien ne pouvait arrivé, mes jambes comme par magie étaient revenues et en faisant attention je descendais vitre la descente technique, single et chemin rocheux rien y faisait j'avais juste une envie retrouver le Mont Dore, il reste 4 km et je savais que c'était de la forêt, je doublais beaucoup de monde et terminais très fort dans la descente, derniers virages, j'entendais le speakers, j'entrais dans l'aire d'arrivée et enfin dernière ligne droite c'est fait j'emmenais le maillot du GRAC sous l'arche et terminais mes premiers championnats de France de Trail en 4h50 les 34 km (D+ 2400).

Un bonheur m'envahit à ce moment là, même si ça été dur, très dur mais mon mental à été palier les problèmes physiques du jour, on ne peut pas être en forme tout le temps mais défier ses limites et aller au bout de soi donne le plaisir d'avoir accomplit quelque chose de bien et grand, chaque expérience nous rend plus fort pour réaliser d'autres défits.

 

Voilà une belle saison de trail qui se termine, maintenant repos et réupération avant de voir et préparer la prochaine saison de Trail avec de nouveaux défit.

Depuis janvier beaucoup de beaux paysages, chemins et sentiers, rencontres et partages le long des trails (178 séances, 2734 km pour 282 h d'entrainement ( 62 % Trail; 22% marche nordique, 14% VTT et 2% de route)

Juste le bonheur de défier ses limites et être heureux.

1 commentaire

Commentaire de Philkikou posté le 01-10-2015 à 06:05:15

bravo pour en avoir profiter de cette course et de cette saison bien remplie...
et d'avoir bien géré les coups de moins bien
Quelle beau paysage malgré le vent

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !