Récit de la course : L'Echappée Belle - Parcours des Crêtes - 62 km 2021, par patrovite69

L'auteur : patrovite69

La course : L'Echappée Belle - Parcours des Crêtes - 62 km

Date : 21/8/2021

Lieu : Allevard (Isère)

Affichage : 358 vues

Distance : 62km

Objectif : Terminer

24 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

115 autres récits :

A mon tour

*Belledonne c’est une grande histoire de famille. Il y a 7 ans mon homme (FranckdeBrignais) se lançait sur le 85km ; après son abandon il la termine l’année suivante  puis enchaine sur l’intégrale. Moi, je suis suiveuse…. S’en suit 2 années comme bénévole en PM à Arpingon en famille avec nos garçons. Je ne compte pas les nombreuses  sorties à la croix , au Morétan, Valloire et autre reco….

Cette année mon tour est venu. Ca faisait un bout de temps que ça me titillait. A force de baigner dedans on y prend gout.

Je connais Belledone. Je sais que les cailloux y sont mal rangés, qu’il y en a un paquet, que c’est dur. Mais c’est beau et on y vit des histoires fabuleuses. Je sais donc à quoi m’attendre. C’est peut-être pour ça que je me lance dans cette aventure de façon inhabituelle. Là où certains font des roadbook hyper détaillés, étudient le parcours au millimètre près, je pars à la légère.  Je me suis inscrite et c’est tout. Je ne me suis pas penchée sur le parcours je sais juste que je pars pour 62km et 4700m de D+ que les barrières horaires sont larges, que je suis capable de le faire.

Me voilà donc lancée dans l’aventure. A l’arrivée par la poste du dossard je regarde vaguement le profil de la course. C’est bien ça ! Ça monte et ça descend, quelques noms me sont familiers, Férices, Arpingon ,Fontaine noire (où seront Ingrid et Spir des amis kikourous en tant que bénévoles) , col de la perche…. La seule chose que j’ai préparée c’est l’entrainement, ne pas me laisser pourrir la course avec mon genou. J’enchaine donc les kilomètres, je travaille mes descentes en montagne ( mon point faible). 

J-1 ,Dépose d’un sac à la consigne à Aiguebelle pour l’arrivée, Franck faisant la traversée Nord je devrai l’attendre jusqu’au lendemain. Diner à Allevard entre Kikou histoire de voir les copains, de s’excuser auprès d’Elisabeth de ne pas faire suiveuse à ses côtés, promettre à Ingrid et Spir d’arriver jusqu’à Fontaine Noire… de refaire le monde et d’aller se coucher.

Jour J, j’assiste au départ de la traversée nord où prennent le départ mon homme et les copains. Je discute un peu avec les suiveuses, ça me fait bizarre d’être de l’autre côté cette année  Et je prends la route en direction d’Allevard où je prendrais seule le départ de la course. J’ai largement le temps, aucun stress. Tranquillement je rentre dans le sas et me met vers l’arrière. Je fais partie de la première vague  pas la peine de partir à fond et me griller tout de suite.

Ca y est , c’est parti direction Super Collet. Que de la montée, je me cale au rythme de mon cardio, ça sera la cas tout le long. C’est la consigne que je me suis donnée, ne pas monter dans les tours. La montée est sans intérêt dans la foret qui longe la route . Je double, me fait  doubler, surtout ne pas faire l’erreur de vouloir s’accrocher coute que coute ce n’est que le début. Les premiers immeubles apparaissent et l’on quitte les bois. Finalement on y était pas si mal au frais… Je regarde rapidement ma montre, j’ai mis 1h56 pour arriver au ravito. Elisabeth m’y attend, me demande comment je vais . Bien !. Me demande ce qu’elle peut faire pour moi,  ben je vais repartir, ne pas m’attarder… si, un verre de St Yorre . Après un resserrage de bâtons (j’arrive pas à les bloquer) je repars d’un bon pas. Sur  le chemin qui monte aux Plagnes j’ai une petite pensée pour mon fils Thomas. Il y a 7 ans lors du premier suivi en Belledonne on était redescendu en stop dans le coffre d’un pick-up de berger. Je me dis aussi que je n’ai pas beaucoup manger sur le ravito et que je risque de le payer , je note donc , manger régulièrement . Ce que je ferais tout au long de la course.

Après les plagnes , première descente. Et là , même constat que d’habitude, je ne suis pas à l’aise, j’ai peur pour ma cheville. Je me remémore les conseils de mon cher et tendre, penche toi en avant et laisse toi aller. C’est mieux , les bâtons sont là pour rattraper deux trois pertes d’équilibre. Je me range régulièrement pour laisser passer ceux qui sont plus à l’aise , notamment Nolwen avec qui je jouerai au chat et la souris . J’essaye de profiter du paysage, c’est un coin que je connais pas . Comme d’habitude c’est magnifique. Puis vient la remonter, coup de barre, ben ouai, si t’avais un peu plus mangé…. Je me pose mange un bout rapidement et reprends l’ascension.  Il commence à faire chaud et certains ont du mal. J’en suis étonnée car c’est vraiment le début. Je continue à appuyer sur les bâtons , encore et encore , tout en buvant et grignotant  régulièrement. Un randonneur m’encourage en me disant que le ravito est bientôt là. Pour une fois c’est vrai j’arrive au refuge des Férices. C’est cette petite cabane le refuge ?  Je m’attendais à quelque chose de plus grand.. Je me force à prendre un peu de temps. Je me sent bien et serai bien repartie tout de suite . Non ! refaire le plein d’eau (il n’y en aura plus pendant un bout de temps) manger, une ou deux photos… Je n’ai sais pas où en est Franck de sa course.

Et je repars , direction Arpingon . Je sais que ce sera long, tout le monde le dit, et je vois  une file de coureurs devant moi. Ma rengaine se remet en route : manger/boire. Je profite du paysage en poussant sur mes bâtons , tout va bien. Je recroise Nolwen qui n’est pas au mieux, impossible de manger tout ressort. A m….

« Bienvenu à ARPIGON ! Hein ? oui vous êtes à Arpingon ! Déjà ! Mais je reconnais pas ! Pourtant j’y étais 2 années de suite. Et le feu de camp ? » Le bénévole me répond en faisant une grimace, ben il aurait fallu monter du bois… non sans blague ! …. J’envoie une  photo sur le WhatsApp familiale je l’avais promis et fais une petite remarque sur le feu de camp. Bon !  J’ai pas mal avancé ! La redescente jusqu’à la bifurque je connais, je maitrise et je double je me sens super bien ! Au niveau timing je suis pas mal, tout est au vert.

Et ça descend, encore et encore, commence à arriver les pierriers ils ne sont pas trop méchants mais je me méfie de ma cheville. Ne pas se dire que c’est facile c’est comme ça que je relâche l’attention et me fais mal généralement… Nolwen me redépasse , elle maitrise les descente mieux que moi. Mon genou commence à chauffer. J’essaye de me poser un Ktapping (ça aide d’être kiné) mais avec la crasse et la transpiration il ne tiendra pas longtemps. Arrivée au point d’eau en Maurienne je demande à une bénévole  de me montrer sur le profil de la course où j’en suis. Bon !  Encore une bonne grimpette et j’aurai fait la moitié du parcours .

Et c’est reparti, je croise une dernière fois Nolwen qui ne va toujours pas mieux. Quelques mot d’encouragement et je la perds de vue. Elle abandonnera à fontaine noire. Et je grimpe, je double encore et encore. J’entends râler «  mais elle est où cette pu… de croix » L’avantage de ne pas avoir étudier le parcours, c’est que je ne l’attends pas et que ça ne me parait pas long . J’en prends plein les yeux par contre. J’adore Belledone ! Ca y est ! Croix en vue ! Je ne suis pas très à l’aise sur les derniers mètres. Pointe Rognier, mi-parcours, 9h05 de course. Bilan : tout est au vert, je fais quelques photos , donne des nouvelles et je redescends , direction Ingrid et Spir à Fontaine noire !  

Et on redescend, encore et encore. On quitte les cailloux pour passer en sous bois. Mon genou chauffe, j’ai peur qu’il n’aille pas au bout. Je me dis qu’au ravito je ferai une bonne pause. Je dirai à Ingrid de ne pas me laisser repartir avant ¼  d’heure… Le voilà enfin ! le genou chauffe toujours mais pas de douleur ! Il est 21h la barrière horaire est à 24h, je suis large !

«  Bonjour ! Ingrid et Sylvain sont là ? – Non ils sont partis descendre les abandons ! Mais je peux le transmettre un message. »  Bah zut alors ! moi qui me faisais une joie de les voir !  Je me pose dans un coin sur une chaise avec une soupe, de toute manière il faut que je prenne mon temps  pour mon genou.  Je commence donc à manger en regardant les visages tirés de ceux qui jettent l’éponge. D’un coup j’entends hurler mon nom,  c’est Ingrid qui vient d’arriver, qui a vu que j’avais été pointée et qui a bien l’intention de me bichonner… Me voilà donc comme un coq en pâte , avec une petite couverture sur les jambes, une assiette bien pleine et Ingrid qui me masse le TFL… Ca n’est pas vraiment du gout du responsable de ravito qui a besoin de son aide pour rapatrier les nombreux abandons. Je dis à Ingrid que je comprends , qu’elle ne s’inquiète pas, je vais bien et que je ne vais pas tarder à repartir, surtout que je commence à avoir froid. Sylvain  me donne les indications sur la fin du parcours. Je remercie encore tout le monde et je repars d’un bon pas, plus rien au niveau du genou. Je reprends mon rythme de montée en direction du col de la perche où se trouve JuCb et ses comparses. Ils tiennent le poste montagne et ont prévu grillades au feu de bois... Une petite caravane se forme derrière moi, malgré ma proposition de laisser passer, mon rythme leur convient. Au 2/3 de l’arrivée au col une odeur de BBQ nous parvient, j’explique à mes compagnons ce qu’il en est et l’on discute bénévolat et poste montagne.…

«  La dame de Brignais vous salue ». Arrivée  au col de la perche Julien est là et me propose un sandwich/saucisse, bière un verre de vin…que j’accepte avec joie pour le sandwich même si j’ai déjà mangé en bas . J’ai le temps ! Le temps de donner et prendre quelques nouvelles des copains et me voilà repartie en trottinant direction Grand Chat. Je sais que la descente sera longue mais je me focalise sur le coucher de soleil c’est magnifique. En bas la vallée s’éclaire peu à peu.

Effectivement la descente est longue, je me fais doubler pas mal de fois . Je suis encore moins sur de moi maintenant que  la nuit tombe mais j’essaye de trottiner en permanence pour que ça ne soit pas trop long.  Mais ça n’arrête pas de descendre,  les genoux me chauffent et le chemin est sans intérêt. J’ai hâte d’arriver. Enfin le voilà ce ravito , je cherche du regard des visages connus. Personne ! Je prends donc une soupe et me pose sur le coin d’un banc squatté par des suiveurs. Je fais le point .  Je suis au pontet, tout va bien, pas de fatigue juste les genoux qui couinent . Il ne me reste qu’une dernière montée, une descente et c’est la cloche !

 Encore 500m de D+,  sur un chemin sous les bois , je me fais doubler régulièrement . Dès que je peux le trottine , les genoux commencent à sacrément rechigner. Aller, monter jusqu’au bout , je regarde ma montre de temps en temps, aller encore quelques mètres. Tout d’un coup le tonnerre commence à gronder, puis les éclairs se mettent de la partie, ils avaient annoncé l’orage pour demain 14h !  Tant pis on finira en mode prélavage.  Ca y est je suis en haut, c’est la dernière descente, Franck m’a prévenu ça sera long et ennuyeux surtout la route à la fin. Allez dernière ligne droite,  je trottine dès que je peux. D’un coup je m’aperçois que je suis seule, pas de fanions et Aiguebelle trop loin pour que l’on soit arrivé alors que ma montre indique 61km... Me… je me suis perdue , j’étais dans mes pensées et j’ai pas vu les fanions m’indiquant la bifurcation. Je m’arrête, regarde autour de moi rien. C’est trop con !  Là bas ! des frontales !  Je continue la route dans leur direction , j’ai fait 1km de rabe ! Quand on aime on ne compte pas…

 La pluie redouble d’intensité, je rêve de ma douche chaude à l’arrivée…. Au loin  une silhouette,  un coureur torse nu sous la pluie qui marche . C’est Vik, c’est sûr il n’y a que lui pour être torse nu par ce temps.  J’accélère pour arriver à son niveau . C’est bien lui. Nous voilà papotant en direction de l’arrivée. Il est 2h du matin, il pleut des cordes et il n’y a pas grand monde . Heureusement que je suis avec Vik ça aurait été un peu tristounet…

Voilà , il est 2h30 la cloche est en vue. Après 17h34 de course je vais la faire sonner !  J’aurai bien aimé que Franck soit là qu’on partage ce moment ensemble. J’ai bouclé le parcours des crêtes, j’en ai pris plein les mirettes, c’était vraiment chouette. Je ne sais pas  si ma méthode de préparation  est la bonne mais à aucun moment je n’ai eu l’impression de subir la course à par peut être les derniers kilomètres de descente.

Quand je relis mon récit de suiveuse pour la première échappée belle de Franck je souris …Je lui disais que j’étais très fier de ce qu’il avait accompli et que je ne ferais pas le quart des 53 km qu’il avait fait. Comme quoi tout arrive !

 

24 commentaires

Commentaire de TomTrailRunner posté le 30-08-2021 à 22:40:49

Coup d'essai et coup de maître. Et oui tout arrive car c'est la magie de l'ultra ; )
C'est TA méthode de préparation et elle T'a convenu : c'est là l'essentiel

Commentaire de Ewi posté le 30-08-2021 à 22:53:17

« Rondement menée » c’est un peu ce qui me vient en tête. Bravo pour la course :)

Commentaire de Benman posté le 30-08-2021 à 23:22:18

Bravo, tu as fait une course vraiment très costaud, avec toujours cette envie qui t'accompagne partout.
Tu as réussi ce que tu voulais, et en plus sans te mettre de pression et en profitant des copains : bravo.
Pour le bois à Arpingon, je peux vous arranger ça? ;-)

Commentaire de Mazouth posté le 31-08-2021 à 00:17:13

Génial ! Une course bien préparée et magnifiquement vécue, bravo Caro ! (il le sait Franck que tu te balades dans les bois les nuits d'orage avec des hommes à moitié nus ? ^^)

Commentaire de patrovite69 posté le 31-08-2021 à 15:29:22

Bien sur qu'il le sait , et content que je ne finisse pas toute seul ;)

Commentaire de lili78 posté le 31-08-2021 à 07:30:14

En lisant ton récit, je t'entends me raconter ta course le lendemain matin en remontant chercher la voiture à Allevard... tout semble simple et évident quand tu l'as décidé ! Pour l'assistance à Super Collet, en tout cas, je n'avais rien d'autre à faire qu'à t'encourager, tu étais tellement bien et déterminée et heureuse d'être là !
Un week-end génial pour vous deux avec Franck, chacun ayant réussi son EB avec la banane, encore bravo! A bientôt sur d'autres sentiers avec ou sans thermos de thé !

Commentaire de patrovite69 posté le 31-08-2021 à 15:26:45

J'étais désolée de t'abandonner sur le suivi. Mais l'aventure en valait le coup.

Commentaire de Jean-Phi posté le 31-08-2021 à 09:12:55

La "dame de Brignais" est devenue une grande dame de la course en montagne ! Bravo pour ce périple, pas si simple à boucler. Je suis admiratif !

Commentaire de patrovite69 posté le 31-08-2021 à 15:24:36

Merci

Commentaire de coco38 posté le 31-08-2021 à 11:14:16

Bravo et sans surprise tu as survolé ce parcours !
Tu vas pouvoir accompagner Franck sur le 85... ou plus, l'année prochaine.

Commentaire de patrovite69 posté le 31-08-2021 à 15:24:07

Merci mais je vais y aller par étape. Le plus on verra plus tard...

Commentaire de Cheville de Miel posté le 31-08-2021 à 14:00:25

T'es une championne et pis c'est tout! Bien agréable de te voir briller du coter de la lumière!

Commentaire de patrovite69 posté le 31-08-2021 à 15:22:55

Merci. C'est toi le champion après ce que tu viens de faire...

Commentaire de L'Dingo posté le 31-08-2021 à 16:31:42

Comme quoi il ne faut jamais présager en négatif de l'avenir. Pas besoin de dizaines et dizaines d'heures de frac, de montées d'escalier etc...
Un entrainement régulier , de la volonté et une grosse envie d'y aller et c'est (presque )joué.
Belle course réussie.

La prochaine étape c'est un duo de Brignais ? ou même plus un team deBrignais?

Nota: pour le feu, il fallait donner au bénévole le pseudo d'un gars dont c'est la spécialité de monter du bois :-)))

On attend la prochaine aventure ;-)

Commentaire de jazz posté le 31-08-2021 à 19:47:23

"belledonne des cailloux mal rangés" ; oui c'est une bonne définition.
bravo

Commentaire de Vik posté le 31-08-2021 à 20:26:10

désolé d'avoir traîné sous la flotte pour terminer, mais mes pieds me faisaient souffrir, et puis je n'étais plus à quelques minutes prêt, après plus de 45h de vadrouille...
ta compagnie m'a fait plaisir pour ce final frais mais serein.
Bravo pour avoir dompté les cailloux mal rangés et pour avoir passé du bon temps dans cette nature sauvage.
à un de ces 4 !

Commentaire de patrovite69 posté le 31-08-2021 à 22:06:07

T'as pas traîné,ton temps surle grand parcours est impressionnant.
C'était très sympa de terminer ensemble et je n'étais pas non plus à quelques minutes.

Commentaire de franck de Brignais posté le 31-08-2021 à 21:15:39

Patrovite, patrovite, je suis patrodaccord.
Ca file, ça vole, avec facilité et légèreté... une prochaine année on se fera la course des grands... c'est encore plus beau, c'est te dire !
Bravo championne !

Commentaire de patrovite69 posté le 31-08-2021 à 22:07:15

La course des grands...on commencera d'abord par celle des moyens....

Commentaire de patrovite69 posté le 01-09-2021 à 07:18:00

La course des grands...on commencera d'abord par celle des moyens....

Commentaire de Anne2Brignais posté le 31-08-2021 à 22:52:38

Bravo Caro,super championne quand on lit ton récit , tout semble simple, facile ... que du bonheur ... et oui que c'est beau Belledonne ...

Commentaire de patrovite69 posté le 01-09-2021 à 07:58:31

Mon parcours était nettement plus facile que le tien. Félicitation pour ta performance sur l'intégral

Commentaire de patrovite69 posté le 01-09-2021 à 10:38:12

Mon parcours était nettement plus facile que le tien. Félicitation pour ta performance sur l'intégral

Commentaire de paulotrail posté le 01-09-2021 à 10:51:40

Bravo, course rondement menée :)
L'ultra : une affaire de Famille...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !