Récit de la course : Off de l'Ourcq 2009, par Mustang

L'auteur : Mustang

La course : Off de l'Ourcq

Date : 21/2/2009

Lieu : Paris (Paris)

Affichage : 1478 vues

Distance : 50km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

2 autres récits :

L'ourcq, l'ourcq, t'as vu l'Ourcq?

L’Ourcq ! L’Ourcq ! T’as vu  l’Ourcq ?

 

Ça commence  bien, ce  vendredi après-midi, le Lutin  me surprend sous  la douche ! Ben  oui, je jardinais et  j’allais pas arriver chez  les parisiens en sentant  le vieux ch’val ! M’enfin, peinard, je  m’installe dans  la voiture du  Lutin et en route pour  la Capitale. Pas  besoin de faire  le GPS, il connaît  la route et  mon job consistera  à changer  les cassettes dans  le  lecteur - Ah, oui ! Jeune  lecteur, késako une cassette ? Pour faire simple, il s’agit d’une  longue bande souple étroite enroulée, enfermée dans  un boitier  plastique,  recouverte de  microparticules  métalliques qui  ont été  polarisées  par un courant  électrique afin de restituer dans le  lecteur idoine de  la  musique ! Oui, de  la  musique ! De nos  jours, tu utiliserais  un CD, un MP3- Il en  en 11 numérotées. C’est simple, après  la 1, je  mets  la 2 ! Pas difficile  sauf que  je  me fais  houspiller car  je  ne suis  pas fichu de la  mettre dans  le bon sens ! Je fais aussi  la conversation ! Bref, nous voilà au tunnel de Saint-Cloud, Paris, nous voilà ! J’en profite  pour  lui indiquer quelques  lieux connus comme la tour Eiffel, les  jardins A. Kahn,  et aussi la route sur le périph !  On sort  à Clignancourt direction boulevard de  la Chapelle où se trouve  le parking Vinci. Pas de souci, il  n’y a  que 1 700 m à parcourir, on va  être dans  les temps. GGO m’a dit rv  à 20h00 ! Euh, 50  mn  plus  tard, c’est-à-dire  à la vitesse incroyable de 2 km/h, nous arrivons enfin au  parking. Mon contrat est rempli, je nous ai conduits à bon port. Je  passe sur  le fait qu’on reste coincé dans  le sas de  la sortie du parking ! Sur le trottoir du boulevard de  la Chapelle, nous résistons aux  offres  promotionnelles de cigarettes Marlboro et de  montres ! Le  Lutin a tort, car comme le dit Séguéla, un quinqua qui a réussi se doit de  porter  une Rolex ! Là, on  lui en propose  une pour  même pas 50 € ; il est  bégueule, ce Lutin !

Peu importe,  nous voilà rue du faubourg  Poissonnière où crèchent Zabou et GGO. Le concierge, monsieur Milosévic, refuse de nous  ouvrir si bien c’est GGO himself qui vient  nous  chercher. Au fait,  pourquoi sommes-nous  là ?  Ben, parce que GGO me  l’a demandé ! C’est vrai, chaque fois que GGO me dit, tiens, tu devrais  venir courir ça, je viens ! C’est aussi vrai dans  l’autre sens ! Donc,  je viens courir dans Paris ! Un footing long dans  les rues de Paris, ça  me plaît ! J’ai dis donc  oui ! Or, en regardant la carte et en  jetant  un  œil sur  le  post du forum d’UFO, je  me suis aperçu qu’on n’allait  pas courir dans  Paris  mais qu’on allait  faire  une sympathique  balade jusqu’à Meaux ! Ah oui ?? 50 bornes ??

 


 

L’accueil est chaleureux ! Zabou et GGO savent recevoir  mais ce sont des  sportifs estampillés UFO, alors c’est du diététique ! Je  passe sur l’apéro diététique, l’excellent repas arrosé d’une boisson diététique. Ensuite c’est  une  nuit tranquille. Je craignais  de dormir  avec  le Lutin. Non, ça était  il n’a  ronflé que  30mn et  n’a pas eu d’érection intempestive !

Je  passe sur  les  préparatifs du  matin. Il est 8h15, nous voilà dehors ! Petit  footing ! Nous passons devant  la gare du Nord et  nous  traversons  en courant  le  hall de  la  gare de l’Est, histoire de frimer  un peu ! Et nous voilà place de  la Bataille de Stalingrad ! Hé c’est qu’on est dans  le 19e arrondissement ici, c’est  pas  le 16!  Bon, on a rendez-vous avec le gratin d’UFO ! Bernd, Bamban, Lau, Le Sanglier, Sandrine, Séraphin, Frédo91, Koline, Eliane et le grand  patron Phil ! Je me fais tout petit avec  mon buff et mon écusson kikouroù. Sinon, ce ne sont  que des  jeunes ! Le Lutin et  moi, on fait vraiment  petits vieux ! On part,  euh, en marchant !! Finalement, quelqu’un se décide  à trottiner !  Suivant  les conseils de GGO, on se fait un peu de dénivelé en  empruntant les  passerelles sur  le canal ! Peu avant la Villette, RunStéphane nous rejoint à fond  la gamelle sur son Vélib !

 

 

Allez, cette fois  ci, c’est parti ! On quitte  la Villette  pour  la riante commune de Pantin. Le ciel est gris mais les  murs sur des centaines de mètres pour ne pas dire sur des  kilomètres ont été  joyeusement coloriés avec des  bombes de  peinture empruntées aux supermarchés du coin ! Certains  ne  manquent  pas de talents ! Ce  n’est pas  une raison de  pisser dessus comme  le fait le Lutin lubriquement dans le décolleté d’une dame.

 

 

Auparavant,  il s’était  déjà livré aux derniers  outrages avec un pauvre clown ! Faut dire qu’il a  ingurgité plus de 2 l de thé et de café !! Faut bien que ça ressorte ! Les 50 km  vont  à  peine  y suffire ! Le grain se fait et la troupe s’étire. Euh, non ! Le train  se tire et la troupe s’étreint ! Zut, non !  Le train se fait et  le groupe s’étire !  Après  les terrains vagues, les abords du canal se  font  plus  riants ! Nous croisons quelques  joggeurs, d’autres arpentent  la voie  goudronnée de  l’autre rive. Quelques  vététistes téméraires  avec leur  belle  machine affrontent  les  merdes de chien sur  la  piste plate. Pour l’instant  le balisage est discret ! A  priori, c’est tout droit ! Eh bien non ! Du côté de Sevran, GGO nous emmène dans  les bois ! On y va  pour  lui faire  plaisir ! C’est  lui,  l’organisateur, n’est-ce pas ! On a bien du se  prendre quelques  mètres de dénivelé avec ce coup et crotter  nos runnings ! Mais,  faut  pas exagérer, on n’est pas venu pour  ça ! Retour sur  la terre ferme ! Euh, je veux dire retour sur le chemin plat ! Quoique ! Quoique ! Le  bassin de  la Villette est  à 43 m et  notre  point d’arrivée à Meaux se situe  à 52 m d’altitude ! La vache !  On se  prend  9 m en 50 km ! Je sentais  bien que  ça grimpait ! D’ailleurs, c’était forcé puisqu’on remonte  le courant ! Le courant, c’est  un bien grand mot, un brie de Meaux  bien fait doit couler  plus vite !

Bon, ça trottine  gentiment. Questions bestioles, ça donne dans le canard ! Monsieur et madame Colvert  plus précisément. Ça cancane  à tout va  à  notre  passage, ça s’en va  à tire d’aile. Tiens,  y a  même des corbeaux qui  prennent  le  jus ! Mais, non, banane ! Ce sont des cormorans ! En voilà un  qui  plonge. Tout esbaudis, on attend qu’il remonte  à l’endroit    on l’a vu  disparaître ! Je t’en fiche ! Il émerge  à  plus de vingt de  mètres de  là ! Pfuitt, p’tit  joueur ! Après  le noir,  le blanc ! Quelques cygnes  se traînent sur  l’eau  pour faire  joli. Re-noir avec des  poules d’eau bien  plus discrètes, elles !  Soudain, de  l’autre côté, le  long de  la route,  j’aperçois des  paons. Le Lutin se  précipite  pour  les  photographier. Il fait plaisir  à voir ; je suis  ému de  le voir  ainsi photographier des bêtes sauvages. Enfin, ça fera des documents  pour ses  élèves sur les animaux sauvages de  la Brie !

 


 

Voilà  le  km 28, nous arrivons  à Claye-Souilly après 3h14 d’effort ! Enfin, nous, c’est-à-dire  un  petit  groupe. Le reste arrivera au fur et à mesure, tranquillement ! C’est  l’heure de  la pause.  Je  m’hydrate soigneusement et  me restaure avec  mes barres énergétiques, ma crème de  marron.  Oui, je sais, c’est du basique ! Pas comme chez  les spécialistes de UFO. La diététique de  l’effort,  ils connaissent, eux ! Séraphin brandit  une  magnifique  part de  pizza  acheté chez  le charcutier du coin. Phil attaque avec  beaucoup de bonheur  une généreuse  baguette au chorizo achetée au  même endroit. A sa décharge, il a hésité avec celle aux  lardons ! Bientôt,  les  paquets de Tuc, les gâteaux Belin, les bouteilles de Coca  et autres substances achetées dans les commerces de  la bourgade sont de  la partie. Je  me sens tout petit devant tant d’expérience !

 

 

Après  plus de 30 mn de  pause, nous repartons  gaillardement ! La, ça se corse ! Nous avons 20 km de campagne devant  nous ! C’en est  impressionnant.  Nous cheminons toujours sur  le chemin de  halage du canal, interdit  comme  il se doit aux cyclistes ! Mais vu  les traces  de roues,  les réfractaires aux  ordres de  la DDE sont  nombreux ! Tiens,  justement  en voilà un ! Ce  malotru aborde familièrement Zabou  qui s’offusque avec juste raison ! Le Lutin et  moi sommes  prêts à jeter  à  l’eau ce rustre quand notre Zabou  le reconnaît ! C’est  un ami, Romuald, venu en reportage  photo  pour  le  off ! On a droit  à  un  p’tit rayon de soleil. La campagne s’étire  paresseusement, le groupe aussi. Je  me retrouve avec Lau, Anis et  le Lutin. Sur  le canal, ça bouge  pas beaucoup ! Tout ce qu’on a vu  flotter, ce sont des vieilles  péniches  à quai dans  un état  bien délabré et quelques  barges  pour l’entretien. Attention, je  n’ai pas dit qu’il  y  avait des  imbéciles qui  nettoyaient  les  berges mais des  barges, des  bateaux quoi ! Séraphin est resté en arrière. Lau, le Lutin et  moi continuons. Nous apercevons  la cathédrale de Meaux. Mais Séraphin  nous a rejoints et  nous enjoint, suivant  les  ordres du  patron, d’attendre en marchant  le reste de  la troupe  pour  faire  une entrée triomphale dans la ville de Meaux !

 

 

Et c’est  regroupés, enfin  presque, il en  manque  un  p’tit  bout, que  nous atteignons  le  pont Saint-Rémy au km 48,2.  Ce  moment  historique est  photographié. L’objectif atteint,  il faut  passer  à  la récompense ! Après avoir traversé  la  gare de Meaux sous  les regards rigolards des usagers, nous  nous  mettons en quête d’un bar qui  nous servira de  la  bière belge !  Hors de question que ce soit  de  la  kro ! Après avoir bien tourné dans les rues, nous trouvons ce que  nous cherchons.  La patronne  nous accueille comme des chiens, nous  ordonne de  nous assoir sans toucher aux tables ce qui  gênerait  le service ! Tu parles,  on est  les seuls dans son bistrot ! Euh, qu’est-ce qu’on fait ?  Bon, on en  prend  notre  parti et commandons  nos Affligem, un  peu affligés  Les cinq derniers  nous rejoignent. Il est  passé 5 heures, nous  retournons  à la gare  prendre  le train qui nous ramène gare de l’Est. Voilà, j’ai vu l’Ourcq !

 


 

 

10 commentaires

Commentaire de le G.G.O. posté le 22-02-2009 à 22:03:00

Merci Philippe !!!

A bientôt !

T'a les dates pour la 2ème édition du Off d'Ecouves ??

Commentaire de CROCS-MAN posté le 23-02-2009 à 07:48:00

Quelle aventure urbaine! merci Mustang pour ce récit
très imagé et plein de talent. Un plaisir.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 23-02-2009 à 08:11:00

Merci pour les indications de noms et de lieux, j'avais déjà oublié l'essentiel. je vais pouvoir écrire mon CR.

Commentaire de jepipote posté le 23-02-2009 à 10:06:00

ben mince si on m'avait dit que l'écouve irai à l'ourcq... je bosse pas loins de claye souilly, et passe régulièrement au dessus du canal. bon récit merci.

Commentaire de rapace74 posté le 23-02-2009 à 13:20:00

tres joli ton Cr avec ces quelques jeux de meaux....
la prochaine fois tu fera le canal de chalifert qui est certes beaucopu plus court mais qui arrive aussi a meaux , tu ne t'es pas non plus arreté acheter de la moutarde de meaux???
toute ma jeunesse.....
au plaisir
manu

Commentaire de Pegase posté le 23-02-2009 à 14:34:00

Superb ce CR.
Tu auri pu prnedre le métro non loin de chez Zabou Et GGO à la Station Ourcq.
Curieusement avec le Chtigrincheux hier en revenant des 6h Off de Bruno Heubi, nous avons également traversé l'Ourcq mais dans la Marne.
Nous avons même trinqué avec des Normands (Runner 14 et Christine).

Commentaire de grandware posté le 23-02-2009 à 15:03:00

Ah la putain de sa race, ça me rappelle ma jeunesse... j'ai appris à nager dans le canal... on y pêchait les écrevisses et les mobylettes...

Commentaire de RogerRunner13 posté le 23-02-2009 à 17:04:00

Un bien beau récit, merci, ça donnerais presque envie d'habiter en région parisienne.....

Commentaire de fanfan59 posté le 23-02-2009 à 17:19:00

Très choquée que Thierry soit allé te voir sous la douche et qu'il ait pissé dans le décolleté d'une super nana ! Il déroge à tous devoirs de gentleman !
Ton cr est, comme à ton habitude, captivant du début à la fin. Merci de nous faire partager de si beaux et bons moments. Bisous

Commentaire de la panthère posté le 24-02-2009 à 21:07:00

on en apprend des choses en lisant ton Cr...vaut-il mieux emporter de la pizza ou des barres pour l'écotrail?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !