Récit de la course : Ultra Champsaur - 67 km 2010, par Bon_bé_Ya+K

L'auteur : Bon_bé_Ya+K

La course : Ultra Champsaur - 67 km

Date : 4/7/2010

Lieu : Ancelle (Hautes-Alpes)

Affichage : 1758 vues

Distance : 67km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

18 autres récits :

L'Ultrachampsaur 2010 : un vrai régal

Prélude :

Me voilà en route pour le deuxième gros trail de la saison depuis le Nivolet-revard. Problème je m'inscris en début d'année en espérant avoir le temps de me préparer et de ne pas avoir de contre temps (blessures, ou autre) sauf que voilà, au travail j'ai eu de quoi faire donc uniquement trois sorties au compteur de juin ça fait juste. Je me présente donc "en touriste" sur une course où il faut tout de même un minimum de préparation.

 

Départ de la maison je me rends sur Ancelle  mais ne trouve pas immédiatement le village. Je tourne en rond sur la départementale reliant Gap à Grenoble. Arrivé sur les lieux je trouve le coin charmant et décide de m'arrêter prendre une photo du village mais me fait assaillir par une nuée de mouches qui sont du genre "pot de colle". J'ai beau courir, elles me suivent et se placent devant l'objectif !! Pour m'en défaire j'ai du redémarrer la voiture coffre ouvert...

 

L'accueil au village est souriant. On nous donne un bracelet à mettre à la cheville et qui comporte une puce. Première fois que je vois ça. Sinon une fiole de génépy à mettre dans la gourde pour demain et un super T-shirt technique en plus de divers dépliants sur Orcières, Ancelle et les environs.

 

Petit somme sur Orcières histoire de m'acclimater un peu (mais surtout pour gagner quelques minutes de sommeil, demain il fera jour...

 

Après une bonne nuit de sommeil je me dirige vers la ligne de départ et discute encore un peu avec deux trois coureurs. Le temps est au beau fixe il fait bon pourtant en voyant le vent au réveil je décide de partir avec le coupe-vent qui s'est avéré superflu par la suite.

 

La course :

 

Le départ est donné et le peloton s'étire doucement en direction du fond de la station sur un léger faux plat montant en direction de la pistouille menant au Drouvet 2650m. Après deux trois petits lacets et un petit goulot le ton est donné. Pour ma part je sens que j'ai tout intérêt à bien gérer la course. Déjà qu'en temps normal les côtes ne sont pas mon fort, mais là avec le manque d'entrainement je me sens émoussé. Heureusement j'ai mon appareil photo pour "justifier" quelques arrêts qui m'aident à faire redescendre les pulsations.

          

 

 

 

 Lors de l'ascension vers le Drouvet ce ne sont pas les lacs qui manquent. J'arrive finalement au premier ravito celui du Drouvet après 1h45 de course. Il y fait bon, je décide d'enlever mon coupe vent car finalement il n'y a pas tant de vent que ça et je ruisselle dessous. Je prends également le temps de ranger mes batons car une longue descente puis un plat valonné sur 10km chacun nous attendent. Le temps que je perds maintenant sera rattrapé dans la descente. 

La descente du Drouvet se fait facilement dans les bois avec en majeure patie un monotrace qui ne permet pas de doubler aisément. Le coin est joli, mais il vaut mieux regarder par terre car il y a un sillon central sur ce monotrace. Rapidement je rattrape un groupe de 8 coureurs qui se sentent moins à l'aise. Si doubler des concurents isolés est aisé, remonter un groupe un à un est beaucoup plus difficile. Tant pis, je perds un peu de temps mais je ne vais pas les bousculer non plus. 

Finalement après en avoir doublé deux trois en prenant le côté en dévers tout en me rattrapant de façon accrobatique, ceux de devant comprennent que j'ai envie de passer. J'arrive enfin à allonger et à descendre à ma vitesse. Lors de cette descente je croise Sarajevo qui me demande mon pseudo. On échange deux trois mots et je lui dirai qu'il me rejoindra de toute façon dans la montée. Deux amis dossards 38 et 39 que je n'arrêterai pas de croiser dans la journée seront également ratrappés. 

J'arrive au ravito des roussins après 2h47 de course, prends deux trois verres de coca et repars direction le Pont du Fossé. Entre ces deux ravitos une petite côte menant à Saint Nicolas. Le soleil sort correctement et la chaleur monte !! A St Nicolas, à l'entrée du bois redescendant vers le Pont du Fossé un monsieur me propose de mouiller la nuque !! Je ne vais pas laisser passer l'occasion !!

La descente vers le Pont du Fossé se fait assez rapidement même si je guète l'alti pour regagner rapidement le ravito. Je suis à sec en eau.

Le pont du Fossé ou départ du Minichampsaur (mais pas pour autant plus facile). Je prends le temps de discuter avec les bénévoles toujours aussi sympathiques. L'on nous indique le Cuchet prochaine étape.... Merci pour les réjouissances !! Bref c'est parti pour 1100D+ Ce n'est pas une partie de plaisir... Rapidement je comprndes que ça va être ma fête, je ressors mon appareil photo... L'on passe à côté des ruines de Costebelle

 

Arrivé en haut du Moure du Piürc 2210m à mon alti, la langue bien pendante ça va de soit,  on replonge direction Le Cuchon où j'arrive après 06h40 de course déjà. Je bois deux trois verres et repars après avoir grignotté un peu. Je vais pouvoir me refaire dans la descente. Me voilà de nouveau devant une prochaine ascension à destination de Chau Belle 2002m. A ma grande surprise cette ascension ne se fait pas si mal que ça. Je rattrape même d'autres traileurs ce qui n'est pas pour me déplaire. La bascule vers Rouanne Haute se fait sur un terrain assez roulant où j'ai le loisir de reprendre Sarajevo qui a du me reprendre comme une fusée dans la montée du Cuchon car je ne l'ai même pas vu passer. Il faut dire que je regardais plus mes pieds qu'autre chose... 

La descente assez roulante devient de plus en plus escarpée et ça tape dans les cuisses. J'ai bien aimé le petit passage à flanc et une fois n'est pas coutume j'ai ressorti l'appareil dans la descente.

 

J'arrive au ravito et décide de rallonger mon arrêt. Ca fait du bien aux cannes. Sarajevo me rejoins et on tchatche un peu plus longuement. On décidera de reprendre la monté vers le Piolit ensemble. Le Piolit, tout un programme...

La première portion en direction de "la Plaine" se fait bien. Arrivé au ravitaillement 2070m d'altitude des bénévoles cachent leur bière (peur en me voyant arriver ? Ma réputation est elle déjà faite dans le Champsaur également ?!) On taille la bavette puis je repars et rejoint Sarajevo pour la dernière grosse ascension de la journée : le Piolit.

 

 

Alors le Piolit, je tiens à porter une réclamation au concepteur du tracé !! C'est quoi ce délire? J'ai bien du mal à trouver les jambes pour ramper jusqu'en haut de cette paroi verticale !! Je souffle, je peste, je ramasse mon poumon droit que j'ai recraché quelques mètres plus bas, je rampe jusqu'au sommet et arrivé en haut m'assois. Te dieu, je m'en rappelerai. Par contre quelle vue sur le lac de Serre-Ponçon !!

Sarajevo me rejoins 2 minutes plus tard et décide d'entamer la descente, je lui dis que je le rejoindrai par la suite. Je souffle encore un peu. Les dossards 38 et 39 que je n'aurai cessé de croiser tout au long du parcours me demandent de les prendre en photo. Avec plaisir et hup 3 minutes de récup supplémentaire. Ensuite ils me disent de faire gaffe au radar dans la descente...

On part ensemble du Piolit après près de 10h30 de course. Je rattrape Sarajevo et ralentis mon rythme. Il me dit d'y aller de ne pas l'attendre. C'est parti, j'ouvre les vannes et je me régale dans cette descente assez technique qui mène vers le Pont des Italiens. Je me retrouve vite seul dans cette descente. Personne devant personne derrière. Au loin je vois un maillot rouge et me dis que je vais essayer de le reprendre. Dans cette descente je fais bien attention de ralentir sur certains pierriers, meilleur moyen d'y laisser une cheville. J'arrive au pont des italiens et retrouve la concurente au dossard 122 qui me demande si j'ai croisé un coureur tout en rouge. Je lui dit que si mais que je l'ai croisé voilà une bon quart d'heure. 

 

Elle repart du ravito tandis que je me taille une dernière bavette avec ces bénévoles au top. Finalement 2km de descente 1km de montée et 2 km de plat et descente voilà le programme. Je pars 5 minutes plus tard et déroule ma foulée sur une large piste qui zig-zague en forêt. Au loin j'aperçois le maillot vert pomme du dossard 122 et me dit que je vais essayer de ne pas me faire distancer en montée bien qu'elle soit beaucoup plus à l'aise que moi. On bascule à 200m d'écart dans la descente pour les deux derniers kilomètres. D'abord un sentier avec caillasses puis on chemin plat qui longe les champs pour donner sur l'église d'Ancelle. Enfin la place du village et la fin de la course après près de 11h52 de course.

 

Là je fais connaissance avec d'autres kikou et nous attendons l'arrivée de Sarajevo notamment. Premier bilan sur les dégâts : quelques actions chez EDF et deux ongles qui ont bien ramassé à voir la poche de sang en-dessous. 

 

Ayant mon nécessaire à douche et les affaires de rechange dans ma voiture à Orcières, Laurent05 a la gentillesse de m'amener jusqu'à là.  Après la douche petit repas avec Tophenbave, une de ses amies Nath (prochaienment inscrit sur kikourou soit Nathdu38 quoi que avec Tophenbave on lui a dit qu'il fallait un pseudo digne de ce nom. Comme elle se disait teigneuse la teigneusedu38 pourrait être approprié) et Laurent05.

 

------------------------------------------------

 

Résumé de la course :

Trail avec une superbe ambiance, des bénévoles au top, une organisation nickel, un tracé exigeant avec des paysages  à couper le souffle. Rien a refaire. Ce trail mérite largement de figurer sur les programmes de tout coureur.

 

Sinon concernant ma course :

- content d'avoir su gérer l'effort (course ane pas faire sans préparation correcte)

- toujours à la ramasse en côtes raides)

- la descente reste mon point fort même si le manque de jus se faisait également sentir

- de nombreuses rencontres kikouresques très agréables

 

 

10 commentaires

Commentaire de laurent05 posté le 05-07-2010 à 19:54:00

bravo pour ta course
content que tu aies apprécié le paysage et la course...
bonne récup
a+
laurent

Commentaire de chorizo13 posté le 06-07-2010 à 15:10:00

superbe photos, super récit
merci à toi

Commentaire de nathdu38 posté le 06-07-2010 à 18:38:00

Récit bien réaliste!
Ce fut un plaisir de te rencontrer.
Pas trop déçu de mon pseudo, j'espère?

Commentaire de Clemafran posté le 06-07-2010 à 19:03:00

Super, ton récit qui me donne vraiment envie d'y aller l'année prochaine...et que dire des photos...magnifique

sportivement
Clemafran

Commentaire de tophenbave posté le 06-07-2010 à 20:20:00

super recit,superbe course !ravi de t'avoir rencontrè et merci de ton aide pour avoir persuadè "nath38" de rejoindre cette communautè de doux dingues nommee kikourou!au plaisir de se recroiser.

Commentaire de sarajevo posté le 06-07-2010 à 22:44:00

Salut mon pote ...
Super recit et merci pour les photos. On a bien géré ensemble quelques cotes qui piquaient les jambes. Merci a toi et tu es un sacré finisseur !!! Quelle descente !!!
au plaisir de refaire une course avec toi.
pierre

Commentaire de DJ Gombert posté le 07-07-2010 à 06:31:00

Récit qui permet de revivre fidèlement la course et de voir la fin pour ceux qui ont abandonné.

Heureux de t'avoir rencontré et compté avec toi tes ongles noirs à l'arrivée.

A quand une photo dans le futur calendrier kikourou ;-) ?

Commentaire de ludorsan posté le 07-07-2010 à 09:49:00

génial ce CR et les photos me remettent en tête certains passages de superbe trail.
à la prochaine

Commentaire de Delphine posté le 07-07-2010 à 18:11:00

2ème récit que je lis de cette course. le premier ne compte pas tout à fait puisqu'il est du régional, voire du local de la course (alias Laurent05). mais quand on lit une autre vision, on voit d'autres photos...Eh bé on se dit que c'est une course qui vaut le détour :o)
merci pour ce CR et ces photos;
Bonne récup

Delphine

Commentaire de DROP posté le 10-07-2010 à 20:18:00

Tu m'avais donné envie de faire l'ardéchois avec tes photos de cette course, et ben c'est pareil pour l'ultra champsaur... qd je serai plus grand!!!
Bonne récup

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.22 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !