Récit de la course : Tor des Géants 2011, par Ultra-Steph

L'auteur : Ultra-Steph

La course : Tor des Géants

Date : 11/9/2011

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 1326 vues

Distance : 321km

Objectif : Pas d'objectif

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Tor des Geants 2011 – Edizione 2 – 11/14 sept

http://stephanecouleaud.blogspot.com/2011/10/tor-des-geants-2011-edizione-2-1114.html

Cette seconde édition du TDG a été un rendez vous à la fois plein de promesse au vu d’une performance qui m’a permis de côtoyer les sommets et les sommités, et en même temps la rencontre avec, ce que l’on craint tous un jour, la déchéance physique et psychologique. Cela reste en attendant un magnifique voyage de 335 km et 24.000D+, une incroyable succession des plus beaux sommets et paysages du Val d’Aoste.

La première édition était exploratoire. Personne n’avait de véritable référence sur ce type de parcours, ni sur ce format – distance et dénivelé en gestion- non-stop – ce qui permettait toutes les expérimentations en terme de stratégie, notamment de sommeil. Mon retour d’expérience du TDG 2010 avait été de dormir régulièrement entre 1h et 1h30. En partant de la 20/30° place, la remontée s’était faîte régulière autour de la 10/12° place à mi-course, puis jusqu’à la 8° au grès des abandons de l’élite et d’une forme incroyable au 3° jour. Un fort problème au releveur droit avait stoppé net la progression pour ne finir qu’en 37° position et 118h, mais la cible des 103/105h était dans la besace et devait me rester ma référence horaire pour 2010.

 J’en avais retiré les conclusions suivantes :
- être patient : beaucoup de casse physique sur ce parcours, concluant soit à des abandons, soit à de forts ralentissements pour des compétiteurs ayant plusieurs heures d’avances et les perdent  très rapidement (cas d’Uli avec 10h d’arrêt à Coda et perd toute son avance),
- repos court mais régulier : ne pas attendre d’être épuisé, prendre un repos dès la première nuit et ensuite régulièrement, tout en s’adaptant au parcours (difficulté à venir), à la météo (grosse chaleur, orages), ou tout simplement à son état,
- garder une marge sur son potentiel physique : mon problème au releveur avait été initié par des descentes trop engagées avant Cuney, et ce près de 10h plus tard. Tout sur-effort se payse cash plus tard sur un parcours aussi long et intense.

J’ai mis de gros espoirs sur cette seconde édition. Très en forme physiquement avec un entrainement régulier en montagne, un psy en acier grâce à une sortie au Grand Raid des Pyrénées qui se passe très bien même si le week-end n’est pas très orthodoxe. Ensuite je connais le parcours, ses parties dures physiquement  (Col Loson, Coda) ou moralement (descente Ollomont, liaison St Remy).  Je prévois un temps entre 93h et 103h, et donc d’écourter les temps de sommeil pour un total autour de 4h répartis régulièrement sur 4 jours et 4 nuits. Maintenant action !

Secteur 1 Courmayeur – Valgrisenche – 49,7 km et 3.750D+ en 7h44’
Sommeil  0

A l’avant des 500 coureurs, le départ du peloton de tête se fait rapide. Y  figurent Ulrich Gross, Christophe Lesaux, Jules-Henri Gabioud , Pierre-Henri Jouneau, Grégoire Millet, … J’y suis à mon allure, peu essoufflé comparé à l’an dernier où je revenais d’une angine. La montée au Col d’Arp se fait avec des pointes régulières  à 18m/s . Mon cardio affichera parait il 170. Dingue je ne savais même pas que je montais encore aussi haut !  A la Thuile je rejoins l’ami Grégoire qui nous fait un pit-stop de Formule 1 auprès du Command Car familiale. On repart ensemble, il parait que l’on est déjà 8 et 9ème en 2h22, et beaucoup plus vite que Guillaume l’an dernier (2h32 pour Ulrich et 2h42 pour Guillaume). Dans la montée au refuge Deffeyes le CMBM réunit en nombre me lance des encouragements qui impressionnent Greg et me font chaud au cœur. L’avantage d’être un –presque – régional de l’étape. Arrivé au refuge. Oups j’ai oublié mon récipient à la Thuile. Je demande à l’orga s’ils peuvent me la faire remonter à l’un des prochains ravito/base vie. Et l’heureux improbable se produit, un spectateur me tend son propre récipient Raidlight à l’identique du mien et me le donne. Mille merci à cet anonyme. Je franchis le Passo Alto avec un randonneur qui s’accroche bien le bougre. Au sommet présence solo  du camarade Bollet du CMBM qui est tout aussi surpris et me conseille d’en garder sous le pied.  Reste à définir ce concept exactement sur ce genre d’épreuve ! Le final du col Crosatie est toujours aussi acrobatique et beau. La caméra de l’organisation me poursuit jusqu’à la bascule. Valgrisenche première base vie à 17h44. Déjà presque 2h d’avance sur 2010.  Cette année le barnum est sous tente. Ulrich est à table. Je prends 13 minutes pour changer de chaussures (deux paires de Brooks Cascadia qui me vont comme un gant …de pied), changer le short pour le corsaire en vue de la nuit fraiche annoncée, manger un plat de pates et un bol de soupe. Dans ce laps de temps, trois coureurs font irruptions et passent sans s’arrêter. Non stop ou assistance extérieure ?

Secteur 2 : Valgrisenche – Cogne – 56 km et  4.137D+ en 13h45
Sommeil 40’

Premier changement par rapport à 2010. La montée au Col Fenêtre s’opère de jour. Un autre coureur m‘accompagnera toujours de loin car jamais au même rythme. On se dédouble. Je le lâche à la descente sur Rheme-Notre -Dame. Il me remonte sur le final du col d’Entrelor. Il pleut depuis le Col Fenêtre, j’ai ma veste et mes gants Goretex, j’ai froid. Lui passe en t-shirt manche courte et me dit avoir chaud. On n’est définitivement pas fait de la même matière ! Toujours est il que j’ai choppé froid et que j’ai mal au bide. Mon pronostic d’arrivée à Eaux-Rousses vers 1h du mat est respecté (0h39, versus 4h en 2010). J’avais envisagé un non stop jusqu’au refuge Sella me permettant d’enchainer le terrible col Loson et ses alt 3.300m qui m’avait procuré mon premier MAM en 2010. Mais mon mal de bide persistant et une certaine méforme me poussent gentiment dans le bras de Morphée. Jules-Henri dors aussi dans une autre chambre, mais je ne le saurais que plus tard. 40mn  de repos ne me remettent pas complètement à flot. La montée au col Loson est du coup assez laborieuse mais pas plus qu’en 2010. Seulement deux coureurs me doublent pendant mon sommeil (quels écarts déjà !), deux autres pendant l’ascension. Rien de dramatique. Je me résous à enlever ma poche de devant qui ballote sur mon ventre pour le soulager. Elle transporte ma réserve de nourriture. Mais en fait je n’en ai pas besoin. Sur toute la course je ne consommerai quasiment rien de ma réserve personnelle, les ravitaillements de l’organisation étant amplement suffisants. Je la laisse dans mon sac à Cogne où j’arrive à 7h45 en 12ème position et avec exactement 4h d’avance sur 2010. Déjà 21h45 de course, le temps pour moi de bien ravitailler, changer les piles de la lampe en prévision de la prochaine nuit. 32 minutes en tout, exactement comme prévu.

Secteur 3 : Cogne – Donnas – 44 km et 1.133D+ en 12h19’
Sommeil 1h - Cumul 1h40’

Je repars en 8ème position, visiblement certain de ceux qui m’ont passé la nuit font un gros dodo. Et contrairement à l’an dernier je cours toute la longue partie de plat montant et dans les bois. Dans la montée assez facile vers le Refuge Sogno, un coureur Italien qui a abandonné m’accompagne et me fait la conversation. Il parait qu’un petit groupe de coureur est juste 30mn devant. Parmi eux le 6ème Jules-Henri que je vois en finir avec le Col Fenêtre. Du coup je monte ce dernier encore plus motivé, en 30 minutes, avec le doux espoir de reprendre Jules-Henri dans la descente. Espoir déçu en dépit d’un bel engagement dans les longues marches vers Champorcher. Au passage je suis passé 7ème sans jamais doubler personne. Toujours bon à prendre. En revanche les dix derniers kilomètre avant Donnas sont un calvaire d’autant plus redoutable que contrairement à l’an dernier où j’y étais de nuit, il y fait très très chaud. Quelques passages sur route sont un vrai four. A Donnas je suis accueillis avec enthousiasme par le team mené par Francis Degache et Guillaume Millet pour l’expérimentation scientifique menée conjointement par les universités de Lausanne et de Verona sur l’évolution physiologique et psychologique des coureurs d’ultrafond. Nous sommes une vingtaine de coureurs à y participer dont Grégoire Millet qui est le premier à avoir fait les tests de mi-course. Ces tests ont été fait avant le départ, et seront également réalisés à l’arrivée. En plus je porte un GPS et une ceinture cardio (ce que je ne fais jamais en course !) pour étudier le rythme du cœur en fonction des vitesses de montée et de descente.

Les tests :
1. contrôle postural :  on reste debout pendant 3 x 50s sur une plateforme posturographique
2. Composition corporelle : par bioimpédance (système Zmetrix), la répartition des différents tissus du corps humain (masse grasse, contenu minéral osseux…)
3. Fatigue neuromusculaire : on évalue la baisse de force volontaire et avec une stimulation électrique des muscles du quadriceps et du mollet.
4. inflammation : prélèvement sanguin (par infirmière locale) + circonférence des cuisses et mollets (oedeme)
5. Technique / mécanique de marche et de course : marcher et courir (à 12 kmh) pendant 10 msur un tapis posé au sol.
6. Cognition – facultés cérébrales : un test sur ordinateur pour évaluer le ralentissement de notre petit cerveau

Je ne fais pas le 6 car trop long, ni le 1 car … je m’évanouie ! J’ai encore pris un coup de chaleur, et souffre en plus (Greg me le dira à l’arrivée) d’une hypertonie parasympathique (malaise vagale due à un ralentissement du cœur trop fort, sorte d’hyper adaptabilité à l’effort d’endurance, trop bonne récupération).  Les tests prennent une grosse trentaine de minutes.

Du coup Guillaume se mue en coach et me conseille de dormir deux ou trois heures pour repartir le soir au frais et avec d’autres coureurs. Je dors une heure (trop chaud dans le gymnase de Donnas), m’alimente en pates et soupe. Je suis arrivé à 16h32, je repars à 18h34 (22h26 et 0h38 en 2010) en 10ème position après l’arrivée-départ de Anne-Marie Gross.

Section 4 : Donnas – Gressoney – 53 km et 4.584D+ en 16h40’
Sommeil 40’ - Cumul 2h20’

Je repars juste derrière Eric Arveux - le Pyrénéen -(on aura été sans concertation aucune sur l’Andorra Ronda Del Cims, le GRP, et le TDG .Si c’est pas de la persécution !!!) et Ludovic Frattini dont je fais la connaissance. La stratégie de Guillaume marche superbement. La température ambiante baisse. Le rythme de Ludo est juste parfait pour moi. On lâche à regret Eric, mais le duo Ludo/Steph fonctionne à merveille. Il fera le rythme toute la montée vers Coda, moi calé sur ses pas. Notre discussion devient très fraternelle. Je me vois bien faire le reste de la course avec ce skieur de fond avec qui j’ai beaucoup d’anicroches. Anne-Marie que nous avons doublé plus bas est calée 100 mètres derrière nous et papote en germain avec son frêro qui abandonné sur la première section. L’arrivée sur Coda est magnifique avec une plaine lune qui fait briller le Mont-Blanc et toute la plaine du Pô éclairée et plate comme une mer calme. Ludo part telle une flèche sur les 100 derniers mètres de dénivelé, et rattrape même le 6ème avant le refuge. On y reste une vingtaine de minutes pour ravitailler. Il est minuit, et le trajet vers Niel est encore long et pas simple dans une montagne assez rude. Il faut y être vigilant sur le balisage. Dans la descente, toujours menée par Ludo, nous rejoignons l’Espagnol Pablo Criado. Il parle bien Français, est très sympatique, semble peu ou prou à notre rythme. Allez, adopté. On est trois. Malheureusement Ludo est repris par une méchante tendinite au genou. Dans la montée avant le Lac Vergno il nous dit de partir, il va mettre son genou dans l’eau froide du lac et strapper. Snif ! Dans la montée je suis plus rapide que Pablo, au col il fait froid. Je décide de partir  seul vers le ravito/contrôle près du lac. On s’y était soulagé les jambes avec l’ami Etienne en 2010. J’ai vraiment sommeil. Je décide d’y dormir 40 minutes. Pablo aussi. Nous voici dans l’algeco monté par hélico, lui au chaud dans un duvet, moi sous une frêle couverture, brrr ! On dort comme des bébés, et hop driiiiiiiing, faut repartir ! 
Un thé pour petit déj, et la dernière ascension vers le Col de la Vecchia passe très facilement. Le repos aura été très bénéfique. Arrivée à Niel au matin à 7h44 (8h d’avance sur 2010), je croise le papa de Grégoire qui essaye de se remettre d’une tendinite, et Ludo qui nous a passé pendant notre repos et lui aussi doit mettre le clignotant et reposer sa tendinite. Que de dégâts ! Du coup avec Pablo nous repartons en 5 et 6ème position. Petit coup de mou, je m’accroche à Pablo. En revanche ma descente est beaucoup plus rapide. A la troisième base vie de Gressoney on a juste quelques minutes d’écart, il est 11h15. On y reste 32 minutes le temps d’une douche, la première, et d’engloutir deux rations de délicieuses pâtes, la meilleur sauce de toutes les bases vie !  On a seulement deux heures de retard sur Salvador Caldo (2ème l’an dernier) qui semble ralentir fortement, quatre heures de retard sur le troisième Jules-Henri, six heures sur le premier – Christophe Le Seaux. De ce côté ça va être compliqué, même si d’expérience rien n’est jamais joué. Derrière, Anne-Marie est à plus de 40 minutes et perd du terrain.  Ensuite ça se joue en heures. Les positions sont bien établies.

Section 5 : Gressoney – Valtournenche – 39 km et 2.749D+ en 8h49’
Sommeil 0 - Cumul 2h20’

Des amis de Pablo l’ont rejoins et l’accompagnent. Ca n’arrête pas de parler … en Espagnols. Et patati et patata. Je n’en peux plus. Je déteste ça en montagne. Je veux être dans ma bulle. Je veux bien la partager avec d’autres coureurs ou même des accompagnateurs occasionnels qui s’adaptent à mon humeur. Mais là je subis. Alors je pars devant. Dans la montée au Col Pinter je croise Salvador qui est blessé et qui abandonne. Poignée de main, et l’hélico arrive qui vient le chercher. C’est bien foutu cette ballade tout de même ! Je passe 4ème. Bon pour le moral. Comme la forme est là j’en profite même pour accélérer. Je vais cumuler 50 minutes d’avance sur Pablo à Saint Jacques en moins de 22 km et 1.400D+. J’ai une forme et un moral d’enfer.  Du coup la montée au Col Nana est une formalité à 13m/s régulièrement. En plus un des pompiers Italiens m’on vu avec leur 4x4, s’arrêtent à mi-montée, et m’encouragent à tout rompre. L’un d’entre eux - Pirmarco  - me demande s’il peut m’accompagner. Bien sur avec plaisir, depuis le temps que je me parle à moi-même ! Passage éclaire le temps d’un thé au Refuge Grand Tourmalin,  j’ai maintenant deux pompiers au train, photo souvenir au sommet, et bout de descente ensemble encore à très bonne allure – le terrain s’y prête bien – on ne se quitte plus ! Le reste de la descente est un peu plus laborieuse, mais correcte. Arrivée dans le gymnase désert de Valtournenche  avec ses 4 sacs qui attendent leur coureur. Il est 20h36. J’ai 12h d’avance sur 2010 et inversé complètement les parcours jour/nuit. Très agréable. J’y reste 27 minutes, le temps d’expliquer à des bénévoles inquiets et interloqués que si je m’allonge les jambes en l’air sur le banc, ce n’est pas que je vais mal, mais pour m’étirer et remettre du sang dans la tête !

Section 6 : Valtournenche – Ollomont – 44 km et 3.404D+ en 15h
Sommeil 2x10’ - Cumul 3h

Je repars pour une longue nuit sur une section pas spécialement difficile dans l’absolue, mais qui va s’avérer plus pénible de nuit de que de jour. A fortiori seul. Et effectivement dans toute la montée vers la Fenêtre Tsan j’ai l’illusion de voir souvent le refuge Reboulaz qui ne s’avère être  finalement qu’un gros caillou. Je ne me souvenais plus que c’était si long et loin. L’an dernier j’étais en chasse derrière Uli et Abel. Cette année il me faut juste passer, seul. Enfin Rebulaz ! Je décide de dormir 10 minutes. Le lieu est minuscule mais hyper chaleureux. Huit couchettes, il doit être 3h du mat, j’emmerde tout le monde, personne ne râle. 10 minutes après rebelote, je me lève et pas un reproche, pas un soupir. Mieux quand je bois mon thé et mange un morceau, un randonneur s’est levé et me demande si il peut m’accompagner jusqu’à Closé. Mais c’est le pied ! Ca va peut-être m’éviter d’autres hallucinations nocturnes. Et puis franchement le coin tout minéral, de nuit, ne m’inspire pas seul de nuit. Mon compagnon s’avère une perle. Il marche quand je marche, cours vite en descente, sens quand je veux parler ou non. A croire qu’il a été formé spécialement pour être pacer ! Du coup les refuges de Cuney et de Clermont sont passent avec beaucoup plus de facilité. La fatigue m’a fait oublier son prénom, mais si mes remerciements à Closé se sont limités à une chaleureuse poignée de main, je veux ici lui dire ici ma gratitude. Closé … en 2010 on m’avait interdit de m’y reposer, j’avais galéré ensuite dans la bute de 1000 mètres pour basculer sur Ollomont. Cette année on me le propose ! Il est 8h heure du matin, pas vraiment l’heure de la sieste, plutôt celui de la grasse mat. Allez hop 10 autres minutes dans la tente chauffée, ça me fera mes 20 minutes pour la nuit. Le pied ! La montée du coup se passe bien. Même si un couple de randonneurs tranquillou millou qui me passent au ravito de Bruson et me semblent impossible à rejoindre. Mais bon après 280 bornes, monter comme un randonneur ce n’est parfois pas si mal. A la bascule ils me proposent de l’eau. Et puis quoi encore. Ils ne veulent pas non plus me porter mon sac ??? Non mais j’te jure des fois …  La descente est technique au début puis longue sur un chemin 4x4 qui serpente. Mais là encore connaître le terrain est un grand avantage. Ne penser qu’à gagner du temps et courir, courir, ne pas s’arrêter. Pas tant pour aller vite que pour ne pas y passer du temps et de l’énergie mentale. Arrivée à la base vie d’Ollomont à 12h05. Je pense prendre une douche et me changer. Mais patraque voilà que l’on m’annonce que deux coureurs derrière viennent de passer le Col Bruson (la bascule vers Ollomont). Non d’un petit bonhomme, mon sang ne fait qu’un tour. Aurais-je perdu tant de temps à mon rythme randonneur ? Vont-ils vite ? Je bois ma soupe, mange les pâtes, ne me change pas, on oublie la douche. Durée de la pause, 13 minutes. Pour information, Dans la réalité, Pablo et Eric le Pyrénéen  sont à plus de 2h et 3h30.

Section 7 : Ollomont – Courmayeur – 48 km 2609D+ en …
Sommeil 20’ - Cumul 3h20’

Je repars en transe. Une motivation folle à refaire l’écart, creuser le trou, écœurer toute velléité de poursuite. En plus je me prends à rêver de rattraper Christophe Le Saux que l’on m’a annoncé un peu difficile. Une arrivée main dans la main avec ce personnage digne d’une bande dessinée avec sa magnifique chevelure blonde et son sourire accroché au visage, ce serait une superbe conclusion. Oublié le rythme rando. Je suis rivé à ma mon alti pour garder à minima un rythme de 13m/s soit environ 800 mètres/heure. Au refuge Champillon c’est le minimum syndical, une bière et un peu de solide, trois minutes maximum, et ça repart vers le col Charmillon. Les 1.500D+ sont une formalité. Mais je ne peux m’empêcher de regarder régulièrement derrière et je m’attends à voir remonter une fusée. Une sorte de paranoïa s’installe doucement. Après la descente, j’ai le souvenir terrible des huit kilomètres de chemin 4x4 assez plats vers Saint Remy. Mais cette annéej’ai une arme secrète : un iPod acheté spécialement pour l’occasion et qui a un usage unique : passer cette zone en courant en ne pensant plus à rien, surtout pas au temps qui passe. L’opération est une réussite totale. Marcus Miller, Zazie, et Bashung font des merveilles ! Merci à eux. Je m’apprête à pointer joyeux à Saint Remy … mais pas de poste de contrôle. Heuuu … serais-je arrivé trop tôt ??? Bon ben je continue, et effectivement il a été décalé sur le village voisin des Bosses. Il est 17h et une chaleur terrible s’abat sur moi. Je prends cher sur les parties goudronnées. Avant le poste de ravito/contrôle  je me plonge dans une fontaine, mouille même mes chaussures, et je me surprends à m’énerver contre les bénévoles … parce que j’ai trop chaud !!! N’importe quoi. Eux gardent le sourire, m’encouragent, me disent que j’ai l’air plus en forme que mes trois camarades devant. Ah bon ???  Ce doit être la Berezina devant alors ! Ce que je ne sais pas c’est que je compterai à ce poste plus de 3h15 d’avance sur Pablo. Mais en attendant je suis juste cuit. Peu après dans le village une fontaine m’apparait. Faisant fi de toute décence, j’enlève short,  tshirt, chaussures, et plonge mon corps brulant dans l’eau froide. Cinq bonnes minutes de bonheur. Me croyant remis à niveau, je poursuis et entame la montée vers le Merdeux qui porte bien son nom avec un épandage permanent de lisier. Montée laborieuse. J’arrive à la tombée de la nuit au ravito tenu par une quelques jeunes bien sympa.  Je décide de prendre 20 minutes de repos dans la remise arrière. J’ai très chaud et la tête qui tourne. Mais rien n’est vraiment confort ici. Je passe du chaud au froid rapidement. Bonatti ne me laisse pas un bon souvenir car l’an dernier j’y ai passé 13 heures, le temps pour mon releveur droit de se débloquer à coup de poches de glace, mais c’est assurément plus confortable pour s’y reposer. Alors go, va falloir passer Malatra. Situé à plus de alt. 2.900 mètres, le final très raide et en pierrier n’est pas très sur. Cela va s’avérer être mon chemin de croix. En surchauffe permanente, j’ai la tête qui tourne. Je perds l’équilibre. J’hésite par moment à redescendre.  Je me demande vraiment ce que je fous là. Bon sang, sans le dossard, j’aurais tout arrêté à Bonne. Durant la montée je suis si lent que  des vaches vont même m’accompagner. Sur le haut, c’est pas à pas, mètre par mètre que je bascule. A la descente qui me semble infiniment longue, je me jure bien de prendre un bon repos à Bonatti et de m’y restaurer. J’y parviens bon grès mal grès, en me paumant assez souvent (le balisage tombe avec le vent et ce n’est que du pierrier). Entre temps j’ai allumé mon téléphone, car je me sens très fragile et je comprends bien qu’à tout moment je peux basculer dans un autre état. Un sms m’annonce que Marco est disqualifié. Je passe donc troisième. Whouaaa, trop bon. Et en même temps si loin … Mon père m’appelle, s’inquiétant surement de mon état vu que je tarde à pointer sur Bonatti. Je lui demande d’appeler Guillaume Millet pour demander à avoir un gars de l’équipe sur Bertone et m’accompagner à la descente vers Courmayeur. Ca me rassurerait. Arrivée à Bonatti à 23h30. Et là c’est un grand n’importe quoi. La gardienne me propose de me reposer un coup, de boire un thé, manger … je prends un verre d’eau, et sans même remplir mes gourdes presque vides, je repars aussi sec. Semi-conscient, le pas chaloupant. Quinze minutes après, sur le chemin menant à Bertone, je m’effondre. Impossible de me relever. Ma course est finie. A six ou sept kilomètre de l’arrivée. Décidément cette zone est bien mon triangle des Bermudes.

Commence une autre épreuve. Tenir jusqu'à ce que l’on puisse m’aider. J’ai déjà sur moi tout ce que j’ai emporté: veste, pantalon, et gants goretex, plus mes gants en laine, un sous vêtement thermique, un bonnet. J’y ajoute ma couverture de survie. Miracle elle ne se déchire pas ! Mais insuffisante pour couvrir tout le corps et me protéger à la fois du sol et de l’air. J’appelle le camarade Emmanuel Lamarle qui va se démener pour avertir l’organisation et faire monter des secours. La gardienne de Bonatti ne peut pas bouger, car elle doit garder le refuge. Nico m’appelle aussi. Ca fait du bien de parler. Ca m’empêche de m’endormir et de me refroidir trop vite. Je suis déjà grelotant. Et encore le temps est grand beau, peu de vent, la pleine lune éclaire magnifiquement les Grandes Jorasses. Presque un rêve. Surtout ne pas basculer dans le cauchemar. Pablo passe une heure trente après. Je suis transi de froid. Il me rassure. Il enlève et me laisse sa veste goretex., sort sa couverture de survie, remonte la mienne, et m’enveloppe le bas du corps avec la sienne, m’isole beaucoup mieux du sol. Il va appeler les pompiers pour savoir où en sont les secours. Il est pompier lui-même et a un contact personnel. J’aimerais bien qu’il puisse rester avec moi le temps que les secours arrivent. Mais voilà, il est maintenant en tshirt, mouillé de transpiration, et a vite froid lui aussi à l’arrêt. Pablo partit, je me sens plus faible. J’allume ma frontale en mode clignotant … Je vais me réveiller secoué fortement. J’ouvre les yeux et aperçois une femme et un homme en train de me frotter vigoureusement. Elle est médecin, lui guide. Ils sont monté en 4x4, puis ont marché 45 minutes pour me trouver finalement grâce à la frontale. Heureusement que ma tête était tournée du bon côté ! Un bâton lumineux devrait surement faire partie du matos obligatoire. Un peu réchauffé, ils me portent en me laissant marcher, même en trainant des pieds sur les cailloux, pour me réchauffer. Nous atteignons leur 4x4 en une trentaine de minutes. Le calvaire est terminé. Je suis soulagé.

Epilogue

J’ai fait une course de rêve. Aucun problème physique, contracture, ampoules, échauffement, ou autre tendinites. La gestion des temps de repos ont été parfait, avec environ 3h20 en six arrêts sur moins de 90h de course. J’ai pu accélérer quand je le voulais pour tenir les écarts. Et puis sur le final j’ai ce grand coup de chaleur. Rien de bien terrible en soi, ça m’est déjà arrivé. Au mieux je me repose un peu et me restaure, et ça repart. Au pire c’est l’abandon. Mais jamais, grand dieu jamais, je me suis laissé allé jusqu’à un état semi-conscient, et une perte totale de lucidité. Pourquoi là ? Je sais que j’ai peu ou prou deux à trois heures d’avance sur le quatrième, et que Christophe Le Seaux est arrivé. Donc plus d’enjeux. Qu’est ce qui justifie que mon surmoi me pousse à l’urgence d’en terminer ? Pourquoi installe t il une sorte de paranoïa qui me pousse à ne pas croire que le coureur de derrière est loin. Et puis quand bien même. Est-ce cette vieille croyance familiale que la réussite ne peut nous atteindre ? Un atavisme de la déroute qui me fait aller dans le mur ? Est-ce la pression du dossard alliée avec une fatigue globale extrême ? Bref sur ce sujet il va me falloir cogiter, et surement prendre des décisions qui soient en phase avec mon moi. Ne plus laisser ni les croyances, ni un quelconque surmoi trop compétiteur reprendre la main. Peut-être même arrêter à nouveau la compétition et revenir aux plaisirs simples et partagés de la rando hors de la tyrannie du chronomètre. J'y reviendrai dans un post dédié.

Je fais également deux autres retours de cette expérience.

D’abord que le matériel obligatoire n’est qu’un minimum. Bien loin d’assurer la survie d’un coureur en perdition pendant plusieurs heures, le temps que les secours n’arrivent. Et encore ai-je bénéficié de bonnes conditions météo. Qu’en aurait il été sous la pluie et le vent ? A des températures bien plus basses ? A méditer par ceux qui pensent toujours à n’emporter que le minimum, quitte même à jouer avec les mots pour quelques centaines de grammes.

Ensuite je me demande dans quelle mesure sur ce genre de course, il ne serait pas bon de proposer aux coureurs un pacer sur la partie finale. Voir un bénévole qui fait le parcours de Bonatti à Courmayeur avec le coureur. Possible puisque les écarts sont de plusieurs heures. Notamment pour les premiers qui dorment assez peu, et sous le coup d’une fatigue extrême, il est assez courant de voir des cas de somnambulisme ou de perte de lucidité. La seule présence d’une personne rassure et permet le cas échéant de pousser à un arrêt, au moins momentané. Je me souviens d’Alexandre Forestieri qui en 2010 avait été retrouvé entre Bertone et l’arrivée en train de chercher des champignons ! Guillaume Millet a aussi raconté qu’il ne sentait plus très conscient. Et cette année encore Marco Gazzola sort du parcours à Bonatti pour aller directement dans le Val Ferret.

Au final le voyage est toujours aussi magnifique, les bénévoles et l’organisation fantastiques de gentillesse et d’efficacité. Toute la vallée s’approprie cette course pour en faire une magnifique fête. Alors quid de 2013 ? D’abord laisser du temps au temps.

 

15 commentaires

Commentaire de Piloumontagne posté le 04-10-2011 à 20:21:06

La montagne enseigne l'humilité. Toutes mes félicitations pour ce très beau récit. Tant par le choix des mots, que par le détail de ta progression et le cheminement vers un final qu'on connaît, et qui pourtant, semblait improbable. Bonatti, c'est si près de Courmayeur... et pourtant si loin. Le tact dans l'audace, c'est de savoir jusqu'où on peut aller trop loin. Le Tor des Géants nous pousse dans nos retranchements les plus profonds. La perte des repères en est le principal danger. Quel garde fou ? Je n'en sais rien. Dans tout les cas, je suis admiratif de ton engagement sur cette épreuve qui est une véritable aventure humaine au coeur des montagnes.

Commentaire de Scoubidou posté le 04-10-2011 à 20:45:46

Merci pour ce beau récit.
Et bravo pour l'humilité, la capacité à relativiser et le recul dont tu fais preuve.

Commentaire de serge posté le 04-10-2011 à 20:52:50

merci pour le CR

à noter que tu mets 7h44 pour faire la première portion et non 9h44 (9h25 en 2010)

Commentaire de ptijean posté le 05-10-2011 à 15:47:27

Quoi dire de plus, à part que ton pseudo te va à merveille .Bravo "ULTRA"-steph.

Commentaire de peky posté le 05-10-2011 à 16:03:53

Bravo

Récit plein d'humilité. Toujours aussi percutant dans l'analyse. Dommage que tu doives abandonner si prés du but.

Commentaire de Bacchus posté le 05-10-2011 à 23:28:43

Bravo pour ta course et ton CR
Tu nous a tenu en haleine pendant toute la semaine du TOR mieux que la télé réalité
2012 ou 2013 ce sera bon

Commentaire de marioune posté le 06-10-2011 à 02:28:05

Absolument captivant steph, autant ton analyse que le récit. Je me sens assez a l'inverse de toi en CAP, n ayant jamais poussé la machine, surtout comparé a toi. Courir jusqu'a tomber. J étais decue par le bouquin de Murakami sur la cap, car je trouvais qu il n allait pas assez loin dans son analyse. Mais toi tu pousses loin. Le plus loin est "Est-ce cette vieille croyance familiale que la réussite ne peut nous atteindre ? Un atavisme de la déroute qui me fait aller dans le mur ?" Je te dirais, vaut mieux balancer l'atavisme derriere, mais a toi de voir a froid.
Je suis convaincue qu il faudrait un pacer sur ce genre de course et ce avant que quelqu'un accede a la derniere tape: courir jusqu'a ...en mourir.
Merci de nous avoir fait partage cela. Bises a ++.

Commentaire de Oliv'BCA posté le 06-10-2011 à 13:49:24

Salut Steph, c'est une course énorme que tu nous a fait là! Même si ça n'apparaitra pas dans une liste de résultats... juste grandiose. Continue à te faire plaisir comme ça !!!
Pour avoir fait la dernière montée du TOE avec Pablo, c'est un gars génial, surmotivé et effectivement bavard :) même quand il est fatigué ;).
A+, sur une course,
Oliv' (du Lavaredo)

Commentaire de tounik posté le 07-10-2011 à 11:14:45

Très beau récit, quel plaisir de vous suivre , le passage derrière l'écran est réellement captivant. Quelle tristesse aussi de voir ton nom descendre doucement au classement après ton abandon. L'atavisme n'existe pas, mais ton exigence de performance est réelle.

Commentaire de sarajevo posté le 12-10-2011 à 10:51:29

Un CR juste énorme, plein d'humilité, de questions et sans concession pour nos travers d'être humain. Récit super bien écrit. BRAVO!!

Commentaire de Le Loup posté le 25-10-2011 à 13:38:22

Je lis seulement ce récit Stéph... Je ne suis pas sûr de m'identifier à ce type de courses ; ça me paraît tellement démesuré, enfin peut-être si ma (sur)vie en dépendait comme un animal (mais pas sûr d'avoir envie de faire l'inverse, enfin je me comprends). Je ne peux toutefois empêcher une sorte de mise en abîme à te lire, comme si je portais en moi un bout du code adn de ce que tu décris... Elle est belle ta course, sublimée par ce magnifique abandon ! ^^
Tu es un grand coureur Stéph, mais tu es plus que ça : tu es un homme !

Commentaire de Bicshow posté le 12-03-2012 à 11:09:01

Enorme !! inscrit cette année ça permet de se forger une idée.
Au fait la vitesse ascensionnelle est en m/mn et pas en m/s car 13m/s = 46 800 m/h c'est beaucoup ;-)
A+
Bicshow

Commentaire de Jean-Phi posté le 19-03-2012 à 16:50:33

Je viens de relire ton CR pour la énième fois. Je n'avais jamais osé y poster de commentaire mais là, j'y vois comme une résonnance en moi, dans ton propos, dans ton discernement. On y lit toute l'inéluctabilité de ce qu'il va se passer après avoir côtoyer le sommet. Ton CR est une mine d'informations pour tout ultra trailer mais aussi pour tout coureur qui en oublie parfois son humilité et ses limites. Il pose ce constat là : Je suis coureur, je suis humain avec toutes les qualités et toutes les faiblesses inhérentes à cette condition humaine. Un vrai beau récit initiatique en somme. C'est hors normes. Quelle clairvoyance, quel recul ! Bravo Steph !

Commentaire de LtBlueb posté le 19-06-2012 à 23:42:13

tout simplement enorme... mais si effrayant en même temps...

Commentaire de TomTrailRunner posté le 14-08-2012 à 14:45:53

"Alors quid de 2013 ? D’abord laisser du temps au temps..."

Le temps semblait suspendu durant cette aventure, le temps et la vie continuent : profite de la vie pour revenir (peut-être) à cette course...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !