Récit de la course : Semi-Marathon de Rambouillet 2012, par francois 91410

L'auteur : francois 91410

La course : Semi-Marathon de Rambouillet

Date : 11/3/2012

Lieu : Rambouillet (Yvelines)

Affichage : 813 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

11 autres récits :

Le jour où j’ai fait un podium

Le jour où j’ai fait un podium

11 mars 2012

 

 

 

3 semaines après Bullion, je remets le couvert dans le cadre de ma préparation au marathon du Mont St Michel. Objectif : vérifier que j’ai un bon rythme et que mes bonnes sensations de Bullion n’étaient pas liées au hasard.

 

Ambiance

Je reviens également aux sources à Rambouillet, où je m’inscrivis pour ma première course en 2005.

Comme chaque année, les inscriptions étaient closes plus tôt que l’année précédente (le 18 janvier), gage de qualité et d’engouement. L’organisation a accepté 2400 dossards et aurait pu en enregistrer plus de 3500 !

Pourtant arrivé sur les lieux assez tôt, le temps de rejoindre le gymnase depuis le parking à quelques centaines de mètres, de faire la queue pour pouvoir pénétrer dans le gymnase (conditions de sécurité obligent), puis de se rendre au comptoir réclamations pour donner le certificat médical que j’avais déjà donné deux fois à TopChrono (…), puis  de retourner à la voiture pour finir de me préparer, puis de rejoindre la ligne de départ en trottinant, l’heure de rendez-vous kikouresque était passée … sniff … point de Bubulle ni de TontonTraileur.

Je retrouve Raphaël, un coureur voisin de mon patelin, qui a réussi à truander et à récupérer un dossard de (jeune ?) fille inutilisé par son club. Il a déjà fait Bullion, ainsi que Paris la semaine dernière, en prépa de l’Ecotrail : nous choisissons sagement le sas moins de 1h50, au milieu de la foule des partants. L'organisation est bien maîtrisée, comme chaque année.

Il fait doux pour une fois à ce semi : 8°C au départ. Temps couvert mais idéal pour courir. Le coup de feu lointain nous annonce le début de notre chevauchée, puis nous franchissons la ligne de départ après plus d’une minute. Le tracé qui nous attend :

 

Sérénité et application

Le début de parcours est parfaitement traître : un bon faux-plat descendant jusqu’au centre-ville, où il est toujours amusant de voir les visages qui amusés, qui médusés, qui interrogatifs, des rambolitains allant acheter leur pain de bon matin dans les rues jusque-là désertes.

 Le Palais du Roi de Rome et le Carroussel devant l'entrée du Parc du Château

C’est déjà la côte en sortie de ville vers la Grille aux Lapins. On pourrait croire que c’est la principale difficulté du parcours avec une trentaine de mètres de dénivelé (!!), mais la suite du tracé prouvera que non. En entrant dans la forêt de Rambouillet, chacun reprend quelque peu son souffle avant de relancer. Contrairement à Bullion où j’étais parti très tranquillement, je me suis calqué depuis le départ sur un 4’50’’ au km, histoire de voir si j’arrive à résister longtemps et ainsi taquiner mon record (historique).

Nous entamons une interminable ligne droite (2,5km), où je m’applique à rester bien en ligne. Je snobe le premier ravito, comme j’ai prévu de le faire jusqu’au bout d’ailleurs, ayant prévu d’emmener ce qu’il faut. Le parcours est toujours aussi charmant, longeant un premier plan d’eau (l’étang du Coupe Gorge).

 

 

Le kilomètre 8 est déjà là, je me prépare à appeler Fabienne et Roland, deux supporters venus en voisins et postés juste avant le pont enjambant la N10. Une poignée de main, un bise claquée au vol, super sympa les amis, à tout à l’heure pour l’apéro (pour de vrai) ! Passage éclair au Perray en Yvelines au carrefour de la Croix St Jacques deuxième ravito snobé et nous revoici en pleine forêt. Il s’agit maintenant d’avaler 3km d’un chemin stabilisé qui serpente  joyeusement entre les arbres (piste cyclable du Patis). Faut rester concentré pour ne pas s’allonger le chemin et relancer continuellement.

 

Consternation

Au pied du petit faux plat du 11e, gros coup de barre.

Clairement je n’avance plus et j’évite de trop regarder mon chrono. Je me dis à ce moment-là que je suis vraiment parti trop vite, et que j’aurai du mal à finir bien. Moi qui voulais commencer ma course au 14-15e km…

Je mets plus d’un km à récupérer, et à relancer très progressivement la machine. Un faux-plat descendant m’aide à reprendre du poil de la bête, les jambes commencent à tourner à nouveau.

 

Top concentration

Ca va mieux. Par contre, c’est le genre de moment où faut pas m’emm***** ! Je fixe méchamment l’horizon et trace tout droit. Je redoute le passage dans la zone pavillonnaire et les ronds-points impersonnels autour du 15e, mais finalement je les avale correctement : bon signe finalement. Je suis revenu à un bon rythme, d’ailleurs je commence à reprendre quelques coureurs qui m’avaient lâchement scotchés quelques minutes auparavant. C’est bon pour le moral ça !!

Nous dépassons l’hippodrome, et donc le 16e. Ca descend un peu vers le dernier ravito près de l’Etang d’Or et le petit pont de la Drouette.

Maintenant faut résister pour les 3 derniers km. On commence à entendre des « bravo, vous y êtes, c’est bientôt fini ! » qui à défaut de dire la vérité réconfortent et donne une peu de courage supplémentaire.

Je connais par cœur la fin de parcours, démoralisante à souhait avec un kilomètre où on doit longer à contre-sens la N10, avant de repartir dans l’autre sens en salomant entre les pavillons derrière le stade. Relances obligatoires.

Je vous avais dit qu'il ne fallait pas m'emm*****...

Je sais que je suis inexorablement au-dessus de mon (modeste) record mais je tire quand même sur les bras et lève les genoux, on ne se refait pas. Puis le dernier virage et les 300 derniers mètres de ligne droite, c’est l’arche noire d’arrivée.

 

Soulagement … et podium

01:44:50 et pour la première fois je finis dans les 1000 premiers à Rambouillet…

50’’ de moins que Bullion mais 1’30’’ de plus que mon record ; je réfléchis rapidement à ce qu’il faut en penser … conclusion : franchement, ça le fait quand même !

 

Ma récup est bonne, même pas mal ! Après une douche bien chaude et avant de me rendre chez mes amis pour l’apéro, remise (longuette) des coupes. Je m’amuse à m’apercevoir que j’aurais pu finir 2e vétérane 3 (rires).

Puis … le tirage au sort m’appelle sur le podium pour un lot surprise et une fleur pour Madame et sa patience depuis 7h30 à m’attendre …

J’ai toujours dit que si je gagnais quelque chose dans une course à pied un jour, ce ne pouvait être qu’avec un tirage au sort ou un concours du meilleur déguisement, ou un truc comme ça…

 

Ca, c’est fait.

 

François

968e sur 2138

 

11 commentaires

Commentaire de Tonton Traileur posté le 13-03-2012 à 14:53:44

ah ben voilà pourquoi on ne t'as pas vu : c'est à cause du déguisement !
un récit bien sympatoche.
à la prochaine.

Commentaire de Tonton Traileur posté le 13-03-2012 à 14:54:37

ah ben voilà pourquoi on ne t'as pas vu : c'est à cause du déguisement !
un récit bien sympatoche.
à la prochaine.

Commentaire de francois 91410 posté le 13-03-2012 à 15:02:40

Ouaip, j'étais déguisé en parfait Kikoureur !!

Commentaire de chris78 posté le 13-03-2012 à 15:15:39

Lol j'ai vraiment cru que tu avais fait un podium, et j'ai eu peur ! Faut pas qu'il devienne trop fort mon lievre non plus !!! :-)
BRAVO pour ta course !!! .... mais c'est quoi le lot surprise ???

Commentaire de francois 91410 posté le 13-03-2012 à 21:55:05

C'est un accessoire indispensable pour la prépa marathon du MSM : un service à fondue au chocolat (que nous allons tester demain soir d'ailleurs... slurp !)

Commentaire de Nono_d posté le 13-03-2012 à 15:23:58

Eh.... peut être, mais un podium, c'est un podium! Bravo à toi! ;-)

Commentaire de francois 91410 posté le 13-03-2012 à 21:53:45

c'est vrai.
Mais en même temps, pour la petite histoire, c'était le dernier dossard tiré au sort, on ne devait plus être que 30 dans le gymnase !!!! Le pire c'est que le photographe était également parti !

Commentaire de fulgurex posté le 14-03-2012 à 00:02:14

content de voir que la forme est revenue

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 14-03-2012 à 18:53:04

Un podium, c'est un podium ! Faut pas mégoter ! Bravo le François, faudra que tu viennes avec moi au marathon d'Argentan, c'est aussi chez toi !

Commentaire de kkris posté le 15-03-2012 à 09:37:36

content pour toi,bravo pour le podium! -)

Commentaire de CROCS-MAN posté le 15-03-2012 à 12:47:51

Merci pour ton récit bien sympa. Et BRAVOOOOOOOOOOOOOOOO

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.14 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !