Récit de la course : Raid 28 2002, par Mathias

L'auteur : Mathias

La course : Raid 28

Date : 20/1/2002

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 3348 vues

Distance : 80km

Matos : voici le contenu de mon sac et mon habillement :
sac DK 5+5.
- vêtements : collant de ski de fond, carline, polaire et goretex (qui pèse
à peine plus lourd que mon Kway), bonnet, écharpe (polaire), gants. avec un tee
shirt respirant et 1 paire de chaussettes de rechange.
- bouffe : 17 barres (balisto, grany et isostar, 20g) et 1 énorme sandwich
jambon-camembert de 700gr ;-).
- boisson : 2l d\'isostar et 1l d\'eau.

mon sac pèse 2,6 kgs sans eau. ce qui fera au final 5,6 kgs.

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

104 autres récits :

Le récit

CR Raid28 - Les touristes du Zoo, part 1

Et ben ! La préparation aura été difficile, mais le raid 28, ça a été pire !
Malgré tous les petits problèmes d'organisation, tout semble être bon,
samedi, en ce qui concerne la participation de l'équipe "Les touristes du Zoo"
au légendaire raid28.
Je fais les dernières courses le matin même (hem hem), trouvant enfin ces
satanés brassards, au bout du 7ème magasin de sport. En plus, on se demande
bien à quoi ils ont pu servir...

1) préparation
==============
voici le contenu de mon sac et mon habillement :
sac DK 5+5.
- vêtements : collant de ski de fond, carline, polaire et goretex (qui pèse
à peine plus lourd que mon Kway), bonnet, écharpe (polaire), gants. avec un tee
shirt respirant et 1 paire de chaussettes de rechange.
- bouffe : 17 barres (balisto, grany et isostar, 20g) et 1 énorme sandwich
jambon-camembert de 700gr ;-).
- boisson : 2l d'isostar et 1l d'eau.

mon sac pèse 2,6 kgs sans eau. ce qui fera au final 5,6 kgs.
analyse a posteriori : je n'ai quasi pas touché au sandwich. j'ai mangé 14 barres,
et seulement 2l d'isostar. je n'ai utilisé ni les chaussettes de rechange, ni les
gants. je n'ai pas non plus utilisé mon appareil photo.

Après une bonne platée de pâtes à midi, je vais prendre mon train et retrouve Damien
à 16h à Lyon. Pendant le trajet, je lui explique un peu le raid. On n'a jamais couru
ensemble, mais je le sais indestructible, je n'ai pas d'inquiétude à son sujet.
Pour le mettre dans le bain, je lui fait lire le CR du Zoo l'an dernier.
On retrouve Julien à Bures vers 19h. Il est là depuis 15h, il s'emmerde comme un rat
mort. Après avoir bu un coup, il est temps de chercher un resto. Tiens, y'a pas grand
monde ici. On trouve finalement un resto chinois complet, on prend notre repas à
emporter, on le mange assis sur le trottoir...

Et on se pointe au départ vers 21h, la fleur au fusil...
On fait nos sacs, on s'habille, on tourne, on regarde, on se met dans l'ambiance.
C'est assez fascinant, tous ces gens qui s'équipent pour aller courir 80 kms dans
la nuit !
Fred & Céline arrivent vers 22h. Ca y est, les touristes du Zoo sont au complet!
On va tous les pourrir !

Je ne rate pas l'occasion de chambrer Zoo1, qui se préparent mi-sérieusement
(faut toujours qu'il rigole, L'Bourrin??? ;-)


2) Sacs
=======
Absolument aucun problème au contrôle des sacs, à part qu'il nous manque une
carte. Si, si. On a acheté 2 fois la même. Arg... Il nous manque celle de
Rambouillet. Assez curieusement, Papy Turoom nous rassure : "bof, ça ira, vous
inquiétez pas!". Je suppose qu'il se dit qu'on se débrouillera bien avec la carte
au 1/100.000è qu'on nous donne au départ ?
Je suis assez inquiet sur le coup, mais bon, on vient pour se ballader, on
se balladera !
Après cette petite discussion avec Papy Turoom, je lui demande confirmation de
l'endroit où on se trouve : je lui indique gif-sur-yvette sur la carte.
Il doit en rigoler encore...

On passe donc le contrôle sans problème, devant le Bourrin, un peu déçu de rater
une occasion de me chambrer ! ;-)
Derniers préparatifs... On s'allège, on s'interroge, est ce que je prend une 2ème
polaire, combien de barres, etc etc. Julien, qui a fait ses courses aujourd'hui
(son avion atterissait from Maroc à midi !), n'a pas trouvé d'isostar. Ca me
donne l'occasion de tester un nouveau dosage : je partage entre mon camel-bak,
celui de julien, celui de damien et 1 bouteille de 1,5l. ça fait 425g pour 7,5l,
soit 57g/l.

L'ambiance est assez spéciale, on sent que tout le monde attend.
Il va se passer qque chose...


3) Départ
=========
Ca y est, tout le monde est passé sur le podium pour la photo officielle.
Le moment fatidique approche...
Petit briefing, qu'on écoute d'une oreille pas très attentive...
Et à 0h01 (si), on nous tend les feuilles de route. Tout le monde se précipite.
Certains sont fébriles.

Je rejoins mes équipiers, on relève 5 balises en vitesse. Et pourtant, on le sait
bien qu'on n'est pas à 10' près... Enfin, on part en courant. "ça arrive, ça arrive"
disent les bénévoles à notre sortie. On est les 1ers à sortir ;-)

Je me suis emparé de la carte après avoir relevé les balises. mais je ne le sens
pas, je suis fébrile. Je refile la carte à Julien. On s'arrête souvent pour regarder
la carte, mais on est sur des charbons ardents! On a envie de partir, vite, courir!
Ils nous ratrappent ;-)
Julien nous emmène sans trop de problème au tunnel du PP1. Tiens, où est la balise?
C'est bien un tunnel pourtant. Julien va voir de l'autre côté. Pendant ce temps, les
autres sont attirés par une lumière au loin. Ca y est, l'équipe est séparée.
Julien, où es-tu ? Oulala, ça commence mal!

PP1
Finalement, j'entends Fred qui m'appelle, je hèle Julien, et on se retrouve au PP1 :
une balise (un losange de fer, parfois il faut avoir du bol pour qu'il se reflète à
la lumière des frontales...) qui est à 5-6m de hauteur, à l'entré du tunnel.
Je monte poinçonner.

et zou c'est reparti. Je fais une petite mise au point : pas de séparation de
l'équipe ! Notre cri de ralliement sera : "touristes!".

Il y a un grand feu au milieu du tunnel, et on passe au milieu d'une haie de torche.
Ambiance...




CR Raid28 - Les touristes du Zoo, part 2


4) Le vif du sujet
==================
Comme le dit si bien L'Bourrin dans son CR, ce tunnel, cet alignement
de torches, symbolisent à merveille le début du Raid28. C'est
magnifique, et on a vraiment l'impression de participer à une
aventure. Enfin, ce n'est que le début...

(tiens, en parlant de vos CRs, nous on n'avait pas vu qu'il y avait
de la rubalise, et on est partis tout droit ;-)

PP2
On continue par le sentier, plein sud. Puis on tape dans la pente,
toujours à une bonne allure, on a la pêche. La PP2 est dans la
descente.

PS1
Un peu de bitume à nouveau, et on trouve le PS1 à côté du lycée.
On se presse, on court, on fait la course, on est impatient, on
râle qd les orienteurs marquent une pause! On ne dirait pas qu'on
est au départ d'un raid de 80 kms. Mollo les gars, faut partir
doucement ! On nous annonce 6ème.

PS2
Un autre PS juste à côté, on sort du bitume et on attaque les chemins,
chic alors !

PP3 dans la foulée.
ça y est , on fait connaissance avec la gadoue du coin, en suivant
une bordure de champ un peu instable. Au coin du champ, la
PP4.

On trace un peu dans la forêt pour rejoindre le tunnel sous
l'autoroute. Comment ça, le tunnel sous l'autoroute? C'est quoi cette
histoire ?
On voit bien l'autoroute, en face, mais un grillage nous barre la
route. On trouve finalement un passage, et on arrive au départ du
tunnel. Y'a des types qui se marrent, avec leur caméra. Ils nous
suivent pendant la traversée.

PS3
Le tunnel est bas (je ne fais que 1m69, et déjà c'est très pénible de
marcher plié en 2), et il y a une petit profiondeur d'eau (plutôt
5cm que 20cm, n'en déplaise au Bourrin ;-)
C'est rigolo comme tout ce truc. Faut pas être claustrophobe.
Surtout que ça dure... je savais pas qu'ils avaient des autoroute
2 fois 16 voies dans le coin? Et le principal problème, c'est le froid.
Mine de rien, les pieds refroidissent... De temps en temps, je marche
un peu sur les côtés pour éviter l'eau, mais c'est pas facile (le
tunnel est cylindrique).
Enfin, on arrive au bout. Ouf!

Il est temps de reporter des balises, y'en n'a plus sur notre carte.
Nos orienteurs sont paumés, ils ne savent pas où on a émergé.
Le tout sous l'oeil inquisiteur de la caméra...

Finalement, c'est assez simple, pour arriver à cette petite rivière.
Au pont, on choisi de la longer rive gauche. pas très malin, vu la
position de la balise suivante.
On se rend compte 3' plus tard, qd la rivière se jette dans l'étang,
que la balise est rive droite... 1/2 tour, et hop.
PP5

Ce ne sont pas des gouttes que je sens? non...
Il y a 1 km jusqu'à la suivante. Moments de doute. Sur la carte, ça
a l'air simple, mais damien et julien hésitent, nous font traverser
un champ, puis finalement non...

Il y a encore 1/2h, je faisais bien attention où je mettais les pieds.
Je ne fais plus du tout gaffe, maintenant, j'ai les pieds trempés et
il y a de la boue (déjà!) de partout.
Et c'est sous la pluie (!) qu'on pointe la
PP6
dans un champ. Damned ! La météo avait pourtant bien dit : "pas de
pluie" !!! Je remercie silencieusement fred d'avoir pris un porte
carte étanche, je me demande comment on aurait fait sans.
Je sors ma goretex toute neuve, ah on est bien.

PS4
1 km plus loin, le passage sous la Nationale est facilement
repérable. On est, je crois, 8ème, après un peu plus de 2h de course.
On décide de relever des balises. On commence à se poser, sous le
tunnel du PS, et puis non finalement, on repart.


5) Les problèmes commencent...déjà!
===================================
La prochaine balise est une bleue, mais elle est sur notre route,
à environ 3kms. 500m pluqs tard, damien se rend compte qu'il a
oublié la boussole là où on vient de s'arrêter. Il va la chercher.

On suit le GR111. Mais ce qui sur la carte est un gentil bout de
sentier de randonnée de 3kms, devient sur le terrain un petit
cauchemar. La boue, d'abord, omniprésente maintenant. On glisse, on
perd nos appuis, on doit faire très attention à ne pas faire de faux
mouvement... c'est usant!
En plus de ça, le sentier est en zig-zag, à cause des arbres tombés
sur le GR. Du GR, il ne reste presque plus rien...
Dans la nuit, avec la frontale qui déconne, on a aussi peut de se
paumer. Heureusement il y a ce grand mur à gauche.

La PP7 doit être presque sur le GR. Quand on arrive à la hauteur,
une autre équipe est en train de partir : "on se barre, on laisse
tomber". Il faut repérer un ruisseau. C'est pas facile, y'a de l'eau
de partout ! Levée de terre. J'en repère une, et joie, c'est la bonne.
Chic. Je poinçonne en vitesse. Elle était bien planquée celle-là !
PP7

Et pour couronner le tout, on commence à avoir de gros problèmes de
frontales. Julien et fred n'ont quasi plus de piles. Et comme julien
a oublié ses piles de rechange... Du coup on ralentit pas mal.
J'ai une petite frontale, mais j'ai mis une ampoule halogène. J'ai
peur de tomber en rade aussi, alors je cours dans le noir. ça va.

On se fait doubler par une équipe qui a des projecteurs à la place
des frontales. Impressionnant. Ca doit être lourd, mais qu'est ce
que ça éclaire !! un peu trop, même, quand on prend ça dans les yeux !

PS5
On débouche enfin au PS5, sur la route. 3' de pause. Changement de
piles. Oups, il faut manger aussi.
Julien commence à se paindre, il a mal au bide. Il a mangé 2 barres,
et ça remue, ça remue...

Il laisse la carte à damien, qui va orienter seul.
Allez zou, courage les touristes !

Et on est reparti pour une longue ballade dans la boue, sous les
bois, toujours en suivant le GR. La balise suivante est une bleue,
mais on est encore dans l'optique de tout ramasser. On débouche en
bordure d'un champ. On ne sait pas trop où est la balise. Damien
hésite, puis part à travers champ. Je le suis, le champ est
fraîchement labouré, ça colle aux chaussures c'est l'horreur.
L'équipe est séparée, j'ai l'impression qu'on ne sait pas trop où
chercher la balise, les autres équipes ont l'ai paumées. Tiens, où
est damien??? Il m'appelle, il était près de la balise, tranquille.

PP8
Du coup, on attire les autres équipes. Allez, on dégage.
On pousse le cri de ralliement, les autres arrivent. Julien proteste,
ce n'est pas la peine de chercher des balises et de s'emmerder dans
la boue pour gagner 20'. Je ne suis pas tt à fait d'accord...
On continue à tracer à travers champs.

La prochaine est sur la charmoise, on ne sait pas à quelle hauteur.
Damien part d'un côté, moi de l'autre. Il trouve la balise, et
m'appelle (aisin que qques équipes, au passage). Je reviens au taquet,
m'écorchant qque peu au passage.
PP9

On coupe par le champ (encore!) pour rejoindre la route.
Julien n'est vraiment pas en forme, il traîne la patte. J'essaie de
rester un peu avec lui pour l'encourager.
Fred et Céline on l'air ok. Damien est tout frais. Pas de problème.
Quand à moi, je me sens une pêche d'enfer !

PP10 : sur le chemin. pas de pb.

(suite au prochain épisode)
(je sais c'est long, mais oh hein!)



CR Raid28 - Les touristes du Zoo, part 3

J'en était resté à la balise PP10 dans la partie précédente.
Rassurez-vous, au fur et à mesure que je perd ma lucidité, ça va
accélérer le récit ;-)

6) Marais fétides
=================
la PP10 est trouvée très facilement, mais Julien ne semble pas pouvoir
continuer bien longtemps.

on arrive à la fameuse PP11, à l'angle ouest de l'étang. avec damien,
qui me demande conseil, on ne sait pas trop sur quel étang on est.
je ne suis plus trop lucide pour raisonner, et comme un boeuf je
prend le parti de faire le tour de l'étang "voir si elle n'est pas
derrière". Erreur, car j'emmène mon équipe. Elle suit doucement, mais
elle va faire la tronche 5' plus tard quand on av se retrouver dans
une impasse, avec de l'eau partout, sans possibilité de faire 1/2
tour. M'énerve cette balise...
On tourne, on tourne, avec damien. Julien nous dit de laisser tomber,
ça ne vaut pas le coup. On est à 2 doigts de lever le camp, qd on voit
des bénévoles. Elle ne doit pas être loin...
A force de tourner, on finit par la trouver. Mais une étendu d'eau
nous sépare de la balise. Comment on fait ? Je prend mon courage à 2
mains (on est en pleine nuit, en plein milieu de marais fétides... ça
pue !!!), et je commence à avancer prudemment, en tatônnant. Et je
trouve un passage "à gué", je n'ai de l'eau "que" jusqu'en haut des
cuisses. à l'arrivée, on apprendra qu'une équipe y est allé à la
nage...

PP11 : ok, mais on a perdu ~30'

PP12 : facile. Damien va la poinçonner, pendant que les autres
avancent doucement en restant sur la route.

PP13 : on donne carrément RDV à damien sur la route du PS6, pendant
qu'il va poinçonner la PP13. Il prend la carte, ce qui m'occasionne
une petite angoisse qd je commence à me demander si j'ai bien
mémorisé le trajet...

Tout va bien, et on descend dans le village pour passer au PS6.


7) carrières
============
2,5 kms jusqu'aux carrières de madagascar, c'est long...
Damien nous oriente toujours sans faute.

PP14 : facile, vu la taille de la batisse...

PP15 : elle nous pose plus de difficultés. Damien me demande mon
avis, et je raconte encore n'importe quoi. Mon esprit embrumé
n'arrive pas à comprendre ce que signfie "à l'est de la carrière la
plus à l'ouest", et on part tout au bout des carrières...
on va tourner un moment avec damien, dans les ronces. au dessus,
dans les carrières... on essaie de se repérer par rapport à la
croisée des chemins, mais j'y comprend rien. Jusqu'au moment ou
damien me dit, c'est louche, il n'y a personne !
On retourne en arrière, là où on a laissé nos équipiers. Il y a des
équipes dans tous les sens ! Je suis assez énervé contre moi même, je
laisse damien aller poinçonner la balise.

on réveille céline qui s'était endormi en nous attendant. la longue
pause a fait du bien à julien.

PP16 : suffit de suivre le chemin. il y a un petit comité d'accueil
en haut d'une butte, pour nous filmer. Je fais le con avec julien,
qui ne m'a rien demandé, et la caméra. "ça c'est mon copain julien,
il a mal au ventre, il a mangé des saloperies" gazou gazou, le moral
est encore bon !

PP17 : elle oblige à un détour, pour seulement 20' de bonif'.
Damien a envie de se dégourdir les jambes, il va la chercher.
on s'est donné un point de RDV sur le GR, on se retrouve tout va
bien.

PP18 : damien part devant (décidemment!!) pour la chercher. qd on
arrive sur zone, on l'appelle, il revient sans avoir poinçonné.
Il n'a pas compris où elle pouvait être, et s'est dit que pour 20'...
1ère balise ratée !!!

Allez, courage ! le PP20 nous tend les bras !!
C'est à peu près à ce moment là qu'il commence à faire jour.

PP19 : tour de la grange, sans problème.

PP20 : sur la rivière, en amont. damien observe la rivière, et sûr de
lui, part d'un côté. comme les autres équipes, d'ailleurs. au bout
d'un moment, je vois des types qui vont poinçonner de l'autre côté.
je leur demande s'il l'ont trouvé (ce que je n'aurais pas fait si on
avait encore été en course), et j'appelle damien.
Il a bourré un peu (il joue la gagne ;-) je lui propose d'aller
poinçonner. le jour se lève, je suis content d'être ici, je pars en
sprint chercher la balise, me met à l'eau sans hésitation, berk, plein
de boue, encore. Et je rejoins mes équipiers.


8) Abandon
==========
On arrive au PP20 à 8h05, de jour, un peu inquiet : je découvre à ce
moment là :-( les horaires conseillés, je ne pensais vraiment pas
qu'on était déjà dans le rouge ! on est 26è.
on mange un morceau, on boit un coup.
On discute avec julien. il est à l'agonie, il ne peut pas continuer.
En plus, à la vitesse où on avance (ça fait longtemps qu'on n'a pas
couru !), on ne passera pas le PC2.
On lui file qques bricoles (ma frontale, mon sandwich de 700g ;-) et
on l'abandonne là, tout seul, à 8h15.

C'est une grosse déception, mais il n'y a pas d'amertume, julien aura
fait ce qu'il a pu, et maintenant ça va être à nous de faire ce qu'on
peut pour rallier l'arrivée : nouveau défi ! On est tous motivés
pour finir.

Allez, plus que 40 bornes !
(on s'imagine à ce moment là, avoir déjà parcouru 40 kms ;-)


CR Raid28 - Les touristes du Zoo, part 4

9) c'est dur au petit matin
===========================
les 3 balises suivantes ont déjà été retirées (à cause de la chasse),
on a 7 ou 8 kms jusqu'à la prochaine balise ! bon, ok, il est mignon
ce GR, mais bon...
On trottine assez régulièrement, de tps en tps céline et fred se font
distancer, mais on avance qd même à un bon rythme par rapport à tout
à l'heure. J'essaie de me motiver en rattrapant d'autres équipes.
Mais c'est dur. Dès que ça accélère, je n'arrive pas à suivre.
ouille. je n'ose même pas penser à la fin du raid.
Je n'ai pas de bobo, mais je n'arrive plus à courir. Et quand je
marche, je m'endors !!!

Enfin, on arrive à ce PS7 des culs de chaudière.
On coupe par le chemin pour aller chercher la PP24. Je n'ai plus la
force de m'intéresser à la carte : je me contente de demander à
damien, plein d'espoir, si on peut l'attendre ici pendant qu'il va
poinçonner...

PP24 : quasi sur le chemin.
PP25 : sur le GR

puis on emprunte un chemin, qui est vite en rase campagne : on voit
des habitation au loin, qui ne s'approche pas...
je propose à damien de courir, prendre de l'avance afin de pouvoir
noter les prochaines balises. au fond de moi, je tiens absolument à
arriver à tps pour la CO !
On arrive à "les granges-le-roi", on se pose sur une bouche d'égout
à l'abri et on relève les balises restantes.
Je regarde de tps en tps sur le chemin si je ne vois pas les autres
passer, mais ça ne m'empêche pas de les rater !
Il nous doublent sans nous voir, et font 1/2 tour qques mètres plus
loin, à un carrefour ils se sont doutés qu'on avait du s'arrêter.

On arrive au départ de la CO à 10h02. Et là, ce qui n'est vraiment
pas logique étant donné l'heure qu'il est et les horaires
d'élimination, je négocie avec le bénévole pour faire la CO quand
même. Si j'avais réfléchi 2mns, je me serais rendu compte qu'on allait
avoir du mal à joindre le PC2 dans les délais. Allez, siouplez, de
toute manière on n'est que 4, on est déjà éliminés...
Je lui fend le coeur, il me donne une carte et antidate notre départ
à 10h00 au lieu de 10h05.
Nous n'arriverons pas complets, mais j'ai envie de tout donner sur
la CO. Je pars avec damien, on file la carte à fred et céline et on
se donne RDV au PS8 (arrivée de la CO)

10) la CO, c'est bon, mangez-en
===============================
non, décidemment, j'adore ça.
Je ne sais pas ce qu'il m'arrive : il y a encore 10' j'arrivais pas
à trotinner à 6kms/h, et maintenant que j'ai une carte dans les mains,
je cours à bloc. j'indique les balises à damien, qui va les
poinçonner. tout se passe bien, quasi pas d'erreur.
c'est qd même bcp plus rigolo la CO. on court, on coupe à travers dans
les ronces, on réfléchit, on interprète les signes du terrain, de la
végétation, etc. On ne trouve pas tout ça dans l'orientation du raid.

Et on arrive bien défoncés au PS8, à 10h51. rahhhh.


11) Abandons...
===============
Et c'est au tour de céline et fred de rendre les armes. fred aurait
bien continué, mais il préfère raccompagner sa douce et tendre, qui
est complètement naze. mais, surtout, ils ont moins de motivation
pour terminer maintenant que julien a abandonné, et en plus ça va
être short pour finir, avec nos petites folies de CO.

la mort dans l'âme, on abandonne encore 2 équipiers de plus, et on
part en courant (assez vite, ma foi), l'oeil sur la montre.
on a 1h pour faire 6,5kms.
Mais je paye mes efforts de la CO : je sens que je vais avoir des
problèmes pour finir. un bénévole nuos dit que, maintenant, il va
falloir aller au plus court. je suis d'accord...

on discute un peu à propos de la prochaine balise, mais je suis
encore dans une mauvaise passe, et on décide de ne pas aller
chercher la PP27. 60' de pénalité. c'est dommage, je n'ai même pas
regardé la carte, sinon je pense qu'on y serait allé, elle n'était
pas si loin.

PP28 : damien me fait descendre à travers bois, je trouve ça assez
curieux, mais j'ai confiance. on cherche une clairière. on tâtonne
un peu pour la trouver celle là. tiens, 20' de bonif.

PP29 : on sait que c'est au bord du ruisseau... comme on a du mal à
réfléchir, on choisit encore la solution de partir chacun de son côté.
on dit traverser le ruisseau sur un arbre couché. damien a encore de
l'équilibre, mais je n'ai pas confiance, je passe dans l'eau, en me
tenant à l'arbre. berk, encore de la boue.

en remontant dans le champ en face, j'aperçois un chevreuil. joli,
je m'arrête pour observer.

PP30 : sur le chemin.

j'ai le regard fixe, je sens que damien commence à s'inquiéter.
de tps en tps je me remotive, et je repart en trottinant.
je fait les 4 derniers kms en comptant sans arrêt dans ma tête, en
essayant de calculer combien de kms il reste. Et toujours en partant
du principe que le PC1 était au km 40. Du coup, je me remotive en me
disant qu'il doit rester 15kms, peut être moins, à partir du PC2.
on a la ferme du PC2 en vue, damien m'encourage.
au passage, on croise une charmante bénévole, qui nous encourage
chaleureusement, ça fait chaud au coeur.

PC2 : on y arrive à 11h50, en 16è position (j'ai encore la force de
regarder notre position ;-)
je me fixe sur 15kms : s'il en reste plus, j'abandonne.
je me vautre sur un banc, et je dit à damien : je suis niké. dans ma
tête, je suis en train de glisser vers l'abandon. je ne me vois pas
terminer, et comme de toute manière l'équipe a déjà perdu...

je sens de grosses ampoules sous les pieds. je n'ose pas regarder.
et, surtout, je commence à avoir mal au coup-de-pied gauche. ça ne
me dit rien qui vaille, ça fait un peu début de tendinite.

j'ai repoussé le moment fatidique : "combien y reste de bornes ?"
24. blam!
je dois tirer une drôle de tronche, le bénévole m'encourage.

et puis je repense aux templiers, et je me dit que, de toute manière,
on termine toujours. ça prend des heures, mais on avance...
et damien me regarde, attend, m'encourage. je ne vais pas le laisser
tomber ?

après 20' de pause, on repart. j'ai de nouveau le moral, on va tous
les pourrir, me dis-je alors. j'ai vu passer un gros paquet d'équipes,
ça fait un objectif ! ;-)

à ce moment (comme au PC1 d'ailleurs) j'ai une pensée pour Zoo1, en
voyant qu'ils ne sont pas passés, je me dit qu'ils vont probablement
se faire griller, il est déjà 12h10...

(arg, pas encore fini, j'ai des progrès à faire en CR ! ;-)


CR Raid28 - Les touristes du Zoo, part 5

12) c'est reparti mon kiki !
============================
je ne suis jamais passé aussi près de l'abandon, mais il va falloir
trouver des ressources pour terminer...
je suis inquiet à propos de mon tendon du tibia gauche, qui me fait
mal à chaque fois que je décolle le pied du sol. ça sent la tendinite,
qui risque de se dégrader. et comme j'ai un peu moins mal en
trottinant, je m'y remet dès que j'arrive à rassembler assez de
courage.

PS9 : oh ! chic, encore 1 tuyau sous l'autoroute ! plic-plouc, rigolo.
et, tiens, une balise au milieu du tube.

PP31. curieux, c'est une bonif, aurait-on fait un détour ?
je ne me rend compte de rien sur le coup, mais c'est le cas. je me
suis fait roulé par damien, qui a profité d'un moment d'inattention
de ma part ;-)


13) ça souffle
==============
commence alors les longues traversées, interminables, avec le vent de
face qque soit notre orientation ;-)
je "prend l'aspi" de damien, rigolez pas, ça soulage vachement!
pour commencer, 3kms jusqu'au PP32, en ligne droite le long de
l'autoroute.

c'est pas le plus marrant du raid. non seulement, je suis à l'agonie,
mais c'est long... c'est long... et en plus, il n'y a plus
d'orientation, et c'est tout plat ! je demande de tps en tps à damien
le nb de bornes jusqu'à l'arrivée, je compte presque mes pas...

PP32 : dans une petite maison. en attendant que damien aille
poinçonner, j'observe le spectacle magnifique de 5 chevreuils, qui se
balladent dans le champ... j'ai une petite pensée pour eux, en me
rappellant les chasseurs qu'on a vu avant d'arriver ici...

on suit maintenant la voie ferrée. j'ai l'impression qu'on a la carte
IGN entière à traverser en ligne droite.
rien à signaler, sur 4kms tout droit jusqu'au PS10.
on se fait "controller" dans l'ancienne gare, et on continue en
longeant les rails. on est 18è. eh oui, je continue à regarder le
classement ;-) on passe plusieurs équipes juste après le PS10.

et c'est reparti pour une grande ligne droite...

PP33 : 3kms plus tard, damien me dit : bouge pas, je vais chercher
la balise, et il disparait dans les bois. ok, pas de pb ;-)
il réapparait un peu plus loin, je le rejoins.

PP34 : à 500m, dans l'eau qui passe sous la voie.

là, je ne me rappelle plus si le sentier continuait le long de la
voie ferrée, mais je me demande si damien n'a pas fait une petite
erreur : on est remonté, à l'ouest, sur la colline. un peu de
dénivellé...
hop, une petite descente dans les bois, et au bout de 2kms, voici
l'étang de la PP35. elle est au sommet d'une butte, pas très haute,
mais une fois de plus, je remercie damien d'y aller.
on fait le tour du lac, et la PP36 est de l'autre côté.


14) Auneau
==========
on ne sait pas où est le PR3, dans auneau. on se contente de suivre
les autres équipes. arrivé au contrôle, je me vautre par terre,
pretextant des cailloux dans la chaussure pour me reposer un peu.
au gd dame de la gentille bénévole, qui trouve que l'endriot que
j'ai choisi pour m'affaler est bcp trop près de la route !

on regarde un peu la carte. le bénévole ne veut pas nous dire si le
PS11 est éliminatoire ou pas. mes neurones sont dispersés, je ne
pense même pas à regarder les feuilles de route.

9kms par la balise bleue, 6kms par les vertes.
j'en ai vraiment trop marre. je ne suis pas plus fatigué qu'il y a
3 heures, mais j'ai envie que ça s'arrête. damien n'insiste pas, nous
ne ferons pas le détour.
par contre, dans auneau, on en fera un, de petit détour. je demande à
un coureur : c'est par où les vertes? "les vertes c'est par là, la
bleue est par là" ;-)
et damien m'emmène visiter le chateau d'eau d'auneau ;-)
ça fait pas un gros détour...

on se tape 3 bornes de route, ennuyeux à mourrir.
puis on tourne dans les sous-bois, c'est mignon. damien ne trouve pas
la balise, il fait des allers retour, puis revient tout gêné vers moi,
on est allé un peu trop loin, on est sur la rivière, mais sur un pont
trop au nord.

sur le bon pont, on trouve les survivants de zoo1, qui m'ont l'air ma
foi assez en forme. damien est déjà descendu chercher la balise, qui
est en contrebas. Poc propose de lancer leur feuille de contrôle, ce
qui n'est pas forcément une bonne idée si elle passe à l'eau ;-)
on papote 2', et on prend congé.

on passe encore sous les bois, ah je préfère qd même ce genre de
terrain, c'est plus agréable. 1km plus loin, voici la PP40, YES!
ça se tire.
damien va la poinçonner en passant par la gauche de l'étang, je ne
m'arrête pas et continue par le plus court, il me rejoins.
j'ai un petit passage où mes nerfs commencent à lâcher, je réalise
qu'on va terminer, je suis tout ému ;-)



15) YES YES YES !
=================
2kms plus loin on est à béville le comte. on aperçoit un épouvantail
à l'entrée de la ville, normal.
on ne sait pas trop où est l'arrivée, on traverse le village un peu
au hasard, ce qui explique qu'on ne soit pas arrivés par le même
chemin que les autres ;-)
une gentille dame nous indique la salle omnisport (apparamment on
n'est pas les 1ers ;-)

et, YES, on passe la ligne d'arrivée sous les vivats de la foule en
liesse !!! ;-)
on en termine en 16h15 (à peu près), on est 10è.
je crois que la caméra vient nous interviever. je sais plus.
assez curieusement, je ne ressens pas l'émotion que j'attendais.
je suis trop fatigué pour ça, je pense... aux templiers, je m'étais
isolé un moment pour encaisser le choc et retrouver mes esprits.

je croise les zoo de ci de là, ils s'inquiètent de savoir où sont
passé Poc et bibi. Je les rassure (j'espère) en leur disant qu'on
les a passé vers la fin. L'Bourrin se fout de nous, on n'est pas
arrivés par le même endroit que les autres équipes.

musculairement ça va, en tout cas comparé aux templiers où je
l'étais assis par terre sans pouvoir me relever seul (crampes).
par contre je commence à avoir sérieusement mal au tendon.
chaque fois que je dois traverser la salle, c'est en clopinant,
tout dou-ce-ment...

je n'ai qu'une seule envie, c'est m'asseoir. et manger.
et dormir, je dors debout...
je prend mes aises, me change, la douche ce sera pour plus tard.
on mange à la table des zanimos, on arrose tout ça d'une bouteille
du Bourrin (merci !!!). je suis tellement dans le colletard que je
ne pense même plus à la clairette et aux guiness que je me suis
coltiné dans le train :-(
ce n'est que parti remise!


16) retour maison
=================
damien nous trouve une voiture, on part peu après 18h.
pour aller à la voiture, je me fais semer par les 2 gentilles dames
qui nous emmènent à bures sur yvette ;-)
heureusement, damien porte mon sac ;-)

après plusieurs 1/2 (pas très fortes en orientation, les gentilles
dames ;-) (m'en fout, je roupille au bout de 2'), on arrive à bures,
et cette fois ci c'est la dame qui me porte mon sac jusqu'à la gare ;-)

RER direction massy, je met un tps infini à traverser la gare.
c'est galère, y'a pas de train avant 20h50. on poireaute dans la
gare de massy, ce qui me donne l'occasion de papoter un brin avec
Papy, conversation malheureusement interrompue par mes batteries.
(au passage, merci pour les messages sur le portable, c'est dommage
qu'on n'aie pas pris mon tél) (entre autre, un pote nous a appellé
à 10h le matin, il voulait savoir si on avait bien terminé ;-)

on arrive à lyon à 22h55, je laisse damien, damned je vais devoir
porter mon sac ;-)
encore 1 gare à traverser, il n'y a même plus de train je dois
prendre le bus. je roupille tout le trajet, arrivé à grenoble il
me faut encore retrouver ma voiture (garée loin...:-( )
j'ai toutes les peines du monde à conduire.

et, enfin, le raid 28 ne se termine réellement pour moi qu'à 1h
du mat', où il ne me reste plus qu'à prendre une bonne douche et
à retrouver mon lit, ENFIN !


15) bilan
=========
(je l'ai déjà fait dans un autre mail, le voici :)

=====
Et, je n'ai pas encore pris le temps de le dire, BRAVO pour
l'organisation ! Des bénévoles partout, partout, tu fais un élevage ?
;-)
Le seul bémol soulevé par les autres zanimos était à propos des douches,
perso ça ne m'a pas tellement gêné, je n'avais pas la force d'en prendre
une ! (gros sale)

Par contre, je ne suis pas sûr de revenir (on dit toujours ça ;-)
Non que ça ne m'ait pas plu, au contraire.
Mais pour moi, c'est malheureusement trop loin, et ça coûte trop cher
(en voyage surtout). Et j'ai trouvé la fin du WE très très désagréable,
dans l'état où j'étais, passer 7h dans les transports !!!
et puis c'est pas facile de monter une équipe.

qques commentaires "+" : cf CR
- j'ai adoré le petit bout de CO. d'ailleurs on a fait le meilleur
temps, dommage, nous n'étions que 2.
- j'ai adoré la boue ;-)
- j'ai adoré certaines balises (le marais... même si elle m'a fait
tourner en bourrique !)
- j'ai adoré les originalités, style les tunnels.
- j'ai adoré finir : "je l'ai fait"

qques commentaires "-" (ce n'est qu'un avis, n'y voit pas une
critique négative)
- je préfère qd y'a du dénivellé, c'est personnel. du coup, les 30
derniers kms, c'est pas ce que j'ai préféré.
- j'aurais bien aimé, moi, qu'il y ai du canoë.
- habitué à la CO, j'ai été gêné par les définitions de postes, qui
sont assez imprécises. parfois, je me suis dit que c'était un peu de
chance de tomber dessus.
- damned, je n'ai jamais été en condition d'orienter, dommage.
- damned, je me suis fait mal.
======

je pourrais rajouter que je suis bien sur très déçu de ne pas avoir
terminé à 5, mais je pense qu'on aurait eu de bonnes chances sans les
ennuis gastriques de julien. on avait une féminine en or !
et je pense qu'il me manque un petit qque chose, c'est de finir à 5
en se soutenant moralement les uns les autres.
bien sur, c'était très sympa d'être soutenu comme je l'ai été par
damien, mais ça n'a marché que dans un sens : j'étais un peu un
boulet pour lui, qui me donnait l'impression de pouvoir terminer en
sprintant !


16) récup
=========
lundi, j'ai marché avec des béquilles. si si, j'en avais sous la
main, et ça me soulageais bien.
jusqu'à vendredi, je n'ai pas pu faire plus de 100m d'affilé.
je suis allé voir le toubib samedi, antiinflammatoire.
1 semaine 1/2 après le raid, je n'ai tjs pas recouru. grrrr.
ça tombe bien, je croule sous le boulot...
sinon, musculairement, j'ai très vite récupéré.
et contrairement à ce que dit Papy, nerveusement je me sens prêt à
courir un 24h ;-)

allez, bcp de ski de fond, 2 sorties par semaine de càp, et je serais
prêt à pourri L'Papy aux 100kms de StNazaire ;-)

Merci de m'avoir lu jusqu'ici, CA c'était une vraie perf ;-)


2 commentaires

Commentaire de le_kéké posté le 16-01-2009 à 11:33:00

"
Par contre, je ne suis pas sûr de revenir (on dit toujours ça ;-)
"

arffff

Commentaire de LtBlueb posté le 03-01-2011 à 22:46:00

Oui d'abord quand est ce que tu y reviens ... y'a une équipe qui cherche un orienteur d'abord :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !