Récit de la course : Equip'O Trail 28 2018, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : Equip'O Trail 28

Date : 27/1/2018

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 774 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

107 autres récits :

Back on tracks

Enfin de retour sur le Raid 28 !

Cette attente forcée de deux ans, suite aux aléas de l'année 2017 (annulation du Raid 2 mois avant la course, report sur le Semi, puis annulation de celui-ci 4 jours avant la course), aura paru bien longue.

Le Raid 28, c'est pour moi un bonheur du début à la fin. Une course qui me correspond totalement : longue, physiquement éprouvante et demandant avant tout de la résistance et puis......des heures d'orientation une carte à la main. Il n'en faut pas plus pour rendre un bubulle heureux.

Cela commencera malgré tout avec tant de contretemps !

Notre équipe, la Mordor Rire(s) Team, est inscrite dès l'ouverture des inscriptions, en septembre : nous tenons à notre dossard n°2 ! Surtout nous avons construit en 2016 une relation d'équipe unique dans cette équipe, avec Bert, Sab, Fafa et Raya. Relation désormais immortalisée dans le livre de Bert : tout le monde connaît l'histoire de la balise 42, la boussole qui n'indique pas le Nord, les aventures du téléphone de Bert, le roadbook égaré et retrouvé....et bien évidemment, le fameux "coude" de la Butte Ronde de Maincourt sur Yvette. Une épopée superbement réussie, des tranches de rigolade inoubliables, une équipe à l'entente parfaite et pour moi, personnellement, la satisfaction d'une orientation presque idéale.

Oui, mais voilà....le sort va s'en mêler jusqu'à la fin, ce ne sera pas l'année de la MRT. Notre entraînement du 15 décembre, sur les traces du Raid 2012, entre St-Nom la Bretèche et Buc....se transforme en entraînement à 4, Raya étant terrassé par une grippe. Reprogrammé le 12 janvier.....c'est moi qui suis HS, avec mes 4 compagnons qui réalisent (ou tentent de réaliser) le parcours prévu (qui s'avérera plein de surprises.....c'est difficile de tracer un raid d'orientation sans reconnaissances !).

Et, comble absolu de malchance, moi rétabli en quelques jours, c'est Sab qui est atteinte par cette damnée grippe. Nous espérerons jusqu'au dernier jour ou presque, mais prendre le départ pour elle était impossible.

Dépités : Sab n'est pas là !

Comme souvent au Raid 28, on ne reste pas le bec dans l'eau dans ce type de cas : avec nos 4 survivants de la MRT et Caro/Aurore, survivantes de l'équipe Kikourou (où c'est JcDuss qui a subi la grippe), nous rebâtissons 2 équipes de 3 pour l'Equipotrail. Donc, la même course, mais à 3 au lieu de 5.

Je rejoins donc Caro et Aurore avec la lourde tâche d'assurer le rôle de capitaine et d'orienteur. Amusant, a posteriori, d'ailleurs, puisque des 3, eh bien c'est moi qui ai couru le moins de Raid 28 (un seul....mais 2 en débalisage, il est vrai).

En réalité, cela ne me fait pas trop peur : je me sens capable d'orienter seul s'il le faut, sur cette durée (Caro peut assurer le backup au besoin) et je suis dans une belle forme, bien mieux que sur la fin d'année 2017 où j'avais beaucoup "tiré sur la machine".

De leur côté, Bert, Fafa et Raya porteront le nom de la Mordor Rire(s) Team et nous avons tous une grosse pensée pour notre Égérie, clouée à la maison et clouée par la déception. Nous devons donner le meilleur de nous-même, pour l'équipe et pour Sab.



L'avant-course est comme toujours assez intense. Le voyage jusqu'à Dourdan est un peu long (Fafa et moi expérimentons les lignes de bus "express" de l'Essone), mais permet de se mettre dans l'ambiance. Le matin je me suis échauffé en allant tailler des arbres dans notre maison normande, faut pas mollir !

Dans le gymnase, des têtes connues partout. Le monde du Raid 28 est un petit monde et on est toujours très content de se retrouver (particulièrement, pour moi, les membres de l'équipe Turoom avec qui j'ai partagé deux Raids dans l'organisation....avec une mention spéciale pour Christian qui, connaissant mon goût pour les préparations minitieuses, m'a aidé à  trouver les documents des anciens Raids pour les entraînements).

Je me lance évidemment dans les pronostics sur le parcours. Il est en fait relativement facile à deviner car, l'Ultra-Raid partant de Chartres, on peut se douter qu'on va se diriger vers lui. J'égrène donc quelques noms : Dourdan, St-Arnoult, Clairefontaine, Bullion, Auffargis, Chevreuse, Gif....et Bures. Je me demande même si on ne pousserait pas encore un peu plus à l'Ouest (je rêve secrètement de passer un jour dans la forêt derrière chez moi, à Maurepas).

L'équipe 408 est donc prête !

Le départ habituel voit la "ruée" des capitaines sur les roadbooks et la cérémonie des reports démarrer. J'ai pris préalablement le temps de bien me concentrer sur les tâches à effectuer : séparer le roadbook en deux, relier les définitions à part (avec une reliure apportée exprès), garder cartes et annexes ensemble, vérifier 12 fois mes stylos et.....nous découvrons ce que nous a concocté l'équipe Turoom.

Un examen rapide du roadbook me fait choisir de reporter les balises jusqu'au PC2 qui est....à Clairefontaine, le PC1 étant près du péage...de St-Arnoult. Pas mal, mes estimations !

Les hostilités démarrent en forêt de Dourdan avec une spéciale....que j'ai un peu de mal à comprendre. On a de tout petits extraits de carte de CO, une photo, une définition....et c'est tout (du moins c'est ce que je crois). Je pars à essayer de reporter cela....sur la carte IGN et j'ai le plus grand mal : je n'arrive pas à caler les extraits de carte CO avec l'IGN...en plus les CO sont orientées un peu dans tous les sens...un vrai puzzle.

Bien entendu, le bon choix était d'oublier l'IGN et partir directement sur la carte de CO, mais nous nous mettons donc à reporter sur l'IGN, vaille que vaille. Dans les cartes qui suivent, je vous mets d'abord, le report que nous avons fait sur la carte IGN.....et le report qu'on pouvait faire sur la carte de CO. Cela, sachant que nous n'avons pas reporté PP005 où je ne trouvais pas le bon secteur.

Tout ce secteur va donc être fait en s'orientant uniquement à l'IGN et ce n'est qu'après PP006 que je "découvrirai" la carte de CO.

Cela mis à part, nous reportons tout jusqu'au PC2 : il est dans le village de Clairefontaine, donc je pense que nous pourrons y trouver facilement un bon endroit pour reporter la suite et que ça fera une coupure bienvenue.

(photo L'Bagnard)

Et, au bout de 15-20 minutes de report, c'est parti



PP001 (verte) : passage sous la Voie Ferrée au premier tunnel à l'Ouest du départ

Je m'oriente sommairement, sur l'IGN. Le premier tunnel est à 100m environ après une rue à gauche, nous progressons avec d'autres équipes proches et arrivons facilement au tunnel, large sous la voie...

....sauf que, pas de balise ! On jardine avec d'autres équipes : rien.

Soudain, illumination : "Passage". C'est probablement un passage étroit. Et du coup, avec 1 ou 2 autres équipes, nous revenons en arrière....et quelqu'un fini par trouver le fameux passage, qui est bien étroit.....et avec 10cm d'eau !

Bref, pieds trempés immédiatement, pointage de la balise par Caro avec 2 autres équipes et....nous voilà dans la forêt. Bien sûr, ce choix était ÉVIDENT, si on utilisait la carte de CO....mais je suis sur l'IGN, andouille. Mauvais départ.

Nous voilà dans la forêt. Je me suis recalé.

PP002 (bleue 15') : Sommet

Celle là, je l'ai reportée sur l'IGN, c'était facile. La butte est à droite. Les autres équipes partent via les chemins, c'est le moment d'être malin : DRÉ DANS L'PENTU et au cap.

J'emmène les filles, un coup de boussole vite fait, et bim....la balise est trouvée. On se sauve vite fait au cap en direction du chemin au Nord.

PP003 (bleue 15') : arbre isolé

Celui-là, avec la photo et la mini carte de CO (rappel : je n'ai pas ENCORE découvert la carte complète de CO), il n'est pas facile. Je galère à me rappeler ce qu'est le symbole de CO pour un arbre remarquable mais je nous dirige vers la clairière où il est censé se trouver (au vu de la photo).

En pratique, on le trouve relativement sans trop trainer après une hésitation et avec un peu d'aide involontaire des autres équipes. On sort vite fait du poste pour revenir à l'intersection qui va servir de sortie de poste.

PP004 (bleue 15') : Mangeoire, la plus au Nord

Là, j'ai à peu près situé le secteur, mais....j'ai un doute sur le symbole CO d'une mangeoire. Je sais à quoi ça ressemble "en vrai" (une espèce d'abri bas en tôle, incliné sur deux pieds, mais j'hésite entre le rond avec un point au centre et un trait avec un chapeau. Et il y a les deux sur la carte !

Je peux quand même nous amener facilement sur zone, via un chemin descendant et, finalement, je me souviens un peu par miracle, que le symbole est un trait avec chapeau. Je vois les deux sur la mini carte de CO, mais je n'ai aucune idée de l'échelle de celle-ci, donc impossible de tirer un cap ! Eh oui, je n'ai pas encore trouvé la "grande" carte de CO où il y a tout ce qu'il faut.... Du coup, nous cherchons la mangeoire un peu "au pif", sans idée précise des distances. Mais Caro finit par la trouver....et nous voilà avec une balise de plus en poche.

PP005 (bleue 15') : jonction de chemins la plus au Nord

Nous n'avons pas reporté celle-ci initialement (impossible sans la gande carte de CO). Je l'ai mise sur la carte ci-dessus, mais nous la zappons. Dommage, elle était très proche et facile à trouver.

Nous visons donc directement la suivante :

PP006 (bleue 15') : tunnel

Nous avons réussi à positionner cette balise. Je navigue toujours sur la carte IGN et....malgré tout, je décide de tenter une option directe via le ruisseau. Bingo ! Cela fonctionne bien et on arrive directement sur le tunnel largement en contrebas du chemin sous lequel il passe : au moins 10 mètres. Il me semblait bien voir un remblai sur la carte IGN.

Je vois la balise au loin (ce sont des balises de CO) et je l'indique à Caro pour qu'elle pointe discrètement (il y a d'autres équipes au dessus). On remonte vers le chemin le plus discrètement possible.....jusqu'à ce que Caro demande confirmation du numéro. "PP006" répond Aurore. "Mais j'ai pointé la 5". Aaaaarg, voilà notre première erreur. Ne pas vérifier avant de pointer une balise quel doit être son numéro, pour pointer la bonne case du carton.

Du coup, Caro retourne pointer la case 6 en commettant alors notre deuxième erreur : ne pas vérifier le numéro SUR la balise. Cela, nous ne le saurons qu'après la course, mais.....cette balise n'en a pas. Nous avons été prévenus avant la course : le club de CO local a fait un parcours récemment et a laissés ses balises ! La bonne balise était DANS le tunnel et non à quelques mètres devant. Caro retourne donc pointer....pour rien, mais nous ne le savons pas.

Cela dit, sur l'instant, nous sommes contents. Nous ne sommes pas très rapides, mais efficaces. Direction la suite.



PP007 (bleue 15') : jonction de fossés

Celle là, j'ai trouvé le secteur. Et, toujours sur la carte IGN, j'arrive à nous y diriger. Pou rmoi, la jonction de fossés est celle qui est au bord du chamin (rond bleu ci-dessous), donc il "suffit" de regarder au bord (je n'ai TOUJOURS pas trouvé la carte de CO qui m'aurait donné les distances). Sauf que.....nous ne trouvons rien. Le fossé le long du chemin est évident, mais on n'y voit pas de départ d'un autre fossé. Finalement, c'est Caro qui va trouver un fossé sec qui part et....illumination pour moi : la jonction qu'on cherche n'est pas au bord du chemin, mais au milieu de la parcelle (rond rouge).

On part le plus discrètement possible avec Caro....et bim, voilà la balise. Vite, on se sauve...:-)

C'est juste après cela que je découvre la grande carte de CO qui aurait tellement facilité tout cela.



Cependant, nous voici au bout de la spéciale avec toutes les balises sauf une (deux, en fait, mais nou sl'ignorons). Plutôt pas mal pour un début, même si j'ai le sentiment d'avoir manqué d'efficacité.

Il est temps d'aller voir la suite.

PP008 (bleue 15') : Forêt de St-Arnoult, Route du Hibou, 40m au Nord de la cote 128 (bord de clairière)

Encore une bleue, mais hors spéciale. Celle-ci est en fait facile à placer sur la carte IGN. Le défaut est à nouveau que je n'ai pas utilisé la carte de CO où elle était possible à placer et où j'aurais vu qu'il suffisait de suivre le fossé où nous étions pour déboucher sur le chemin au Nord de la clairière et gagner 5 bonnes minutes.

Au lieu de cela, je fais le détour par les chemins. C'est assez facile et nous trouvons bien la clairière. Caro et moi partons chacun d'un côté pour en ratisser le bord....et elle trouve la balise sans problèmes.

On remonte vite fait pour ne rien indiquer aux autres équipes qui rôdent dans le coin et direction la prochaine....une verte sur la route "naturelle".

PP009 (verte) : Forêt de St-Arnoult, route du Gros Chêne, pont à l'Est du Carref. Antoine



Navigation ultra-simple : il suffit de suivre la Route du Gros Chêne. Nous gérons toutefois la progression : j'annonce à chaque fois la distance jusqu'au prochain repère (en général un carrefour) à Caro, qui est chargée de décompter cette distance.

On arrive sans problème au pont en question, très petit. En fait, nous le repérons parce qu'on pont....c'est dans un creux, nécessairement...:-)

Direction la spéciale "des Bornes". Elle semble un peu compliquée et, en route, je tente d'en comprendre le principe.



PP010-PP012 (bleues 15', 15', 20')

En fait, il faut trouver la borne A de la carte puis, dans le fossé représenté par la zone hachurée, compter les bornes suivantes.

PP010  doit se chercher à partir de la 9ème borne après A et est à 60m au cap 50 : "petite dépression"

PP011 est à 160m au cap 347 à partir de la même borne à 160m au cap 347 : "dépression"

Nous trouvons la borne A (ou ce que nous supposons être la borne A....) et je pars ensuite en progression dans le fossé, très encombré, pour trouver les autres bornes. Les filles restent sur le chemin, et regardent elles aussi, dans le fossé, car je dois souvent faire des détours.


On finit par compter nos 9 bornes, je prends mon cap.....manifestement la balise est au Nord du chemin, nous cherchons, nous cherchons.....mais ne trouverons finalement rien.

Le problème de cette spéciale est que si on se trompe sur la borne de départ, on est décalé ! Or, je ne suis pas certain d'avoir bien pris correctement la recherche du point A (pourtant facile en prenant des distances ultra-précises).

Bref, échec après 10 minutes de recherches.

Qui plus est, je suis persuadé qu'il est alors impossible de chercher la troisième borne car je ne peux pas trouver le point B. Or, en fait, en lisant la carte c'est tout à fait possible. Dommage...mais c'est plus facile à dire dans son canapé en relisant les cartes au calme !

J'ai mis sur la carte de CO les endroits où, a posteriori, je pense qu'étaient les balises, mais c'est assez approximatif (notamment pour PP012)

On abandonne donc cette spéciale pour ne pas perdre trop de temps. C'est maintenant une longue section en navigation qui nous attend, avec une seule balise en route avant le PC1.

PP013 : Butte à Chéron, jonction de chemins en lisière de forêt, 400m à l'Ouest du carrefour  de Denisy



Je compte suivre le chemin passant en cote 138, mais le terrain est trompeur est m'entraîne à l'écart de la route souhaitée (qui passait à la cote 138). Du coup, au lieu de passer au Nord de "Mont Augé" par les chemins tracés sur la carte, nous nous retrouvons à couper plus au Sud et, bien évidemment, je ne "reconnais" rien car aucun chemin ne va dans le sens que j'attends.

Je suis franchement perdu....mais c'est là que l'expérience va jouer : je vais me diriger au jugé vers quelques lumières aperçues à travers les arbres et que j'estime être celles du hameau de Denisy. De plus, je m'efforce de garder un cap Nord-Ouest. Au final, bien que je rame assez fort en essayant de ne pas trop le montrer à mes coéquipières....nous finissons par retrouver le bon sens. Et la trace (notre trace est le trait bleu sur les cartes IGN) prouve que nous avons même plutôt "coupé" pour gagner du temps !

Un peu après Denisy, nous croisons avec surprise.....deux équipiers de l'équipe 5 qui vont à l'envers de nous. Un peu plus loin, trois autres coureurs appellent "équipe 5, équipe 5". Eh bien....se perdre à cet endroit là, ce n'est pas bon signe...:-). Je leur indique que leurs coéquipiers sont un peu plus bas....sans, quand même leur dire qu'à mon avis ils cherchent la balise au mauvais endroit.

D'ailleurs, nous allons tranquillement à l'endroit où je pense qu'elle est (les mot-clés étaient "lisière de forêt", pour trouver la bonne jonction de chemins) et, bien sûr, elle est là.

Il ne nous reste plus qu'à aller au PC1 où nous pointons et où les bénévoles nous passent le message de Fafa, visiblement passé avant nous avec Bert et Raya : "on vous a bien fumés". Cela se paiera, Fab !

Nous avons fait 10,3km en.....2h14. C'est un peu lent, je le sens. J'espère ne pas regretter avoir voulu prendre toutes les bleues au départ, une erreur tellement classique !

Le report nous montre que nous avons désormais une longue succession de vertes. Il est donc temps de retrouver une vitesse plus "rapide"....même si nous repartons du PC en marchant : sur le Raid 28, il faut savoir éviter les trop longues sections à s'épuiser à courir, surtout quand, comme ici, c'est en faux plat montant.

PP014 (verte) :  balise placée sur la carte

Pas de difficulté particulière. La balise est là pour nous faire passer à un endroit précis et nous la trouvons facilement.



PP015 (verte) : Forêt domaniale du Bréau, coude de chemin à l'Ouest de la cote 158

Là, je tente d'avoir une inspiration : le tour naturel par les chemins semble faire un détour conséquent, la forêt me paraît "claire". Et si on coupait tout droit au cap ?

Autant vous le dire tout de suite, c'est totalement idiot. Tout d'abord, la forêt n'est pas "claire" du tout. Elle est encombrée d'un tapis de ronces et de branchages. Qui plus est, il y en a pour environ 200 mètres, ce qui est très long sur ce type de terrain. Et, pour couronner le tout, partir au cap comporte le léger risque de passer "à l'Ouest" du coude et le manquer.....sans aucun point d'appui pour se recaler.

Du coup, inconsciemment, je dévie "à droite" du cap......mais le terrain est tellement difficile que je dévie BEAUCOUP! En plus, Aurore n'est pas du tout à l'aise en terrain encombrée, j'aurais déjà du m'en rendre compte. La pauvre a contre elle sa taille (avec Caro, nous sommes un peu "Les Dalton"....et Aurore est Joe....).

Bref, grosse galère. Et pendant ce temps, je vois des frontales nous dépasser sur le chemin. Au final, je dévie tellement qu'on retombe sur le chemin et qu'il faut malgré tout faire le tour! Bravo, Christian ! Une inventive façon de perdre du temps bêtement. Donc, leçon à retenir : arrêter de vouloir faire le sanglier.

Une fois recalé sur le chemin, il ne me reste plus que, piteusement, à faire comme tout le monde et nous trouvons évidemment la balise sans problème.

PP016 : Forêt domaniale du Bréau, croisement de chemin au Nord-Ouest du Carrefour du Mesnil

(une erreur sur la carte ci-dessus : la PP061 n'est pas au carrefour, mais comme le dit sa définition, au carrefour suivant. Cette erreur n'a pas été commise au report, je vous rassure)


Une longue liaison où je choisis bien sûr les chemins les plus roulants car la boue ralentit fortement la progression, sinon. Rien de passionnant : cette liaison préfigure de nombreuses autres. Nous sommes désormais très seuls, ce qui est toujours un peu stressant : et si on était largement en retard, les derniers, déjà à la bourre ?

PP017 : Ancien moulin de Villeneuve sur le pont à la cote 132

PP018 : Ancien moulin de Villeneuve, sous la pile Nord-Est du pont enjambant la rivière (pont cassé)

PP019 : Ancien moulin de Villeneuve, sur le pont à la cote 128



Trois ponts successifs. On retrouve une nouvelle fois cette ancienne ligne de chemin de fer où j'ai débalisé deux années de suite un Raid 28, dans ce secteur de St-Arnoult. Ce n'est pas exactement la même section, mais c'est le même style : un remblai avec un vague chemin qui y passe dessus.

Pour atteindre le premier pont, un sentier est tracé sur notre carte, mais son départ, sur le remblai, est très difficile à trouver, d'autant qu'il y a  une zone de chantier. Du coup, nous faisons le détour par la route, ainsi que l'équipe qui nous suit



La suite est triviale, mais, nous tournons un peu sur le pont pour confirmer....ce qui était écrit sur le roadbook. Le deuxième pont est en ruine, on ne peut pas passer dessus...et de toute manière, la balise est dessous ! C'était écrit sur le roadbook, Aurore...:-). Toujours bien lire TOUT le roadbook....et râler ton orienteur, s'il ne t'acoute pas !

Avec l'autre équipe qui nous a rejoint (la 405), nous trouvons tout cela assez facilement, toutefois. Par contre, la traversée de la rivière nous offre évidemment un beau bain de pied, surtout pour Aurore.

La balise du troisième pont est triviale et la suite du parcours est facile :



PP020 : Les Boissières, cote 158

Alors là, dans la famille facile de chez facile...:-). Il y avait une balise exactement à cet endroit lors du Raid 2014 que je débalisais avec Marc Richard-Foy. Nous avions garé la voiture au bout de la rue montante et on avait fait un aller-retour de 500 mètres pour aller pêcher cette balise.

Nous rejoignons, à la marche, l'équipe 405 : nous sommes clairement plus rapides dès qu'on marche. Il faut dire que Caro et ses grands compas, ça envoie...et que, moi, j'ai l'habitude de faire des pas de 3 mètres. La pauvre Aurore s'accroche tant bien que mal...:-).

On pointe la balise vite fait et on repart aussitôt : c'est que j'ai envie d'être devant et de ne pas nécessairement faire la route pour les autres.

PP021 (bleue, 28') : jonction de ruisseau au Sud du "d" de "Ruisseau de la Pampe"

Elle vaut largement le coup, cette bleue, même si, hum, nous avons oublié de confirmer le bonus en temps, qui m'aurait encore plus motivé.

Le chemin jusqu'au creux du Ruisseau de Pampe a été ajouté sur la carte en pointillés :



Seul problème.....le sentier que je suis, dans un cloaque de boue, ne fait pas du tout le crochet indiqué. Il finit par nous amener sur une grande mare que j'hésite à indentifier comme l'"étang Valois" de la carte car un chemin Nord-Sud la longe....qui n'est pas sur la carte? (que je crois....en fait, c'est le chemin que je pensais prendre, tout simplement)

Bref, pas mal de confusion. Au final, nous décidons d'un commun accord que c'est bien l'étang Valois. Je prends donc en descente plein Ouest pour essayer de retrouver le chemin pointillé de la carte. Bingo ! Il ne reste plus qu'à le suivre, se caler au point d'appui pour aller chercher la balise. On a un peu jardiné avant, mais l'arrivée sur la balise était facile et le bonus est notable.

J'ai décidé de continuer sur les bleues qui suivent, je me sens en confiance car les faire semble nécessiter de bonnes prises de cap :

PP022 (bleue, 20') : à équidistance des 3 mares situées à l'ouest de la cote 162

Une longue liaison très boueuse qui nous fait faire un détour notable nous amène sur le carrefour à la cote 162, qui sert de point d'appui.

J'ai décidé d'assurer à mort. Plutôt que de partir directement au cap sur les mares, j'en prends un premier pour trouver la plus proche et nous avançons parallèlement avec Caro pour la trouver assez vite. Elle sert de point d'appui. Je m'applique à prendre un cap sur son bord Sud, je pars droit devant avec Caro sur mes talons.....et nous tombons PILE sur la balise.

Un signe à Aurore, nous filons en faisant un détour, histoire de dérouter un peu les autres frontales qui tournent dans le secteur...et nous voilà de retour au carrefour sans coup férir. Yes!

PP023 (bleue, 15') : entre les ruisseaux, au "Tr" de Trémiaire

Sans tarder, le chemin au Nord jusqu'au pont, on suit la rive Nord du premier ruisseau et.....nous arrivons pile sur la balise. Plus simple, on ne peut pas.

PP024 (verte) : Mare Trémiaire, bord Nord

Nous sommes en confiance absolue. On part droit au cap à travers la forêt, on tombe droit sur la mare, on prend la balise et on sort. Qui a dit que c'était difficile la course d'orientation ?

Entre les deux vertes PP020 et PP024, nous venons, en 43 minutes, pour 3 kilomètres parcourus (alors que la trace directe faisait environ 2km pour probablement 20 minutes de cheminement), de récupérer 1h03' de bonus pour 23 minutes "investies". Un beau succès.

Je sais maintenant qu'il nous reste une très très longue section de liaison en forêt jusqu'au PC2 de Clairefontaine. Il va falloir être patients et sages. Sur ces sections, il faut bien veiller à ne pas s'épuiser à chercher à courir, bien que le terrain soit ultra-plat.

Ces deux bois de St-Benoit et de Pinceloup, entre St-Arnoult et Clairefontaine, sont un océan de boue. Les chemins sont totalement défoncés et de vrais marécages. Nous allons y pratiquer un Cyrano finalement bien efficace : on marche dès que c'est trop boueux, et on trottine dès c'est un peu plus "roulant".

Autant dire qu'on ne trottine pas souvent !


PP025 : croisement GR655 et Allée Verte

Aucune difficulté de navigation. Par sécurité, nous comptons les distances de carrefour en carrefour, mais c'est tout. Je retrouve un secteur débalisé en 2014 et même les parkings qui m'avaient servi de point d'appui pour poser la voiture et aller chercher les balises. Mais, aujourd'hui, pas de voiture !

A un moment, Caro nous annonce que "nous sommes demain". Ce sera à peu près la seule péripétie de cette longue section. En route, nous pointons la PP025 où nous retrouvons les Bazenhos qui font une petit pause.

PP026 : Mare au Nord de la cote 163, point haut

Entre PP025 et PP026, une zone interdite par l'ONF (on ne la voit pas sur ma carte ci-dessus) nous impose un détour par le chemin à l'Ouest, le GR655 n'étant pas autorisé. Pour nous occuper, nous décomptons les distances entre les carrefours : 400m à 500m à chaque fois. En fait, on fait des fractionnés de 400 mètres, quoi.

On arrive droit sur la mare juste après les Bazenhos. Du coup, la balise est facile à trouver et Caro va la pointer. En réalité c'est assez acrobatique, sur un arbre qui enjambe la mare, mais ne ne le verrons pas car.....j'ai décidé de profiter de l'arrêt pour reporter après le PC2, avec l'aide d'Aurore. Soyons efficaces ! Du coup, nous allons reporter quasiment jusqu'au PC3, ce qui me permet de commencer ensuite à évaluer, en route, le bénéfice éventuel des balises bleues. Pas de temps mort !

Ce n'est pas Caro sur la photo, mais Fa2 qui pointe cette balise (photo de Bert)


PP027 : PNR, cote 150

La suite est une liaison sans grand intérêt jusqu'au PC2, par le PNR, avec une balise en route....tout à fait évidente.



Ces lignes droites sont clairement sans fin, d'autant plus qu'elles sont tout aussi boueuses les unes que les autres. 20 minutes pour 2,5km, c'est plutôt pas mal, sans excès. De toute manière, nous savons que nous devons gérer. Aucun de nous n'est un coureur très rapide et donc, finalement, nos allures se complètent très bien avec "mes bubullettes".

Et nous voilà donc au PC2 où retrouvons des têtes de connaissance : le Bagnard, dan60 et Audrey. Ambiance chaleureuse en plein village de Clairefontaine, nous prenons une petite dizaine de minutes de pause (pendant lesquelles je reporte le reste des balises jusqu'au PC3).



Il se confirme que nous avons ensuite à suivre de très très longues liaisons avec 4 balises vertes à la suite dans la forêt entre Clairefontaine et le secteur de La Celle Les Bordes : un secteur de forêt en damier où les chemins sont droits, droits, droits, plats, plats, plats et......certainement horriblement boueux encore.



Vous voyez le tableau ? Cette section, et celle qui suit, seront les clés de cette course. Les équipes qui vont survivre à ça iront au bout. Celles qui seront, tout ou partie, usées par ces immenses sections de forêt ultra-plate et  très rectiligne....auront plus de mal. Gestion, gestion, gestion. En repartant de Clairefontaine, je n'ai que ce mot en tête.

J'ai l'air épuisé, mais en fait, je suis très très bien....et les bubullettes aussi, non ? (photos L'Bagnard)



Nous repartons donc assez tranquillement.

PP028 : intersection PNR et Route des Vallées



C'est tout simple, la navigation est triviale. En plus, c'est une rue pendant un bon moment, le moment idéal pour se ravitailler, décompresser un peu. Dès que les chemins réapparaissent, ils sont ultra-boueux, donc on marche d'un bon pas. Notre groupe va bien, les filles semblent en bonne forme, aucune alerte. Au loin, devant, on voit la lumière rouge clignotante des Bazenhos, nos compagnons de route.

PP028 est évidemment facile à trouver.

PP029 (verte) : Parcelle 22. Route du Haut-Levé, cote 171 la plus à l'Est



Encore de la liaison. On va en diagonale jusqu'à PP029. Peu à peu, nous nous rapprochons des Bazenhos : le terrain est extrêmement gras, du coup on marche....et nous marchons plus vite qu'eux.

PP030 (verte) : "Carref. des vallées. Passerelle au Nord de la cote 147"

Sur ma carte, j'ai reporté le petit rond à droite.

A la PP029, nous avons rejoint les Bazenhos. Ceux-ci, devant, se concertent pour savoir s'ils font le crochet par la route ou s'ils continuent tout droit par le chemine en diagonale. Ce type de mini-option n'a l'air de rien, mais se raccourcir de 100-200m, au final, ça finit par compter.

Pour moi, la route est, par définition, interdite. Donc, je suis d'avis de continuer par le sentier. Cependant, par acquis de conscience, je vérifie sur la feuille d'inscrutctions initiale, que j'ai conservée dans un coin. Bingo, la D72 n'est pas sur la liste des routes interdites. Caro et moi la connaissons bien car c'est le trajet du semi de Bullion : une grande ligne droite en forêt. Vu l'état très glissant du terrain, le détour vaudra le coup....et je valide le passage par la route. Nous y voilà partis, les Bazenhos juste derrière nous.

Loooooooooongue section. Gestion, gestion, gestion, mais quand même si les Bazenhos ne nous repassaient pas, ça serait bien...:-). Du coup, Caro tire le rythme devant et je gère pas trop loin d'Aurore. Notre petit diesel est fidèle à ce qu'elle nous a annoncé : elle s'accroche au maximum alors que nous sommes en permanence en train de maintenir le rythme (je suis quand même content que Caro soit à court d'entraînement car, normalement, elle devrait me planter sur ce type de terrain). On va courir sans discontinuer les 800 mètres de route. On est au coeur de la nuit, la forêt est silencieuse, nous sommes seuls ou presque (on est 8, quoi). Le Raid 28.

Redescente dans la petite vallée de La Celle. J'ai déjà pratiqué ce chemin il y a longtemps (une fois.....) mais il était moins boueux.On vise la PP030, à peu près tout droit.

Par contre, j'ai reporté PP030 sur la passerelle la plus à l'Est (le petit rond sur la carte ci-dessus), nous y arrivons en même temps qu'une équipe....qui arrive à l'envers de nous (étrange) et.....pas de balise.

Je reconsulte la carte et il me faut quelques secondes pour "découvrir" une autre passerelle qui, elle, est bien exactement au Nord du Carrefour des Vallées, comme sur la définition que je viens de faire répéter à Aurore.

On part discrètement.....mais pas assez, et nous embarquons l'autre équipe sur le chemin de la balise PP030.

PP031 (verte) : Route de la Grande Brèche, jonction avec la limite des parcelles 17 et 18



Là, je propose à mes coéquipières de la jouer tactique. Nous venons de faire une très longue section de liaison et ce n'est pas terminé. Aurore s'est accrochée à notre rythme assez élevé et je pense qu'elle a besoin d'un break. Nous allons donc tenter une option risquée, certes, mais qui peut être profitable à toute l'équipe : se séparer.

J'ai préparé cela minutieusement sur la carte pendant que nous marchions (il y a une forte côte jusquau "Poteau des Enclaves"). A partir du Poteau des Enclaves, Caro et moi alons pointer la PP031....et Aurore va continuer tout droit sur la route bien roulante, jusqu'au Carrefour de Coigny.

Je mesure soigneusement la distance, je lui annonce, en lui indiquant d'aller jusqu'au 3ème carrefour, où il y a une "route" perpendiculaire. Je lui montre bien la carte, lui répète la distance. C'est important, car se séparer est toujours risqué et il faut border cela à mort, surtout en laissant un équipier seul. Mais cela va offrir un break important à Aurore.

Le temps de préparer cela, nos infatigables Bazenhos nous dépassent à nouveau et partent en direction de PP031. Caro et moi sommes sur leurs traces. Nous les rejoignons au carrefour de la Route des 24 Pieds où ils cherchent la balise....ha ha ha....:-)

Je dis discrètement à Caro de continuer car la balise est au carrefour suivant ("jonction des parcelles" : c'était bien écrit !)...:-). Nous pointons....et on file droit à travers la forêt histoire de brouiller les pistes, hihihi.

Cela dit, ce ne sont pas des perdreaux de l'année et ils vont embrayer sans soucis....je reviens sur la route des 24 pieds, on revient sur la Route des Enclaves et...on voit la frontale d'Aurore au carrefour suivant. Bingo, on a bien géré.

Récupération d'Aurore et on file vers PP032 :

PP032 (bleue, 20') : XXème div. parcelle 21, jonction de ruisseaux la plus au Sud

En la reportant, j'ai vu qu'elle fait un détour très faible en distance. Tout juste éventuellement faudra-t-il se frayer un chemin dans la végétation le long d'un ruisseau. Cela vaut le coup dans problèmes d'aller la chercher....et cela limitera la monotonie de cette section.

Nous avons fait un petit détour pour récupérer Aurore et, une fois de plus, nous voilà juste derrière nos Bazenhos. On blague avec Cécile (Papillon sur Kikourou) qui m'envoie des branches dans la figure....sans me "reconnaître".

Balise PP032 trouvée assez facilement et nous voilà avec 20' de bonus en plus.

(par contre, on la voyait moins bien en plein nuit.....)



Retour sur les chemins, on va chercher PP033. C'est tout droit, une longue liaison, mais aucune difficulté.

PP033 (verte) : XXII7me div. GR1. Intersection à la cote 173 (parcelles 3, 4, 5)

Sur ce type de secteur, il faut juste être vigilant sur TOUS les éléments de la définition : la division, les parcelles, les autres indications. Sinon, les fausses pistes peuvent emmener complètement à l'envers.

Là, pas de soucis, PP033 est bien là.

PP034 (bleue, 20') : XXIIème div. Parcelle 5, jonction de ruisseaux

Là encore, je l'estime largement "prenable" et le détour est faible. Il "suffit" de trouver le bon ruisseau "guide"....ce qui est simple avec une coéquipière (Caro) qui a une gestion parfaite des distances : je lui indique "300 mètres", et au bout de 270 mètres, elle nous prévient...on guette le ruisseau à droite, on le suit....et on trouve la jonction et la balise !.

(là aussi, on la voyait moins bien)


Le terrain est relativement bien praticable, et toutes ces coupes à travers les parcelles ne sont pas très coûteuses en temps. Qui plus est, comme on marche plus qu'on ne court, sur ce terrain un peu encombré (mais pas trop), on se fatigue moins. C'est tout bonus : on prend les bleues....et on ne s'épuise pas.

PP035 (verte) : LE PIÈGE. "XXIIème division. Jonction parcelles 8, 9, 10



Un piège, volontaire ou non....car il existe, dans la XXIème division, une jonction de parcelles 8,9, 10. C'est ce que j'ai indiqué en bleu par "fausse PP035", clin d'oeil à mes coéquipiers Bert, Raya et Fa2 qui l'ont, je crois, située ici. J'ai bien peur que cela n'aie fini par anéantir le moral de Fa2, qui arrêtera au PC3....et cela a, de toute manière, bien entamé celui de Bert et Raya.

Notre report était bon et nous avons bien intégré le détour qui nous amène droit sur PP035.

PP036 (bleue, 20') : XXIème division, parcelle 15, jonction de ruisseaux la plus à l'Ouest

Celle-là aussi, je l'estime "prenable". Et je me dirige en confiance vers le point d'attaque prévu : le départ du ruisseau sur le chemin.

Malheureusement, je ne vois pas, sur la carte, la mare, à la cote 170 et la végétation est très touffue : le départ du ruisseau est peu visible, nous ne le trouverons jamais. Et, donc, nous ne nous obstinons pas...et filons droit sur le PC3.

Je dois dire que j'ai un regret sur cette bleue car elle était bien prenable. J'aurais du essayer, peut-être, en partant du Nord, mais j'avais le sentiment diffus de ne pas être très en avance et donc de devoir nous dépêcher un peu sans trop traîner en route.

Le PC3 est atteint. On nous épargne le passage dans le tunnel du ruisseau de l'Étang de la Tour : il y a trop de courant. Personne ne s'en plaint. Nous sommes accueillis par Dominique et je confirme à nouveau...que tout va bien.

Une pause est prévue car nous devons à nouveau reporter, au moins jusqu'au PC4, qui est à Auffargis. Nous faisons ce report installés tranquillement  sur une table de pique-nique de l'Étang de la Tour (encore un souvenir du Raid 28 2014) en même temps qu'une autre équipe qui a l'air, cependant, bien mal en point. Par contraste, nous trois sommes plutôt bien. Notre gestion en mode "notre petit bonhomme de chemin" semble diablement efficace, a posteriori.

Lors de ce report, je découvre avec horreur, qu'on va encore passer par la Forêt Verte : cette section de forêt, entre Rambouillet et Le Perray, qui est....abominablement plate, abominablement droite et, en général....abominablement boueuse. Cela sera, en plus, suivi d'une liaison en direction du Bois des Vindrins qui sera, je n'en doute pas, extrêmement "Raid 28" dans l'esprit (un chemin "Raid 28 dans l'esprit", c'est un chemin agricole plat, au milieu de rien, boueux, dans le noir et horriblement droit). On va être servis.

Déjà, pour commencer, ils nous ont perché la PP037 super loin, dans la Forêt Verte. Du coup, pour y aller, ce n'est pas compliqué : 1,2km de ligne droite "Route de l'Étang de la Tour". Depuis le bout de ce chemin on voit....une lumière tout au bout, très loin : c'est le hameau où on doit passer. Ça n'en finit pas....

PP037 (verte) : Forêt Verte, XVIIème division, jonction parcelles 3, 4, 7, 8



Rien à dire. Regardez la carte pour voir comme c'est passionnant. En plus, je ne fais pas le meilleur choix avec la Route de l'Étang de la Tour, qui se termine un peu en eau de boudin vers le hameau. La Route de la Forêt des Yvelines aurait été un meilleur choix. C'est long, on alterne marche et course, avec Aurore et Caro, épatantes, qui sont toujours d'accord pour relancer quand je propose de repartir en trottinant. Une équipe improvisée....mais une vraiment belle équipe.

PP037 se pointe sans soucis et on part en direction de la traversée de la Forêt Verte.

Cette traversée nous oblige à un choix. Il y a deux balises bleues et une verte en sortie :

PP038 (bleue, 20') : parcelle 10, jonction de ruisseaux

PP039 (bleue, 20') : parcelle 12, jonction de ruisseaux

PP040 (verte)  : Jonction PNR-Sentier de découverte, cote 170



On voit sur la carte que le tracé direct passe très près de PP038, mais que PP039 est assez à l'écart. On est en fin de nuit, nous sommes bien fatigués : aller s'imposer le détour pour trouver une balise qui, certes rapporte 20 minutes et qu'on est à peu près certains de trouver....je décide que c'est un peu trop osé. Je savais qu'il y aurait des sacrifices à faire, celle-ci en fera partie.

Par contre, la 38, ça se fait sans soucis. Caro me décompte les 200 mètres jusqu'au ruisseau, le ruisseau est là, on le suit, on trouve la jonction, la balise, et on revient. 5 minutes pour 20 minutes de bonus. Bim.

Et on repart dans ces p..... d'allées toutes droites....

Au carrefour suivant, on retrouve une autre équipe de 3 qui sont visiblement allés faire l'autre bleue et nous allons nous suivre pendant un moment, à 6.

PP040 est trouvée dans problème après une première traversée à découvert que nous faisons tous en marchant : la lassitude gagne, et c'est extrêmement gras. Courir serait juste s'épuiser pour rien.

La suite est encore une immense liaison : nous devons en gros traverser le Bois des Vindrins pour tirer (presque) tout droit sur Auffargis. Avec, avant le bois, la traversée de la plaine au Nord de Vieille-Eglise : 1,5km de ligne (quasi) droite, sur un chemin agricole entre deux champs. La quintessence du Raid 28. Le truc que si tu y survis, tu finiras forcément. Le machin que les Rayas marchent/courent de leur foulée inclinée si célèbre dans les chaumières.

Bref, la Traversée de la Mort. Seule consolation, que je dis à mes coéquipières : on est à la moitié, on a passé 40 balises sur 80. Le seul moment où je regarde la montre : on est à 9 heures de course et 43km. Pour la moitié, vu qu'on a 19 heures, nous sommes bien dans les temps. Bon, OK, en général, on va moins vite sur la fin que sur le début, mais c'est un détail ! :-)

Là, encore, des choix à faire sur cette succession de 2 bleues et une verte après la PP040 obligatoire :



PP041 (bleue, 20') : jonction de ruisseaux la plus au Nord

(les ruisseaux ne sont pas sur l'extrait de carte ci-dessous, mais ils avaient été rajoutés sur notre carte, ce qui me permet de saluer, ici, l'énorme travail de cartographie et de reco de l'équipe Turoom, qui n'hésite pas à compléter à la main les cartes IGN)

PP042 (bleue, 20') : jonction de fossés en parcelle 6 (là aussi les fossés sont ajoutés à la carte)

PP043 (verte) : intersection des parcelles 11, 12 et 13

Le choix est assez facile après le report : la 41 me semble trop à l'écart et va obliger à un aller-retour, toujours assez fastidieux, même si je connais la forêt et que je pense qu'on peut couper. La 42, par contre, est assez proche et vaut le coup.

Avant cela, toutefois, il faut s'avaler cette interminable liaison, juste "agrémentée" par 3 traversées de routes. L'entrée dans le Bois des Vindrins est preque un soulagement.

Ah, le Bois des Vindrins. Petite pensée spéciale pour Sab et Fa2 en souvenir du "Off Je Suis Charlie" de janvier 2015. No comment.

Comme prévu, la PP042 ne pose guère de problèmes : Caro et moi allons la pointer en suivant un des ruisseaux et en revenant au cap, Aurore nous attend tranquillement en avançant sur le chemin.

Nous suivons maintenant l'autre équipe de 3 et j'hésite beaucoup pour la suite. Regardez la carte :



PP044 (bleue, 28') : parcelle 11, cote 162

Faut-il, ou pas, aller prendre la PP044? Elle est bien à l'écart et va obliger à un retour pas facile, d'autant que la jonction jusqu'au PC4 n'est guère évidente (la carte réelle qu enous avons est moins zoomée que ci-dessus).

Seulement voilà : cette butte, je la connais. Ce sont les "fameux" rochers où passe toujours l'Origole. Je sais, en gros, qu'il "suffit" de monter en visant le sommet de la butte, trouver le rocher le plus haut  et la balise sera surement là.

Une fois au point d'appui, j'indique aux filles que j'y monte et de me garder en vue, que je vais redescendre vers elles.

Droit dedans, que j'y monte, en essayant de ne pas trop me faire voir (il y a à nouveau plusieurs équipes autour de nous). C'est juste qu'il y a des fougères partout et que c'est un peu "physique"...:-). Mais, bon an mal an, j'arrive au sommet, je fouille rapidement dans les rochers, je trouve la balise.....et je me sauve (j'avais pris le carton, bien sûr).

Et je retrouve sans peine mes coéquipières qui ont bien suivi les instructions. Et je pense que je vais nous ramener bien cool, au cap.

Et je me plante.

C'est qu'entre nous et le chemin qui descend des Vindrins, il a a un mini-canyon, bien connu de l'Origole....je veux l'éviter en descendant "en dessous", mais je dérive sans m'en rendre compte, je perds le cap....et le Nord.

Du coup, finissant par retrouver un chemin, je ne suis pas sur celui que je crois, et tout le monde vous le dira, là commencent les galères....

Nous ne sommes pas les seuls : nous croisons Jihem, qui est allé pointer la 44 tout seul.....mais a perdu le reste des Bazenhos. Il va me falloir un bon moment avant de retrouver un chemin que je sais orienter...et qui nous ramène à la D24 qu'il restera à suivre pour retrouver le PC4. La trace est éloquente, je n'ai pas fait le plus efficace..:-)

Au final, en examinant le timing de notre trace, nous avons "perdu" 18 minutes environ par rapport à la trace directe, pour en gagner 28. Peut mieux faire, mais au moins, c'était bénéfique (ce que je ne sais évidemment pas sur le moment).

Finalement, nous revenons vers le PC4 le long de la route, et nous allons pouvoir faire une petite pause. De toute façon, nous devons à nouveau faire du report : je n'ai pas regardé le parcours à l'avance, donc je n'ai même pas idée d'où nous allons passer depuis ce carrefour d'Auffargis.

En attendant au PC4, nous voyons débarquer....Bert et Raya, que je croyais devant ! Ils nous apprennent l'arrêt de notre Fafa, que sa tendinite n'a pas laissé tranquille, et leur grosse galère entre les PC2 et PC3, avec une erreur de report...ce qui explique que nous soyons passés devant sans nous en rendre compte.

Je me pose dans un coin, et je reporte tranquillement pendant que Caro et Aurore se ravitaillent. J'ai grignoté quelques saucissons, ça va.

Au final, j'ai l'impression que nous sommes restés longtemps à ce PC, mais nous y avons passé....10 minutes. Nous repartons avec Raya et Bert, qui ont aussi reporté.

Raya....pas au PC4, mais quelque part plus loin (photo Bert)



Entretemps, j'ai découvert ce qui nous attend : encore d'immenses liaisons avec peu d'animation. Nous allons faire un crochet jusqu'aux Essarts, puis revenir via la plaine, sur Girouard et l'église de Levis St-Nom où se situera le PC5. Gros avantage, je vais être en terre de connaissance : il m'arrive de venir courir par là....et c'était une partie du parcours de l'Origole 2016.

PP045 : Bois d'Auffargis, en haut du rentrant, au "d" de "Bois Déptal"

PP046 : placée sur la carte. Entrée Nord du cimetière



Une liaison, quoi. Cette fois-ci, rien de spécial sur le secteur des Vaux de Cernay. Nous nous contentons de traverser. Les deux balises sont clairement triviales à trouver. Il y a un sentier, rajouté sur la carte, qui monte dans ce "Bois Déptal". C'est en fait la trace de la conduite de gaz, souvenir d'un Off "Origole/Vaux de Cernay" très humide, il y a quelques années (encore un petit souvenir spécial avec Sab et Fa2, hum hum).

Nous traçons en même temps que Bert et Raya qui nous accompagnent sur cette section. Quelques dizaines de mètre devant nous, nos inévitables Bazenhos.

Je navigue de mémoire. Je connais ce secteur, c'est aussi une partie de la 1ère boucle de l'Origole en 2016, j'irais les yeux fermés ou presque (il vaut mieux les ouvrir car les chemins sont des marécages).

Les deux balises sont trouvées sans problèmes et on continue dans cette longue liaison.

Là, il faut faire de la tactique. Voici la situation :


PP047 (bleue, 28') : placée sur la carte. Bord Est du coude du ruisseau

PP048 (verte) : jonction de chemin-PNR au Nord de Les Layes (le chemin est ajouté sur la carte)

PP049 (bleue, 20') : cote 166 au Sud du PNR

PP050 (bleue, 20' : jonction de chemins à la cote 127

PP051 (verte) : La Butte Ronde, PNR à mi-pente

La aussi, petit avantage, je connais le coin. La liaison entre Les Essarts et PP047, nous l'avons faite à l'Origole. Non tracé sur la carte ci-dessus (mais tracé sur la carte fournie par le Raid 28), il y a un petit single qui mène à la balise. Mais je sais d'avance qu'il sera très boueux....et très long, à flanc de colline. Nous gagnerions certes du temps, mais les troupes ne sont plus très fraîches, il ne faut pas trop tirer sur la corde. De plus, la navigation est compliqué, il est exclu de se séparer. Nous zapperons donc PP047.

Bert et Raya font de même. Ils ont de toute façon décidé de ne prendre plus que les vertes. En sortie des Essarts, ils repartent en trottinant...et nous sèment petit à petit. Les sournois le font exprès pour me narguer. Moi, clairement, ça me va bien de marcher.

C'est le moment où Aurore aura, je pense, le plus de mal. Dans la remontée sur Les Layes, elle n'avance plus guère et je n'arrive pas à éviter de prendre une avance conséquente. Je ne suis pas très bon pour adapter mon rythem et ça doit être un peu démoralisant. Heureusement, Caro assure sur le coup et veille à rester avec Aurore.

Pendant ce temps, j'étudie la carte en long et en large. Aller chercher les deux bleues PP049 et PP050 serait déraisonnable, mais......je suis tenté d'y aller seul. Je vais hésiter très longuement. Dans l'intervalle, nous prenons PP048 qui est certes une verte, mais qui est un peu subtilement dissimulée. Caro joue un joli jeu de cache-cache avec l'équipe des Chtis-Bretons (qui arrivent de PP047) pour éviter de leur montrer où est la balise...:-)

Sur la très longue liaison après PP048 (qui est sur un petit single), je me décide. Je vais tenter PP049 et PP050. Le "coup" est simple à tenter : une fois retrouvé le PNR, je dis à Caro et Aurore de le suivre tranquillement, en descente et que, tant qu'elles ne croisent pas une route, elles continuent.

Et de mon côté, je prends le cap sur la cote 166.....et zou ! J'y pars droit dessus : cap et comptage de pas, sans sentier, c'est ambitieux. Surtout que le point de chute est sournois : c'est un bout de sentier, comme on le voit sur la carte, donc difficile à prendre des repères.

Mais....mon cap est juste parfait ! Aidé par le jour qui se lève très doucement, je tombe quasiment pile sur la balise. Je la pointe et....deuxième cap pour trouver la jonction de chemin droit dans la descente. Regardez la trace : il est difficile de faire mieux, non ? Je tombe PILE dessus. Le kiff total et absolu de l'orienteur : le cap parfait.

Il ne reste plus qu'à tracer à toutes jambes sur le chemin en creux de vallée, atteindre la doute au Moulin Neuf (le trait jaune sur la carte, ce n'est PAS la route, c'est une limite de commune : la route, c'est la petite blanche au Moulin Neuf). Je suis totalement survolté.....et j'arrive.....avant les filles...:-)

Mini-stress, évidemment : j'espère qu'elles ne se sont pas perdues, mais...j'ai confiance....et j'ai raison car, au bout de quelques minutes, je les vois arriver. Pendant ce temps...eh bien, j'ai reporté la suite, bien sûr...:-)

Bilan génial : j'ai gagné 40 minutes, mes coéquipières ont pu faire un break...tout en avançant. Il s'est écoulé 22 minutes, que nous aurions de toute façon consommées largement (au moins 15 en tout cas), si nous avions zappé ces deux balises bleues. Bilan ultra-positif.

En plus, la suite, je n'ai même pas à réfléchir. Le chemin jusqu'à l'Église de Lévis St-Nom, je le connais par coeur, il y a deux vertes triviales à prendre en route et c'est tout...je peux débrancher.



La PP051, à mi-pente du PNR, j'y vais les yeux fermés. C'est une montée très violente, avec des escaliers, une des côtes les plus difficiles du secteur. Nous regardons, un peu étonnés, Bert et Raya partir....sur la route à l'Est mais je les laisse faire...;-)...je pourrai chambrer un peu plus tard.

La balise est là, bien sûr. La liaison jusqu'à PP052 est sur un de mes parcours les plus parcourus (on est à 6km de chez moi), donc on y va sans réfléchir.....et de même, on atteint le PC5 sans réfléchir.

Un bonjour à Robert "Castor Senior", un ravito en eau (pour les filles....moi, chameau habituel, j'ai encore plein d'eau), je reporte des balises pendant que Bert et Raya (qui ont bien zappé PP051) repartent (quel chassé-croisé!)

A partir de là, je sais que c'est simple : on va suivre l'Yvette jusqu'à Bures...avec tout de même 27 balises en route! Et "suivre" est évidemment un euphémisme, car les traceurs vont s'ingénier à nous faire monter et descendre sur le coteau.

Bon, déjà, repartons du PC4....



PP053 (verte) : Bois de Maincourt, PNR, extrémité Sud-Ouest de la limite des parcelles 22 et 23

Dans la famille "définition compliquée", elle se pose là. En pratique, elle signifie "bon, les gars et les filles, on va commencer par vous obliger à monter en haut du coteau, bande de feignasses".

Là aussi, j'irais les yeux fermés. On monte le chemin derrière l'église, un peu avant le carrefour des 6 croix, on prend le chemin large à droite, et zou.

Zou, PP053 validée.

PP054 (bleue, 28') : ravin de l'Angoumois, balise placée sur la carte

Comme nous sommes "en haut" et qu'il faut de toute manière redescendre pour franchir ce ravin, je décide, après un peu de doutes, d'essayer d'aller trouver cette balise. 28 minutes, ce n'est pas rien et, avec une bonne navigation, elle n'est peut-être pas si difficile à trouver.

Malheureusement, la trace sur la carte ci-dessus le motnre bien, je ne prends pas le bon cap...ou du moins je ne le tiens pas, lors de la descente.....très très raide et à travers une forêt de sangliers.

Nous arrivons donc bien plus bas que la balise et, même si je soupçonne qu'il faut remonter, je ne remonte pas assez loin (je suis remonté seul), sur un terrain très très difficile. La carte me montre donc que j'ai malheureusement renoncé à 20 ou 30 mètres de l'emplacement de la balise ! Nous "gaspillons" entre 10 et 15 minutes sur cet échec. Mais, a posteriori, les avons-nous vraiment gaspillées? Car, cela a offert une pause salutaire à l'équipe, en un certain sens. Allez savoir...

Il faut se reprendre : on continue à longer la vallée vers un endroit bien connu !





La Région des Coudes



Ainsi nommée depuis le Raid 28 2016 où certains, dans certaine équipe, se sont obstinés à voir un coude là où il n'y a qu'un vague virage à peine prononcé.

Avant cela, il faut aller chercher une verte :

PP055 : jonction de chemins au centre de la parcelle 29

La carte ci-dessus ne le montre pas, mais notre carte comporte un chemin supplémentaire, et l'emplacement de la balise est trivial. En nous y rendant, nous rejoignons une fois de plus Bert et Raya, qui étaient repartis après nous du PC, mais n'ont pas jardiné pour chercher PP054.

La balise est simple. Pour la suite, je me suis déjà fait le film :

PP056 (bleue, 15') : La Butte Ronde, sommet

PP057 (verte) : Butte Ronde, jonction de chemins au dernier "s" de "Source aux Fées"

Là, c'est tout vu : après PP055 et la descente qui suit (prise à l'Origole) j'envoie Caro et Aurore rejoindre le GR par un chemin qui est tracé sur notre carte et je leur indique de tourner à gauche, puis m'attendre à l'intersection suivante. J'ai bien révisé, pas d'erreur possible....et puis Caro et Aurore, ce n'est pas le genre à prendre de faux coudes pour des lanternes.

Pour moi, dré dans l'pentu sur la Butte Ronde. Un sentier y monte, je le retrouve sans problème (merci l'Origole !). De même la balise et je dévale à fond la pente.....pour retrouver Caro et Aurore. Timing parfait : 15 minutes gagnées, zero minutes perdues.

En passant, nous retrouvons encore Bert et Raya, mais je m'abstiens de leur proposer d'aller confirmer sur place que le "Faux coude" est bien plus faux que le vrai (je vous les ai mis sur la carte au cas où vous vouliez aller vérifier un jour).

Le suite est une longue liaison avec peu de navigation :



PP058 (verte) : coude (un vrai, à 90°) du chemin au sud du "r" de "Forget"

PP059 (verte) : construction particulière (hutte) à 300m à l'Ouest de PC6

Tout droit jusqu'à la route des 17 Tournants, dré dans le pentu jusqu'au (vrai) coude du chemin, on pointe la balise....et une très très longue section à flanc de colline, avec la route des 17 Tournants en dessous de nous. Pour nous occuper, j'ai indiqué la distance à Aurore et Caro, mais, franchement, on se doute que la hutte indiquée va être facile à trouver.

On reste cependant vigilants : c'est dans ces moments là, "faciles", qu'on fait les pires erreurs. Mais ce ne sera pas le cas. La hutte est trouvée (nous nous suivons plus ou moins avec Bert et Raya) et nous arrivons au PC6 à 10h du matin, tout pile. La barrière horaire est à 11h15 : sauf erreur nous devrions terminer dans les temps sans problèmes.



La carte est cependant impressionnante : nous avons encore deux cartes à traverser et.....je commence à sentir un tiraillement que je n'aime pas trop au bas du tibia gauche. Cette douleur là, je la reconnais, c'était la même à la TDS 2014 et j'avais fini la cheville en feu en serrant les dents de douleur : périostite tibiale.

S'ensuit un bon gros pensum du PC6 à la PP060, qui est à l'entrée de Chevreuse....tout droit sur un chemin hyper roulant....et très barbant.

PP060 : Liaison douce PNR, 160m au cap 20 de l'angle Nord du cimetière

Rien à dire, quoi. Nous jouons un peu avec Bert et Raya à nous dépasser et redépasser, au fil de nos Cyranos respectifs. Nous marchons en effet de plus en plus : fatigue importante chez mes coéquipières...et douleur tibiale qui monte chez moi.

Un peu de cache-cache pour rire avec Bert et Raya, pour la PP060, astucieusement dissimulée au bord d'un petit chemin de liaison, mais rien de difficile. Par contre, face à nous : la colline du chateau de la Madeleine !



Le tracé est fait pour nous faire nécessairement monter au chateau, même si, pour une fois, il n'y a pas de balise (je pense qu'au fil des divers Raid 28, il a du y en avoir dans tous les coins autour de ce chateau).

PP061 (verte) : balise placée sur la carte. Ruelle au NE de "Hôp"

Nous traversons donc Chevreuse (en prenant une facile PP061 en route) et empruntons la très raide montée du chateau....souvenir d'un Off 6 heures organisé il y a quelques mois par patfinisher, et où nous dévalions cette pente. Là, c'est un peu moins rapide ! Les organismes commencent à être bien atteints et cette côte en rajoute encore un peu plus. Nous continuons d'ailleurs ensuite tranquillement à la marche.

J'ai étudié la spéciale dite "de l'Araignée" pendant la montée. Il y a trois balises bleues à prendre, en repérant leur emplacement sur une carte subtilement tronquée qui nécessite de jongler entre la carte IGN et de petits extraits de cartes de CO. J'ai pu mentalement placer les balises et deux des trois me semblent trop éloignées pour valoir le coup : les détours supplémentaires commencent à être chers en fatigue et il nous reste encore de longues liaisons pour rallier l'arrivée.



Seule une seule des trois balises me semble possible à tenter, après avoir pointé la balise PP062 obligatoire :

PP062 (verte) : intersection de chemins à la cote 160 au Nord du lotissement

PP065 (bleue, 20') : construction (effondrée)

PP063 et PP064 obligeraient à de longs détours ou à des tracés au cap risqués. Ce n'est plus le moment de tenter cela et le gain serait minime.

La PP065 semble par contre tentable au cap depuis le chemin descendant, au vu de la carte de CO. Et elle est très proche de la trace directe. Je m'y lance donc et......je tombe pile dessus. La "construction effondrée" est peu évidente à reconnaître, heureusement qu'on est de jour. Je pointe vite fait pour ne pas trop aider les autres équipes (le Bures 28 nous rejoint ici, donc la densité de coureurs a augmenté un peu)....et je rejoins mes coéquipières sur le chemin. Même pas 5 minutes pour en gagner 15, c'est tout bonus !

PP066 : "Les Hauts de Chevreuse", lisière Est, jonction chemin passager ; 100m au Nord du pylône

Définition compliquée, mais balise facile à trouver. Nous filons vite fait dans Rhodon, en trottinant encore dans la descente....mais un peu en se forçant. Surtout que ma cheville commence à brûler plus fort.


Une succession de 3 vertes, puis le PC7, puis encore une verte. Cela sent les liaisons de fin de parcours !

PP067 (verte) : "La Côte de Rhodon". Au milieu de l'escalier montant plein Est, au Nord-Ouest du réservoir

PP068 (verte) : Bois départemental de Beauplan, balise placée sur la carte

PP069 (verte) : Le Petit Chevincourt, coude du chemin à 80m au Sud-Est du "e" de "Malmousse"

Définitions complexes, mais balises très simples à placer et qui tracent un chemin logique. Pas grand chose à dire sur cette section, si ce n'est qu'elle comporte cet escalier très raide...et une côte non moins raide avant le PC7....puis une liaison très longue jusqu'à PP069. Les balises sont toutefois trouvées sans problèmes, pointées rapidement.

Les côtes sont cependant de plus en plus dures et, bien que je sois un peu focalisé sur cette cheville douloureuse, je vois qu'Aurore s'accroche fort, avec tout le soutien de Caro. Nous alternons touours marche et course...courant surtout pour que ça se termine plus vite. Mais Aurore est d'un courage sans faille et ne râle même jamais quand je propose de relancer un coup. Quelle belle équipe, nous faisons !

Noter les frontales allumées.....en plein jour...:-)



La suite nous amène au Bois d'Aigrefoin, au dessus de St-Rémy. Il y a deux spéciales consécutives sur ce secteur. Initialement, j'imaginais ne pas les faire. La deuxième, "Les Jardins de la Cure", est un suivi d'itinéraire très compliqué avec seulement des instructions écrites. Très difficile en fin de parcours avec de gros risques de perdre beaucoup de temps pour un gain de 1 heure.

L'autre spéciale est très originale. Je vous laisse découvrir et essayer de comprendre les instructions, ci-dessous :

Quelle imagination, l'équipe Turoom !



Juste après avoir poointé PP069, je décide de tenter le coup....tout en marchant....de comprendre cette spéciale. En fait, il faut suivre le labyrinthe et noter chaque tournant à droite (D) ou gauche (G). Je note cette séquence....toujours en marchant, par petits blocs (essayez d'imaginer le type qui marche en regardant sa carte et en écrivant dessus au stylo).

Ensuite, les explications sont claires et une fois arrivés à la barrière au Sud-Ouest du Bois, je peux avec Caro déterminer sur la carte où sont les balises. Et c'est une bonne idée car deux d'entre elles ne nous feront faire aucun détour, pour un bonus de 15' chacune. La troisième, la plus à l'Est, me semble par contre trop loin. Pas la peine d'en faire trop.

Voilà la carte avec les balises reportées :



Il nous "suffit" donc de monter cette côté très très raide (d'autant que nous traçons tout droit) et suivre la mini carte pour trouver sans problèmes PP071 (en réalité PP070, j'ai inversé les numéros dans la carte ci-dessus).

En pleine confiance, je repars au cap, pour aller retrouver l'amorce de chemin qui doit nous amener à PP072 (en réalité PP071). Un peu trop en confiance....car nous ne trouvons pas le petit sentier qui doit nous y mener. Et là, mauvaise décision, je décide d'aller la chercher au cap....mais je dérive trop à l'Est, je ne la trouve pas....et je décide d'abandonner et viser la PP077.

Et c'est là que le désastre a lieu.

En m'arrêtant pour attendre mes coéquipières (à qui je fais encore traverser un champ de ronces)....je constate que j'ai....perdu le doigt électronique de pointage.

Le doigt dans lequel sont enregistrées toutes les balises pointées depuis le PC4. Perdu. Il a du tomber pendant que je me frayais un chemin après la PP071.

C'est la catastrophe. Je remonte bien jusqu'à la dernière balise pointée en regardant par terre et en essayant de suivre la trace suivie, mais nous étions hors chemin à travers la forêt. C'est chercher une aiguille dans une botte de foin.

Je rejoins finalement Caro et Aurore, à qui j'ai expliqué ma bêtise, vers PP077. C'est foutu.

Je suis évidemment totalement désespéré. Nous faisions une si bonne course. Tout se passait tellement bien. Mais une seconde d'inattention et je fiche tout en l'air.

Les photographes du Raid 2 vont immortaliser ce moment, car ils sont justement là, près du PC8. Je pense que ma tête à ce moment vaudra son pesant d'or sur le film officiel, si elle y est.

Caro va, pour la forme, pointer PP077 sur notre carton de secours et nous repartons : il faut au moins terminer, et terminer dans les temps.

Les filles tentent des mots de réconfort et soulignent notre belle course, qui ne nous appartient qu'à nous mais, bien évidemment, nous n'avons désormais plus qu'à finir un peu piteusement.

Il ne nous reste d'ailleurs plus que 3 balises vertes à pointer, tout à fait triviales et je ne vous mets même pas la carte qui est de peu d'intérêt.

Sur les 3 derniers kilomètres, je vais souffrir le martyre. La cheville brûle désormais très fort. Je retrouve les "sensations" de l'arrivée de la TDS, et je m'efforce de faire bonne figure pour mes coéquipières qui ont fait une si belle course.

Nous profiterons malgré tout bien de notre arrivée, en même temps que les Bazenhos, encore eux, que nous avons accompagnés sur toute la fin....et croisés pendant presque toute cette course.

Nous faisons trois beaux finishers et c'est ce que retient Caro, interviewée par Harry Bignon à l'arrivée, pendant que je suis un peu à l'écart, totalement vidé, comme toujours....et franchement démoralisé, bien sûr.

Drôle de goût, tout de même que cette fin de course. Nous sommes fiers de l'ensemble de ce que nous avons réalisé, pour cette équipe improvisée. Je suis fier de 95% de mon travail d'orientation. Quelques petites erreurs ça et là, mais que je compte bien mettre à profit dans les prochains Raid 28.

L'épilogue ce sera dans les jours qui suivent. Après un échange avec l'organisation après ce "doigt perdu", nous sommes.....reclassés. Et cela, sur la foi des balises que je sais avoir pointé (vous connaissez ma mémoire!). Nous terminerons officiellement 4èmes sur 6 équipes classées, à 16 minutes de la 3ème place. J'en profite pour remercier officiellement l'organisation du Raid pour ce geste, qui témoigne d'une grande confiance et qui est bien dans l'esprit de ce Week-End du Raid 28.

Je remercie surtout aussi Aurore et Caro, qui auront supporté mon côté parfois un peu taciturne (l'orientation requiert vraiment beaucoup de concentration), le fait que je "tirais" toujours devant, ce qui devait parfois être pénible....je m'en excuse encore. Mais surtout, je les remercie pour leur bonne humeur et leur esprit d'équipe. Et c'est toujours cela qu'on garde de plus positif au Raid 28 : l'unité d'une équipe, la combinaison des forces et des faiblesses, les hauts et les bas....et la joie de terminer cette épreuve hors norme.




Et, bien évidemment : rendez-vous en 2019 !    




9 commentaires

Commentaire de cloclo posté le 11-02-2018 à 20:09:51

Bravo à l'équipe Kikourou ;-)

Commentaire de cloclo posté le 11-02-2018 à 21:04:12

Bravo à l'équipe Kikourou ;-)

Commentaire de Jihem posté le 12-02-2018 à 06:35:49

Merci pour ce récit détaillé. Et oui, nous nous sommes croisés et recroisés jusqu'à l'arrivée. J'étais d'ailleurs bien heureux de vous voir apparaître quand je me suis égaré.

Commentaire de JiBête posté le 12-02-2018 à 14:53:23

bravo à la fine équipe, vivement de nouvelles aventures !

Quel talent en matière d'orientation (et de mémoire aussi !) : chapeau !



Commentaire de Papillon posté le 14-02-2018 à 17:31:40

Superbe récit!!!!! Punaise, la 34, on ne l'a jamais trouvée!!! Et pourtant, je pense que nous sommes passés juste à côté... c'état très chouette de jouer au chat et à la souris avec vous!!!!

Commentaire de TomTrailRunner posté le 14-02-2018 à 22:24:39

pppft : c'est pas un récit, c'est un ultra récit :)
on se sent dans l'ambiance..pour ne pas dire dans le jus

Commentaire de Bérénice posté le 22-02-2018 à 23:56:06

Super ! J’en ai profité pour prendre un cours de report de balises sur une carte !!! Quelle mémoire...

Commentaire de La Tortue posté le 25-02-2018 à 19:26:52

bravo !
il y a des doigts électroniques au raid 28 maintenant !? ça se modernise. que sur les spécilaes ? car il me semble voir des pinces sur les photos des vertes de ton cr.
règle d'or pour le raid 28 : le poinçonneur n'est pas celui qui oriente, comme ça l'orienteur peut se projeter sur les balises suivantes pendant que le poinçonneur officie et surtout, ça lui évite...de perdre le doigt ;-)
encore bravo, et merci pour le récit et les photos, ça m'a rappelé le bon temps ;-)

Commentaire de bubulle posté le 26-02-2018 à 10:14:35

Il y a des doigts électroniques sur la fin des courses, depuis 2 ou 3 ans. Cela concernait cette année la totalité du Semi et du Bures 28, ce qui limite énormément le nombre de cartons à dépouiller et facilite donc la publication des résultats, tu te doutes.

Effectivement, il faut normalement appliquer la règle que tu indiques. Cela devient moins simple quand, surtout sur une équipe de 3, l'orienteur est le plus frais et part donc ponctuellement pointer une balise écartée pendant que le reste de l'équipe fait une pause. C'est ainsi que je suis devenu ponctuellement poinçonneur....:-)...et que j'ai oublié de ne plus l'être.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !