Récit de la course : Skyrace des Matheysins 2016, par El Tamanoir

L'auteur : El Tamanoir

La course : Skyrace des Matheysins

Date : 8/5/2016

Lieu : St Honore (Isère)

Affichage : 1016 vues

Distance : 29km

Matos : Mon caleçon Athéna rouge

Objectif : Balade

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

18 autres récits :

Saucisson de (Haute) Montagne – Appellation contrôlée

 

Deux ans après ma première participation, je me sens à nouveau attiré comme un aimant par le Matheysin. Pas vraiment par le côté Skyrace ou money prize, mais par les sommets qui sont magiques. Cette année, cerise sur le gateau, on va passer sur le Tabor que j’adore (superbe sortie à faire en partant de Villard St Christophe), et sur un sommet que je pensais réservé aux Chamois et autres quadripèdes à cornes : Les Oreilles du Loup. Le Trail Matheysin, c’est mon ultra trail à moi…

Météo parfaite pour ce dimanche matin, et je retrouve la crème de la crème de l’Elite de la course à pied.

 

The Team of the Enclume, Alias les Trail Brothers

 



The Legend himself

 

Sont également partants sur le grand parcours Patrick, Esther et Béatrice. Serge et David ont quant à eux signé pour la Ronde des Marmottes.


Le peloton se rassemble, on se met plutôt sur la fin, on sait qu'on ne va pas jouer le chrono...


Certains concurrents se demandent si ils vont en réchapper

 

Le départ se fait tranquillement, pas besoin de s’échauffer au préalable, on aura tout le temps pour monter en température….
Je pensais voir le camelback d’Albacor sur les premiers kilomètres, lui qui part toujours comme Usain Bolt, mais surprise il reste en retrait. On discute un moment et progressivement je pars devant.

Les premiers Km sont tranquilles sur les contreforts, beaucoup de passage en forêt, ça marche par endroits, et on arrive déjà au premier ravito, après être passé pas loin de St Honoré la station fantôme.
Après une descente qui permet de se refaire une santé on attaque le fameux, tant attendu et redouté SENTIER DU DIABLE.

Nom paradoxal s’il en est, puisqu’en fait il nous rapproche plutôt du paradis. Et comme le paradis se mérite, c’est normal d’en baver un peu… Qu’on regarde en haut ou en bas, des coureurs partout en file indienne... Enfin plutôt des marcheurs, car ça monte sec dans la rocaille.



C'est dingue de se dire qu'on va monter en face...


Allez les gars, réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup !

C'est joli ces points minuscules de couleurs là haut...



On s'en rapproche imperceptiblement

Au milieu de la pente, on m'appelle depuis en haut : "Pierre ! Pierre !" Je lève la tête un peu surpris, et je vois débouler un gros cailloux rebondissant, qui passera 2 mètres à côté du gars devant moi. Ouf !


Allez Pat !


Impossible de savoir combien de temps j’ai mis, on se sent comme dans une dimension parallèle, mélange d’effort prolongé, de concentration pour ne pas dévaler la pente, et d’admiration devant le paysage.

Tout à coup, surprise, le sommet est là ! Il y avait déjà de la neige il y a 2 ans, là c’est juste énorme : Un gros paquet bien dense, dans lequel de superbes marches sont taillées au cordeau. Enfin, une marche c’est normalement 20 cm, là c’est des marches matheysines de 60 cm ! Heureusement une corde est là et on se hisse à la force des bras jusqu'au surplomb.

Mince j'ai oublié mon piolet...


Beaucoup de bénévoles pour assister et encourager les participants. Mais ce n’est pas fini, le sommet du Perollier est encore plus haut, on grimpe encore sur une pente plus régulière, et enfin on peut savourer.
Et d’un !


Y a plus qu'à...


La descente se fait sur la crète enneigée, l’option bobsleigh fait tout de suite prendre de la vitesse sur la neige bien tassée. Le deuxième ravito nous attend au col de l’Ollière.

Il y a deux ans, on redescendait, cette année il faut remonter droit dans le pentu pour aller gratter les oreilles du loup. C’est donc reparti pour une bavante dans les près. Pas vraiment de sentier, chacun improvise sa trace. Qu’on regarde à droite ou à gauche, le paysage est grandiose.

Un petit panoramique s'impose :


A gauche, côté taillefer



A droite, côté Lac



Derrière, la crête du Pérollier qu'on vient de descendre


On arrive finalement au sommet, et de 2 !

En haut il y a un petit regroupement de coureurs. Chacun attend son tour pour se jeter dans l’oreille du loup.

 

Le bouchon d'oreille du loup



Ambiance très sympa, ça discute, tout le monde apprécie la chance d’être là et de pouvoir passer par des endroits d’ordinaire inaccessibles. Toujours beaucoup de bénévoles pour organiser la sécurité, encore merci !
Le passage dans la brèche est impressionnant, j’ai l‘impression de faire une sortie d’alpinisme en short et tee-shirt  (tiens ça me rappelle quelqu’un).

La prochaine fois je prends le baudrier

Là, personne ne pense à doubler...


Mon compagnon de cordée n’en revient pas lui non plus…


On entame une descente à pic dans la neige, la corde est ma meilleure amie...

Ca fait pas semblant

La descente est vraiment impressionnante.

Vaut mieux ne pas avoir envie de se gratter le dos



Matheysin ou Himalaya ?

Arrivé au bout de la corde, on termine en luge... Après cette descente à couper le souffle…. Un nouveau crapahut à couper le souffle lui aussi… Encore droit dans la pente, toujours avec des marches taillées dans la neige, j’imagine le nombre de coups de piolets nécessaires pour tout ça…

On rejoint la crête, avec un gros boost d’adrénaline. C’est loin d’être large, le gaz à gauche et à droite, des fanions rouges indiquent le chemin. Ils nous guideront tout au long du parcours, merci à ceux qui les ont posés ! Je me sens comme un cabri, incroyable sentiment de liberté, tellement chanceux d’être là.

J'ai un peu l'impression de vivre ça....

 

On rejoint alors la crête du Tabor, d'où résonnent des klaxons d'encouragement.

La montée au Tabor



Et de 3 ! Ca redescend et la suite du parcours est magique, jubilatoire, alternance de champs de neige et de passages où on peut relancer. Se profile alors le Piquet de Nantes, avec une montée progressive et régulière.

Allez, tous au Piquet


Et de 4 ! Ca y est, objectifs remplis !

Le seul souci, c’est qu’il faut maintenant redescendre… Je serais bien resté plus longtemps là haut dans la neige, tout près du ciel, à admirer le paysage, mais les meilleures choses ont une fin et j’attaque la descente dans les cailloux et la bruyère (bon en fait je sais pas si c'est de la bruyère...)

Le 22 Mai, c'est juste en face qu'on sera grâce au Trail du Connex



On rejoint un single en zig zag, tout bonnement génial car on retrouve une sensation de vitesse, et on a l’impression de jouer avec la gravité dans les tournants. En voulant trop jouer je me fais une ou deux frayeurs, avec rétablissement de justesse, ouf !

On tombe alors sur le ravitaillement 3, où on est accueilli en grandes pompes par Isma, Prince de la Matheysine et maître des lieux, étroitement entouré par une escouade de bénévoles et secouristes entièrement dévouées.

Isma, figure locale et emblématique de l’AC Matheysin, représente les meilleures chances du Club pour remporter la Verticale du Grand Serre 2016, et mettre une bonne patée à Kiki…. (au moins sur 10 mètres).

Petite vidéo d'entrainement au dessus de Cholonges :


Je dois avoir l’air un peu cramé car Isma me dit de prendre mon temps, de bien manger, etc…
Pas de bière pour trinquer, mais bon on remettra ça le 19 Juin à Brié….

Les bananes sont magnifiquement tranchées en 3, et non en lamelles comme sur les précédents ravitos. On rigole, une bonne pause sympa.

C’est reparti sur une jolie piste forestière. Après une dernière difficulté, on rejoint Tors à travers les champs.

 

On a l'impression de rejoindre le plancher des vaches, l'Obiou en toile de fond


Les derniers kilomètres se font sentir dans les jambes, pas mécontent d’arriver !

Pas longtemps plus tard arrivent Albacor et Bip Bip avec la grosse banane (sur le visage), puis Béatrice qui termine elle aussi en sprintant, suivie de près par Michel Riondet. On retrouve Serge, 1er V3 de la Ronde des Marmottes, autour d'une bière.

Vous l'avez compris, ce trail c'est pas une course, c'est un voyage quasi initiatique, on en prend plein les yeux, et on n'a qu'une seule envie : retourner la haut.

Un grand Bravo et Merci à l'équipe d'organisation et aux nombreux bénévoles qui ont passé des heures sur le parcours (sans compter le temps d'y monter), et qui ont mis en place ce tracé juste incroyable...

 

10 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-05-2016 à 01:01:10

Vous en êtes conscients, donc vous le savez, vous avez vécu un truc formidable.
Donc MERCI, on a deux récits d'anthologie avec deux contributeurs d'exception, je vous aime !!!

"le trail matheysin c'est mon ultra à moi", en 2014 ça m'avait coupé les jambes tellement j'avais les chocottes... Mais bon, c'était tellement beau...

Commentaire de bubulle posté le 14-05-2016 à 08:13:40

Impressionnant, c'est à peu près le seul mot qui me vient. Surtout, visiblement, le côté impec de l'organisation pour assurer la sécurité sur les passages...compliqués. C'est quand même franchement pas juste, ces gens qui ont ça à la portée de leur maison et qui sont pas obligés de faire 600km pour en profiter, non mais pffff....

Commentaire de El Tamanoir posté le 14-05-2016 à 15:25:01

Oui c'est sûr on a eu une chance incroyable, pour rien au monde je n'aurai échangé les marches du Pérollier contre celles de Cannes... Et c'est vrai Bubulle, c'est vraiment sympa de se dire qu'on peut y retourner en 40 min...

Commentaire de Albacor38 posté le 14-05-2016 à 18:48:41

Arghhh ... Moi qui était en pleine cure de desintox voilà que tu me replonges dedans la tête la première.... Ahhh que c'était boooonnnnn.... Vite vite il faut que je me fume un Bouk de toute urgence !

Commentaire de El Tamanoir posté le 14-05-2016 à 18:54:04

Dire qu'il faut encore attendre 8 jours avant le 22 Mai....

Commentaire de philkikou posté le 15-05-2016 à 10:09:09

Ouaaahh !!! quelle course C'est quand m^me chaud les passages en tenant une corde sans baudrier et mousqueton ??? Les coureurs sont prévenus à l'inscription qu'il y a des passages où il faut être croisé chamois ??

Magnifique course et récit ..merci ça donne envoie en courant ou en marchant

Commentaire de El Tamanoir posté le 15-05-2016 à 13:55:38

Oui oui, tous les participants étaient invités à écrire leur testament au dos du bulletin d'inscription... :-)

Commentaire de robin posté le 15-05-2016 à 16:35:46

Wauh ! Du saucisson de luxe qui envoie du pâté. La vache ça ne rigole pas.
bravo et merci pour ce super récit

Commentaire de korb posté le 16-05-2016 à 18:01:40

sympa, les photos!!!! c'est vrai que c'était une VRAIE skyrace! merci El Tamanoir! signé korb-le-compagnon-de-cordée!!!

Commentaire de El Tamanoir posté le 16-05-2016 à 19:26:13

Salut Korb, content d'avoir partagé ce bon moment avec toi, et d'avoir immortalisé l'instant !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !